A TRAVERS LA TOSCANE

(21.09 - TOSCANE) par sylvietribut le 30-06-2011

Montagnes et collines aux courbes harmonieuses et nettes sous la lumière pure, plaines, forêts et vignobles s’allient à la sérénité des cyprès et des pins pour faire de ce pays un temple de la beauté. Par une influence mystérieuse qu’on a nommé parfois « le miracle toscan », cette harmonie a donné au peuple un sens artistique et un instinct de liberté portés à un très haut degré.

toscane_firenze_ponte-vecch-5Capitale de la Toscane, Florence (Firenze) est le creuset où s’effectue la synthèse du génie toscan.  

Des sols variés composent la province. En mer, l’archipel toscan, avec l’île d’Elbe, montueuse et renfermant de riches gisements de fer, fait face à un littoral parfois rocheux, au sud de Livorno, parfois plat et sablonneux dans la Versiglia, à Viareggio. Au Nord de l’Arno, le grand fleuve toscan, les Alpe Apuane montrent leurs flancs de marbre éblouissant sous le soleil de Carrara, tandis qu’aux alentours de Volterra les sommets, blancs de sable et de sel, s’éboulent parfois formant des crevasses et des falaises qu’on nomme les « balze ». 

Fertile et beau, le bassin de l’Arno est le cœur de la Toscane : des cordons de vignes et d’oliviers argentés descendent vers des champs de blé, de tabac, de maïs ; parmi les mûriers poussent poivrons, citrouilles et les célèbres haricots de Lucca. Isolées sur leurs buttes, de vieilles fermes s’ennoblissent des lignes fines de quelques pins ou cyprès se détachant sur un ciel d’un bleu léger.

La Toscane méridionale est faite de collines douces et couvertes de vignes dans le Chianti au sud de Florence, pastorales et tranquilles aux alentours de Siena, arides et désolées vers Monte Oliveto Maggiore, les Crete ; puissantes et mystérieuses dans les Monti Metalliferi où s’élèvent les fumées blanches des « soffioni », jets de vapeur s’échappant des profondeurs terrestres.

Aux confins du Latium, la Maremma, d’une beauté mélancolique, était une région de marécages, jadis envahie de brigands et de pasteurs, aujourd’hui point de départ idéal pour des balades à cheval. 

carte_toscane

Les dix provinces qui composent la Toscane 

Au cœur de la péninsule italienne, la Toscane couvre environ 23 000 km2, l’équivalent de trois départements français, qui représentent moins de 8 % du territoire national. Sur la carte d’Europe, une tache minuscule, sur la carte culturelle du monde, les dimensions d’un continent.

Comme dans l’Athènes de Périclès, on dirait que les dieux, les hommes, la nature et l’Histoire se sont ligués pour aboutir à ce qui ressemble de plus près à la perfection. Ici, comme à Athènes, la concentration des chefs- d’œuvre s’est faite au milieu de luttes civiles et de guerres étrangères incessantes.  

toscane

Le décor où se sont implantées vingt villes, dont chacune ferait, sous d’autres cieux, figure de capitale, de près de trois cents communes, qui dissimulent autant de petites merveilles, est d’une exceptionnelle variété. Vision classique de la Toscane : une colline arrondie, un rang de vigne, un bouquet d’oliviers et, ponctuant un versant comme autant de points d’exclamation, quelques cyprès marquant la présence d’une source, d’une ferme aux murs dorés ou d’une exquise chapelle. Là-dessus, la lumière la plus douce du monde : quel poète résisterait à un petit matin de Toscane ?  

Et cependant, on trouve aussi dans la province de l’austérité, de la sévérité, de la rigueur. La dorsale de l’Apenino, les massifs côtiers des Alpe Apuane, avec leurs hameaux pauvres cernés d’une terre ingrate, les Maremme de la côte, avec leurs marais insalubres et leurs lagunes hantées par les oiseaux de mer, dessinent une autre Toscane où le voyageur s’aventure peu. De quoi créer quelques parcs naturels, comme à l’embouchure de l’Ombrone et dans les « oasis » d’Orbetello ou de Bolgheri : des arbres gigantesques, une faune intacte de rapaces et de chèvres sauvages, un univers qui évoque davantage le Désert des Tartares que les délices du Décameron. Les hommes, naturellement, se sont groupés ailleurs : dans le bassin de l’Arno, par exemple, avec son chapelet de villes précieuses : Arezzo, Florence, Pistoia, Prato, Lucca et Pisa ; ou au bord de la mer, à Livorno, seconde ville de Toscane et important centre industriel, entourée de plages ombragées de pinèdes comme Marina di Carrara et Viareggio au Nord, Castiglioncello et Punta Ala au Sud. 

Des stations d’altitude, comme Vallombrosa près de Florence, ou de sports d’hiver, comme Abetone, à la limite Nord de la province ; des stations thermales, comme Montecatini Terme, Chianciano Terme, Bagni di Lucca et Casciana Terme, achèvent d’ouvrir l’éventail des loisirs.

193-presquale-orbetello

Un peu d’Histoire : quelques repères

Fin VIIIe siècle avant Jésus-Christ : Installation des Etrusques qui plantent les premiers vignobles dans la région du Chianti. Ils donneront leur nom à la province. Le mot « Toscane » est apparu au Xe siècle, dérivé de l’antique « Tuscia » qui désigna, à partir du IIIe siècle, l’ancienne Etrurie, territoire des Etrusques ou Tuscie, compris entre le Tibre et l’Arno.

59 avant Jésus-Christ : Jules César fonde Florentia.

1138 : Création de la Commune de Florence. Pour limiter la puissance de l’aristocratie, bourgeois et marchands, s’organisent en corporations qui contribuent au développement de la ville. 

XIIe-XIIIe siècles : Essor de la richesse florentine, fondée sur l’industrie textile, le travail des artisans et le trafic de l’argent. 

XIIIe siècle : Début de la longue guerre (plusieurs siècles) entre les cités toscanes, les unes partisanes du Saint Empire romain germanique, les autres attachées au Pape.

Début du XVe siècle : Naissance de la dynastie des Médicis. 

1860 : Rattachement à l’Italie, dont Florence sera la capitale de 1865 à 1870. 

cannenolli-farcis-alla-ricotta-et-aux-epinards1

Gastronomie de la Toscane

La Toscane est dotée d’une agriculture florissante, basée sur la production de céréales, de fruits et d’huiles d’olive qui sont considérées comme les meilleures d’Italie. L’élevage de bœufs de la Vallée de Chiana a une qualité équivalente à celui du Charolais : le bifteck à la florentine fait partie des spécialités les plus célèbres de la province.  

L’attraction majeure de la Toscane dans le domaine gastronomique reste cependant celle des vins du Chianti dont la production se concentre autour de Siena. Outre le Chianti Classico, les différents crus comprennent le Chianti Rufino, le Chianti des collines siennoises, des collines arétines (Arezzo), des collines pisanes et le Chianti de Montalbano. En outre, il ne faudra pas manquer de goûter le Vino Nobile de Montepulciano que le poète Redi appelait « le roi des vins ».

Parmi les spécialités, on peut citer :  

– La soupe de haricots à la florentine : haricots blancs revenus dans l’huile et cuits à l’étouffée avec oignons, ail, feuilles de choux, poireaux, céleri, sauce tomate, un brin de thym et de romarin. Et on ajoute des tranches de pain noir.

– Les cannelloni farcis à la toscane : gros macaroni farcis d’un hachis de viande, de foies de volaille, de truffes, d’œufs et de parmesan, le tout dans un jus de viande. 

– Les pappardelle, tagliatelle larges à l’œuf, sur lesquelles on ajoute, au moment de servir, une sauce à la viande.

– Le bifteck à la florentine : côte de bouvillon à l’os, épaisse de deux doigts, prise dans l’aloyau et cuite sur le gril au charbon de bois.  

olives  

Contactez-moi sans attendre, j’organiserai pour vous le séjour de votre choix, en fonction de votre budget et de vos goûts avec l’hébergement pouvant le mieux vous convenir… Réservation… Activités… Circuits et petit guide de la région. Confiez-moi votre numéro de téléphone et je vous appelle pour en parler…

sylvietribut@club-internet.fr – Tél. (0033) 01.34.83.36.31

terre-cuite-italienne

COMMENT SE RENDRE EN TOSCANE

 

par-la-route-en-italie4PAR LA ROUTE

Si vous souhaitez faire une étape, je réserve pour vous un hébergement, avec dîner à votre arrivée et petit déjeuner le matin. Vous quittez l’autoroute pour quelques kilomètres et vos vacances italiennes commencent.

par-avion-en-italie3 PAR AVION – La compagnie EASY JET propose des prix très attractifs, surtout si vous réservez quelques temps à l’avance. Pour un séjour en Toscane, le mieux est d’atterrir à Pisa.

Exemple de tarif pour un billet pris le 10 juillet pour un séjour en octobre

          Orly/Pisa – Aller (prix le plus bas)                  26,99 Euros

          Pisa/Orly – Retour (prix le plus bas)               34,99 Euros

          Location véhicule – Exemple Clio 4 portes   34,05 Euros par jour, soit pour 7 jours : 238,33 Euros

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SEJOURNER A SPELLO

(21.11.01 - HEBERGEMENT EN OMBRIE) par sylvietribut le 29-06-2011

Situé au cœur de l’Ombrie, aux portes de Spello et à seulement 12 km d’Assisi, voici un agritourisme idéal pour des vacances à la campagne sous le signe du bien-être et de la convivialité. La propriété se trouve au centre d’une grande plaine cultivée… vignes, oliviers, céréales, fourrage et même des truffières… selon les méthodes d’une agriculture biologique et biodynamique.  

spello-la-porte-romaine

Arrivée à Spello par la Porta Consolare Romana (°)

Parmi les six bâtiments de pierre blanche et rose du Monte Subasio, autrefois habités par des paysans, deux sont destinés à l’accueil des touristes, les autres restant destinés à l’activité agricole et à l’élevage de bovins, d’une race très recherchée la Chianina… sans chianina pas de beefsteak à la fiorentina.

Tour carrée et forteresse qui gardent la propriété rappelle les origines médiévales de cet Agritourisme, comme une porte d’entrée sur les joyaux de l’Ombrie et même des petits trésors dont recèle la propriété.

L’Agritourisme a reçu la classification « 5 épis ». C’est un classement qui est propre à l’Ombrie. Le nombre d’épis renseignent  sur la qualité des services offerts, ainsi que sur le confort, plus il est important et plus variées sont les offres et possibilités. L’Agritourisme s’est doté d’une piscine pour ses hôtes.

spello-agriturismo-de-due-torre-21

Agritourisme près de  Spello

TARIFS pour un séjour d’une semaine en 2011 selon la saison : Basse, haute et Août

La Basse Saison : du 9 janvier au 21 avril, du 17 septembre au 29 octobre, du 2 novembre au 3 décembre, du 10 décembre au 23 décembre.

La Haute Saison : du 21 avril au 30 juillet, du 20 août au 17 septembre, du 29 octobre au 2 novembre, du 3 au 10 décembre, du 23 au 27 décembre.

Le mois d’Août : du 30 juillet au 20 août.

          EN CHAMBRE DOUBLE (VIGNA-PIOPPO-PORTICO-TORRE) :   460,00 Euros et 520,00 Euros en B&B – 900,00 Euros en ½ Pension en août

          EN CHAMBRE TRIPLE (VIGNA-PIOPPO-PORTICO-TORRE) :      540,00 Euros et 600,00 Euros en B&B – 1 100,00 Euros en ½ Pension en août

          EN CHAMBRE QUADRUPLE (TORRE) : 600,00 Euros et 680 Euros – 1 300,00 Euros en ½ Pension en août.

spello-agriturismo-de-due-torre-chambre 

Une chambre de l’Agritourisme

TARIFS pour un séjour d’une semaine en appartement – Tarif hebdomadaire selon la saison

          Studio pour deux personnes (MIMOSA – GELSO) : 440 Euros – 500,00 Euros – 560,00 Euros                         

          Deux pièces + 1 (FRUMENTO) : 500,00 Euros – 560,00 Euros – 630,00 Euros

          Deux pièces + 2 (SALICE – GIRASOLE – FIENILE) : 570,00 Euros – 630,00 Euros – 720,00 Euros

Supplément : 10 Euros par nuit pour lit ajouté et 5,00 Euros par nuit pour un lit d’enfant.

*

Tarifs en chambres par jour

          Chambre double (VIGNA – PIOPPO – PORTICO – TORRE) :  80,00 Euros en B&B – 90,00 Euros en B&B – 140,00 Euros en ½ Pension en août

          Chambre triple (VIGNA –PIOPPO – PORTICO – TORRE) :     95,00 Euros en B&B – 105 Euros en B&B – 180,00 Euros en ½ Pension en août

          Chambre Quadruple (TORRE) : 105,00 Euros en B&B – 115,00 Euros en B&B – 210,00 Euros en ½ Pension en août

Tarifs journaliers en appartement

          Studio pour deux personnes (MIMOSA – GELSO) : 80,00 Euros – 90,00 Euros – 100,00 Euros                                                                                           

          Deux pièces + 1 (FRUMENTO) : 90,00 Euros – 100,00 Euros – 110,00 Euros

          Deux pièces + 2 (SALICE-GIRASOLE-FIENILE) : 100,00 Euros – 110,00 Euros – 120,00 Euros

Supplément : 10 Euros par nuit pour lit ajouté et 5,00 Euros par nuit pour un lit d’enfant.

spello-agriturismo-de-due-torre

La piscine de l’Agritourisme

*

L’Agritourisme a passé des accords avec le centre thermal voisin « Le Terme Francescane ». L’inscription au centre prévoit l’usage de la piscine thermale et ses eaux sulfureuses, le sauna, les bains turcs et l’espace relaxation.

TARIF pour toute réservation en juillet 2011 et avant le 10 juillet, l’Agritourisme offre en signe de bienvenue une entrée au centre thermal :

          Du 16 au 23 juillet –  studio pour 2/3 personnes pour une semaine                                    500 euros       

          Du 16 au 23 juillet – deux pièces pour 4 personnes pour une semaine                               630 euros

          Du 16 au 23 juillet – chambre double en B & B pour une semaine                                       520 euros

spello-le-terme-franciscane

Le Terme Francescane

TARIF du CENTRE BIEN-ETRE THERMAL

L’Agritourisme en contrat avec le Centre  Bien-être des « Terme Francescane » propose :

          Un hébergement en chambre double pour deux nuits avec petit déjeuner et parcours thermal, pour un prix par personne de : 100 Euros

          Un hébergement en chambre triple pour deux nuits avec petit déjeuner et parcours thermal, pour un prix par personne de : 85 Euros

          Un hébergement en chambre quadruple pour deux nuits avec petit déjeuner et parcours thermal, pour un prix par personne de : 75 Euros

*

          Un hébergement en chambre double pour deux nuits avec petit déjeuner et deux choix entre trois possibilités : a) Parcours thermal – b) Boue thermale – c) Massage total, pour un prix par personne de :  120 Euros

          Un hébergement en chambre triple pour deux nuits avec petit déjeuner et deux choix entre trois possibilités : a) Parcours thermal – b) Boue thermale – c) Massage total, pour un prix par personne de :  105 Euros

          Un hébergement eh chambre quadruple pour deux nuis avec petit déjeuner et deux choix entre trois possibilités : a) Parcours thermal – b) Boue thermale, thermale – c) Massage total, pour un prix par personne de : 95 Euros

*

Cette offre est valable jusqu’au 30 juin 2011, à l’exception des ponts du 1er Mai et du 2 juin.

Pour les personnes qui séjourneraient d’une autre façon et à d’autres dates, il leur sera possible d’acheter un laissez-passer individuel pour les Parcours du Centre Bien-être et un tarif de courtoisie leur sera réservé.

L’accès du Centre Bien-être est autorisé aux enfants, mais limité à la piscine. Les massages et les boues ne sont pas conseillés, à part prescription médicale spécifique.

LE PARCOURS THERMAL permet l’entrée au Centre avec accès à deux piscines thermales d’hydro-massage intérieures  (34°C et 37° C), l’espace relax, le sauna, le bain turc et la piscine chaude d’hydro-massage à l’extérieur. Tarif par personne : 19 Euros

LA BOUE THERMALE consiste en un enveloppement obtenu par un mélange d’argile thermale et d’eau thermale qui a été laissé pendant un certain temps pour une bonne maturation. L’enveloppement peut être total, sur tout le corps, ou partiel sur une partie du corps. Cette fangothérapie ha une durée d’environ 25 minutes, suivie d’une douche thermale et de 20 minutes de relaxation. Pathologies traitées : arthrose, arthrite, ostéoporose.  Tarif par personne : 22 Euros

LE MASSAGE TOTAL consiste en un massage relaxant de tout le corps avec huile spécifique pour une durée d’environ 30 minutes. Tarif par personne : 25 Euros

Les “Terme Francescane” se trouvent près de l’Agritourisme, entre 800 mètres et 2 km de l’hébergement  choisi, au centre d’un parce luxuriant d’où jaillissent les sources d’eau sulfureuse aux nombreuses propriétés. Un splendide lac confère à l’endroit une atmosphère relaxante et de sérénité. Les espaces environnants offrent de vastes parkings uniquement réservés aux personnes qui fréquentent les structures internes des Thermes.  Sur tous les traitements qu’offrent les « Terme Francescane », à l’exception de ceux décrits précédemment, 10 % de remise seront consentis aux hôtes de l’Agritourisme.

Pour qui en fera la demande, l’Agritourisme donnera la possibilité d’avoir, gratuitement, des bicyclettes.

Pour Information : Le Centre Bien-être est ouvert tous les jours de 9 heures à 19 heures.           

ruelle-de-spello

Ruelle fleurie de Spello

Ne manquez pas de visiter l’église Santa Maria Maggiore de Spello, dans la chapelle des Baglioni, la fresque de l’Histoire de la vie de la Vierge que Pinturicchio peint en 1501. On trouve d’ailleurs dans cette chapelle son autoportrait. Pinturicchio s’appelait en fait Bernardino di Betto. C’est un peintre italien du XVe siècle, élève du Perugino.

pinturicchio-le-metier-a-tisser

Il Pinturicchio – Le métier à tisser

(°) Une fois passée la Porta Consolare, la Gelateria Caffé della Porta vous régalera de ses glaces artisanales.  

gelato_g

Contactez-moi sans attendre, j’organiserai pour vous le séjour de votre choix : réservation… activités… circuits et concocterai un petit guide de la région. Confiez-moi votre numéro de téléphone et je vous appelle pour en parler…

sylvietribut@club-internet.fr – Tél. (0033) 01.34.83.36.31

COMMENT SE RENDRE EN ITALIE

 

 

par-la-route-en-italie3PAR LA ROUTE

Vous souhaitez faire une étape… Je peux réserver pour vous un hébergement, avec dîner le soir et petit déjeuner le matin… Vous quittez l’autouroute pour quelques kilométres et vous plongez déjà dans l’ambiance italienne.

par-avion-en-italie2

PAR AVIONLe plus pratique pour rejoindre l’Ombrie est d’atterrir à Roma Ciampino

 

 

          Orly/Rome Ciampino – Aller (prix le plus bas)             36,99 Euros

          Rome Ciampino/Orly – Retour (prix le plus bas)         29,99 Euros

          Location véhicule – Exemple Clio 4 portes   39,50 Euros par jour, soit pour 6 jours 237,01 Euros

 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SEJOURNER ENTRE SPELLO ET ASSISI

(21.11.01 - HEBERGEMENT EN OMBRIE) par sylvietribut le 29-06-2011

Voici une très bonne adresse : un Agritourisme hôtel-Restaurant 4 étoiles, édifice du XIIIe siècle,  accroché aux pentes de Monte Subasio, la montagne enchantée de Saint François d’Assisi. Cet établissement est d’ailleurs recommandé par les meilleurs guides gastronomiques et hôteliers. C’était dans des temps anciens la résidence de chasse des Baglioni, Seigneurs de Perugia, qui  dominaient l’Ombrie au Moyen Age. La propriété est entourée de mille oliviers séculaires et se trouve à environ 1,5 km de Spello.

Savez-vous d’ailleurs qu’on peut rejoindre Spello depuis Assisi , et  en particulier en continuant la montée à partir de l’Eremo dei Carceri, empruntant ce qu’en Italie on appelle une route blanche ? Cette route mène au sommet du Monte Subasio et redescend vers Spello. Quand il fait très chaud à Assise, la fraîcheur surprend lorsqu’on arrive au sommet, tout comme la vue merveilleuse sur la chaîne des Apennins et la vallée de la Chiona. Au printemps, toute une petite flore colorée de montagne parsème les pâturages. Ce n’est pas le plus court chemin pour rejoindre Spello, puisqu’il y a environ 36 km, mais c’est certainement l’itinéraire le plus charmant, méritant vraiment le détour.

parco-monte-subasio-umbria

Bien que l’atmosphère de l’hôtel rappelle des temps anciens, puisque la structure initiale est celle d’un ancien moulin, qui par magie a été transformé de façon remarquable, offrant un confort maximum. De plus, on y est accueilli comme des amis. Enfin, à l’intérieur, deux salles ont été aménagées pour rassembler une importante collection de céramiques anciennes, des meubles, et des tableaux dont ceux de Schifano et de Norberto, qui sont des collections privées.

Trois types de chambres : Standard, Supérieur, ou de Luxe, ainsi que deux suites avec vasque d’hydro-massages n’attendent que votre visite. La Suite Junior possède une petite terrasse privée ouverte sur un superbe panorama et possède une agréable mini-piscine d’eau chaude avec hydro-massage. Une chambre supérieure dispose d’une petite cour et d’un jardin avec une vue toute aussi panoramique.  

la-bastiglia-spello_big

L’hôtel propose également des appartements pour des vacances, pour quatre personnes, équipés d’une cuisine, installés dans l’antique Relais de la propriété, complètement rénové, et se trouvant à environ 800 mètres de l’hôtel.

la-bastiglia-spello-chambre-superieure

Une des chambres de l’Agritourisme

Deux tarifs :

          Basse saison (du 4 novembre au 31 mars)

·         Chambre double à usage individuel : 70 Euros – 80 Euros – 85 Euros

·         Chambre double : 80 Euros – 100 Euros – 130 Euros

·         Chambre triple : 110 Euros – 130 Euros – 160 Euros

·         Chambre quadruple : 140 Euros – 160 Euros – 190 Euros

          Haute Saison : (du 1er avril au 3 novembre) 

·         Chambre double à usage individuel : 80 Euros – 95 Euros – 105 Euros

·         Chambre double : 100 Euros – 130 Euros – 155 Euros

·         Chambre triple : 130 Euros – 160 Euros – 185 Euros

·         Chambre quadruple : 160 Euros – 190 Euros – 215 Euros

la-bastiglia-spello-la-terrasse-du-restaurant

La magnifique terrasse de l’Agritourisme

L’Agritourisme offre un tarif familial en demi-pension à 59,50 Euros par personne et par jour, avec une réduction de 50 % pour les enfants de moins de 12 ans, en chambre double classique avec lit ajouté.

Ce prix comprend un abondant petit déjeuner fait de gâteaux traditionnels et le dîner est composé de plats riches de la cuisine traditionnelle ombrienne : antipasto de jambon, saucissons variés, fromage et divers types de bruschette préparées avec l’huile de la propriété, des feuilletés de légumes, des soupes des légumes du potager, des pâtes faites maison accommodées de sauces succulentes, et puis la viande, également du cheptel du domaine, servi avec un accompagnement approprié, des gâteaux maisons, des fruits, café et liqueurs, eau et vin de la maison, tout est compris dans le prix.

L’Agritourisme offre également un service Bed and Breakfast avec un minimum de trois nuits pour 32,50 euros par personne et par nuit. Ou bien pour une nuit avec petit déjeuner, en chambre double classique, pour deux personnes : 65 euros. 

la-bastiglia-spello-la-piscine

Il existe un parking extérieur conventionné (10 euros la nuit) avec un service de navette gratuite. L’Hôtel offre également à ses clients une superbe piscine chauffée et un solarium qui s’encadrent,  totalement et sans fracture, dans le paysage et le tissu urbain de Spello. D’ici, on jouit d’un panorama exceptionnel sur la vallée della Chiana sur fond de montagnes. Et, pour mieux en profiter, transats et parasols sont à la disposition des hôtes. On peut également utiliser la piscine la nuit, ouverte de juin à octobre.

Il vous sera également possible d’acheter l’huile d’olive extravergine de la colline de Spello, propriété de l’Agritourisme.

Les animaux de petite taille sont acceptés.

L’Agritourisme se trouve sur la Via Francigena de Saint François, là où le panorama est le plus spectaculaire sur cette route qui mène d’Assisi à Spello, à travers le Parc Naturel de Monte Subasio. 

monte-subasio

Sur les pentes de Monte Subasio 

Contactez-moi sans attendre, j’organiserai le séjour de votre choix : réservation… activités… circuits et petit guide de la région. Confiez-moi votre numéro de téléphone et je vous appelle pour en parler…

sylvietribut@club-internet.fr – Tél. (0033) 01.34.83.36.31

francois-dassise5

COMMENT SE RENDRE EN ITALIE 

 

 

par-la-route-en-italie2PAR LA ROUTE

Vous souhaitez faire une étape… Je peux réserver pour vous un hébergement, avec dîner le soir et petit déjeuner le matin… Vous quittez l’autouroute pour quelques kilométres et vous plongez déjà dans l’ambiance italienne.

par-avion-en-italie1

PAR AVIONLe plus pratique pour rejoindre l’Ombrie est d’atterrir à Roma Ciampino

          Orly/Rome Ciampino – Aller (prix le plus bas)             36,99 Euros

          Rome Ciampino/Orly – Retour (prix le plus bas)         29,99 Euros

          Location véhicule – Exemple Clio 4 portes   39,50 Euros par jour, soit pour 6 jours 237,01 Euros

 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , ,

UNE REGION A DECOUVRIR… L’OMBRIE

(21.11 - OMBRIE) par sylvietribut le 28-06-2011

Les cyprès veillent, sentinelles pacifiques à l’orée des villages et des champs. Tout est doux comme un chant d’oiseau au matin du monde : ondulement tendre des collines, ciel pastel, miroitement d’eaux limpides, lumière blonde sur une terre qui semble tout ignorer de l’angoisse des fins dernières. Ainsi est l’Ombrie. Ainsi fut-elle du temps où François le Simple, il Poverello, le jongleur de Dieu, s’en allait au long de ses chemins, méditant, priant, parlant aux oiseaux et charmant les loups. 

D’Assisi à Gubbio, des rives du lac Trasimeno aux pentes de Monte Subasio, nous remettons nos pas dans ses pas, regardons par dessus son épaule et vivons un indicible miracle : le pays auquel il était si intimement accordé est demeuré intact. Les milliers de regards de touristes n’ont pas entamé sa luminosité tranquille.

ombrie_verdure 

Paysage d’Ombrie

Croyant ou mécréant, qu’importe. Comme Jérusalem, Ephèse, Palanque, Louxor, l’Ombrie est une terre inspirée. Que l’on y tende l’oreille et l’on entendra mille voix chanter, pour l’éternité, le cantique des créatures. Que l’on y ouvre les yeux et l’on y verra les fantômes légers de ces hommes, fous de Dieu, qui vivaient de rien et d’amour. 

L’Ombrie nous apparaît comme un pays de collines, de vallées et de bassins. Des peupliers pointent vers le ciel leurs cimes bruissantes : c’est la « verte Ombrie » de la vallée du Clitunno dont les pâturages étaient déjà renommés dans l’Antiquité et que chanta dans ses poèmes Giosuè Carducci.

L’Ombrie compte deux lacs, le Trasimeno et le Piediluco, et plusieurs cours d’eau dont le Tibre. Des cités médiévales, qui ont succédé aux agglomérations étrusques, surplombent conques et vallées : l’austère Gubbio, l’altière Perugia, capitale de l’Ombrie, Assisi la franciscaine, mais aussi Spello, Spoleto, Orvieto… D’autres occupent le centre d’une plaine, comme Foligno ou Terni.

L’Ombrie est une des rares provinces italiennes à ne pas être baignée par la mer. Elle est traversée du Nord au Sud par la vallée du Tibre. Mais l’autoroute du Soleil (Autostrada del Sole), qui passe au pied de l’éperon d’Orvieto, ne fait qu’effleurer la région. Comme si quelqu’un avait senti qu’il fallait épargner à cette terre encore silencieuse le bruit et la fureur des grandes voies de communication. Les dépliants touristiques ne fournissent de l’Ombrie qu’une seule statistique : 20 000 saints et bienheureux y sont dénombrés.  

orvieto 

Le Duomo d’Orvieto comme une sentinelle dans le soleil couchant 

La clarté triomphale des matins de Toscane fait place ici à une brume légère qui souligne doucement l’architecture du paysage. La moindre colline est parfaitement construite : au sommet, un clocher ou un donjon jaillit d’une herbe si lustrée qu’on dirait de la fourrure ; plus bas commencent les espaliers, les arbres taillés en forme de lyre, les vignes hautes qui s’accrochent à leurs tuteurs pour former un tunnel de tonnelles ; plus bas encore, coquelicots et genêts entourent les masses étroites et hautes des meules de foin, qui ont, en Ombrie une forme particulière.  

carte-de-lombrie Deux provinces composent l’Ombrie : Perugia et Terni

Au Nord, l’Apenino ombrien a des déserts dignes des hauts plateaux d’Ecosse, des bergeries qui sentent le bois tiède et le miel, des routes de crêtes vertigineuses. A l’Ouest, le lac Trasimeno, devant lequel Hannibal, ayant vaincu Flaminius, fit trembler et pleurer Rome, baigne trois îles minuscules : Minore, Palvese qui sont pratiquement désertes, et Maggiore, un bourg de pêcheurs dont la grand-rue a bien 100 mètres de long. L’île appartient plus ou moins à l’illustre famille des Fuglielmi, dont le château, plein d’armures et de coquillages, et le parc occupent un bon tiers du territoire.  

Enfin, l’Ombrie recèle une infinité de bourgades inconnues où l’on retrouve l’Italie éternelle, celle des moines et des paysans ou, si l’on préfère, celle de Peppone et de Don Camillo. Entre Orvieto et Narni, par exemple, c’est-à-dire sur 60 km, on compte pas moins de trois petits centres pleins d’intérêt : Lugnano in Teverina avec son église Santa Maria Assunta, dont la sobriété romane paraîtra au visiteur français, après tant de mosaïques et de marbres, singulièrement attendrissante ; Amelia, qui conserve de superbes remparts étrusques ; ou bien Narni, vertigineusement accrochée au-dessus de la vallée de la Nera, dont la Loggia dei Priori est aussi belle que le Palazzo del Podestà, ce qui est tout à son honneur. Même autour de Terni, dont les usines font l’un des principaux centres industriels italiens, on retrouve, à deux pas, une campagne en tout point digne des louanges que lui adressaient, il y a quelques siècles, les poètes Virgile et Pline. 

gubbio-2 

Gubbio la silencieuse 

Perugia est la capitale de la province. Elle domine le Tibre, elle aussi accrochée à un piton dans un enchevêtrement de rues à pic et d’escaliers. Sans oublier Spoleto, universellement célèbre pour son festival international des Due Mondi, créé par Giancarlo Menotti, est construite autour d’une place, Piazza del Duomo, qui semble avoir été conçue tout exprès pour servir de théâtre en plein air. Un peu à l’écart, le Ponte delle Torri (le Pont des Tours), construit au XIVe siècle au-dessus d’un aqueduc romain, franchit les gorges du Tessino dans un site grandiose. Orvieto, sur son rocher volcanique si abrupt qu’on y a installé un funiculaire, continue à monter la garde au-dessus de l’Autoroute du Soleil. Et puis, au Nord de l’Ombrie, Gubbio, appelée « la cité du silence » ; elle a si peu changé depuis le Moyen-âge que l’on trouve naturel de voir des arbalètes accrochées aux murs des maisons et de pénétrer dans des tavernes dignes de Don Quichotte. Sur les façades, à hauteur d’entresol, les portes des morts débouchent sur le vide : on les utilise lorsqu’il y a un deuil dans la famille. Et puis… et puis encore… Foligno et le magnifique portail roman de son Duomo. C’est une des rares villes de la région à se trouver en plaine. Alors que Montefalco, tout à côté, le « Mont du Faucon », est le balcon de l’Ombrie.

francois-dassise 

La gastronomie de l’Ombrie

Points forts de la province : la confiserie, la biscuiterie, les pâtes et surtout la charcuterie, qui est probablement la meilleure et la plus variée de toute la péninsule. Les truffes noires de Norcia et les poissons du lac Trasimeno font également les délices des amateurs.

 Parmi les plats à goûter de préférence, on peut citer : l’agnello all’arrabbiata, agneau de montagne cuit à feu vif avec sel et poivre et aspergé de vinaigre ; la porchetta, cochon de lait aromatisé et rôti à la broche, au four ou à la braise ; les jambons, saucisses et saucissons de Norcia. Et puis encore, les cardi alla perugina : cardes cuites à l’eau bouillante et frites dans l’huile ; le « sedano di Trevi in umido », côtes de céleri cuites dans une sauce à la tomate.

Parmi les vins : le Greco, jaune paille tirant sur l’ambre ; goût délicat, bouquet subtil ; demi-sec, frais et harmonieux qui accompagne de préférence le poisson. L’Orvieto, jaune d’or pâle, limpide et transparent, bouquet délicat avec un arrière-goût délicieusement amer ; deux types : sec et demi-sec. Et enfin le Sagrantino, rouge cerise, de haute saveur, tirant légèrement sur le demi-sec ; parfum persistant plutôt vineux qui accompagne de préférence les viandes blanches.

Assiette en céramique - Fabrique - Deruta (Umbria)  

Céramique ombrienne de Deruta

Enfin, la grande spécialité de l’Ombrie est la céramique, dont les principaux centres de production sont situés à Orvieto, Ficulle, Gualdo Tadino et Deruta. Quant à Assisi, elle est renommée pour la qualité de ses fers forgés et de ses dentelles. 

francois-dassise1

Un peu d’Histoire : quelques repères

309 avant Jésus-Christ : Rome enlève Perugia aux Etrusques. 

XIIe siècle : apparition, comme à Florence, du phénomène communal. 

A la Renaissance : annexion de l’Ombrie par les Etats pontificaux. 

1861 : Incorporation de la province à l’Italie unifiée. 

francois-dassise2 

Bien que l’Ombrie soit une des plus petites régions d’Italie, du fait qu’elle n’est coupée par aucune autoroute, ne rend pas les déplacements très rapides, d’autant que certains endroits sont plutôt escarpés, et les routes sont à deux voies seulement, aussi plusieurs hébergements  sont peut-être à prévoir.

Contactez-moi…. J’organiserai pour vous un petit circuit et réserverai pour vous, en fonction de votre budget et de vos goûts, l’hébergement pouvant le mieux vous convenir.

sylvietribut@club-internet.fr – Tél. (0033) 01.34.83.36.31

francois-dassise4

COMMENT SE RENDRE EN ITALIE  

 

 

par-la-route-en-italie1PAR LA ROUTE

Vous souhaitez faire une étape… Je peux réserver pour vous un hébergement, avec dîner le soir et petit déjeuner le matin… Vous quittez l’autouroute pour quelques kilométres et vous plongez déjà dans l’ambiance italienne.

par-avion-en-italiePAR AVIONLe plus pratique pour rejoindre l’Ombrie est d’atterrir à Roma Ciampino

 

 

 

 

 

 

 

          Orly/Rome Ciampino – Aller (prix le plus bas)             36,99 Euros

          Rome Ciampino/Orly – Retour (prix le plus bas)         29,99 Euros

          Location véhicule – Exemple Clio 4 portes   39,50 Euros par jour, soit pour 6 jours 237,01 Euros.  

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’ARGENT… METAL LUNAIRE

(08 - LES PIERRES ET METAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 28-06-2011

Dans le système de correspondance des métaux et des planètes, l’argent est en rapport avec la Lune. Il appartient au schéma ou à la chaîne symbolique lune-eau-principe féminin. Traditionnellement, en effet, par opposition à l’or, qui est principe actif, mâle, solaire, diurne, igné, l’argent est principe passif, féminin, lunaire, aqueux, froid. Sa couleur est le blanc, le jaune étant celle de l’or. Le mot même argent dérive d’un mot sanscrit signifiant blanc et brillant. On ne s’étonnera donc pas de voir le métal attaché à la dignité royale. Le roi Nuada, qui eut le bras coupé lors de la première bataille de Moytura et, de ce fait, ne peut plus régner puisque toute mutilation ou difformité est disqualifiant, remonte sur le trône après que le dieu médecin Diancecht lui ait fait la prothèse d’un bras d’argent.  

pepite-dargent

Pépite d’argent

D’après les mythes égyptiens, les os des dieux sont faits d’argent, tandis que leurs chairs sont d’or.

Blanc et lumineux, l’argent est également symbole de pureté, de toute espèce de pureté. « Il est la lumière pure, telle qu’elle est reçue et rendue par la transparence du cristal, dans la limpidité de l’eau, les reflets du miroir, l’éclat du diamant ; il ressemble à la netteté de la conscience, à la pureté d’intention, à la franchise, à la droiture d’action ; il rappelle la fidélité qui s’ensuit ».

Dans la symbolique chrétienne, il représente la sagesse divine, comme l’or évoque l’amour divin pour les hommes.

Il est un symbole de l’eau purificatrice pour les Bambara ; Dieu, qui réunit les deux éléments purificateurs feu et eau, est à la fois or et argent.

Dans les croyances russes aussi, il est symbole de pureté et de purification. Le héros de nombreux contes traditionnels se sait menacé de mort lorsque sa tabatière, sa fourchette ou quelque autre objet familier se met à noircir. L’hermine d’argent, protectrice des fileuses, leur fait parfois don du fil d’argent, particulièrement fin et solide. Les Kirghizes guérissent l’épilepsie en obligeant le malade à regarder le guérisseur, qui forge lentement un cône d’argent ; l’effet semble hypnotique, le malade se calme, devient somnolent, et s’apaise.

Mais l’argent, sur le plan de l’éthique, symbolise aussi l’objet de toutes les cupidités et les malheurs qu’elles provoquent, ainsi que l’avilissement de la conscience : c’est son aspect négatif, la perversion de sa valeur.  

tetradrachm_athens

Tetradrachm d’Athènes en argent

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

UNE REGION A DECOUVRIR… LE PIEMONT

(21.02 - PIEMONT) par sylvietribut le 26-06-2011

Comme le nom l’indique… nous sommes aux pieds des montagnes, en l’occurrence les Alpes. C’est une région bien méconnue, qu’on ne fait souvent que traverser tant on a hâte de retrouver la plage, le soleil, ou des régions a priori plus prestigieuses ou plus célèbres… Pourtant, le Piémont nous offre toute une palette de paysages, de villes, de vins, de spécialités qui n’ont rien à envier aux autres régions italiennes.  

castello-di-gabiano-monferrato

Castello di Gabiano – Monferrato

Ainsi, avec toujours en toile de fond les Alpes enneigées, se succèdent d’autres paysages : les très romantiques rivages du Lac Majeur abritant les prestigieuses îles Borromées, au non moins charmant Lac d’Orta…  de la très surprenante plaine du Pô qui nourrit les vastes rizières de la région de Vercelli. Bien des cinéphiles ont encore en mémoire « Riz Amer » de Giuseppe de Santis, avec Silvana Mangano et Vittorio Gassman dans un boogi woogie devenu mythique et qui valut la remarque spirituelle d’un critique d’alors « les cuisses de Silvana Mangano font du tort à la peinture revendicative des rizières ».

vercelli-risaie

A l’Ouest des lacs, le Canavese, ses forêts de châtaigniers, ses petits lacs plus modestes et ses typiques maisons piémontaises. Plus au sud, les collines douces des Langhe si chères à Cesare Pavese, un enfant du pays, ainsi que le Monferrato et son magnifique vignoble… qui nous suggère qu’on y mangera bien, d’autant qu’en Piémont, la truffe blanche est reine. 

asti-langa-monferrato1

Les vignes du Monferrato

Au centre de ce Piémont, traversée par le Pô qui tout doucement s’alanguit, la capitale industrielle d’Italie, Turin ou Torino en italien, célèbre grâce à l’industrie automobile et à Fiat, mais totalement méconnue comme première capitale d’Italie, bien avant Rome, et qu’on nomme encore la « petite Paris ». Elle mérite vraiment plus qu’une simple visite.

piemonte

Huit provinces constituent le Piémont : Verbania, Biella, Vercelli, Novara, Torino, Asti, Alessandria et Cuneo.

la-veneria-reale-torino

La Veneria reale à Torino 

Voici une très bonne adresse pour une étape sur la route des vacances ou pour un séjour prolongé, à la découverte de cette belle région entre montagnes et collines… Dans son Jardin des Cerises, Edi vous reçoit. C’est une belle maison piémontaise du XVIIe siècle, dans la famille depuis quatre générations. On la trouve facilement, tant elle est proche de l’autoroute, sans avoir à se perdre dans la périphérie de Turin… C’est également une position idéale pour rayonner du Nord au Sud et d’Est en Ouest, tout en vous réservant un peu de temps pour visiter Torino, tout à côté…

sala-da-pranzo

N’hésitez pas à me contacter. Je vous présenterai Edi en son Jardin des Cerises, mais aussi pour vous suggérer les plus belles et les plus intéressantes balades à travers une région pleine de charme.

Edi vous reçoit… pour une nuit, si vous ne faites que traverser le Piémont… pour un week-end… pour une semaine ou plus… que vous soyez seul(e), à deux ou plus nombreux… On peut séjourner dans ce jardin jusqu’à 10.

Et puis, le petit plus… si fatigués du voyage vous ne voulez pas ressortir pour dîner ailleurs… Edi vous servira un petit dîner piémontais dont elle a le secret… Sa cave est également riche de tas d’étiquettes qui seront comme autant de nouveautés à vos oreilles qu’à vos papilles.

cuisine-edi

Enfin, si vous désirez prolonger votre séjour, une belle cuisine vous est accessible, mais si après de grandes journées de balades et randonnées vous n’avez ni envie de faire les courses, ni ne vous mettre à la cuisine, chez Edi on se met les pieds sous la table… le tout étant de la prévenir et de voir avec elle ses conditions…

veduta-presso-moncalvo

Petit village du Monferrato

Contactez-moi sans attendre, j’organiserai pour vous le séjour de votre choix. Confiez-moi votre numéro de téléphone et je vous appelle…

Tél. (0033) 01.34.83.36.31 ou sylvietribut@club-internet.fr

camera20blu

TARIF 2011

B & B (petit déjeuner compris) – par jour

Chambre double                                                                           65 Euros (à partir de 3 nuits : 60 Euros)

Chambre double à usage single                                                  45 Euros

salle-de-bains

A la semaine

Minimum selon le nombre de personnes (3 à 10)                  400 Euros

En demi-pension : 245 Euros par personne et pour 7 nuits. Remise selon le nombre de personnes.

Compris dans le prix : Electricité, gaz, eau, draps, linge de toilette et nettoyage final.

Pour le dîner, Edi propose la typique « Merende sinoira piemontese » qui comprend :

Trois Antipasti, le plat principal, un dessert, l’eau et le café : 15 Euros 

Le vin est en sus : entre 6 et 9 Euros selon votre choix : Barbera, Dolcetto, Bonarda…

La structure de cette maison s’adapte aux exigences de ses hôtes et devient une véritable maison de vacances.  

lac-dorta-et-lile-san-giulio

Ile San Giulio sur le lac d’Orta  

Partager

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

UNE PLANTE DE LA SAINT-JEAN : L’ACHILLEE MILLEFEUILLE

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 24-06-2011

L’Achillée millefeuille (Achillea millefolium) est encore appelée « herbe de la Saint-Jean », « herbe à dinde », « herbe aux charpentiers, « herbe aux soldats », « herbe aux coupures » ou même « sourcil de Vénus  », « saigne-nez », « herbe de Saint-Joseph » et « herbe aux cochers ». C’est une plante herbacée vivace de la famille des Astéracées.  

C’est une plante stolonifère vivace, aux tiges variant de 18 à 80 cm, aux feuilles finement bipennatilobées, doublement pennées vert foncé, très allongées et découpées en fines lanières courtes. Les fleurs sont souvent blanches, roses ou pourpres. Les fleurons du centre (fleurs en tube) sont jaunâtres. Les capitules aux sommets des tiges forment des ombelles.

acchillee2  

Ce sont les sommités de la mille-feuille, cueillies en juin, en pleine floraison qui fondent la réputation de la plante comme stimulant de la circulation, calmant les douleurs des muqueuses, astringent, cicatrisant et réduisant les hémorroïdes. 

Chiron, le centaure du Mont Pélion, avait reçu de Jupiter le don de guérir. Pourtant, lui-même estropié et dans une grande souffrance, ne pouvait se guérir. Il fut pourtant élevé au rang de constellation, ce qui fait dire que la position de Chiron dans notre thème astral est le lieu de notre blessure inguérissable. Ce centaure aurait donc enseigné les vertus de la plante à Achille, le héros de la guerre de Troie, qui en fit usage pour guérir les blessures de ces compagnons. Et c’est ainsi qu’Achille donna son nom à la plante.  

achille 

Achille au combat 

D’après la tradition chrétienne, Joseph le charpentier se blessa un jour gravement et son fils Jésus pansa avec des feuilles d’Achillea la blessure qui cicatrisa rapidement. Bénie depuis, la plante guérit les plaies soit en cataplasmes de feuilles fraîches, soit en lavage et compresses sous forme de décoction de fleurs.  

Quant à Vénus, elle est associée à la plante parce qu’elle s’intéresse elle aussi aux femmes, comme Diane alias la Lune, en leur fournissant de quoi provoquer leurs règles et les apaiser quand elles sont douloureuses. Selon d’autres versions du mythe, Aphrodite/Vénus aurait utilisé la plante pour traiter les plaies d’Adonis, son amant. 

Par ailleurs, la réputation de la plante comme médicinale remonte à la Préhistoire, comme le montre les recherches archéologiques faites à Shanidar en Irak. Les hommes de Néandertal semblaient avoir une pharmacie rudimentaire basée sur les plantes et l’une des huit plantes identifiées, au moyen des grains de pollen trouvés sur ce gisement, était l’Achillée.

Au Premier siècle, le Grec Dioscoride fut le premier à mentionner la Millefeuille comme une plante incomparable pour traiter les plaies saignantes ainsi que les ulcères anciens ou récents. Hippocrate, quant à lui, la prescrivait contre les hémorroïdes saignantes externes ou internes. 

Au IVe siècle, le médecin bordelais Marcellus Empiricus devait reprendre cette thèse pour recommander la Millefeuille contre les saignements. Jusqu’au XIXe siècle, la plante a été utilisée pour accélérer la cicatrisation. C’est une plante comestible dont on peut utiliser les fleurs et les feuilles aux propriétés toniques, digestives, hémostatiques, antispasmodiques, emménagogues, hypotensives, anti-hémorroïdales. Ce Millefeuille fait également merveille dans les cas de déficience circulatoire, aussi bien pour les varices que contre les bouffées de chaleur. 

achille_millefeuille  

Il est même arrivé, durant la Première guerre mondiale, qu’un infirmier, faute de médicament, soigne des blessures légères avec cette plante.   

Enfin, traditionnellement, depuis plus de deux millénaires, des millions de Chinois utilisent, pour interroger le Yi King ou Livre des Transformations, 50 tiges d’Achillée millefeuille, par un savant et répétitif système de calcul avec les tiges. Le procédé, censé favoriser le vide intérieur, la concentration sur la question posée et une certaine  « adéquation à l’instant », est également en faveur auprès de milliers d’Occidentaux s’intéressant à la pensée chinoise.

baguettes-dachilla-yi-king

Baguettes d’Achillée 

Cette belle vivace et rustique mériterait à être redécouverte. Peu spectaculaire, elle était en désuétude jusqu’à ce que les pépiniéristes se décident à mettre en vente plusieurs variétés de cette grande famille, faciles à réussir et bien adaptées à nos climats, avec notamment une excellente résistance à la sécheresse. Donnez-donc un petit air sauvage à votre jardin. Et en plus, la belle est comestible ! Feuilles et fleurs peuvent être consommées avec modération, en salade, en assaisonnement, en potage… Son odeur accentuée relève également pâtisseries et liqueurs. Mais restez modéré : la plante peut provoquer des vertiges. 

On en recense plus d’une centaine de variétés. Certaines espèces sont tapissantes et d’autres buissonnantes. Le feuillage est simple ou découpé, couronné d’une floraison durant tout l’été (juin à septembre). Toutefois, vous la connaissez… sans la connaître… Elle pousse spontanément dans la nature où ses hautes tiges ornées de fleurs blanches en corymbes surgissent au milieu des herbes. Elle doit son nom à sa feuille, très finement découpée, avec les allures d’une plume. 

achille-millefeuille-21 

Bibliographie 

Fêtes et croyances populaires en Europe d’Yvonne de Sike – Editions Bordas

Secrets d’une Herboriste – Marie-Antoinette Mulot – Editions du Dauphin 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LES FEUX DU SOLSTICE D’ETE

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME) par sylvietribut le 22-06-2011

Point cardinal dans la course annuelle du Soleil, le solstice d’été, facilement repérable dans l’Europe méridionale au climat tempéré, revêt un aspect merveilleux dans les pays septentrionaux, où le crépuscule et l’aube se confondent dans l’embrasement du ciel. 

solstice-dete 

Solstice d’été

A l’approche du 21 juin, la Grande Ourse, guide immuable dans le royaume des ténèbres, cède sa place à la lumière, car pour l’observateur qui s’approche du nord de l’axe terrestre, le jour estival se rallonge de plus en plus. Les nuits sont blanches dans les zones polaires et la Lune, l’éternelle amante capricieuse du Soleil, s’y soumet à la prédominance incontestable de l’astre diurne. 

Le soleil se repose peu au sommet du ciel : le lendemain du solstice d’été commence inexorablement le mouvement inverse de déclin qui le conduit, six mois plus tard, au solstice d’hiver. Il n’est pas étonnant que partout en Europe, au moment de l’apogée du soleil, on célèbre sa victoire instantanée par des feux, appelés souvent « feux du ciel ». Aux feux intimistes et intérieurs de Noël correspondent les joyeux feux de plein air d’été. La bûche de Noël devient bûcher de feu vif de la Saint-Jean, aux brasiers d’hiver correspondent les hautes flammes d’été qui dévorent paille et branchages. Alimentés de bois frais, plein de sève et de plantes odoriférantes : thym, origan, fenouil, rue, camomille, géranium… ou encore de couronnes et de bouquets de mai, les bûchers solsticiaux dégagent une épaisse fumée et une forte odeur aromatique propre à éloigner tous les maléfices.  

fete de la saint jean 

Bûcher de la Saint-Jean 

Les feux d’été, certainement feux de jubilation et de purification, ne sont pas moins des feux propitiatoires destinés à apaiser l’angoisse humaine devant le déclin solaire et peut-être une ultime tentative pour compenser cette déficience par la magie. La coutume de lancer en l’air des disques embrasés était très répandue, comme celle de faire dévaler du sommet d’une montagne ou d’une crête une vieille roue recouverte de paille enflammée, imitant ainsi les révolutions du soleil.

Feux terrestres et chaleur matérielle se « marient » pendant cette nuit magique avec les faveurs du soleil, de sa lumière, source éternelle de vérité et de bonheur, est impliquée dans la prospérité des cultures, en obéissant presque à la volonté de l’homme et jeu du hasard : on déterminait jadis la hauteur du lin ou des céréales et la richesse des futures récoltes à la hauteur des flammes ou à celle des sauts de jeunes gens au-dessus des bûchers. 

Mais nos ancêtres ne se limitaient pas seulement à festoyer en l’honneur du soleil ou à pratiquer la magie, ils s’appliquaient aussi à  « stocker » les bienfaits solsticiaux. Rites mystiques et cueillette de plantes médicinales et magiques se concentraient depuis toujours à cette période de l’année. On retrouve aisément dans ces plantes florissantes sous l’effet bénéfique du rayonnement solaire la dualité du bien et du mal. Remèdes aux maladies et sources de bonheur, les plantes se révèlent aussi des armes redoutables de la mort et du maléfice. Leurs qualités dépendant aussi de la façon de les cueillir ou de les cultiver. Les bonnes intentions transforment les poisons en panacées et inversement. Les plantes de sorcières provoquent extase et hallucination lors des chevauchées nocturnes mais aussi insensibilité à la douleur.  

L’ensemble de ces croyances et traditions, cohérent dans son fonctionnement, est propre aux cultures dites « archaïques ». En se modifiant suivant la latitude des lieux, et en s‘adaptant à l’évolution des courants philosophiques et des influences culturelles, elles se sont transmises à travers les siècles, dans une continuité remarquable. 

L’Eglise a placé à proximité de la date solsticiale l’anniversaire de Saint Jean-Baptiste, né six mois avant Jésus, suivant les traditions chrétiennes qui reconnaissent en lui « la lampe ardente et brillante » de la nouvelle fois. Les saintes écritures qui rapportent les paroles de Jean au sujet de Jésus – « il faut qu’il croisse et que je diminue » – expriment bien le passage d’une conception philosophique et religieuse du monde à une autre, en comparant les deux hommes à la course solaire. 

Jean-Baptiste, le dernier des prophètes, le précurseur du Christianisme, fait la liaison entre l’Ancien et le Nouveau Testament. Il mena une vie ascétique dans le désert sur les bords du Jourdain ; la ferveur de ses convictions rivalisait avec la dureté du paysage écrasé par un soleil impitoyable ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage, n’autorisant aucun confort à son corps desséché vêtu de peaux de bêtes. 

Il prêchait la conversion intérieure (metanoia) dans l’attente du Messie, et il baptisait dans les eaux du fleuve de nombreuses personnes bouleversées par l’annonce de la proximité du royaume des cieux. Jésus, son cousin, vint recevoir le baptême auprès de lui, et c’est à cette occasion que le Saint-Esprit descendit sous la forme d’une colombe sur le Fils de Dieu. 

filippo-lippi-le-banquet-dherode-et-la-danse-de-salome 

La danse de Salomé au Banquet d’Hérode par Filippo Lippi – Cathédrale de Prato – Toscane 

Décapité par ordre du roi Hérode pour complaire à Salomé vers l’an 28, Jean reste une des figures les plus attachantes de l’Ancien Testament ; sévère et violent dans ses jugements, audacieux dans son comportement, imprévisible dans ses réactions, innovateur dans son enseignement et habile meneur d’hommes, Jean-Baptiste est un des personnages favoris de l’iconographie occidentale, et son prénom est toujours largement utilisé dans le monde chrétien. Patron des travailleurs du cuir et d’autres corps de métiers ruraux, Jean-Baptiste, dont la fête correspond à une période de lactation abondante, est aussi patron des bergers. Par ailleurs, c’est à partir de la Saint-Jean que l’on commence à tondre moutons et chèvres. « Jean et Jean se partagent l’an » affirme un dicton populaire. Il s’agit des deux Jean, le Baptiste et l’Evangéliste, ce dernier est fêté le 27 décembre, à proximité du solstice d’hiver. Tous deux contrôlent les « portes » solsticiales, notion gréco-romaine construite sur l’alternance des saisons et des cycles végétaux. L’un présente et sanctifie au cœur de l’hiver la lumière ascendante de l’été, alors que l’autre introduit la lumière déclinante de l’hiver en plein milieu de l’été. Ils se délectent tous deux de prophéties apocalyptiques sur la fin du monde dans une conjonction ultime du feu et de l’eau, éléments à la fois purificateurs et destructeurs.  

saint-jean-baptiste-le-titien 

Le Titien – Saint-Jean-Baptiste 

Jésus, comparé au Soleil de la justice, domine par sa naissance le solstice d’hiver ; pour être présent au moment où le Soleil atteint son zénith, il est représenté par le signe du Cancer. Il devient ainsi le Chronocrator, celui qui a « l’empire sur le temps », symbolisme particulièrement présent dans l’art roman. 

La Saint-Jean a très naturellement récupéré les pratiques et les coutumes du solstice d’été qui ne consistent pas en un culte solaire, tel qu’on le constate au solstice d’hiver. Aucune fête concrètement dédiée au soleil ne marque le jour le plus long de l’année et ce phénomène d’ordre astronomique ne coïncide, dans aucune civilisation avec le Nouvel An. En Egypte, l’année débutait en juillet avec la crue vitale du Nil, ce qui semblerait avoir influencé le calendrier grec qui débutait lui aussi en juillet avec les jeux Olympiques. 

saint-jean-levangeliste-et-son-aigle

 

Saint-Jean l’Evangéliste et son Aigle – Andrea del Castagno – Fresque de l’église Saint-Zaccharie à Venise – XVe siècle 

Les anciennes pratiques connues du monde européen, intégrées par le christianisme, relèvent plus de rites de magie et de rites agraires où le soleil n’intervient qu’en second lieu, en tant que source de purification, voire de santé et comme garant d’une récolte abondante. Partout en Europe, la chevauchée du bûcher est proposée aux couples, époux, fiancés, amoureux, pour obtenir une intensification de leurs sentiments. Et, à l’occasion des feux de la Saint-Jean, même quand c’est le prêtre qui les allume, on tolère l’amour physique et le désir effréné dans les « mariages d’une nuit ». « Déshabille-toi pour la Saint-Jean et habille-toi pour le lendemain » conseille un dicton provençal. 

Au solstice d’été, le Soleil n’est pas le seul à culminer ; dans les pays tempérés, la végétation atteint elle aussi son plein épanouissement. « Les herbes de la Saint-Jean gardent les vertus tout l’an ». Mais malheur aux pluies de ce jour-là : « L’eau de la Saint-Jean ôte le vin et ne donne pas de pain ». Et comme les malheurs viennent toujours par trois : « Pluie de Saint-Jean emporte noix, noisette et gland ». Concluons avec une prévision météorologique d’ordre général « Avant la Saint-Jean, pluie bénite, après la Saint-Jean, pluie maudite ». 

herbes-de-la-saint-jean 

Herbes de la Saint-Jean 

Les plantes de la Saint-Jean 

acchilleeL’Achillée appelée aussi mille-feuille, herbe de la Saint-Jean, herbe aux charpentiers, herbe aux soldats, herbe aux coupures et aussi sourcil de Vénus. 

   L’Angélique dite herbe aux anges et herbe du Saint-Esprit angelique2

armoiseL’Armoise, herbe de feu, couronne et ceinture de Saint-Jean, herbe sainte, sanguenitte et serpentine. 

L’hysope ou herbe sacrée ou bien Mariarmo hysope 

lierre-terrestre Le Lierre terrestre, herbe de Saint-Jean, courroie de Saint-Jean. 

milpertuis-sauvageLe Millepertuis, herbe aux mille trous, herbe de Saint-Jean, barbe de Saint-Jean, chasse diable. 

 

…dont une prochaine fois je vous conterai les légendes.

 

Bibliographie : Fêtes et croyances populaires en Europe – Yvonne de Sike

 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LE SYMBOLISME DES COULEURS

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME) par sylvietribut le 16-06-2011

Si la chromatologie a beaucoup évolué ces dernières années en particulier sous l’influence de Kandinsky, Hergin et Henri Pfeiffer, la symbolique de la couleur garde toute sa valeur traditionnelle.

Le premier caractère du symbolisme des couleurs est son universalité, non seulement géographique, mais à tous les niveaux de l’être et de la connaissance, cosmologique, psychologique, mystique… Les interprétations peuvent varier et le rouge, par exemple, recevoir diverses significations selon les aires culturelles ; les couleurs restent, cependant, toujours et partout des supports de la pensée symbolique.

arc-en-ciel

Les sept couleurs de l’arc-en-ciel, dans lesquelles l’oeil pourrait distinguer plus de 700 teintes, par exemple, ont été mises en correspondance avec les sept notes musicales, les sept cieux, les sept planètes, les sept jours de la semaine, etc. Certaines couleurs symbolisent les éléments :

– le rouge et l’orange : le Feu,

– le jaune ou le blanc : l’Air,

– le  vert : l’Eau,

– le noir ou le brun : la Terre.

Elles symbolisent aussi l’espace :

– le bleu : la dimension verticale, le bleu clair au sommet (le ciel), le bleu sombre à la base ;

– le rouge : la dimension horizontale, plus clair à l’Orient, plus sombre à l’Occident. 

Elles symbolisent aussi :

– le noir, le temps ;

– le blanc, l’intemporel et tout ce qui accompagne le temps, l’alternance de l’obscurité et de la lumière, de la faiblesse et de la force, du sommeil et de l’éveil.

Enfin, les couleurs opposées, comme le blanc et le noir, symbolisent le dualisme intrinsèque de l’être. Un vêtement en deux couleurs ; deux animaux affrontés ou adossés, l’un blanc, l’autre noir ; deux danseurs, l’un blanc et l’autre noir, etc… Toutes ces images colorées traduisent les conflits de forces qui se manifestent à tous les niveaux de l’existence, du monde cosmique au monde le plus intime, le noir représentant les forces nocturnes, négatives et involutives, le blanc les forces diurnes, positives et évolutives. 

Il faut cependant retenir que l’obscur est le milieu du germe et que le noir, comme l’a fortement souligne C.G. Jung, est le lieu des germinations : c’est la couleur des origines, des commencements, à leur phase germinative, avant l’explosion lumineuse de la naissance. Peut-être est-ce le sens des Vierges noires, déesses des germinations et des cavernes, comme l’Artémis d’Ephèse à la face sombre et brillante.

Les psychologues ont distingué les couleurs chaudes et les couleurs froides ; les premières favorisent les processus d’adaptation et d’entrain (rouge, orange, jaune) ; elles ont un pouvoir stimulant, excitant ; les secondes favorisent les processus d’opposition, de chute (bleu, indigo, violet) ; elles ont un pouvoir sédatif, apaisant. De nombreuses applications de ces valeurs ont été faites dans les appartements, les bureaux et les ateliers. Elles suscitent ce qu’elles symbolisent. 

Il y a lieu de tenir compte également de leur tonalité, de leur éclat, de leur brillance. Claires et lumineuses, elles produisent un effet plus positif, mais qui peut être démesuré jusqu’à l’excitation ; mates, éteintes, leur effet est plus intériorisé, mais peut devenir assez négatif. 

Les rêves colorés sont des expressions significatives de l’inconscient. Ils représentent certains états d’âme du rêveur et traduisent les diverses tendances de pulsations psychiques. Dans la conception analytique, selon C.G. Jung, les couleurs expriment les principales fonctions psychiques de l’homme : pensée, sentiment, intuition, sensation.

– Le bleu est la couleur du ciel, de l’esprit : sur le plan psychique, c’est la couleur de la pensée.

– Le rouge est la couleur du sang, de la passion, du sentiment.

– Le jaune est la couleur de la lumière, de l’or, de l’intuition.

– Le vert est la couleur de la nature, de la croissance : au point de vue psychologique, il indique la fonction de la sensation (fonction du réel), la  relation entre le rêveur et la réalité.

crayons-de-couleurs

Connaissez-vous l’Archéomètre ?

L’Archéomètre est un ouvrage d’Alexandre Saint-Yves d’Alveydre. Ce livre n’était qu’un projet que l’auteur n’eût pas le temps de terminer et que ses amis publièrent à titre posthume en 1911. L’ouvrage se prétend être la clef universelle permettant de jauger l’Antiquité et de déterminer la véritable valeur de chaque système philosophique, scientifique ou religieux, afin de l’intégrer à l’arbre universel de la science ou de la tradition. Le mot même d’« Archéomètre » vient du grec (archês métron) et signifie textuellement « mesure du principe ».

Le système repose sur une série de symboles et de significations qui ont trait à l’Archée, ou au Principe. Les mystères de cet Archée sont multiples et ils se différencient fortement selon l’univers culturel dont ils relèvent, Saint-Yves en distingue essentiellement deux : d’un côté, une antique tradition hébraïque selon laquelle l’Archée équivaut à celle des « lois », qui englobe les animaux du Zodiaque et les autres créatures célestes, ainsi que les lettres de l’alphabet sacré ; d’un autre côté, une tradition d’origine hindouiste, dans laquelle l’Archée est vénéré comme le « sanctuaire des arcanes ». Sur le disque de « l’Archéomètre » se trouvent indiqués, à côté des symboles stellaires, les planètes, les degrés du cercle, les notes de musique et les lettres de différents alphabets. On y reconnaît les lettres de différentes langues : arabe, assyrienne, chaldéenne, française, samaritaine, syriaque et un autre, plus mystérieux, l’alphabet « adamique ». Apparaissent en outre les lettres de l’alphabet sacré, reflet de l’alphabet astral. Ici, Saint-Yves emploie dix-neuf lettres au lieu des vingt-deux traditionnelles ; dix-neuf correspond aussi à la somme des douze signes zodiacaux et des sept planètes. Le thème des lettres et de l’alphabet est d’une importance capitale, car ils représentent, dans beaucoup de systèmes ésotériques, les matériaux indispensables à la méthode combinatoire centrale. La base numérique est un système duodécimal issu d’un triplement de tétragramme (3 x 4).

archeometre

Le système de représentation de l’Archéomètre est constitué de différentes zones concentriques de correspondances, qui renferment les différents éléments porteurs de sens : couleurs, planètes, signes du zodiaque, notes de musique, lettres et chiffres. Son centre est formé de quatre triangles équilatéraux superposés, inscrits dans un même cercle. Dans celui du niveau supérieur, qui correspond à la Terre, la pointe du haut est jaune, celle de droite bleue, celle de gauche rouge.

Le triangle immédiatement au-dessous, qui correspond à l’Eau, en position exactement inversée, a sa pointe inférieure violette (mélange du rouge et du bleu), sa pointe gauche orange (mélange du rouge et du jaune) et sa pointe droite verte (mélange du jaune et du bleu). Une rotation à trente ou soixante degrés de ces deux triangles fondamentaux donne le triangle de l’Air et celui du Feu ; leurs pointes sont colorées des tons intermédiaires résultant du mélange des deux couleurs voisines. Le centre est le blanc, c’est-à-dire l’unité. Au-delà des cercles qui enserrent l’Archéomètre se trouve le noir, absence de lumière, donc de toute couleur. C’est le royaume des ténèbres.

Astrologiquement parlant, chacun des trois signes de Feu (Bélier, Lion et Sagittaire) est suivi — dans le sens inverse des aiguilles d’une montre — par un des trois signes de Terre (Capricorne, Taureau et Vierge). Suivent un des trois signes d’Air (Balance, Verseau et Gémeaux), puis un des trois signes d’Eau (Cancer, Scorpion et Poissons). Pour la répartition des planètes en fonction des signes zodiacaux (les ”domiciles” de ces planètes, sur lesquels elles règnent), le Soleil (symbole du jour) et la Lune (symbole de la nuit) ont chacun un domicile qui leur est entièrement réservé, respectivement  le Lion et le Cancer. Chacune des autres planètes règne donc sur deux signes zodiacaux et possède ainsi deux couleurs, qui sont celles des oxydes ou des sels du métal dévolu à chaque planète, chacun d’eux ayant généralement deux oxydes :

– Saturne lunaire (ou nocturne) dans le Capricorne, correspond au jaune ;

– Saturne solaire (ou diurne) dans le Verseau, correspond au jaune-orange.

– Jupiter lunaire, dans les Poissons, correspond à l’orange ;

– Jupiter solaire, dans le Sagittaire, est vert-jaune… Et ainsi de suite…

Parmi les métaux :

– L’or appartient au Soleil,

– L’argent à la Lune,

– Le plomb à Saturne,

– L’étain à Jupiter,

– Le fer à Mars,

– Le cuivre à Vénus,

– Le vif-argent à Mercure.

Les couleurs traditionnelles se rapportent ainsi à l’aspect des différents métaux dévolus aux planètes.

La symbolique des jours se superpose à l’ensemble, en attribuant :

– Le dimanche au Soleil,

– Le lundi à la Lune,

– Le mardi à Mars,

– Le mercredi à Mercure,

– Le jeudi à Jupiter,

– Le vendredi à Vénus,

– Le samedi à Saturne.

En ce qui concerne les tonalités (toutes majeures) :

– Jupiter est en ut (do),

– Mars en ré,

– Le Soleil en mi,

– Vénus en fa,

– Mercure en sol,

– La Lune en la,

– Saturne en Si.

Si l’on parcourt l’édifice circulaire de l’Archéomètre selon un certain trajet, on passe constamment du jour à la nuit, ou plus exactement du domicile diurne au domicile nocturne de chacune des planètes. Dans un espace tridimensionnel, la répartition prend alors la forme d’un corps hélicoïdal.

Le planisphère de l’Archéomètre se divise en sept zones concentriques, lues de l’extérieur vers l’intérieur :

– La première zone se compose de deux anneaux portant les indications de degré courant en sens inverse d’un anneau à l’autre, de sorte que la somme des chiffres situés sur le même rayon donne toujours 360.

– La seconde zone contient les lettres « modales », c’est-à-dire les douze lettres morphologiques, les douze lettres arithmologiques, les chiffres indiquant les propriétés magiques des chiffres et les douze couleurs.

– La troisième zone est mobile et contient un anneau à douze pointes — chacune d’elles renfermant une planète, une lettre tirée de chacun des cinq alphabets différents, un chiffre et une couleur — ainsi que l’anneau incolore où figurent les notes de musique.

– La quatrième zone — fixe — se compose des symboles représentant les douze signes du Zodiaque.

– La cinquième, de nouveau mobile, porte les signes des planètes.

– La sixième zone est occupée par les douze pointes issues de quatre triangles superposés, soit douze couleurs.

– La septième zone, au centre, est tenue par la note de musique centrale — mi — symbolisée par son initiale ; six diamètres y définissent douze rayons blancs.

couleurs

Bibliographie: Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Editions Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LE BESTIAIRE DES GEMEAUX… LE SINGE

(09 - LES ANIMAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 12-06-2011

Comme les Gémeaux, le singe est bien connu pour son agilité, son don d’imitation, sa bouffonnerie. Comme pour les Gémeaux, il y a un aspect déconcertant dans la nature du singe, qui est celui de la « conscience dissipée ». Lie-tseu en fait un animal irritable et sot. L’agilité du singe trouve pourtant une application immédiate dans la Roue de l’Existence tibétaine, où il symbolise la conscience, mais au sens péjoratif du terme : car la conscience, celle du monde sensible, saute d’un objet à un autre, comme le singe de branche en branche. De même la maîtrise du cœur, sujet au vagabondage, est-elle comparée, dans les méthodes de méditation bouddhiques, à la maîtrise du singe.

le-singe-de-mons-belgique1

Le singe de Mons en Belgique

Pour les Tibétains, le singe est leur ancêtre, comme il est aussi le fils du Ciel et de la Terre, né de la division de l’œuf primordiale. Le singe est le compagnon de Hiun-tsang dans son voyage à la recherche des Livres saints du Bouddhisme, non seulement compagnon facétieux, mais magicien taoïste de grande envergure.

Et puis, il y a les rapports traditionnels du singe avec le vent. C’est la raison pour laquelle chasser les singes est, au Cambodge, un moyen d’obtenir la pluie. En Inde, les femmes stériles se dénudent et embrassent la statue du singe sacré Hanûman pour devenir fécondes.

Le Roi-singe atteint finalement à l’état de Bouddha. L’attitude du singe, dans l’art extrême-oriental, est souvent celle de la sagesse et du détachement, peut-être par dérision à l’égard de la pseudo-sagesse des hommes, comme dans l’émouvante peinture de Mori Sosen. Les célèbres singes du Jingoro, au temple de Nikko, qui se ferment, l’un les oreilles, le second les yeux, le troisième la bouche, sont encore une expression de la sagesse, et partant du bonheur. A quoi l’on ajoutera qu’en Egypte le cynocéphale est l’incarnation de Toth.

louvre-egyptologie-babouin-thot

Thot – Egypte au Louvre

Le rôle dévolu au singe dans la symbolique égyptienne rejoint dans ses grandes lignes le portrait que s’en font les Mézo-Américains. Sous la forme d’un grand cynocéphale blanc, le dieu Toth, figuré aussi par l’Ibis, est le patron des savants et des lettrés ; il est le scribe divin, qui note la parole de Ptah, le Dieu créateur, comme il note le verdict d’Anubis, lorsque celui-ci pèse les âmes des morts. Il est donc à la fois artiste, ami des fleurs, des jardins et des fêtes, magicien puissant capable de lire les plus mystérieux hiéroglyphes, et bien sûr psychopompe. Il gouverne les heures et le calendrier, il est le maître du temps. Mais en tant que dieu Baba, « le mâle d’entre les babouins », il est querelleur, lubrique et baveux. L’agressivité du cynocéphale avait frappé les Egyptiens : « après le verbe être furieux, on inscrivait un babouin montrant les dents, crispé sur ses quatre mains, et dressant avec colère sa queue ». Le cynocéphale, que l’on entend crier à l’aube, était supposé, à l’horizon du monde, aider le soleil à se lever chaque matin, par ses prières. A Babylone d’Egypte, « le babouin chaleureux était l’image du soleil lui-même, Phoebus simiesque qui maniait l’arc et la flèche ».

Lors du voyage de l’âme entre la mort et la réincarnation, chez les Egyptiens, Champollion précise que dans la partie de l’espace située entre la lune et la terre, séjour des âmes, le dieu Pooh (la Lune), figuré sous forme humaine et toujours représenté « accompagné du cynocéphale dont la posture indique le lever de la lune (Champollion, dans Panthéon égyptien).

Chez les Aztèques et les Maya, le symbolisme du singe est en quelque sorte apollonien. Les gens nés sous le signe du singe, il est le patron d’un des jours du calendrier, sont experts dans les arts, chanteurs, orateurs, écrivains, sculpteurs, ou bien industrieux et doués pour l’artisanat : forgerons, potiers. La pictographie maya montre l’association singe-soleil : le soleil, en tant que patron du chant et de la musique, appelé « le prince des fleurs », est fréquemment représenté sous la forme d’un singe.

Le mot « singe » est employé comme un titre honorifique signifiant « l’homme avisé » ou « l’homme industrieux ». Le même singe a également un caractère sexuel : symbole de tempérament ardent et même incontinent. Cependant, parfois le singe est également représenté comme un jumeau du dieu de la mort et de minuit ; le fond de la nuit a pour glyphe une tête de singe, accompagnée des images de Vénus et de la Lune. Il représente le ciel nocturne et symbolise tout ce qui est sacrifié, à l’aube, pour le retour du soleil.

zodiaque-chinois

Les douze animaux du Zodiaque chinois

Dans le zodiaque chinois, le singe est l’un des douze animaux illustrant les cycles du calendrier. On associe chacun des animaux à ce zodiaque à certains traits de personnalité. Dans ce zodiaque le singe gouverne le signe du Sagittaire.

Pourtant l’adresse, l’agilité, la ruse, la souplesse, les techniques imprévisibles du singe évoquent bien les Gémeaux, de même ses parades acrobatiques. Dans un mythe des Indiens Bororo, le singe qui « en ce temps-là était comme un homme », apparaît en héros civilisateur : il invente la technique du feu par frottement. Le fait qu’il ruse avec le jaguar et trompe celui-ci qui l’engloutit, puis le déglutit, est significatif : le jaguar représente ici les forces chthoniennes, sa gueule est la bouche des enfers, le voyage qu’accomplit le sine est typiquement orphique, et fait de lui un initié, au moment où il vient de découvrir le feu et de s’en rendre maître. Ce mythe condense donc les éléments essentiels de la symbolique du singe qui est un malin magicien, masquant ses pouvoirs, dont le premier est l’intelligence, sous des aspects caricaturaux.

De nombreux autres mythes amérindiens insistent sur le danger qu’il y a pour l’homme à rire des plaisanteries et des farces de son beau-frère le singe, personnage dionysiaque et priapique, qui cache sa science et provoque l’homme à la débauche et à l’ivresse pour mesurer son empire sur lui-même. Et ces épreuves, en ce monde, ne sont que le reflet de celles, identiques, qui attendent l’âme dans son voyage post-mortem : là aussi l’homme rencontre le singe, grand initié tentateur. Pour les Egyptiens, les âmes, dans l’autre monde, doivent éviter les singes qui pêchent au filet.

singe2

Petit singe – Fontaine du Jardin Boboli à Florence

Le singe, bandit de grand chemin, aventurier de belle humeur, qui irrite, mais désarme par ses plaisanteries, est illustré par le mythe des Cercopes, dont vient le nom de Cercopithèques : « brigands de grande taille, d’une force considérable, ils détroussaient les passants et les mettaient à mort ; ils s’attaquent un jour à Héraclès endormi ; celui-ci se réveille, a facilement raison d’eux et, furieux, les ficelle et les charge sur son épaule comme des chevreaux pour aller les vendre au marché ; mais, par leurs plaisanteries, ils le mirent de si bonne humeur qu’il consentit à les relâcher ; finalement, irrité par leur vie de rapines et de brigandages, Zeus les transforma en singes ». C’est dire qu’ils se révélèrent être des singes.  

heracles-portant-les-cercopes

Héraclès portant les Cercopes

Ces Cercopes de la mythologie grecque sont de bien proches parents du Trickster, héros mythologique des Indiens Winebago d’Amérique du Nord, en qui on peut voir le type du Héros dans sa forme la plus primitive : « le cycle de Trickster correspond à la première période de la vie, la plus primitive. Trickster est un personnage dominé par ses appétits. Il a la mentalité d’un enfant. Comme il n’a d’autre but que la satisfaction de ses besoins les plus élémentaires, il est cruel, cynique, insensible… Mais, simultanément, il se transforme, et à la fin de sa carrière de chenapan, il commence à prendre l’apparence physique d’un homme fait » (Henderson).

Henderson compare justement ce héros, aux motivations tout instinctives, au singe du Théâtre traditionnel chinois. Mais il ne faut pas oublier qu’en Chine, comme ailleurs, cet aspect du singe ne correspond qu’au sens superficiel du complexe symbolique représenté par cet animal. Car le singe chinois, comme tant d’autres, est en réalité un sage initié, qui cache sa véritable nature sous cette apparence bouffonne. Ce joueur de tours, ce baladin provocant, parent de Thot et d’Hermès/Mercure, n’est-il pas aussi le Bateleur, arcane premier du Tarot, qui inaugure la quête de sagesse représentée par ce jeu symbolique, quête qui aboutit à l’arcane du Monde.

Ce Trickster est souvent représenté par les Indiens sous la forme d’un coyote, ce qui évoque une parenté symbolique entre le singe et les canidés.

Henderson précise que Trickster, dans la mythologie des Navaho, « invente la contingence nécessaire de la mort, et, dans le mythe de l’émersion, aide son peuple à traverser le roseau creux par lequel les hommes passent d’un monde inférieur à un monde supérieur, échappant au danger d’une inondation ». On retrouve bien ici l’image du Maître initiatique, installé comme Hermès/Mercure au carrefour du visible et de l’invisible.

singe-et-avolution

Dans l’iconographie chrétienne, le singe est souvent l’image de l’homme dégradé par ses vices et, en particulier, par la luxure et la malice.

Peut-être la synthèse de ces traditions, à la fois contradictoires et homogènes, se trouverait-elle dans l’interprétation qui fait du singe le symbole des activités de l’inconscient. L’inconscient se manifeste en effet, sans qu’il puisse être dirigé par un régulateur, soit sous une forme dangereuse, en déclenchant des forces instinctives, non contrôlées et en conséquence dégradantes ; soit sous une forme favorable et inattendue, en donnant soudain un trait de lumière ou une inspiration heureuse à agir. Il a, de l’inconscient, le double aspect, maléfique à l’instar du sorcier, bénéfique à l’image de la fée, mais tous les deux aussi irrationnels.

roi-singe

Le Roi-Singe

Cette interprétation recevrait une singulière illustration de l’histoire tibétaine du singe Mani bka’bum’ et de sa femme, la Démone-des-Rochers, très joliment présentée et traduite par Ariane Macdonald : « Longtemps après une inondation originelle, sujette à caution, du Tibet, Avalokiteçvara et Târâ se sont incarnés en singe et en Démone-des-Rochers. De leur union, six êtres sont issus, mi-hommes, mi-singes. Petit à petit, leurs poils tombent, leur queue raccourcit et ils deviennent des hommes ». Le singe n’avait épousé la Démone-des-Rochers que sur le conseil des dieux et mû par la compassion, quand l’habile Démone l’avait menacé :

« … par la force de mes appétits, je t’aime, je brûle pour toi ;                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               par la force de cet amour, je te poursuis et te supplie ;                                                                                                        

nous devons ne pas vivre ensemble toit et moi, j’irai moi-même                                                                          

servir de compagne aux démons ;                                                                                                                                 

une multitude de petits démons naîtra,                                                                                                                                     

ils dévoreront chaque matin mille fois mille êtres…                                                                                                           

Et moi, lorsque le pouvoir de mes actes antérieurs                                                                                        

me fera mourir,                                                                                                                                                                    

je tomberai dans le grand enfer des êtres… ».

C’est ainsi que l’humanité naquit au Tibet du singe compatissant et de la Démone-des-Rochers toute d’amour éprise. Ces premiers parents offrirent à leurs enfants les dix vertus des hommes et attirèrent sur eux, de la part des dieux, graines, or et pierres précieuses. 

les-deux-singes-par-brueghel

Les deux singes de Breughel

Quand des singes se présentent dans des rêves, l’analyse y voit d’abord une image d’indécence, de lubricité, d’agitation, d’insolence et de vanité ; elle y perçoit aussi un effet d’irritation provenant de la ressemblance du singe à l’homme, l’ancêtre velu, la caricature du moi, brutale, cupide et lascive ; le singe du rêve est l’image méprisable de ce que l’homme doit fuir de lui-même. Mais poursuit justement Ernest Aeppli : «  Le singe… a un tout autre aspect pour les peuples qui le connaissent comme un animal libre, particulièrement agile et vivant. Ils admirent ses étonnantes capacités ; ils pensent que les dieux ont pour lui une préférence particulière. Ils voient même en lui la présence des dieux et des démons. Dans la mythologie hindoue, la grande épopée de Râmayana fait du singe le sauveur de Dieu au moment du célèbre passage du grand pont. Certains indigènes vont jusqu’à dire que l’orang-outan ne parle pas parce qu’il est trop sage ! Les rêves de singe sont un appel original en faveur d’un développement de la personne, à la fois varié et étroitement lié à la nature ».  

le-singe-peintre

Le singe peintre par Jean-Baptiste Deshayes – XVIIIe siècle

Enfin nous devons à Jean de La Fontaine une fable qui illustre bien le comportement du singe, il s’agit de la fable Le Singe et du Chat.

Bertrand avec Raton, l’un Singe et l’autre Chat,
Commensaux d’un logis, avaient un commun Maître.
D’animaux malfaisants c’était un très bon plat ;
Ils n’y craignaient tous deux aucun, quel qu’il pût être.
Trouvait-on quelque chose au logis de gâté,
L’on ne s’en prenait point aux gens du voisinage.
Bertrand dérobait tout ; Raton de son côté
Etait moins attentif aux souris qu’au fromage.
Un jour au coin du feu nos deux maîtres fripons
Regardaient rôtir des marrons.
Les escroquer était une très bonne affaire :
Nos galants y voyaient double profit à faire,
Leur bien premièrement, et puis le mal d’autrui.
Bertrand dit à Raton : Frère, il faut aujourd’hui
Que tu fasses un coup de maître.
Tire-moi ces marrons. Si Dieu m’avait fait naître
Propre à tirer marrons du feu,
Certes marrons verraient beau jeu.
Aussitôt fait que dit : Raton avec sa patte,
D’une manière délicate,
Ecarte un peu la cendre, et retire les doigts,
Puis les reporte à plusieurs fois ;
Tire un marron, puis deux, et puis trois en escroque.
Et cependant Bertrand les croque.
Une servante vient : adieu mes gens. Raton
N’était pas content, ce dit-on.
Aussi ne le sont pas la plupart de ces Princes
Qui, flattés d’un pareil emploi,
Vont s’échauder en des Provinces
Pour le profit de quelque Roi.

Il en existe une autre un peu moins connue, toujours de Jean de La Fontaine, il s’agit du Singe et du Léopard.

singe_

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins.

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,