L’AMETHYSTE : LA PIERRE DE JUPITER, C’EST-A-DIRE DU SAGITTAIRE ET DES POISSONS

(08 - LES PIERRES ET METAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 17-03-2009

Longtemps considérée comme une pierre précieuse de par sa couleur variant du violet rose au mauve, en allant jusqu’au pourpre, l’améthyste est une des plus précieuse de la famille des quartz. Son nom provient du grec « amethustos » qui signifie «qui n’est pas ivre », pour d’autres « qui préserve de l’ivresse ». Et en raison de sa couleur, on la disait souveraine contre les vapeurs de vin. Dans l’Antiquité, on taillait des coupes d’améthyste pour y voire le vin, ce qui évitait aux convives de s’énivrer. Noter au passage que les signes du Sagittaire et des Poissons sont légendaires pour les excès, et notamment l’addiction à l’alcool pour les Poissons.Selon la légende Bacchus s’éprit un jour de l’une des nymphes de la déesse Diane. Celle-ci pour la préserver des ardeurs de Bacchus, la transforma en pur cristal de roche. Le dieu en eut un tel dépit qu’il déversa sur la pierre sa coupe de vin, créant ainsi l’Améthyste.

amethystes

L’améthyste serait donc une pierre de tempérance qui garde de toute ivresse. Ce serait pour cette raison, selon les croyances chrétiennes orthodoxes, qu’elle serait portée par les évêques. Dans l’Apocalypse de Saint-Jean, elle représente la douzième marche de la Jérusalem céleste et symbolise la fusion avec le divin. L’évêque en tant que pasteur des âmes, chargé d’une responsabilité spirituelle et temporelle, doit, à la différence du reclus contemplatif, ayant abandonné le siècle, se garder de toute ivresse, fût-elle spirituelle. C’est aussi parce que l’améthyste était censée encourager le célibat et être un symbole de piété, qu’elle joua un rôle important dans l’ornementation des Eglises catholique et orthodoxe. L’améthyste était également utilisée pour les rituels et les exorcismes. Enfin, une tradition chrétienne moralisante en fait le symbole de l’humilité, parce qu’elle est de la couleur de la violette.

Selon Pline, elle protège contre la sorcellerie, si elle est gravée de figures de la lune et du soleil « et attachée au cou avec des duvets de paon et les plumes d’une hirondelle… ». Elle guérit de la goutte et, placée sous l’oreiller, donne des rêves bénéfiques, renforce la mémoire et immuniser contre les poisons.

L’améthyste est une variété de quartz qui contient du fer d’où sa couleur violette. C’est la forme cristallisée du bioxyde de silicium. L’améthyste a tendance à se décolorer à la lumière. Elle raye le verre et l’acier. Ce quartz représente à lui seul 12% de l’écorce terrestre. Sa densité est de 2,6, de ce fait elle entre dans la catégorie des minéraux légers.

Autres caractéristiques  

L’améthyste est non clivable. Chauffée à 500 °C elle devient jaune devient jaune, c’est la citrine. Elle fond à la flamme d’un chalumeau oxhydrique et en refroidissant elle se solidifie en verre de silice. Elle n’est attaquable que par l’acide fluorhydrique. Deux morceaux de quartz entrechoqués produisent une étincelle et dégagent l’odeur d’une allumette. Soumis à un courant électrique les cristaux de quartz vibrent à un rythme régulier. Pendant des siècles le cristal de roche, la forme la plus pure du quartz, était une énigme. On pensait qu’il s’agissait d’une glace qui ne fondait pas même au feu, d’où son nom de cristal issu du grec Kryos : froid glacial.

L’améthyste est formée de cristaux en prismes à six côtés surmontés d’une pyramide. Parfois, on trouve des cristaux de très grande taille et de plusieurs tonnes, ou bien sous forme miscroscopique, comme le sable des déserts…

amethyste-pierre-de-jupiter

Où la trouve-t-on et qu’en fait-on ?

Dans des cavités produites par la déformation mécanique des roches, dans des failles qui peuvent receler de magnifiques ensembles de cristaux. Elle est présente dans les roches métamorphiques de contact, dans les roches sédimentaires et magmatiques. C’est un minéral très commun. On la trouve aussi dans le granit et le silex est une forme de quartz. Quelquefois de véritables caves de cristal de roche se développent dans des fissures de schiste argileux. L’améthyste se rencontre souvent dans les géodes : cavités nées de bulles de gaz enfermées dans la lave refroidie. On la trouve aussi dans les Druses : petites géodes, moins d’un mètre de diamètre.

Le quartz est le minéral le plus abondant dans la nature. On le rencontre dans les Alpes où les cavités sont appelées four à cristaux, mais aussi au Brésil, au Japon, aux États-Unis ou à Madagascar. En 1795, enSuisse, les cristalliers avaient extrait d’une fissure 50 tonnes de minéral.

A Annecy on fabrique du quartz de synthèse car les gisements dans la nature s’épuisent. Le quartz pousse en autoclave à raison de 2mm par jour, bien plus rapidement que dans la nature. Les cristaux sont plus purs et mieux formés. Cette production représente plusieurs milliers de tonnes par an, mais son prix est encore élevé. On peut obtenir de cette façon d’autres variétés de quartz par exemple l’améthyste.

On dit que l’améthyste a des vertus thérapeutiques. Elle activerait la production d’hormones, harmonisant ainsi le système endocrinien et le métabolisme. Elle fortifierait les organes de purification et d’élimination, ainsi que le système immunitaire. Enfin, elle soulagerait du stress physique et de la douleur. Traitant l’insomnie, elle confèrerait un sommeil reposant.

Par ailleurs, on utilise le quartz :

– pour fabriquer des lentilles et des prismes de certains instruments d’optique ;

– en électricité aussi avec la consommation croissante de lame de quartz ;

– en électronique et équipement radio, télévision et appareils radar ;
– en horlogerie ou en informatique : les vibrations qu’il produit lorsqu’il est soumis à un courant électrique cadencent de façons très précises les opérations. 

– en joaillerie, depuis l’antiquité ; c’est une pierre semi-précieuse, en fonction de ses couleurs.
– en radiesthésie on utilise le pendule en cristal de roche pour détecter les sources.

Autrefois les pierres étaient utilisées pour leurs propriétés magiques par les sorciers et les guérisseurs. Les plus utilisées étaient les silicates comme l’améthyste, la citrine ou le cristal de roche. Les baguettes des guérisseurs étaient faites à partir d’un cristal en prisme allongé qu’ils déplaçaient sur le corps du malade. L’améthyste est sensée apporter la paix de l’esprit. Dans l’antiquité, les prêtres Grecs exposaient un cristal aux rayons du soleil pour allumé un « feu sacré ». L’améthyste était rare dans l’Antiquité. Ce n’est qu’au début du XXe siècle que la découverte d’importants gisements au Brésil et en Uruguay la rendit commune.

Symbolique et croyances

– Les noces d’améthyste symbolisent les 48 ans de mariage dans le folklore français.

– L’améthyste est la pierre fine ornant la bague des évêques.

– Jadis, elle était réputée pour combattre l’intoxication alcoolique, stimuler la créativité, la méditation et les rêves prophétiques.

– Dans le tarot, l’améthyste correspond à l’arcane XIV, la Tempérance, qui relie le monde matériel au monde immatériel. De plus la Tempérance signifie la maîtrise du désir, la modération, la mesure : cette modération, qui, chromatiquement, donne la couleur violette. Faite de l’addition du rouge et du bleu, qui dominent dans la lame du tarot, elle est aussi le mariage de l’actif et du passif, symbolisant le mystère de la création, invisible, secret. Elle symbolise le rayon violet de l’alchimie. 

arcane-xiv-la-temperance

– Elle permettrait d’annihiler les envoûtements d’un amoureux jaloux, d’éloigner les mauvaises femmes et… les vipères.

– Placée la nuit sous un oreiller elle permettrait de lutter contre l’insomnie. En poudre, elle calmerait les douleurs gastriques consécutives à l’énervement, elle apaiserait donc les angoisses et les colères, chassant les pensées obsessionnelles, nettoyant et rééquilibrant le mental. Elle calmerait aussi l’hystérie. Léonard de Vinci écrivit d’ailleurs que « l’améthyste était à même de dissiper les pensées mauvaises et d’activer l’intellect ».

– On affirme encore qu’elle améliore le fonctionnement du foie et, placée à proximité d’une plaie, elle aiderait à  la résorption  des brûlures.

– L’améthyste est aussi le nom d’un champignon, ainsi dénommé à cause de sa couleur.

Purification et rechargement

Passé votre Améthyste dans de l’eau distillée salée, rincez-la, essuyez et mettez-là un peu au soleil. Rechargement pendant la Nouvelle Lune.

Signes Astrologiques de prédilection

Si votre thème est fortement marqué Sagittaire ou Poissons bien sûr, mais également Verseau ou Capricorne ou même encore si c’est la Vierge prédomine, vous pouvez faire de l’améthyste votre pierre. 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MARS : LA GUERRE ET LA PAIX

(05 - PETIT COURS D'ASTROLOGIE, 5.3 - Il était une fois les planètes, 5.3.5 - MARS) par sylvietribut le 10-03-2009

A l’origine, les mois de l’ancien calendrier romain portaient un nom qui indiquait leur rang au sein de l’année primitive. Le « premier », Primus, fut vite consacré à Mars, père supposé de Romulus et initialement dieu de l’Agriculture. Ce mois était très important dans la vie romaine car, sous le climat méditerranéen, il confirmait le renouveau de la végétation et ouvrait en même temps une nouvelle période de campagnes militaires.

C’est ainsi que Mars, le dieu protecteur de la « tribu » romaine, deviendra par la suite, avec l’évolution des moeurs et de l’histoire romaine, le dieu de la Guerre pour s’identifier finalement à Arès, le dieu « détestable » du Panthéon grec. Mais Mars, même à l’apogée de sa puissance militaire, est resté attaché à la terre par sa fusion avec Quirinus, dieu archaïque de la Nature. Par ailleurs, la coutume romaine interdisait les mariages pendant les premiers jours de mars.

 

silvanus1

 

Silvanus le dieu pastoral de la mythologie romaine

 

A l’origine, Mars romain était étroitement lié au dieu pastoral Silvanus et, tout en occupant une place presque égale à celle de Jupiter, il était, d’une certaine façon, son concurrent. D’après les traditions, conçu par Junon, sans que celle-ci ait eu besoin de s’accoupler, Mars est le produit d’une parthénogénèse.

Après que Jupiter-Zeus eut conçu Athéna-Minerve dans sa tête sans avoir recours à Junon-Héra, celle-ci furieuse, sollicita l’aide de Flore, déesse de la Floraison qui, la touchant avec une herbe magique, la rendit enceinte de Mars : la nature agraire et florale du dieu est ainsi manifeste.

Le don le plus précieux que Mars ait fait aux Romains est certainement Romulus, le héros mythique fondateur de la tribu et de la ville de Rome. Suivant la légende, violemment épris de la chaste vestale Rhea Silvia, Mars la viola pendant qu’elle puisait de l’eau à une source, rencontre dont elle eut deux fils, Romulus et Remus. Enlevés à leur mère accusée de trahison et déchue de ses fonctions, les deux enfants furent élevés par une louve… et l’histoire recommence avec l’aide et l’appui d’un animal ambigu, représentant le mal ou le bien, le dynamisme, la violence et la sexualité. Si le mois de mars est bénéfique aux humains, le jour de Mars, mardi, est néfaste, comme l’astre maléfique qui le gouverne. D’ailleurs, le Moyen Age a fait du loup ou de la louve l’animal favori des sorciers et des sorcières.

romulus-et-remus-musee-du-capitole-rome1 

Romulus et Remus nourris par la louve – Musée du Capitole à Rome

Dans les traditions gréco-romaines, la planète Mars, symbole de l’énergie, de la volonté, de l’ardeur, de la tension et de l’agressivité, gouverne la vie et la mort. Cette planète préside à la renaissance printanière de la nature, en passant par le signe zodiacal du Bélier et, à sa mort en automne dans son second domicile, le signe du Scorpion.

Pour les paysans français les « mars » étaient les semailles de printemps ; le mois de mars était nommé, dans le Sud-Est européen, « phyteftis », « celui qui sème », « qui favorise les semailles », et les agriculteurs se le figuraient comme un jeune homme vigoureux et joyeux, particulièrement respecté. A cette date considérée comme un nouveau départ, en souvenir du calendrier ancien, les femmes avaient recours à la divination à l’aide de l’eau « silencieuse » qu’elles cherchaient à la fontaine tôt dans la matinée, sans adresser la parole à personne. Ensuite, elles entreprenaient un nettoyage à fond de la maison, qu’elles aspergeaient avec cette eau vive en prononçant des formules magiques afin d’assurer santé et bonheur à tous les membres de la famille.

Les mères fabriquaient la veille du 1er mars, à l’attention des enfants, des sortes d’anneaux et de bracelets en fils rouges et blancs entrelacés pour éviter qu’ils soient « brûlés par le soleil ». Les garçons les portaient jusqu’au jour de Pâques et les brûlaient avec leurs cierges pascals ; les filles les laissaient à la fin du mois de mars sur un rosier pour avoir pendant toute la bonne saison le teint rose comme les fleurs.

Comme à toutes les périodes critiques de l’année, les premiers jours de mars voyaient se répandre dans le monde les « drimes », êtres démoniaques, semblables à ceux des « douze jours » (°) d’hiver et pouvant nuire aux biens des gens, avec toutefois une prédilection pour les objets en bois et les tissages. 

glyphe-de-mars

(°) cf. la chronique évoquant « Les Douze Jours » dans la chronique de décembre 2010 (Mythes, légendes et traditions).

Vous ne connaissez pas la position de Mars dans votre thème ? Consultez une astrologue. Elle vous expliquera où la planète se trouve, dans quel signe, dans quelle maison, les aspects qu’elle forme avec les autres planètes et ce que vous pouvez en attendre en positif comme en plus perturbant.

Bibliographie : Fêtes et croyances populaires en Europe d’Yvonne de Sike

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , ,