LE SAGITTAIRE ET JUPITER ENTRE ASTRONOMIE, ASTROLOGIE ET MYTHOLOGIE

(5.3.6 - JUPITER) par sylvietribut le 29-11-2011

A propos de Jupiter

Jupiter est la plus grosse des planètes du système solaire ; son diamètre représente 11 fois celui de la Terre, et sa masse plus de 300 fois cette de notre planète ; les maelströms d’hydrogène, d’hélium et de méthane qui parcourent l’atmosphère jovienne sont gouvernés par le rayonnement issu de la planète elle-même. Le demi-grand axe de son orbite est de 778 millions de kilomètres, et elle est donc à peine touchée par la lumière et la chaleur du Soleil, ce qui signifie que la vie telle que nous la connaissons y est impossible.

jupiter-et-ses-petites-lunes

Jupiter et ses petites lunes

En raison de sa taille, Jupiter a été assimilée au roi des dieux, et cette identification peut se trouver renforcée par le fait qu’elle possède 16 satellites, dont quatre furent découverts par Galilée en 1610, et peuvent être observés avec de simples jumelles.

galilee

Galilée

La révolution sidérale de Jupiter dure sensiblement 11 ans et 315 jours. Du fait de son cycle qui dure presque 12 ans, Jupiter met un an pour traverser chaque signe du zodiaque, alors que le Soleil met un mois pour faire le même parcours. Ce phénomène a conduit les premiers astrologues chinois à dénommer Jupiter « l’étoile annuelle ». En Chine, on considérait que la planète apportait la puissance et le pouvoir à chacun des groupes d’étoiles par lesquels elle passait et, dans l’astrologie occidentale, on a pensé qu’elle élaborait les lois divines et qu’elle les adaptait au monde des hommes. Dans l’iconographie chinoise traditionnelle, Jupiter est représentée sous les traits de l’autorité locale, c’est-à-dire du représentant du pouvoir impérial dans chaque ville. Ce cycle de 12 ans est en étroite relation avec les 12 branches du système sexagésimal (établi sur une base de 60) de l’ancien calendrier chinois ; dans un texte datant du IVe siècle avant Jésus-Christ, le Chi Ni Tzu, on trouve déjà des observations relatives à ce système : « Si nous nous conformons à la sagesse et à la raison, et aidés par le Tao, nous mettrons de côté des provisions quand elles seront abondantes, pour les périodes de disette… Nous construirons des chariots pendant les inondations, et des bateaux pendant les moments de sécheresse. Une récolte exceptionnelle survient tous les six ans, et une famine tous les douze ans. C’est pourquoi le sage, averti des cycles de la nature, se prépare pour les adversités futures ».

En Mésopotamie, Jupiter était la planète de Mardouk, divinité tutélaire de Babylone. Il semble que celui-ci ait d’abord été un dieu agricole associé au pouvoir fertilisant de l’eau. On retrouvera plus tard cette idée chez les Romains qui honoraient le dieu Jupiter sous le nom de Jupiter Pluvius, dont les bienfaits étaient évidemment très importants pour un peuple d’agriculteurs.  

mardouk

Mardouk

Le mythe mésopotamien de la création du monde, qui date sans doute du IIe millénaire avant Jésus-Christ, donne une image précise de Mardouk et de son statut. Les quatre premières générations de dieux naquirent du couple primitif, le dieu Apsou et la déesse Tiamat ; cependant, cette progéniture se révéla tellement bruyante et exaspérante qu’Apsou voulut la tuer pour retourner à son sommeil. Ea, qui faisait partie de la nichée, eut connaissance de cette tentative et tua Apsou. Du coup, Tiamat voulant se venger, leva une armée de monstres hideux. Les dieux étaient en passe d’être battus, mais Mardouk, fils d’Ea, appelé à la rescousse par son père, accepta de combattre ces terribles adversaires. Il y mit toutefois une condition, les dieux devaient reconnaître son autorité suprême : « Ce sont mes paroles et non les vôtres qui fixeront le destin. Ce que je créerai ne devra jamais être altéré. Les décrets qui sortent de ma bouche ne seront jamais abrogés, jamais modifiés ! ». Les dieux, avant d’accepter, demandèrent à Mardouk de leur donner une preuve de sa puissance. Ils désignèrent une constellation et demandèrent à Mardouk de la détruire, puis de la recréer : « Il prononça quelques mots, et la constellation disparut. Il parla encore, et la constellation réapparut ». Convaincus, les dieux se réjouirent et le désignèrent comme roi. Depuis ce jour, Mardouk est aussi appelé le « Berger des étoiles ». Il captura les monstres de Tiamat, puis assassina la déesse mère elle-même. Il coupa son cadavre en deux moitiés, « comme on le fait d’un poisson qu’on veut faire sécher » ; il en fit le ciel et la Terre, et avec son crachat il créa les nuages, le vent et la pluie.  

tiamat

Tiamat sous la forme d’un serpent gigantesque

Une des premières décisions de Mardouk, devenu l’architecte de l’Univers, fut d’attribuer trois régions aux dieux An, Enlil, et à Ea, son père, qui constituent la Grande Trinité. Les planisphères et les textes sacrés qui nous sont parvenus montrent que les Babyloniens divisaient les cieux en trois routes : celle d’An correspondait à la ceinture équatoriale, celle d’Ea à la route extérieure passant au sud de l’équateur, et celle d’Enlil à la route intérieur des étoiles circumpolaires boréales. Placées le long de chaque route, douze étoiles représentaient les mois de l’année, et chaque mois correspondait au lever héliaque d’une étoile. A Sumer, Enlil était à l’origine une divinité du Ciel, mais il faut ensuite souvent confondu avec Mardouk lui-même. Ensemble, ces trois dieux forment un modèle cosmologique complet.

zeus-grec

Zeus grec/Jupiter romain

Comme nous appelons toutes les planètes du système solaire par leurs noms latins, nous donnons à la plus grosse d’entre elles le nom de Jupiter, qui correspond au dieu grec Zeus, le maître des douze dieux de l’Olympe. Les mythes les plus anciens relatifs à Zeus ont beaucoup de traits communs avec les récits mésopotamiens qui concernent Mardouk ; plus tard, dans la philosophie grecque, Zeus deviendra le symbole de la loi divine. Cette promotion découle logiquement du fait que Zeus, dans la mythologie, imposa sa loi aux autres dieux, et qu’il est le père non contesté des habitants de l’Olympe. Les dieux ont à peu près le même statut que les différentes personnalités qui composent une famille royale ; ils ne forment une famille que grâce à la présence de Zeus, qui règne sur le Panthéon et détient le pouvoir suprême ; mais il deviendra aussi la divinité tutélaire du genre humain, celui à qui s’adressent, en fin de compte, toutes les prières.

Dieu suprême des Romains, il apparaît comme la divinité du ciel, de la lumière diurne, du temps qu’il fait et aussi de la foudre et du tonnerre, ainsi que le pouvoir souverain, le président du conseil des dieux, celui de qui émane toute autorité. Jupiter symbolise aussi l’ordre autoritaire, qui est imposé de l’extérieur. Sûr de son bon droit et de son pouvoir de décision, il ne recherche ni le dialogue, ni la persuasion : il tonne.

taranis1

Taranis le Jupiter celtique

Le Jupiter celtique porte en Gaule le nom de Taranis « le Tonnant » et la divinité est le plus souvent représentée dans l’iconographie avec la roue comme principal attribut. Mais cette roue n’est pas le symbole de la foudre comme la plupart des érudits modernes l’ont cru : elle est la roue cosmique que l’on trouve en Irlande dans la roue du druide irlandais Mog Ruith « serviteur de la roue ». Le principal aspect irlandais du Jupiter celtique est cependant le Dagda « dieu bon », possesseur de deux talismans royaux, le chaudron d’abondance et la résurrection, archétype préchrétien du Graal, et la massue, qui tue par un bout et ressuscite par l’autre. C’est elle qui correspond au fulmen de Jupiter et au vajra d’Indra. D’autres aspects de Jupiter sont : en Gaule Sucellus « le bon frappeur », le dieu au maillet ; et en Irlande : Manannan, maître de l’Autre Monde. Le Dagda est le père de Brigite (Minerve), elle-même mère de tous les dieux. Il est aussi le père d’Oengus, Apollon dans son aspect de jeunesse, par adultère avec sa seour qui est la femme de son frère Elcmar « sombre mauvais », dieu de la nuit. Il est encore l’un des principaux combattants de la bataille cosmique de Mag Tured contre les Fomoire. Avec son frère Ogme, dont Elcmar est sans doute un autre nom, il est un des deux aspects de la dualité souveraine représentée en Inde par Mitra-Varuna. Le Dagda est Mitra, dieu de l’amitié, du contrat, et aussi de la ruse juridique. La conception celtique insiste cependant plus sur son aspect de maître de manifestation que sur son aspect souverain de dieu du ciel. C’est le dieu-druide par excellence, celui dont se réclame la classe sacerdotale. Les filid dépendent cependant d’Ogmios).

L’astrologie s’est toujours largement inspirée de la symbolique mythologique des dieux planétaires pour l’appliquer aux planètes elles-mêmes, mais en l’adaptant à ses propres besoins. Cela apparaît clairement dans l’interprétation de Jupiter. Dans l’astrologie occidentale traditionnelle, Jupiter est une des planètes d’un groupe d’astres équivalents, bien qu’elle n’ait jamais perdu son caractère dominant ; elle représente la « suprême » bénéfique, un principe d’épanouissement et de progrès. Cette planète est généralement considérée comme favorable, exubérante et tolérante, fière et autoritaire, des caractéristiques qui rappellent celles du dieu de la mythologie romaine. Jupiter nous rapproche de la religion et de la philosophie ; c’est un bon conseiller et un bon professeur, et son nom indien, Guru, souligne ce rôle.  

p-jupiter

Jupiter la plus grosse des planètes

Par sa taille et sa position, la planète qui porte le nom de Jupiter occupe la place centrale parmi les astres qui tourbillonnent autour du Soleil. Elle est précédée par Mercure, Vénus, la Terre, Mars et les astéroïdes, et est suivie par le même nombre de corps célestes : Saturne, Uranus, Neptune et Pluton et les planètes trans-plutoniennes, dont la première est déjà nommée, par certains, Minos. En analogie avec cette place de choix, Jupiter incarne en astrologie le principe d’équilibre, d’autorité, d’ordre, de stabilité dans le progrès, d’abondance, de préservation de la hiérarchie établie. C’est la planète de la légalité sociale, de la richesse, de l’optimisme et de la confiance. Les Anciens l’ont gratifiée du nom de « grand bénéfique ». Elle gouverne dans le Zodiaque le Sagittaire, signe de justice, et les Poissons, signe de la philanthropie. La médecine et la jurisprudence sont ses professions privilégiées. Dans l’organisme humain, elle veille au fonctionnement de la circulation du sang et du foie.

La plus volumineuse de nos planètes, qui tourne sur son axe vertical avec majesté, emportant dans sa course le cortège de ses nombreux satellites, est à elle seule un spectacle pour le contemplateur de la voûte étoilée. Elle impose tout comme Zeus, le maître de l’Olympe, et n’a pas eu de mal à emporter l’adhésion des astrologues. Si Zeus eut les faveurs nourricières de la chèvre Amalthée et a comme attribut la corne d’abondance, s’il est le souverain ordonnateur et régulateur des biens pour chacun des humains. Jupiter s’incarne à l’heure crépusculaire, où le bébé s’abreuve du lait maternel et fait l’apprentissage de l’épanouissement de ses instincts. Aussi la condition jupitérienne de l’être humain s’inscrit-elle le long d’une série continue qui accumule les acquisitions, avantages, profits, bénéfices et bienfaits divers destinés à satisfaire son appétit de consommateur, son instinct de propriétaire, son installation terrestre, qu’il s’agisse d’avoir ou d’être quelqu’un. Ce sketch à répétition de l’enrichissement vital, inséparable de l’état de gourmandise, de confiance, de générosité, d’optimisme, d’altruisme, de paix et de bonheur, contribue à nourrir la santé et à mûrir l’évolution des êtres, faits pour une société plus heureuse sous le régime et les lois des principes moraux, et où chacun peut plus librement accéder à la plénitude de ses moyens ainsi qu’à la maîtrise de sa puissance.

glyphe-de-jupiter2

A propos du Sagittaire

S’étendant largement au sud de l’équateur, le Sagittaire n’est pas une constellation très importante pour un observateur situé dans l’hémisphère boréal ; à une latitude moyenne, elle apparaît tout juste au-dessus de l’horizon, dans le ciel d’été, de juin à août, et on ne la voit jamais complètement. Cependant, dans l’hémisphère austral, à la même époque, elle est très visible, haut dans le ciel.

sagittarius_hevelius

Constellation du Sagittaire

Neuvième constellation du zodiaque, elle est représentée sous la forme d’un centaure, mi-homme, mi-cheval. Celui-ci est armé d’un arc et d’une flèche, qui constituent la partie occidentale de la silhouette, et qui se trouve sur la Voie lactée qui, dans cette zone, a l’aspect d’une large bande. La courbe de l’arc est figurée par trois étoiles : Kaus Borealis, Kaus Medius et Kaus Australis, la plus brillante, qui correspondent respectivement aux parties nord, central et sud de l’arc : lambda, delta et epsilon Sagittarii. La main de l’archer, qui tire la flèche, est l’étoile Nunki, de magnitude 2 (sigma Sagitarii). La flèche part de Kaus Medius et arrive à Al Nasl (gamma Sagitarii), qui en est la pointe : elle nous donne une orientation utile puisque l’archer semble viser Antarès du Scorpion, située à environ 20° à l’ouest de la limite de la Voie lactée, et légèrement au-dessus de la ligne de tir. Mais l’archer cherche peut-être une cible encore plus grande, un autre nuage d’étoiles formé dans la Voie lactée, le centre de notre galaxie. 

la-voie-lactae

La Voie lactée

La représentation du Sagittaire sous la forme d’un centaure a évidemment donné lieu à quelques confusions avec la constellation australe du Centaure. Cependant, il s’agit de deux personnages mythologiques bien distincts. Contrairement au Centaure austral, fort pacifique, le Sagittaire est farouche et guerrier. Dans la mythologie mésopotamienne, il est apparu sous la forme de l’archer Nergal, qui dominait Mars, la planète guerrière.

En revanche, la mythologie grecque a assimilé le Sagittaire au centaure Chiron, sage et savant. Cette identification vient d’un mythe qui concerne Artémis, déesse de la Chasse. On dit qu’Artémis fut à l’origine de la mort d’Orion, parce qu’elle envoya un scorpion le piquer au talon. Pour le venger, Chiron tua le scorpion d’une flèche, et dans le ciel le Centaure vise toujours le cœur du Scorpion, Antarès. Cette histoire tend à se confondre avec celle d’Asclépios, la constellation d’Ophiucus qui écrasa le scorpion ; il faut se rappeler que, comme Asclépios, Chiron avaient le pouvoir de guérir.

chiron

Chiron le Centaure blessé

Dans la tradition des Upanishad, le Sagittaire, qui est l’homme tendant à s’identifier à la flèche, se voue à l’exaltation du brahman, dont la connaissance assure la libération du cycle des renaissances. Il est curieux de noter que cette libération du cycle coïncide effectivement avec la fin des moissons et des vendanges, à l’entrée de l’hiver, où toute vie semble s’anéantir. « Ce qui est brillant et plus subtil que subtil, ce sur quoi reposent les mondes et les habitants des mondes : voilà le brahman impérissable. Il est le souffle, il est la parole, l’esprit ; il est le réel, l’immortel. Sache, mon cher, que c’est là la cible à atteindre ».

La syllabe Om est l’arc, l’atman est la flèche, le brahman est la cible, enseigne-t-on. « Il faut l’atteindre sans se laisser distraire. Il faut se rendre semblable à la flèche ».

la-fleche-du-sagittaire

La flèche du Sagittaire

La flèche, à quoi s’assimile le Sagittaire, fait la synthèse dynamique de l’homme volant vers sa transformation, par la connaissance, d’être animal en être spirituel.

Neuvième signe du Zodiaque, il se situe avant le solstice d’hiver quand, les travaux des champs terminés, les hommes se consacrent davantage à la chasse. Symbole du mouvement, des instincts nomades, de l’indépendance et des réflexes vifs. Cette partie du ciel est placée généralement sous la domination de Jupiter.

Nous sommes au terme de la trinité du Feu. Si, au Bélier, la puissance ignée était viscérale et si, au Lion volontaire, elle était consacrée à sa magnificence du Moi, ici, cette force devient celle des décantations spirituelles, des illuminations de l’esprit, des montées intérieures, par lesquelles l’instinct et l’ego se dépassent dans une transcendance, vers un surhumain. C’est une figure de sublimation qui représente ce signe : un centaure aux quatre sabots plantés au sol et qui se dresse devant le ciel, un arc bandé en main et orientant sa flèche en direction des étoiles. Tableau d’une créature pleine et qui campe sa vie dans la plus large ouverture à l’univers. On le dit toutefois correspondre au signe Jupiter, principe de cohésion et d’unification, fondant dans l’unité globale d’une large synthèse le terrestre et le céleste, l’humain et le divin, la matière et l’esprit, l’inconscient et le supra-conscient… La séquence qui est propre au Sagittaire s’apparente donc à une épopée, à une symphonie, à une cathédrale, à l’itinéraire d’un élan panthéiste d’intégration à la vie universelle. Et à la souche du type sagittairien, on discerne un Moi en expansion ou en intensité, qui cherche ses propres limites et aspire à les dépasser, et cela sous la poussée d’une sorte d’instinct de l’envergure ou de la grandeur. D’où une aspiration à une certaine élévation ou dimension qu’il recherche dans un transport, lequel peut être élan de participation, d’assimilation idéale à la vie collective, ou au contraire révolte stimulante contre une puissance à dominer, sinon simple inflation du moi qui se perd en ivresse de grandeur….

sagitaire

Bibliographie

Le langage secret des Etoiles et des Planètes – Geoffrey Cornelius et Paul Devereux – Editions Solar Paris                                                                                    

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins.

 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’ASTROLOGIE A VENISE

(6.3.2 - A l'étranger) par sylvietribut le 26-11-2011

En 1493, le Sénat de Venise décide de remplacer la vieille horloge de Sant Alipio située à l’angle Nord-Ouest de la Basilique Saint Marc. Il commande la construction d’une nouvelle machinerie à Gian-Carlo Da Reggio.  En 1495, on envisage de placer la nouvelle horloge à l’entrée de la Piazza delle Antiche Mercerie, la rue commençante de la ville.

horloge-astronomique-venise-italie1

L’horloge astrologique de Venise

L’horloge est insérée dans une tour, nouvel élément dans la géométrie de la place, encore fidèle au style voulu par le Doge Sebastiano Ziani. La configuration particulière de l’horloge offre un double spectacle, selon la façon dont on aborde la place, comme une énorme lunette depuis l’entrée du port, ou depuis les Mercerie, où elle imite une sorte d’arc de triomphe qui unit la partie piétonne à la Via del Commercio, d’où le nom de « Mercerie ».

venezia-la-vierge-de-la-tour-de-lhorloge

Cependant, L’horloge a, par rapport à la tour, sa propre histoire. Sa construction fut confiée aux Frères Gian Paolo et Gian Carlo Ranieri, qui eurent besoin d’environ une année pour parfaire à sa réalisation. Son premier tic-tac se fit entendre en 1499, et se révéla être un vrai prodige de technologie mécanique.

Extraordinaire et extrêmement complexe est le système des indications astronomiques, basées sur le système géocentrique. Y sont représentées en mouvement les planètes connues alors : Saturne, Jupiter, Mars, Vénus et Mercure, qui se succèdent dans le cadran central de 4,5 mètres de diamètre. 

venise-horloge-astronomique-les-phases-de-la-lune 

Sur le même cadran sont représentées les phases lunaires et la position du Soleil sur le zodiaque, les saisons, ainsi que les vingt-huit Maisons lunaires. Seul le cadran qui donne sur les « Mercerie » indique seulement l’heure.

maurice-prendergast-tour-de-lhorloge-a-venise 

Maurice Prendergast – Tour de l’horloge de Venise

L’ajout de la scène animée dans cette structure sophistiquée fait apprécier encore plus la beauté de cette complexité : les Rois Mages, précédés d’un ange qui souffle dans une trompette, se dirigent en procession vers la statue de la Vierge et, devant elle, s’inclinent.

Depuis plus de 500 ans, le temps est scandé par les coups de marteau de deux statues, les « Mori », symboles de l’ésotérisme arabe, qui se tiennent alternativement aux côtés de la cloche. Cependant, certains disent aussi que le nom de « Maures » viendrait de la couleur particulièrement foncée du bronze. Et puis, au-dessus de la Vierge et en-dessous des deux Maures, le Lion ailé de Saint Marc.

Cette Tour de l’Horloge est également appelée la Tour des Maures. C’est l’un des monuments les plus célèbres de Venise.

venise-la-tour-de-lhorloge-i-mori

Les “Mori” de la Tour de l’Horloge de Venise

On raconte que la Sérénissime fit crever les yeux des deux frères pour les empêcher de reproduire une merveille semblable.

Pour avoir une vue splendide de Venise et de la lagune, il faut programmer en même temps que votre séjour dans la Sérénissime, la visite de la tour qui ne se fait que sur réservation et avec un guide. Elle se déroule sur les cinq niveaux de la Tour. Quelques marches de pierre et l’on atteint une petite salle dans laquelle l’histoire de la Tour s’affiche. Déjà on peut entrevoir le jeu des poulies, poids et contrepoids de l’horloge, qui descendent et montent silencieusement et à intervalles réguliers.

venise-tour-de-l-horloge-en-arriere-plan-blanc

L’Horloge astrologique de Venise en arrière-plan blanc

On emprunte ensuite un escalier métallique et en colimaçon et l’on arrive à proximité du complexe mécanisme de l’horloge dont le guide explique les principales fonctions. Un autre petit escalier conduit à l’étage supérieur qui abrite les statues de bois des Rois mages et de l’Ange, ainsi que les deux précieuses portes par lesquelles les statues apparaissent en procession, deux fois par an, pour l’Epiphanie (6 janvier) et pour l’Ascension. C’est à cet étage que l’on peut voir de l’intérieur le mécanisme des « Tambure » avec l’indication digitale des heures et des minutes. Un peu plus haut encore, on accède à une salle où sont conservées d’antiques pièces de l’horloge datant du XVe siècle. De là, on arrive aux deux terrasses latérales et par un petit escalier, raide et en colimaçon, on atteint les terrasses des Maures et l’on se retrouve littéralement devant les statues de deux colosses.

On peut réserver en téléphonant : 0039.014.520.90.70 ou par le site des Musei civici veneziani (Musées Municipaux de Venise).

le-lion-de-la-tour-de-lhorloge-de-venise

Le lion ailé de Saint Marc

En 828, Venise avait pour patron saint Théodore. Cependant, ne trouvant pas le nom assez prestigieux et voulant rivaliser avec Rome et son saint patron l’apôtre Pierre, la ville se chercha un nouveau et puissant protecteur céleste. Deux marchands vénitiens se débrouiller pour aller voler les reliques de Saint Marc dans la petite chapelle où elles ont depuis retrouvé leur place en Egypte. Pourquoi Saint Marc ? Tout simplement parce qu’il était venu évangéliser la Vénétie au 1er siècle. Il était arrivé par bateau et avait fait naufrage dans la lagune qui allait donner naissance en 452 à la Sérénissime. Un ange serait apparu à Marc et lui aurait dit : «  Paix sur toi Marc mon évangéliste, tu trouveras ici le repos ».

Les reliques subtilisées, on fera spécialement construire la basilique Saint Marc afin de les abriter car l’Eglise catholique romaine leur prêtait des pouvoirs divins. Saint Marc devint ainsi le Saint Patron de la ville avec un lion ailé pour symbole afin de le distinguer du lion de saint Jérôme. Le Lion de Saint Marc était l’emblème de la République de Venise.

venise-saint-marc

Saint Marc et le Lion au fronton de la basilique Saint Marc à Venise

Une autre raison associe le Lion à Saint Marc. En effet, à Babylone, Ezéchiel eut une vision de quatre animaux ou anges : « Chacun avait quatre visages, quatre ailes » et « l’aspect de ses visages était d’homme, visage de lion à a partie droite, visage de bœuf à la partie gauche, et les quatre avaient aussi visage d’aigle ».

Des souvenirs d’Ezéchiel inspirèrent les animaux de la Révélation de Saint Jean, dont on lit au chapitre IV :

«… et autour du trône (il y avait) quatre animaux (…)                                                                                                                                                                                Et le premier animal était semblable à un lion, et le deuxième animal,                                                                                                                                                semblable à un veau, et le troisième animal avait le visage comme                                                                                                                                                           d’homme, et le quatrième animal, semblable à l’aigle qui vole ».

Dans le Zohar ou Livre de la Splendeur, on ajoute que les quatre animaux se nomment Haniel, Kafziel, Azriel et Aniel, et qu’ils regardent l’Orient, le Nord, le Sud et l’Occident.

Stevenson se demanda ce qu’il y aurait en Enfer si de pareilles choses se trouvaient au Ciel.

Les anges quadruples du Livre d’Ezéchiel s’appellent « Hayoth » (êtres vivants) ; pour le Zohar, ils descendirent de la région supérieure, couronnés de lettres.

le-tetramorphe

Le Tétramorphe – Monastère des Météores en Thessalie

Des quatre visages des Hayoth les Evangélistes tirèrent leurs symboles :

       à Matthieu échut l’ange… 

       à Marc, le Lion

       à Luc, le bœuf

       à Jean, l’aigle.

Saint Jérôme, dans son commentaire sur Ezéchiel, a essayé d’expliquer ces attributions. Il dit qu’à Matthieu fut donné l’ange (l’homme) parce qu’il mit en lumière la nature humaine du Rédempteur ; à Marc, le lion parce qu’il affirma sa dignité royale ; à Luc, le bœuf, emblème du sacrifice, parce qu’il montra son caractère sacerdotal ; à Jean, l’aigle à cause de son vol fervent.

Un chercheur allemand, le Dr Richard Hennig, voit la lointaine origine de ces emblèmes dans les quatre signes du Zodiaque, distants l’un de l’autre de 90°. Le Lion et le Taureau n’offrent aucune difficulté ; l’ange a été identifié avec le Verseau, qui a visage d’homme, et l’aigle de Jean avec le Scorpion, repoussé car jugé de mauvais augure.

Nicolas de Vore, dans son Dictionnaire d’Astrologie, propose aussi cette hypothèse et observe que les quatre figures s’unissent dans le sphinx, qui peut avoir tête humaine, corps de taureau, griffes et queue de lion et ailes d’aigle.

lion-de-st-marc

Le Lion ailé symbole de Venise

Bibliographie

Le Livre des êtres imaginaires – Jorge Luis Borges – Editions Gallimard – Collection de L’imaginaire  

 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’HERBIER DU SCORPION… L’ORCHIDEE

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 20-11-2011

« Orchidée » vient du grec « orchis » qui signifie « testicule », du fait de la forme des tubercules souterrains de certaines orchidées. C’est à Théophraste (*) que l’on attribue cette dénomination. Pas de doute, nous sommes bien dans l’univers sexuel du Scorpion qui, dans l’homme-zodiaque, est en rapport avec les organes sexuels et de reproduction.  

orchidee-5

L’orchidée fait partie de la grande famille des plantes monocotylédones, famille végétale très diversifiée, apparentée à celle des Liliacées, comptant plus de 25 000 espèces réparties en 850 genres. Ces chiffres en font l’une des plus importantes familles de plantes à fleurs, présentes dans pratiquement tous les milieux, à l’exception des déserts et des cours d’eau. D’après des sources scientifiques, cette famille serait âgée de 75 à 86 000 000 d’années. Cette datation a été faite à partir du pollen d’une orchidée éteinte, retrouvé dans de l’ambre.

On pense que l’orchidée serait apparu au jurassique, il y a 120 000 000 d’années quand la Pangée, continent originel, se disloqua. Les plaques s’éloignèrent les unes des autres et les orchidées se dispersèrent ainsi dans le monde entier.

L’orchidée a toujours fasciné les hommes. Elle symbolise la femme ou le sexe idéalisé de la femme, la fécondation, tout en portant paradoxalement le nom d’une partie génitale masculine. Aussi, peut-on voir dans l’orchidée un symbole androgyne.

L’orchidée est également symbole de luxe, de volupté, de mystère et de passion. Elle symbolise la beauté absolue. Elle incarne le mythe de la femme idéale. L’orchidée est la fleur parfaite pour déclarer un amour secret à l’élu(e) de son cœur.

orchidee1

Dans le folklore français, les noces d’orchidée symbolisent 55 ans de mariage. Cependant, dans la Chine ancienne, les « Maisons dorées des Orchidées » désignaient les maisons qui accueillaient les jeunes filles à marier. Une légende raconte que l’orchidée apporterait un fils si la fleur s’ouvre vers l’Est, et une fille si elle s’épanouit vers l’Ouest. L’histoire ne dit pas s’il suffit de tourner le pot pour avoir l’enfant désiré.

La réputation des orchidées a traversé les siècles. L’Antiquité et le Moyen Age la vénèrent pour ses vertus médicinales et aphrodisiaques, sur ce dernier point cela ne serait que superstition et toujours à démontrer. Cependant, Dioscoride, physicien grec qui vécut au 1er siècle après Jésus-Christ, confirme cette superstition dans son livre « Materia Medica ». Cette idée sera encore soutenue par Bock au XVIe siècle et Kircher et Parkinson au XVIIe siècle.

C’est au XVIe siècle que les premières orchidées exotiques apparaissent en Europe. Elles furent ramenées par des marins comme cadeaux à leurs épouses, ou peut-être aussi pour eux-mêmes, à des fins scientifiques. En 1733, elles apparaissent en Angleterre en provenance des Bahamas, puis, en 1760, des Caraïbes, puis en 1765 plusieurs espèces de Vanille. 

fleur-de-vanille1

Fleur de vanille

En 1768, sous le commandement de James Cook, eut lieu la première expédition pour une grande collecte de plantes. La première fleur tropicale entre en Europe. Il s’agissait de la « Brassavola nodosa », en provenance de Curaçao. Puis, dix ans plus tard, l’Asie est explorée. Deux nouvelles orchidées sont importées de Chine.

Dans la Chine ancienne, les orchidées étaient associées aux fêtes du printemps, où elles étaient utilisées pour l’expulsion des influences pernicieuses. La principale, il faut le préciser, était la stérilité. « L’orchis », comme son nom l’indique, est un symbole de fécondation. D’ailleurs, en Chine encore, l’orchidée favorise la génération et elle est un gage de paternité. Mais la mort d’un enfant, ainsi conçu sous son influence, survient à la coupe des fleurs. Fleur trouble, qui reprend ce qu’elle donne. La beauté de la fleur en fait cependant un symbole de perfection et de pureté spirituelle.

le-bounty

1789, année mouvementée comme chacun sait, Le Bounty, célèbre navire anglais, échoue à cause d’une grande mutinerie. Il faudra attendre 1793 pour que le bateau La Providence réussisse à ramener quinze espèces d’Orchidées, toutes classées sous le genre « Epidendrum ».

C’est seulement au XVIIIe siècle que naît la botanique en tant que science et que les végétaux seront classifiés. En 1737, Linné distingue les Orchidées des autres plantes et les classifie toutes ensemble sous le genre « Epidendrum ».

Enfin, ce n’est qu’au XIXe siècle, grâce à l’étude de la morphologie particulière des fleurs d’orchidées, dotées d’une connotation sexuelle, et des relations que ces plantes entretiennent avec les insectes que Charles Darwin aurait en partie établi son modèle théorique de l’évolution.

Malheureusement, les méthodes désastreuses des chasseurs de plantes pour l’environnement firent que les orchidées furent rapidement menacées. En effet, lorsqu’ils arrivaient les premiers sur les sites, d’abord ils se servaient abondamment, puis ils brûlaient les plantes qu’ils ne pouvaient emporter plutôt que de les laisser à des concurrents. Enfin, quand ils ne pouvaient atteindre les orchidées trop hautes perchées dans des arbres gigantesques, ils n’hésitaient pas à les abattre. Et c’est ainsi que des dizaines d’espèces disparurent en Amérique du Sud.

orchidee-jaune

Ensuite, au retour des expéditions, les orchidées abandonnées dans les soutes de bateaux par ignorance de leurs besoins ne supportaient pas le voyage, sans parler des rats et des insectes, et même les naufrages autant de causes supplémentaires de la perte des plantes et espèces.

Cet engouement pour l’orchidée, qu’on appelle « orchidomia », a eu pour conséquence de lourdes pertes humaines. En effet, les chasseurs pouvaient être capturés par les indigènes, ou bien mouraient de maladies tropicales.

Toutefois, dans nos campagnes, il n’est pas rare de rencontrer de petites orchidées sauvages, surtout sur des sols alcalins, petites plantes herbacées vivaces de la famille des Orchidacaeae, sous famille des Cypripedioideae, qu’on rencontre sur des soles alcalins, le « Sabot de Vénus » appelé aussi « Sabot de la Vierge » ou encore « Soulier de Notre-Dame ».

orchidee-sabot-venus

Sabot de Vénus

theophraste(*) Théophraste était une philosophe grec de l’école du Lycée qui aurait vécu entre environ 372 et 288 avant Jésus-Christ. Il faut le premier scholarque, directeur du Lycée et le fondateur de la botanique en tant qu’étude des plantes en elles-mêmes et non pour leurs utilités. Il était considéré comme un naturaliste ou même un alchimiste. On lui doit deux ouvrages : « L’Histoire des Plantes » et « Les Causes des Plantes ». Il est à l’origine de la différenciation entre le règne animal et le règne végétal, distinction qui permit la naissance d’une véritable nouvelle discipline à part entière, possédant ses propres méthodes et vocabulaire : la botanique.  

orchidee-jaune1

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LE ZODIAQUE AMOUREUX… MADAME SCORPION AMOUREUSE

(14 - LE ZODIAQUE AMOUREUX) par sylvietribut le 17-11-2011

Comment pourrait aimer Madame Scorpion sinon avec passion… Mais peut-être aussi avec un côté « mante religieuse » qui effraie quand même quelque peu les hommes. Bien sûr, celui qui aura le privilège d’être aimé d’elle ne rencontrera plus jamais une femme de sa trempe et toute autre relation amoureuse lui semblera fade. Il faut bien reconnaître qu’elle le fait vivre sur les montagnes russes, avec des cris, des coups de griffe, des coups de poignards, moraux bien sûr… sinon physiques… de grands moments d’exaltation, des crises de dépression et des raffinements de panthère… tout ce qui peut constituer une fascinante névrose.

scorpion-femme

On peut se demander si Madame Scorpion est une partenaire aimante ou une redoutable adversaire, car lorsqu’elle aime, il lui faut triompher et si elle est froissée, elle ne voit pas d’autre issue que la vengeance. Peu d’hommes sont capables de lui tenir tête et les statistiques ont permis de mettre à jour que les femmes fatales sont de type Scorpion, celles qui ne séduisent que pour mieux abandonner ensuite. Ou bien celles chez qui le désir de domination surpasse tous les autres, et qui n’ont de cesse que le partenaire, totalement subjugué, n’ait perdu tout ce qui faisait sa force, son esprit d’entreprise, sa virilité en quelque sorte. C’est pourquoi il est recommandé à quiconque tombe amoureux d’une femme Scorpion de certes s’abandonner à son intense présence magnétique, mais de savoir réagir avant qu’elle ne vous domine complètement.

madame-scorpion

Les hommes disent volontiers que les femmes saines et calmes les ennuient et qu’ils vivent plus intensément avec ces créatures irrationnelles et superbes. Avec Madame Scorpion, ils sont servis. Toutefois, avec l’âge, Madame Scorpion met de l’eau dans son vin et ne griffe plus avec autant de conviction. Et lorsqu’elle rencontre un homme digne de son admiration, un peu saint ou chercheur génial, elle peut enfin donner sa mesure et devenir une compagne exceptionnelle. Elle le secondera, saura le conseiller, usant de son intuition et aplanissant la route pour son « grand homme », chienne de garde vigilante et personne ne viendra à bout de sa détermination.

Evitez de sous-estimer l’influence d’une femme Scorpion sur son mari et, même si celui-ci connaît des revers de fortune, elle se battra à ses côtés, sans jamais faiblir. S’il réussit, il ne fait aucun doute que c’est à elle qu’il le devra.

Enfin, la jalousie est une partie inéluctable du tempérament de Madame Scorpion et son talon d’Achille. Aussi, quelles que nombreuses que soient les preuves de fidélité, son partenaire découvrira qu’elles ne suffisent jamais à la rassurer.

scorpion-au-feminin

 Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LE ZODIAQUE AMOUREUX… MONSIEUR SCORPION AMOUREUX

(14 - LE ZODIAQUE AMOUREUX) par sylvietribut le 17-11-2011

Monsieur Scorpion est comme possédé par une force secrète où la raison n’interfère absolument pas, qu’il tient bien comprimée car Monsieur Scorpion est l’homme le plus secret du zodiaque… Mais cette force secrète n’est autre que la passion qui l’anime. Malheur à celle que son regard de braise fascinera… Sans le savoir elle s’exposera aux jeux subtils d’un amour qui dit mal son nom… celui du bourreau et de la victime. Car Monsieur Scorpion aime les larmes de la femme aimée, il aime le pouvoir qu’il exerce sur elle, cet art de plonger dans les abîmes du désespoir ou de la porter aux cimes de l’exaltation amoureuse. Souvent, les amours Scorpion ne sont que de successifs affrontements, déchirements, cris de haine et de passion.  

scorpion-boucle-ceinture

C’est pourquoi Monsieur Scorpion a souvent mauvaise réputation chez ceux qui n’ont que de faibles notions d’astrologie, et qui ne sont capables de voir dans ce signe que son côté dur et parfois violent, sans en comprendre la richesse profonde. Car chez Monsieur Scorpion, l’amour devient un instinct, une passion, un combat qui exige un vainqueur et un vaincu. Bien sûr Monsieur Scorpion n’admet aucun partage, il veut régner sans conteste sur le cœur de la femme aimée. C’est dire que le marivaudage, le flirt papillonnant n’appartiennent pas à son mode opératoire amoureux, en la matière il va s’agir de conquête rappelant plutôt l’enlèvement dans les tribus primitives. Et puis, tout homme Scorpion cherche obscurément la femme initiatrice et sublime, tout en la voulant pure. Il aime ou il n’aime pas, il n’y a pas de demi-mesures et sa première impression ne varie pas.

Si Monsieur Scorpion aime, c’est un lien profond qui s’établit… Il veut tenir sa proie captive, mais lui-même se trouve rivé à elle, dans un amour profond que la mort seule peut achever, histoire comparable à celle de Tristan et Yseult.  

waterhouse_tristan_et_iseult

Waterhouse – Tristan et Yseult

Monsieur Scorpion veut connaître le cœur et le passé de celle qu’il aime, car il la veut totalement, croyant que c’est seulement ainsi qu’il atteindra à la révélation d’un amour qui transfigurera son existence. Il est donc dans un terrain de choix pour bien des inquiétudes, des obsessions, des névroses, l’idée du néant et de la mort se mêle alors à sa dépression amoureuse avec le risque de connaître, au cours de sa vie, des situations  pénibles, souvent inextricables, bien éloignées de la morale courante et des bons sentiments.  

scorpion zodiac astrology icon for horoscope

La rudesse de Monsieur Scorpion dans ses façons d’agir surprend car il ne craint pas de blesser non seulement la fierté, mais aussi la sensibilité toute féminine de sa partenaire, devenant ainsi dans le même temps bien difficile à supporter… Au risque que l’amour ne cède la place à la lassitude ou à la crainte. A moins que, comme Molière le plaça dans la bouche de Martine… « Et s’il me plaît à moi d’être battue »… Car certaines femmes aiment dans la souffrance… Souffrance qu’elle partage alors avec notre rude Monsieur Scorpion qui a beaucoup de mal à être vraiment heureux. Que de luttes dans cette âme scorpionnesque, que de reproches il ne cesse de se faire à lui-même car il a très souvent l’impression de faire le mal et il s’en veut, il souhaite un amour supra-terrestre et il veut en même temps sa large part d’amour charnel… Il voudrait aimer un ange qui soit de chair et que la vamp qu’il vénère ait une âme angélique. Vous l’aurez compris, Monsieur Scorpion est un être compliqué mais attachant. Inutile donc de s’opposer à lui, il ne tolèrera pas… Par contre à celle qui l’aime de trouver la tactique pour l’attirer à participer et suivre des envies et ses projets.

scorpion-en-coeur 

 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

UNE SAVEUR SCORPION… LA VANILLE

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 16-11-2011

Voilà une affirmation qui pourrait surprendre. Et pourtant il paraîtrait que le parfum de la vanille augmenterait l’excitation sexuelle. De plus, le mot « vanille » dérive de l’espagnol « vainilla » qui vient tout droit du latin « vagina » dont est issu en français le mot « vagin » qui signifie « gaine », « gousse », « étui ». Et puis, les gousses de vanille furent d’abord récoltées, au Mexique, sur des orchidées sauvages. L’orchidée appartient elle-même au monde du Scorpion.

On s’aperçut d’ailleurs que, tombés à terre lorsqu’ils étaient à peine mûrs, les longs fruits minces de ces plantes de vanille fermentaient sous couvert de l’humus, tout en dégageant un arôme exquis. Voilà bien de nouveau un univers scorpion que celui de l’humus et de la fermentation.

gousses-de-vanille

Gousses de vanille

La première mention de la vanille se trouverait dans les Chroniques du souverain aztèque Itzcoalt qui vécut entre 1427 et 1440 et c’est Christophe Colomb qui la rapporta en Europe, lors de son troisième voyage qu’il croyait l’avoir conduit en Indes, en 1518. Des Aztèques, il avait appris la préparation nécessaire pour que l’épice conserve son arôme car ceux-ci l’utilisaient très probablement depuis des siècles dans la préparation de boissons cacaotées afin d’adoucir l’amertume du chocolat. En langue aztèque, la vanille était appelée « tlilxot chitl » ce qui signifie « gousse noire ». Cependant, il faudra attendre plus d’un siècle pour qu’un Européen lui donne un nom à consonance latine et prononçable en Occident.

On a aussi appris à connaître les vertus médicinales de la vanille. Les Aztèques l’utilisaient comme diurétique et comme dépuratif. Elle était également réputée pour stimuler le système nerveux et était alors utilisée sous forme d’huile essentielle, de teinture ou d’infusion contre l’hystérie, la dépression ou la mélancolie. La vanille était également recommandée pour favoriser les efforts musculaires et même contre les rhumatismes. Ensuite, la vanille fut utilisée en cosmétique car on la dit hydratante, nourrissante, adoucissante. Elle régénèrerait l’épiderme. 

fleur-de-vanille

La fleur de vanille

L’histoire de la vanille est associée à celle du chocolat, puisque les Aztèques bien sûr, mais auparavant les Mayas, agrémentaient de vanille une boisson épaisse à base de cacao. Cette boisson, destinée aux guerriers et aux nobles, s’appelait « xocoalt ». Et pourtant, ils ne cultivaient eux-mêmes ni cacao, ni vanille, en raison d’un climat inadapté. Ces denrées de luxe provenaient d’un commerce avec des régions voisines. Une méconnaissance agronomique de la plante produisant la vanille leur faisait sans doute défaut car ils appelèrent l’épice « tlilxochitl », ce qui signifie « fleur noire » alors qu’il aurait été plus logique de la nommer « fruit noir ».  Fleur noire… fruit noir… Nous sommes bien dans le monde noir de Pluton et du Scorpion.

Ce sont les Totonaques, peuplades des côtes du Golfe du Mexique, qui produisaient la vanille et en approvisionnaient les Aztèques. Selon une légende, la liane de vanille serait née du sang de la princesse Tzacopontziza, ce qui peut se traduire par « Etoile du Matin », à l’endroit où son ravisseur, le prince Zkatan-Oxga, qui signifie « Jeune cerf », et elle-même furent rattrapés et décapités par les prêtres de Tonoacayohua, la déesse des récoltes… Voilà qui n’est pas sans évoquer le rapt de Perséphone, fille de Déméter déesse des Moissons, par Pluton. D’autant que le Prince Zkatan-Oxga se réincarna en un vigoureux arbuste et la princesse devint la délicate liane d’orchidée enlaçant tendrement son amant. Quant à la vanille, elle était appelée par les Totonaques, et l’est encore de nos jours, « caxixanath », ce qui signifie « fleur cachée ».

gousse-vanille-2

Lianes de vanille : 4 kg de gousses de vanille verte donnent un kilo de gousses de vanille noire

Bien sûr ce sont les Espagnols qui découvrirent la vanille au début du XVIe puisqu’elle leur fut ramenée par Christophe Colomb. Cependant, la première référence écrite connue de la vanille, ainsi que sa première illustration, figurent dans le Codex de Florence, « Badianus », écrit par les médecins aztèques Martinus de la Cruz et Juannes Badiano en 1552. Cet ouvrage constitue à la fois la première référence concernant une orchidée du Nouveau Monde et le premier livre médical écrit aux Amériques.

christophe-colomb-debarque-a-la-guadeloupe

Christophe Colomb et le Nouveau Monde

La vanille naturelle développe un parfum complexe formé de plusieurs centaines de composés aromatiques différents. Parmi ceux-ci, c’est la molécule de vanilline qui forme et caractérise de façon dominante l’arôme de vanille. Cependant, le profil aromatique dépend des conditions de culture et de préparation mais aussi des variétés ou des espèces utilisées. Le vanillon et la vanille de Tahiti ont des teneurs de vanilline plutôt faibles. Cependant, le vanillon dégage une forte odeur de coumarine. Et pourtant, la vanille de Tahiti, riche en composés divers, bénéficie de la réputation d’une qualité supérieure. Et c’est ainsi que la vanille apparaît en note de fond dans de nombreux parfums.  

jicky-de-guerlain-1889

Depuis Jicky, créé par Guerlain en 1889, c’est le plus souvent la vanilline de synthèse qui apporte l’essentiel de la touche vanillée, mais l’arôme naturel demeure apprécié pour sa capacité à donner de l’arrondi aux compositions. Après Jicky, c’est Shalimar (1925) chez Guerlain qui rappelle la vanille, d’où le concept de Guerlinade, à savoir la présence de vanille, d’ambre et de notes animales qu’on retrouve dans l’Heure Bleue en 1912, avec Habit Rouge en 1964, Chamade en 1969, Samsara en 1988 et même Héritage en 1992 . Mais cette même note se retrouve chez Coco de Chanel, dans Must de Cartier, Tocade de Marcel Rochas, Hypnotic Poison de Dior, nom qui en lui-même évoque parfaitement la symbolique Scorpion.

La plante de vanille appartient à la famille des Orchidacées et se trouve presque partout sur la planète. Elle fut introduite par les Français à Madagascar, l’Ile de la Réunion, l’Ile Maurice, les Seychelles, la Guadeloupe et Tahiti.

Enfin, la vanille est une épice. On la trouve facilement dans le commerce soit en gousse, sa forme première et classique ; soit en poudre qu’on obtient en écrasant des gousses séchées ; soit encore en extrait liquide obtenu par macération de gousses de vanille dans l’alcool, ou infusion dans un sirop de sucre, et enfin sous forme de sucre vanillé : mélange de sucre et de vanille devant contenir au moins 10 % de vanille. 

gousses-et-fleur-de-vanille

Bibliographie

Les Plantes et leurs vertus – Marie Borrel – Editions du Chêne 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,