SOLSTICE D’ETE AU CHATEAU DE THOIRY

(6.3 - Autres lieux ésotériques ou mythiques) par sylvietribut le 24-06-2013

Thoiry est une petite commune des Yvelines, à environ 50 km de Paris. C’est un château Renaissance qui depuis son acquisition, en 1609, par Guillaume Marescot, est resté depuis treize générations la propriété de la même famille, devenue la famille La Panouse depuis le XIXe siècle, la transmission se faisant souvent par les femmes.

Ce château a donc traversé les siècles et les événements, comme la Révolution, en restant pratiquement intact. Il a ainsi conservé son mobilier acquis au cours des différentes époques. Il possède en outre d’importantes archives historiques.

Tous les ans, du 1er au 30 juin, si vous savez être matinal, vous serez accueilli au château de Thoiry, à 5 h 15, par le propriétaire actuel, Monsieur le Comte de la Panouse, qui vous fera découvrir les secrets de l’architecture solaire et ésotériques du château, grâce à ses passionnantes explications. Et puis, vers 6 heures, si la météo le permet, vous assisterez au lever du soleil, dans l’axe central du vestibule du château. Ensuite, un copieux petit déjeuner vous sera offert, préparé par la gouvernante du château. Elle vous régalera de ses gâteaux faits maison et selon d’autres recettes de famille.

SOLSTICE D'ETE - CHATEAU DE THOIRY

Solstice d’été au château de Thoiry

Cette belle demeure semble faite pour abriter le bonheur et l’art de vivre d’une famille à la campagne, tout un étant un véritable trésor du point de vue architectural. Elle trahit son secret deux fois par ans, aux solstices d’hiver et d’été.

L’histoire commence à l’époque où, Raoul Moreau, érudit et Trésorier de l’Epargne sous Henri II, se fit construire son château pour y mener à bien ses expériences ésotériques. Pour ce faire, il appela le plus célèbre architecte du XVIe siècle, Philibert de l’Orme et le non moins célèbre Olivier Ymbert, maître maçon, qui manipulèrent Nombre d’Or et Quinte musicale afin de bâtir le site le plus magique de l’époque.

Et c’est pourquoi, au solstice d’été, le disque rouge flamboyant du soleil apparaît dans la transparence du vestibule tandis qu’au solstice d’hiver, le soleil disparaît à l’horizon dans l’axe Sud Ouest du château et ses parterres.

Du château, la vue s’étend au Sud jusqu’à la forêt de Rambouillet et, au Nord, elle survole la vallée de la Seine et se perd à 30 km. Cependant, la construction du Château de Thoiry avait un autre objectif que la vue. En effet, le relief permit de faire du paysage un calendrier solaire grandeur nature avec le château pour pivot, l’horizon comme cadran et les perspectives comme aiguilles, afin de marquer les moments privilégiés de la course du soleil.

Par ses belles proportions arithmétiques, géométriques et du Nombre d’Or, le Château de Thoiry se révèle comme un instrument captant les forces et les vibrations perçues par nos sens de l’équilibre et mettant ainsi ses habitants en harmonie avec l’univers. Thoiry se trouve donc être l’incarnation du « Feng Shui » de l’Occident afin de créer une harmonie propice au bien-être et au bonheur de vivre. 

LE LABYRINTHE DU PARC DU CHATEAU DE THOIRY

Le labyrinthe végétal du parc du Château de Thoiry

Le parc du Château de Thoiry abrite le plus grand labyrinthe végétal de France. Ce labyrinthe est la rencontre de la symbolique des jardins inspirée par le traité initiatique du Songe de Polyphile, du nombre d’or qui ordonne l’architecture du château et des mythes utilisant la symbolique animale. Ce labyrinthe offre un parcours de 2 300 mètres, 5 600 ifs y sont plantés et on ne compte pas moins de neuf ponts.

En parcourant les allées de ce parc somptueux, vous comprendrez pourquoi les 126 hectares des jardins de Thoiry sont labellisés « Jardin Remarquable » par le Ministère de la Culture.

Enfin, le Château de Thoiry c’est aussi un fabuleux parc zoologique et une réserve africaine. 

www.thoiry.net

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LES ETOILES FIXES BELIER, TAUREAU, GEMEAUX

(5.7 - CONSTELLATIONS ET ETOILES FIXES) par sylvietribut le 20-06-2013

Quelques règles pour utiliser le tableau des Etoiles Fixes

  • Les Etoiles Fixes se déplacent de 1° tous les 72 ans.
  • Pour chaque année, ajoutez ou retranchez pour les années antérieurs : 50 secondes 2 tierces pour tenir compte du mouvement annuel de la précession des équinoxes.
  • Les Etoiles Fixes signalées par *** sont dites « royales ». Elles paraissent avoir une très grande force, mais à la seule condition que la conjonction soit à 1° ou plus et avec seulement les éléments les plus saillants du thème : dominantes, luminaires, Maître de l’Ascendant…
  • L’effet de l’étoile dépend en grande partie de la puissance de la planète avec laquelle est conjointe. Dans tous les cas, les étoiles ne contredisent pas les indications planétaires, car la principale fonction des étoiles est de grandir les qualités des planètes plutôt que de les conférer et la nature exacte de l’effet doit être recherchée d’après les règles de l’astrologie.
  • Les étoiles agissent par conjonction. Cependant, l’opposition semble aussi puissante que la conjonction et le carré n’est pas à négliger.

 Ariete2LES ETOILES FIXES BELIER

DIPHOA sur 1°35 Bélier – De la nature de Saturne – Tendances autodestructrices – Maladie – Changement sous contrainte – Infortune – Disgrâce.

ALGENIB sur 8°11 Bélier – De la nature Mercure-Mars – Violence – Ruse – Danger d’accidents – Pauvreté – Mendicité.

ALPHERAT sur 13°20 Bélier – De la nature Vénus-Jupiter – Bénéfique * – Indépendance – Amour – Liberté – Honneurs – Intelligence pénétrante – Dons de stratégie – Peut correspondre à une vocation militaire ou militante.

BATEN KAITOS sur 20°58 Bélier – De la nature de Saturne – Emigration – Naufrage – Chutes – Coups – Blessures – Risque d’accidents.

AL PHERG sur 25°51 Bélier – De la nature de Mercure-Saturne – Bénéfique * – Décision – Fermeté – Esprit vif – Promptitude – Succès final.

VERTEX sur 27°53 Bélier – De la nature Lune-Mars – Cécité – Maladie particulièrement de la face et des yeux – Risque de mort violente – Intrépidité.

MIRACH sur 29°26 Bélier – De la nature Vénus – Bénéfique * – Originalité – Dévotion – Amour – Bonté – Chance par le mariage – Mariage heureux – Beauté – Bienveillance et esprit brillant – Chance par les liaisons, les contrats.

 Toro2LES ETOILES FIXES TAUREAU

SCHERATAN sur 2°59 Taureau – De la nature Mars-Saturne – Accident – Destruction – Violence – Atteintes physiques – Mort par le feu – Semble provoquer, sur le plan mondial, des destructions par incendies, les éruptions et les tremblements de terre.

TRIANGLE sur 5°51 Taureau – De la nature de Mercure – Intelligence rusée – Infidèle surtout si Mercure et Vénus y sont joints – Intelligence favorisant le succès.

HAMAL sur 6°41 Taureau – De la nature Mercure-Saturne et Mars-Saturne – Accroît l’esprit, l’intelligence mais cause violence – Cruauté et brutalité – Crime.

ALMACH sur 13°15 Taureau – De la nature de Vénus – Bénéfique * – Aptitudes artistiques  chant, littérature – Honneurs et élévation mais seulement dans la seconde partie de la vie – Goût du luxe.

MENKAB sur 13°20 Taureau – De la nature de Saturne – Maladie – Ruine – Disgrâce – Malchance – Dettes et risque de perte de fortune – Risque d’accident d’auto – Accidents par les animaux.

CAPULUS sur 24°13 Taureau – De la nature Mars-Saturne – Troubles oculaires – Cécité – Semble accentuer les difficultés de vision.

ALGOL*** sur 25°12 Taureau – De la nature Jupiter-Saturne – L’une des étoiles fixes les plus puissantes. Accentue la violence et donne des probabilités de mort violente : décapitation, accidents à la tête, hémorragie cérébrale. Nuit surtout si conjonction avec l’Ascendant, le Maître de l’Ascendant, le Soleil ou la Lune ; mais ne semble pas, avec ces facteurs ou le Maître du MC, empêcher richesse et élévation. Les risques judiciaires, surtout avec le Maître d’Ascendant, de VII ou du MC, ne semblent pas inopérants, mais la conjonction avec Jupiter procure talent par la parole et fortune.

LES PLEIADES sur 29°09 Taureau – De la nature Lune-Mars – Amours des festins, du vins, de la comédie – Une certaine débauche – Le soin de la parure et le goût des travestissements et des costumes – Homosexualité – Risque de noyage – Cécité – Infortune – Instabilité – Danger pour la vue – Accident à la face.

GEMEAUX-JUMEAUX - MERIDIENNE DE SANTA MARIA DEGLI ANGELI - ROMA LES ETOILES FIXES DES GEMEAUX

PRIMA HYADUM sur 4°19 Gémeaux – De la nature Mercure-Mars et Mercure-Saturne – Tribulations – Tumulte – Sédition – Evénements soudains – Fièvre – Blessures – Cécité – Vie militaire possible.

ALDEBARAN*** sur 8°48 Gémeaux – De la nature Soleil-Mars – Honneurs – Elévation possible – Richesse – Mise en vedette, dans les limites du thème et autres significateurs, notamment les luminaires, Jupiter et le ou les Maîtres d’Ascendant. Militarisme – Courage – Violence – Férocité – Honneurs et succès par violence – Sédition.

RIGEL* sur 15°46 Gémeaux – De la nature de Jupiter – Bénéfique * – Aptitudes inventives – Dignités : militaires, civiles, ecclésiastiques – Réputation et honneurs – Habileté et succès matériels – Richesse – Gloire inventive.

BELLATRIX sur 19°58 Gémeaux – De la nature Mercure-Mars – Honneurs civils ou militaires – Amis éminents – Richesses – Carrière militaire – Mariage riche – Revers et déceptions – Accidents menant à la cécité – Femme querelleuse.

CAPELLA sur 20°52 Gémeaux – De la nature Mercure-Mars – Bénéfique * – Honneurs – Richesse – Soif d’apprendre mais inquiétude – Emigration – Exil – Postes diplomatiques à l’étranger – Protections – Fortune – Réussite dans les postes à responsabilité.

PHACT sur 21°03 Gémeaux – De la nature Mercure-Vénus.

MINTAKA sur 21°16 Gémeaux – De la nature Mercure-Saturne.

EL NATH sur 21°36 Gémeaux – De la nature de Mars – Fortune – Elévation – Réussite.

LUSIS sur 21°59 Gémeaux – De la nature Mercure-Jupiter – Mal aux yeux – Cécité – Mort violente.

ALNILAM sur 22°29 Gémeaux – De la nature Jupiter-Saturne – Honneurs publics – Réussite éphémère.

AL HECKA sur 23°40 Gémeaux – De la nature de Mars – Violence – Malveillance – Accidents.

LA POLAIRE sur 27°36 Gémeaux – De la nature Vénus-Saturne – Perte de fortune mais legs et héritages – Maladie – Ruine – Disgrâce – Héritage difficile – Anxiété Chagrins.

BETELGEUSE*** sur 27°46 Gémeaux – De la nature Mercure-Mars – Bénéfique* – Honneurs militaires – Progrès – Richesses – Dignités – Avec Jupiter, elle semble accroître les opportunités et dons intellectuels – Avec le Soleil : gains inattendus – Protection – Honneurs – Avancement – Richesse.

MENKALINAM sur 29°21 Gémeaux – De la nature Mercure-Mars – Violence – Ruines – Risque de mort violente.

 

A suivre…

 

 

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

PLANETES ET COULEURS

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME) par sylvietribut le 18-06-2013

Le premier caractère du symbolisme des couleurs est son universalité, non seulement géographique, mais à tous les niveaux de l’être e de la connaissance, cosmologique, psychologique, mystique… Les interprétations peuvent varier et le rouge, par exemple, recevoir diverses significations selon les aires culturelles ; les couleurs restent, cependant, toujours et partout des supports de la pensée symbolique.

ARC-EN-CIEL

Les sept couleurs de l’arc-en-ciel

Les sept couleurs de l’arc-en-ciel, dans lequel l’œil pourrait distinguer plus de 700 teintes, ont été mises en correspondance avec les sept notes musicales, les sept cieux, les sept planètes, les sept jours de la semaine.

Certaines couleurs symbolisent les éléments :

–       Le rouge et l’orange : le Feu,

–       Le jaune ou le blanc : l’Air,

–       Le vert : l’Eau,

–       Le noir ou le brun : la Terre.

Elles symbolisent aussi :

–       L’espace : le bleu,

–       La dimension verticale ou le sommet, le ciel : bleu clair,

–       La base : le bleu sombre,

–       La dimension horizontale : le rouge, plus clair à l’orient, plus sombre à l’occident,

Elles symbolisent encore :

–       Le noir : le temps,

–       Le blanc : l’intemporel,

Et tout ce qui accompagne le temps, l’alternance de l’obscurité et de la lumière, de la faiblesse et de la force, du sommeil et de l’éveil.

Enfin, les couleurs opposées, comme le blanc et le noir, symbolisent le dualisme intrinsèque de l’être. Un vêtement en deux couleurs : deux animaux affrontés ou adossés, l’un blanc, l’autre noir ; deux danseurs, l’un blanc, l’autre noir… toutes ces images colorées traduisent des conflits de forces qui se manifestent à tous les niveaux de l’existence, du monde cosmique au monde le plus intime, le noir représentant les forces nocturnes, négatives et involutives, le blanc les forces diurnes, positives et évolutives.

LES COULEURS DES EPICES

Les couleurs des épices indiennes

Jili, dans son traité de l’Homme Parfait déclare que les mystiques ont vu les sept cieux qui s’élèvent au-dessus des sphères de la Terre, de l’Eau, de l’Air et du Feu et qu’ils peuvent les interpréter pour les hommes subluniares :

–       Le Ciel de la Lune, invisible en raison de sa subtilité, créé la nature de l’Esprit, demeure d’Adam ; sa couleur est plus blanche que l’argent ;

–       Le Ciel de mercure, demeure de certains anges, créé de la nature de la pensée ; sa couleur est grise ;

–       Le Ciel de Vénus, créé de la nature de l’imagination, demeure du Monde des Similitudes ; sa couleur est jaune ;

–       Le Ciel du Soleil, créé de la lumière du cœur, est jaune d’or brillant ;

–       Le Ciel de Mars, gouverné par Azraël, ange de la mort ; ce ciel créé de la lumière du jugement est la couleur rouge sang ;

–       Le Ciel de Jupiter, créé de la lumière de la méditation, habité par les anges dont Michel est le chef, est la couleur bleue ;

–       Le Ciel de Saturne, créé de la lumière de la Première intelligence ; sa couleur est le noir.

LA LUNE ET LES ETOILES EN RENOVATION

Couleur de Lune

D’après Papus et son ABC illustré de l’occultisme paru en 1922 (Editions Dangles), voici les correspondances Couleurs/Planètes/Signes/Eléments :

–       Le rouge est la couleur de Mars, du Bélier et de l’élément Feu,

–       Le vert est la couleur de Vénus, du Taureau et de l’élément Terre,

–       Le jaune est la couleur de Mercure, des Gémeaux et de l’élément Air,

–       Le bleu clair est la couleur de la Lune, du Cancer et de l’élément Eau,

–       L’orange est la couleur du Soleil, du Lion et de l’élément Feu,

–       Le marron est la couleur de Mercure, de la Vierge et de l’élément Terre,

–       Le pourpre est la couleur de Vénus, de la Balance et de l’élément Air,

–       Le bordeaux est la couleur de Mars, du Scorpion et de l’élément Eau,

–       Le violet est la couleur de Jupiter, du Sagittaire et de l’élément Feu,

–       Le noir est la couleur de Saturne, du Capricorne et de l’élément Terre,

–       Le bleu marine est la couleur de Saturne, du Verseau et de l’élément Air,

–       Le cendré est la couleur de Jupiter, des Poissons et de l’élément Eau.

Les psychologues ont distingué les couleurs chaudes et les couleurs froides ; les premières favorisent les processus d’adaptation et d’entrain : rouge, orange, jaune. Elles ont un pouvoir stimulant, excitant ; les secondes favorisent les processus d’opposition, de chute : bleu, indigo, violet. Elles ont un pouvoir sédatif, apaisant. Il y a lieu de tenir compte également de leur brillance : claires et lumineuses, elles produisent un effet plus positif, mais qui peut être démesuré jusqu’à l’excitation ; mates, éteintes, leur effet est plus intériorisé, mais peut devenir assez négatif.

Les rêves colorés sont des expressions significatives de l’inconscient. Ils représentent certains états d’âme du rêveur et traduisent les diverses tendances de pulsations psychiques. Dans la conception analytique, selon C.G. Jung, les couleurs expriment les principales fonctions psychiques de l’homme : pensée, sentiment, intuition, sensation.

–       Le bleu est la couleur du ciel, de l’esprit ; sur le plan psychique, c’est la couleur de la pensée.

–       Le rouge est la couleur du sang, de la passion, du sentiment.

–       Le jaune est la couleur de la lumière, de l’or, de l’intuition.

–       Le vert est la couleur de la nature, de la croissance. Au point de vue psychologique, il indique la fonction de sensation (fonction du réel), la relation entre le rêveur et la réalité.

LA PALETTE DE COULEURS DU PEINTRE

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’HERBIER DES GEMEAUX… LE BLEUET

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 17-06-2013

Le mot « bleuet » apparaît dans la langue française en 1380, tout simplement dérivé de « bleu ». En France, il désigne une centaurée à fleur bleue alors qu’au Québec, c’est le fruit d’une espèce proche de la myrtille. Le mot « myrtille » est apparu en 1565. Il vient du latin « myrtillus », dérivé de « myrtus » ou « myrte » qui désigne un petit arbre à fruits.

Dans la Grèce antique, un enfant poète du nom de Cyanos, chantre de la terre et de ses richesses, fut métamorphosé à sa mort, par la déesse Flore, en bleuet, afin que jusqu’à la fin des temps, l’humanité se souvienne de celui qui avait si bien célébré la nature. En grec « Cyanus » signifie « bleu ».

bleuet2 

Bleuets

Le bleuet fait partie de la famille des Centaurées qui n’est pas sans évoquer les Centaures dont le plus célèbre fut Chiron, le bon centaure, à qui Jupiter avait donné le pouvoir de soigner et de guérir, mais qui ne pouvait se guérir lui-même. En effet, il avait été blessé accidentellement par une flèche empoisonnée d’Hercule. Il fait d’ailleurs partie de la constellation zodiacale du Sagittaire. Le bleuet s’appelle d’ailleurs du nom savant et latin de « Centaurea cyanus ».

Le bleuet a donc hérité d’un parrainage doublement prestigieux : un centaure, Chiron via le Sagittaire, et un jeune poète que les Gémeaux évoquent.

 BLEUET DANS LES BLES

Vassili, basilek, métamorphosé par la nymphe amoureuse

A ce propos, pour les Russes, le bleuet perpétue le souvenir d’un beau jeune homme qu’une nymphe séduisit et entraîna avec elle dans la houle blonde des moissons mûrissantes avant de le transformer sur place en une plante, cela pour empêcher qu’il fasse jamais battre un autre cœur que le sien. La malheureuse victime de ce drame de la jalousie se nommait Vassili, ou Basile, et c’est la raison pour laquelle les Russes appellent le bleuet « basilek ».

Cependant si, d’un bout à l’autre de l’Europe, les légendes varient sur l’origine du bleuet, l’usage qu’on en fait est le même partout : plaisir des yeux, il en est aussi le protecteur attitré. En effet, ce bleuet qui porte également le nom de casse-lunettes et la tradition veut que le bleuet soit spécialement indiqué pour les yeux bleus alors que le plantain, dont les semences sont brunes, le serait pour les yeux noirs. Quoi qu’il en soit, en décoction légère, on l’emploie tiède en lavages, en compresses ou en bains avec une œillère contre la conjonctivite, l’irritation des paupières et la faiblesse de la vue.

Une décoction de fleurs de bleuet est également indiquée en bains de bouche contre les inflammations de la muqueuse buccale : gingivite, stomatie ulcéreuse, aphtes. Elle constitue une excellente lotion pour le visage dont elle raffermit, rafraîchit et tonifie l’épiderme… Elle se révèle être bien supérieure aux crèmes fort chères qui inondent le marché.

Le bleuet s’emploie aussi en usage interne : ses fleurs séchées en infusion, à raison de 20 à 30 grammes par litre d’eau et une tasse trois fois par jour avant ou entre les repas, pour enrayer les inflammations des reins, la goutte, les rhumatismes et dans le Nord, on prépare même une bière antirhumatismale en faisant macérer pendant quelques jours 25 gr de fleurs séchées ou de plante entière réduite en poudre pour un litre de bière : un verre avant les repas constituera un apéritif utile et efficace. 

CHAMP DE BLEUETS

Bibliographie

Nos grands-mères savaient – Jean Palaiseul – Editions Robert Laffont

 

 

 

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

GEMEAUX… JUMEAUX

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME, 6.6.3 - LES MYTHES DES GEMEAUX ET DE MERCURE) par sylvietribut le 16-06-2013

Toutes les cultures et toutes les mythologies témoignent d’un intérêt particulier pour le phénomène des jumeaux. Quelles que soient les formes sous lesquelles ils sont imaginés, parfaitement symétriques, ou bien l’un obscure et l’autre lumineux, l’un tendu vers le ciel et l’autre vers la terre, l’un noir et l’autre blanc, rouge ou bleu, l’un à tête de taureau et l’autre tête de Scorpion, ils expriment à la fois une intervention de l’au-delà et la dualité de tout être ou le dualisme de ses tendances, spirituelles ou matérielles, diurnes et nocturnes. C’est le jour et la nuit, les aspects céleste et terrestre du cosmos et de l’homme.

Quand ils symbolisent ainsi les oppositions internes de l’homme et le combat qu’il doit livrer pour les surmonter, ils revêtent une signification sacrificielle : la nécessité d’une abnégation, de la destruction ou de la soumission, de l’abandon d’une partie de soi-même, en vue du triomphe de l’autre. Et ce sera naturellement aux forces spirituelles de l’évolution progressive d’assurer leur suprématie sur les tendances involutives et régressives. Mais il arrive que les jumeaux soient absolument semblables, doubles ou copies de l’un de l’autre. Ils n’expriment plus alors que l’unité d’une dualité équilibrée. Ils symbolisent l’harmonie intérieure obtenue par la réduction du multiple à l’un. Le dualisme surmonté, la dualité n’est plus qu’apparence ou jeu de miroir, l’effet de la manifestation.

GEMEAUX-JUMEAUX - MERIDIENNE DE SANTA MARIA DEGLI ANGELI - ROMA

Gémeaux-Jumeaux – Méridienne de Santa Maria degli Angeli – Roma

Les jumeaux symbolisent d’autre part l’état d’ambivalence de l’univers mythique. De plus, tous les héros jumeaux de la mythologie indo-européenne sont bénéfiques : les Açvins, les Dioscures, Castor et Pollux… Ils sont guérisseurs, protègent les mortels du danger, sauvent les navigateurs… Un des plus fameux services des jumeaux védiques est aussi de rajeunir un vieillard et d’en faire un mari pour les jeunes femmes.

Au Mexique et chez les Indiens Pueblos, les Héros Jumeaux, dieux du matin et du soir, ouvrent la voie à l’humanité dans les récits cosmogoniques, à l’arrivée de celle-ci sur la terre.

De nombreux récits cosmogoniques font état de héros créateurs jumeaux, aux fonctions antagonistes. L’un est bon et l’autre mauvais, ce dernier cherchant perpétuellement à entraver l’action créatrice et civilisatrice du premier. Ou bien, il l’imite avec maladresse, créant les animaux nuisibles comme le premier crée les animaux utiles. Cette mythologie manichéenne est particulièrement remarquable parmi les Iroquois. On la trouve dans certaines tribus indiennes d’Amérique du Sud.

A ce dualisme des Jumeaux mythiques s’applique la course ascendante (évolution) et descendante (involution) du soleil. Les danses iroquoises se subdivisent en effet en deux groupes, dont celles du « bon jumeau », soleil du matin, associées à la couleur blanche (Grande Danse des Plumes) et celles du « mauvais jumeau », soleil du soir, associées à la couleur noire (Danses de Guerre). Même division dans le cycle annuel : Fêtes d’Hiver et d’Eté. Les fêtes d’été incombent aux femmes et demandent la fertilité des plantations ; les fêtes d’hivers incombent aux hommes et rendent grâce pour les dons reçus, les moissons. Chacune de ces moitiés dure six mois articulés sur la fête du Nouvel An, en février, et celle du Maïs Vert en octobre. Donc même dualisme dans le cycle diurne et le cycle annuel.

Les mythologies dualistes des Jumeaux auraient pour origine le dualisme naturel des régions à deux saisons fortement tranchées.

Au cours d’une des péripéties les plus célèbres de la mythologie irlandaise, la déesse Macha, éponyme de la capitale d’Ulster (Emain Macha : jumeaux de Macha), donne naissance à deux jumeaux, après avoir couru contre les chevaux du roi Conchobar. On ne possède pas le nom de ces jumeaux, mais on ne se trompe certainement pas de beaucoup en y voyant des Dioscures et des prototypes de couples dioscuriques.

LES DIOSCURES

Les Dioscures

Dans la mythologie grecque, Castor et Pollux appelés aussi « les Dioscures », c’est-à-dire « Jeunes de Zeus/ Jupiter, sont les fils de Léda. Chacun est né d’un œuf différent. Ils sont respectivement, pour Castor, frère de Clytemnestre, et fils de Tyndare, roi de Sparte, et pour Pollux, frère d’Hélène et fils de Zeus/Jupiter. Ils prennent part à une chasse au sanglier, le sanglier de Calydon, ainsi qu’à l’expédition des Argonautes. Ils combattent Thésée pour récupérer leur sœur Hélène que celui-ci a ravie et enlèvent à leur tour les filles de Leucippe. Avatars grecs de la figure indo-européenne des dieux-jumeaux, les Dioscures sont le symbole des jeunes gens en âge de porter les armes. Ils apparaissent comme des sauveurs dans des situations désespérées et sont les protecteurs des marins. Le Feu de Saint-Elme est considéré comme leur manifestation physique. Ils sont associés à la constellation des Gémeaux.

Les Dioscures apparaissent déjà dans l’Iliade, qui nomme Castor « le dompteur de chevaux » et Pollux « le boxeur ». Le poème ne mentionne pas le nom de leurs parents, mais Hélène les nomme comme ses frères. L’Odyssée, en revanche, en fait tous les deux fils de Tyndare et de Léda. La légende la plus fréquente établit que Léda se serait unie avec Zeus métamorphosé en cygne et aurait pondu deux œufs : l’un contenant Pollux et Hélène, enfants de Zeus, et le second contenant Castor et Clytemnestre, descendants de Tyndare. Ces derniers sont donc de simples mortels alors qu’Hélène et Pollux sont des demi-dieux.

Dans une version du mythe, Pollux le demi-dieu voit à sa mort son père lui proposer l’immortalité, mais celui-ci refuse que son frère Castor puisse demeurer aux Enfers en raison de son état de mortel. Le roi des Dieux lui propose alors de demeurer un jour sur deux aux Enfers avec Castor et un jour sur deux sur l’Olympe également avec lui. D’autres versions proposent un partage de six mois dans chaque lieu. Ce mythe n’est pas sans rappeler le mythe de Perséphone enlevée par Hadès et qui va partager son temps entre sa mère, la très terrienne Déméter, et son époux, le dieu des Enfers. C’est aussi le même thème qu’on retrouve dans la légende Adonis, le jeune amant de Vénus.

LA LOUVE ROMAINE

Romulus et Rémus nourris par la louve

Dans la mythologie romaine, Romulus et Rémus sont les fondateurs de Rome. Cependant, les historiens romains, à commencer par Tite-Live, mettent l’accent sur le caractère poétique et légendaire de ce récit fondateur. Romulus et son frère jumeau Rémus sont les fils de la vestale Rhéa Silvia et du dieu Mars. Rhéa Silvia est la fille de Numitor, roi de la légendaire ville latine Alba la Longue, fondée par Ascagne, fils d’Enée, et dépossédé de son trône par son frère Amulius. Celui-ci, craignant que ses petits-neveux ne réclament leur dû en grandissant, prend prétexte qu’ils sont les fils d’une vestale, qui avait fait vœu de chasteté, et ordonne qu’on les jette dans le Tibre. Mais l’ordre est mal exécuté, les nouveau-nés partent dans un panier sur le fleuve, survivent sans doute par une probable protection des dieux. Ils seront découverts sous un figuier sauvage, le Ficus Ruminalis, situé devant l’entrée de la grotte du Lupercale, au pied du Palatin, par une louve qui les allaita et par un pivert, l’oiseau de Mars.

Tite-Live et Plutarque rapportent une autre explication de la légende : Romulus et Rémus auraient été découverts dans la grotte du Lupercale par le berger Faustulus, gardien des troupeaux d’Amulius qui les aurait confiés aux bons soins de sa femme, Larentia, une prostituée, que les bergers appelaient « lupa », la louve. Ce serait donc par un jeu symbolique que d’autres auteurs latins auraient créé le mythe de la louve biologique mère de Rémus et Romulus, tirant parti de la puissance redoutable de l’animal au profit de leur cité. Le loup et la louve sont des animaux de Mars.

Dans la version de Plutarque, « la Vie de Romulus », les jumeaux seraient les enfants d’une esclave et du dieu Mars. Une curieuse histoire de sexe viril du dieu Mars descendu par la cheminée et flottant dans la pièce est avancée, l’esclave remplaçant la princesse Rhéa Silvia qui refusait d’assouvir le désir du dieu. En fait, ils seraient les enfants d’Amulius, roi d’Alba la Longue, confiés au berger Faustulus. Plus tard, les jumeaux, à qui est révélé le secret de leur naissance, tueront Amulius, égorgé par Rémus et transpercé par l’épée de Romulus, pour restaurer ensuite leur grand-père Numitor sur le trône d’Alba.

LETO ET SES ENFANTS APOLLON ET ARTEMIS - WILLIAM HENRY RINEHART (1825-1874)

Léto et ses enfants Apollon et Artémis/Diane – William Henry Rinehart

Quant aux jumeaux de sexe différent, les plus célèbres sont Apollon et Artémis, mais on pourrait également inclure Jupiter et Junon dont Ennius faisait les jumeaux de Saturne et de Rhéa.

Apollon, le Soleil, et Artémis/Diane, la Lune… sont fils de Zeus/Jupiter et de Léto, une Titanide, qui cherchait un lieu tranquille pour mettre au monde les enfants qu’elle portait de Zeus/Jupiter, mais toute la terre refusait de l’accueillir par crainte de la colère d’Héra, ou bien refusait l’honneur d’être le lieu de naissance de si grands dieux. Seule Délos accepta, puisqu’elle n’était pas vraiment une terre, mais une île flottante. Apollon et Artémis étaient tous deux des archers. Ils présidaient également aux morts naturelles ou par maladie. Homère nous rapporte qu’Apollon donnait la mort aux hommes et Artémis aux femmes, en leur envoyant les « douces flèches de la mort. 

LES GEMEAUX22

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter

Dictionnaire de la Mythologie – Michael Grant et John Hazel – Marabout

 

 

 

 

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LA SYMBOLIQUE GEMEAUX… UN NOMBRE DE DUALITE… LE DEUX

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME, 6.6.3 - LES MYTHES DES GEMEAUX ET DE MERCURE) par sylvietribut le 05-06-2013

Symbole d’opposition, de conflit, de réflexion, le Deux indique aussi bien l’équilibre réalisé que des menaces latentes. Il est le chiffre de toutes les ambivalences et des dédoublements. Il est la première et la plus radicale des divisions : le créateur et la créature, le blanc et le noir, le masculin et le féminin, la matière et l’esprit… celle dont découlent toutes les autres. Dans l’Antiquité, il était attribué à la Mère. Il désigne le principe féminin. Et parmi ses redoutables ambivalences, il peut être le germe d’une évolution créatrice aussi bien que d’une involution désastreuse.

chiffre 

Le nombre Deux symbolise le dualisme sur lequel repose toute dialectique, tout effort, tout combat, tout mouvement, tout progrès. Mais la division est le principe de la multiplication, aussi bien que de la synthèse. Et la multiplication est bipolaire, elle augmente ou diminue, selon le signe qui affecte le nombre.

Le Deux exprime donc un antagonisme qui de latent devient manifeste : une rivalité, une réciprocité, qui peut être de haine autant que d’amour ; une opposition, qui peut être contraire et incompatible, aussi bien que complémentaire et féconde.

LES DEUX SINGES par BRUEGHEL 

Les deux singes prisonniers de Breughel

Une image double dans la symbolique de deux lions, deux aigles… qui renforce, en la multipliant, la valeur symbolique de l’image ou, à l’inverse, en la dédoublant, montre les divisions internes qui l’affaiblissent.

Dans le monde celtique, un certain nombre de figures mythiques vont par deux, groupant ainsi des caractères opposés ou complémentaires. Le travail d’exploration et d’interprétation de la mythologie celtique n’est pas assez avancé pour qu’on ne puisse nommer un grand nombre avec certitude, mais le couple, la dualité essentielle et, en pays celtique, celle du druide et du guerrier, souvent réunie ou concentrée en une seule entité divine. L’un représente la force et l’autre la sagesse de la tradition. Toutes les séries ou constructions mythologique respectent ce principe dualiste qui s’intègre facilement dans une série de symboles numéraux couvrant le champ théologique.

Gemeaux Glyphe

Le glyphe du nombre Deux que nous utilisons aujourd’hui en Occident trouve ses racines chez les brahmanes hindous qui écrivaient 2 sous forme de deux lignes horizontales. Il est encore écrit de cette manière dans la Chine moderne et est analogue au chiffre romain II.

Les Gupta ont tourné les deux lignes à 45° pour en faire des diagonales. Quelquefois, ils ont aussi fait une petite ligne au sommet et une fin incurvée à la base vers le centre de la ligne du bas. Cependant, sans doute pour aller plus vite, les Nagari ont démarré la ligne du haut plus incurvée et l’ont connecté à la ligne du bas. Quant aux arabes Ghubar, ils ont fait la ligne du bas complètement verticale, si bien que le glyphe ressemblait à un point d’interrogation sans point. En restaurant la ligne du bas dans sa position horizontale originale, mais en gardant la ligne du haut sous sa forme de courbe qui se connecte à cette première ligne cela nous conduit à notre glyphe moderne.

Dans la Bible, le chiffre 2 représente l’homme et sa dualité, division intérieure, conséquence du péché. Et cela permet de résoudre certaines énigmes contenues dans l’Evangile. Ainsi, selon Marc, à Jéricho, un seul aveugle, nommé Bartimée, est guéri. Mais selon Matthieu, il y avait deux aveugles.

Par ailleurs, Marc nous rapporte qu’au cours du procès de Jésus, quelques faux témoins se présentèrent, mais Matthieu, lui, affirme qu’il s’en présenta 2. On peut se demander qui dit la vérité. La réponse est : Tous les deux. En effet, Marc nous livre la version historique des faits alors que Matthieu recourt au chiffre symbolique.

2 chiffre 

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,