UNE EXPRESSION TRES SATURNIENNE… UN TRAVAIL DE TITAN

(6.1 - Etymologie) par sylvietribut le 18-01-2014

Voilà une entreprise énorme, presque surhumaine. Dans la mythologie, les Titans étaient des géants, enfants d’Ouranos/Uranus (le Ciel) et de Gaïa (la Terre). Le plus jeune d’entre eux, Cronos/Saturne, détrôna son père, puis épousa sa sœur Rhéa. Cependant, l’oracle l’avait prévenu qu’il serait un jour détrôné par son fils. Aussi, il dévorait ses enfants au fur et à mesure qu’ils naissaient. Ainsi, il dévora Hestia, Déméter, Héra/Junon, Hadès/Pluton et Poséidon/Neptune.

RHEA PRESENTANT LA PIERRE EMMAILLOTEE A SATURNE 

Rhéa présentant à Saturne une pierre emmaillotée sensée être Jupiter

Cependant, il ne put dévorer le dernier, Zeus/Jupiter. En effet, Rhéa partit en Crète pour accoucher de Zeus. A son retour, elle fit avaler à son mari une pierre emmaillotée et Cronos/Saturne ne s’aperçut de rien. Plus tard, lorsqu’il fut devenu adulte, Zeus/Jupiter fit absorber à son père une drogue qui lui fit régurgiter tous ses enfants. Ceux-ci déclarèrent alors à leur père, Cronos/Saturne, à leur frère, une guerre qui dura dix ans, la Titanomachie. Les Titans étaient de loin les plus forts. Pour prendre d’assaut le ciel, ils entassèrent l’un sur l’autre trois des plus hauts massifs de Grèce : l’Olympe (2 917 mètres), l’Ossa (1 978 mètres) et Pélion (1 651 m).

Cependant, Zeus/Jupiter avait pour lui les Cyclopes. Ceux-ci lui donnèrent la foudre et le tonnerre, grâce à quoi Zeus/Jupiter eût raison des géants et s’empara du pouvoir, que dès lors il conserva. Il confia à son frère Poséidon/Neptune l’empire des mers et des océans, et Hadès/Pluton reçut celui des Enfers ou royaume des Morts.

Ce fut au cours d’une terrible bataille que Zeus/Jupiter chassa Cronos/Saturne du trône de l’Univers qui opposa les Olympiens, les enfants de Rhéa, aux Titans. Toutefois, un grand nombre de Titans, parmi lesquels Océan et Hélios, de même que toutes les Titanides, se tinrent à l’écart. Si Zeus/Jupiter sort vainqueur de cette longue lutte, c’est qu’il pensa à s’allier avec les Hécatonchires qu’il délivra du Tartare. Il jeta alors ses ennemis dans le Tartare, dans les profondeurs insondables du monde souterrain, à une distance aussi grande au-dessous de l’Hadès que la distance qui sépare le ciel de la Terre. Là, dans les ténèbres éternelles, les Titans furent emprisonnés pour l’éternité derrière des portes de bronze, avec les trois Géants-aux-cent-bras pour geôliers. Pour punir Atlas, Zeus/Jupiter l’obligea à porter la voûte céleste sur ses épaules.

ATLAS ET LES HESPERIDES

Le Titan Atlas portant le monde – Singer Sargent John – 1925

Dans les mythes grecs, le règne des Titans passait tantôt pour une époque barbare, tantôt au contraire, pour un « âge d’or », de grand bonheur et de prospérité. Dans une autre tradition encore, Cronos/Saturne, après avoir perdu le pouvoir, devint roi des îles des Bienheureux, situées dans la mer Occidentale.

L’origine du mot « Titan » est inconnue. Les noms des Titans et des Titanides ont des significations très variées ; certains ne sont pas grecs, d’autres personnifient des abstractions, telles que : Mnémosyné, la Mémoire, ou Phoebé, la Brillante, ou encore Théia, la Divine et Thémis, la Loi.

THEMIS LA DEESSE DE LA JUSTICE

Thémis

Bibliographie

Trésors des Expressions françaises – Sylvie Well et Louise Rameau – Belin Editeur – Le Français retrouvé

Dictionnaire de la Mythologie – Michael Grant et John Hazel – Collection Marabout

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’HERBIER DU CAPRICORNE… LA SAPONAIRE

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 16-01-2014

Saponaria officinalis… Savonnière… saponière… savonaire… herbe à savon… savon de fossé… herbe à foulon, savonnière ou même herbe à femme… C’est indiscutable, comme le laissent présager toutes ces appellations, la saponaire nettoie… Et elle nettoie tout : le linge avec lequel on la met à bouillir en guise de savon, les étoffes de laine avant teinture, les tissus aux couleurs délicates et l’organisme humain lorsqu’il est victime d’engorgements ou surchargé de toxines qui cherchent une porte de sortie à travers la peau. L’Homéopathie considère Saponaria comme un remède de drainage dans toutes les affections cutanées, rejoignant ainsi les médecins arabes qui la prescrivaient contre les dartres, les ulcères et même la lèpre. Pour l’astrologue, dans l’homme-zodiaque la peau est régie par le Capricorne et par Saturne. Elle est une des herbes de base de la médecine populaire qui l’utilise d’autant plus volontiers qu’elle pousse à peu près partout : au bord des rivières et des ruisseaux, dans les bois et les haies, sur les décombres et les talus où elle forme d’importantes colonies et qu’elle est facile à identifier : ses tiges, de 30 à 70 cm de haut, de forme cylindriques et dures ; elles portent des feuilles opposées, vert tendre, pointues et sillonnées par trois nervures longitudinales ; ses fleurs rose tendre sont groupées en petits bouquets au sommet des tiges ; elles ont cinq pétales et un délicat parfum. On peut employer les tiges et les feuilles, mais généralement on leur préfère la racine. C’est un rhizome blanc jaunâtre, très ramifié, de la grosseur du doigt, récoltée soit au printemps, soit en automne, séchée au soleil et coupée en petits morceaux.

saponaire

La Saponaire

Les saponaires regroupent des plantes essentiellement de la famille des Caryophyllaceae qui doivent leur nom au fait que leurs rhizomes contiennent des saponines faisant mousser l’eau et leur permettant, au moins pour l’espèce Saponaria officinalis, d’être utilisées comme substitut du savon. On en connaît une vingtaine d’espèces, le plus souvent méditerranéennes.

Cette « herbe à savon » tire son nom latin et français de « saponaria » et « saponaire ». Son nom anglais est « soapwort » et les Italiens en ont fait leur « sapone », c’est-à-dire le savon. On comprend que ce sont les propriétés savonneuses et mousseuses que les racines produisent lorsqu’elles sont broyées et mélangées à l’eau qui lui on valu cette dénomination. On a d’ailleurs longtemps utilisé la saponaire comme substitut du savon pour laver le linge. Elle peut également entrer dans la composition de shampooings et produits démaquillants.

SAPONAIRE - SAVON

Savon à la saponaire

Dès le XVIe siècle, sous le règne d’Elizabeth 1re, reine d’Angleterre, on se servait déjà de la saponaire pour laver et prérétrécir le linge avant fabrication. C’est d’ailleurs, sous l’emprise d’une forte imagination que les anglophones nomment aussi cette fleur « boucing bet ». C’est grâce à ses vertus médicinales et ornementales que les premiers colons la naturalisèrent en Nouvelle-Angleterre. Elle se dispersa par la suite dans toute l’Amérique du Nord, et surtout aux Etats-Unis.

Et pourtant, des siècles auparavant, les Romains mettaient de la saponaire dans l’eau de leur bain pour guérir les démangeaisons. Toutefois, « saponaire » vient du mot gaulois « sapo », conservé en latin et qui a donné le mot « savon » désignant ce qui nettoie. Son rapport avec l’eau est prépondérant d’abord parce que la saponine que la plante contient provoque une mousse au contact de l’eau et qu’elle pousse souvent au bord des rivières et l’eau de cette rivière provoque sur la peau le même effet que le savon.

LA SAPONAIRE - FICHE BOTANIQUE 

La Saponaire – Planche botanique

La saponaire a également une influence bénéfique sur les rhumatismes et l’insuffisance hépatique. On peut d’ailleurs préparer une décoction de saponaire en la faisant bouillir cinq minutes, mais il faut la passer immédiatement sans laisser macérer en raison des effets secondaires : tremblements, paralysie partielle de la langue, sécheresse de la bouche qui seraient alors à craindre. Rhumatismes, tremblements, paralysie et sécheresse de la bouche, voici bien des problèmes liés à Saturne et au Capricorne.

Outre le fait que la saponaire est une plante utile puisqu’elle aide à la lessive, mais aussi parce qu’elle soigne, on comprend qu’elle entre dans l’herbier du Capricorne, car elle soigne des problèmes tout à fait rattachés au signe et à Saturne : les problèmes dermatologiques et les démangeaisons et ceux en rapport avec les rhumatismes. Or, dans l’homme-zodiaque la peau, comme les os et les articulations sont du domaine du Capricorne, régit par Saturne. Pour les problèmes hépatiques, il ne faut pas perdre de vue que Jupiter qui régit le foie, est en chute dans le Capricorne. 

LA SAPONAIRE

Bibliographie

Nos grand-mères savaient – Jean Palaiseul – Editions Robert Laffont

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

PENELOPE… UNE FEMME TRES SATURNIENNE

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME, 6.6.10 - LES MYTHES DU CAPRICORNE ET DE SATURNE) par sylvietribut le 15-01-2014

Janus a deux visages, comme Saturne a deux facettes opposées. On lui prêtait de fourbes pensées, mais ce procès semble injuste, tout comme il serait injuste d’accuser Ulysse d’être lui aussi « fourbe » et « rusé ». D’être « celui qui regarde par-dessous ». Disons qu’il est méfiant et prudent et, qu’avec le temps et l’expérience, on ne saurait le lui reprocher. N’a-t-il pas d’un héros Capricorne quelques traits de caractère, dont la persévérance, une nature solitaire et des qualités d’intelligence ? A moins que Pénélope, elle aussi, ne soit une héroïne saturnienne, fidèle, bien que certaines versions malveillantes, comme celle de Robert Graves, l’accusent d’avoir partagé la couche de tous les prétendants et transformé la maison d’Ulysse en lieu de débauche… Patiente et rusée, elle aussi, puisqu’elle défait la nuit la toile tissée le jour et qui, terminée, l’obligerait à épouser l’un des prétendants. Télémaque, son fils, lui reproche d’avoir le cœur dur parce qu’elle hésite à reconnaître Ulysse travesti en vieux mendiant. Le jeune prince ne comprend pas, lui qui sait la vérité, que Pénélope hésite ; il ne conçoit pas que sa mère soit aussi lente à réagir. Elle se sent bousculée par les événements, prise de court ; elle n’a pas eu le temps de s’habituer à cette idée invraisemblable, à cette hypothèse folle que constituerait le retour d’Ulysse venant bouleverser des années d’attente et d’habitudes. Il lui faut du temps. Elle en réclame. Lorsque, enfin, elle est convaincue parce qu’Ulysse lui a donné des preuves, égrené des souvenirs qu’eux seuls pouvaient connaître, rappelé comment il a construit leur lit nuptial, elle s’abandonne à sa joie. Peut-être avec une arrière-pensée, un certain ressentiment pour un si long abandon, des regrets pour ces années perdues, la nostalgie d’un passé révolu. Mais s’il y a colère, elle ne le dira jamais.

PENELOPE - ANTONY FREDERICK SANDYS - 1878

Pénélope – Antony Frederick Sandy – 1878

Un petit rappel : dans la mythologie grecque, Pénélope est fille d’Icarios et l’épouse fidèle d’Ulysse dont elle a un fils Télémaque. Dans sa jeunesse, à cause de sa grande beauté, Pénélope est demandée par plusieurs princes grecs. Son père, pour éviter les querelles qui auraient pu éclater entre les prétendants, les oblige à en disputer la possession dans des  jeux qu’il fait célébrer. Ulysse sortant vainqueur, Pénélope lui est accordée. Pendant les vingt années d’absence d’Ulysse, durant et après la Guerre de Troie, Pénélope lui garda une fidélité à l’épreuve de toutes les sollicitations. Sa beauté et le trône d’Ulysse attirèrent à Ithaque cent huit prétendants. Elle sut toujours éluder leur poursuite et les déconcerter par de nouvelles ruses.

La première fut de s’attacher à faire sur le métier un grand voile, en déclarant aux prétendants qu’elle ne pouvait contracter un nouveau mariage avant d’avoir achevé cette tapisserie destinée à envelopper le corps de son beau-père Laërte quand il viendrait à mourir. Ainsi, pendant trois ans, elle allégua cet ingénieux prétexte, sans que sa tapisserie ne s’achève jamais. En effet, elle défaisait la nuit ce qu’elle avait fait le jour : de là est venue l’expression « la toile de Pénélope », désignant un ouvrage auquel on travaille sans cesse et que l’on ne termine jamais.

PENELOPE ET LES COURTISANS - 1509 - BERNARDINO DI BETTO BETTI DIT PINTORICCHIO 

La toile de Pénélope et les Prétendants – Pinturicchio – The National Gallery – Londres

Quand on vint dire à Pénélope que son époux était de retour, elle refusa de le croire, craignant qu’on ne voulût la surprendre par des apparences trompeuses ; mais après qu’elle se fut assurée, par des preuves non équivoques, que c’était réellement Ulysse, elle se livra aux plus grands transports de joie et d’amour.

Le nom de Pénélope vient de « pênélops » qui désigne une espèce de canard ou d’oie sauvage. Certains auteurs en ont conclu que Pénélope était une divinité ancienne en forme d’oiseau, mais il n’existe aucune preuve en la matière, d’autant qu’il était courant de donner aux femmes des noms d’oiseau.

Pour en revenir à cette « toile de Pénélope », elle est à l’origine de l’expression « un travail de Pénélope » qui suggère un travail toujours recommencé, comme ce tissage que Pénélope faisait le jour et défaisait la nuit, afin de recommencer le lendemain. On sait que la vertu de Pénélope et sa patience furent récompensées puisqu’Ulysse lui revint, après vingt ans d’absence, et au moment où sa fidèle épouse commençait à être à court de ruses pour éloigner ses prétendants exaspérés. Voici d’ailleurs ce qu’un de ses prétendants raconte :

« Nous, à son gré, faisions taire la fougue de nos cœurs. Sur cette immense toile, elle passait les jours. La nuit, elle venait aux torches la défaire. Trois années, son secret dupa les Achéens. Quand vint la quatrième, à ce printemps dernier, nous fûmes avertis par l’une de ses femmes, l’une de ses complices. Alors on la surprit juste en train d’effiler la toile sous l’apprêt et si, bon gré, elle dut en finir, c’est que nous l’y forçâmes ». L’Odyssée.

PENELOPE FILANT

Pénélope filant

Les prétendants de Pénélope étaient les nobles venus d’Ithaque et d’autres îles grecques. Ils courtisaient Pénélope, l’épouse du roi de l’île, Ulysse, pendant sa longue absence d’abord parce qu’il prit part à la guerre de Troie, puis ensuite ses errances sur les mers pour regagner Ithaque. Pendant ce temps, les prétendants avaient investi le palais d’Ulysse et pressaient Pénélope de se remarier avec l’un d’entre eux. A son retour, Ulysse les tuera tous. On dit qu’ils étaient une centaine.

On comprend mieux pourquoi Pénélope est devenue le symbole même de la fidélité conjugale.

Par ailleurs, ce mythe de Pénélope a donné naissance dans divers écrits à l’idée de « syndrome de Pénélope » que connaît celui qui travaille, volontairement ou non, consciemment ou non, à défaire son propre travail. Le « syndrome de Pénélope » désigne également une forme d’Encéphalopathie.

PENELOPE ET SES PRETENDANTS - JOHN WILLIAM WATERHOUSE 

Pénélope et les prétendants – John William Waterhouse

Bibliographie

Dieux et Héros du Zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Robert Laffont Editeur  

Trésor des Expressions françaises – Sylvie Weil et Louise Rameau – Editions Belin – Le Français retrouvé

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LES ETOILES FIXES DU CAPRICORNE

(5.7 - CONSTELLATIONS ET ETOILES FIXES) par sylvietribut le 14-01-2014

LE CAPRICORNELES ETOILES FIXES DU CAPRICORNE

 

KAUS MEDIA – 3°36 Capricorne – De la nature Mars-Jupiter – Succès – Mauvaise foi – Mort violente – Mort par le feu.

FACIES – 8°53 Capricorne – De la nature Soleil-Mars – Accidents – Mort violente – Cécité.

PELAGUS – 11°40 Capricorne – De la nature Vénus-Jupiter – * Bénéfique – Optimisme – Chance – Elévation – Matérialité des richesses – Religiosité.

ASCELLA – 12°40 Capricorne – De la nature Mercure-Vénus – * Bénéfique – Fortune et bonheur.

MANUBRIUM – 13°52 Capricorne – De la nature Soleil-Mars – Perte de biens – Crime – Violence – Vices – Dépravations.

YEGA** – 14°18 Capricorne – De la nature Mercure-Vénus – * Bénéfique – Dons pour la musique et pour les voluptés de l’esprit – Bienfaisance – Idéalisme – Sobriété – Gravité mais aussi lascivité – Dons intellectuels – surtout avec Mercure ou le Maître de III et de IX – Richesses – Réputation – Chance -Arts.

DENEB** – 18°50 Capricorne – De la nature Vénus-Saturne – * Bénéfique – Elévation – Fortune – Aptitudes au commandement – Succès – Dons intellectuels – Erudition – Constructivité – Hardiesse – Témérité – Succès par le combat – Libéralité.

POLIS – 22°14 Capricorne – De la nature Mars-Jupiter – * Bénéfique – Succès – Ambition – Tendance à la domination.

TEREBELUM – 24°52 Capricorne – De la nature Vénus-Saturne – Ruse – Disgrâce – Mercenaire.

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LE BESTIAIRE SATURNIEN… LES CHAMEAUX DES ROIS MAGES… EPIPHANIE… FETE DES ASTROLOGUES

(09 - LES ANIMAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 04-01-2014

Le chameau est communément pris comme symbole de sobriété et de caractère difficile. Il est l’attribut de la tempérance. A cause des longues caravanes qui la sillonnent, l’Asie a été souvent figurée par un chameau.

Du Capricorne le chameau reprend le caractère difficile et la sobriété, disons la sobriété alimentaire, car certains Saturniens ou Capricornes sont de grands dépendants, de grands frustrés qui, pour compenser un manque intérieur, boivent, fument, sont avides. Saturne, Maître du Capricorne, dans le mythe ne dévore-t-il pas ses enfants dans sa boulimie de pouvoir… Le chameau est sobre, il conserve ses réserves car il sait qu’il lui faudra survivre à une route longue, aride, pénible et difficile. Le Saturnien ou le Capricorne sait se contenter de peu, tendu qu’il est vers sa quête du pouvoir et de la réussite, comme le chameau l’est dans son espoir de pouvoir atteindre la prochaine oasis.

BALADE A DOS DE CHAMEAUX

Caravane

Notez aussi que le chameau connaît une certaine longévité puisqu’il peut vivre jusqu’à 70 ans, ce qui est un bel âge pour un animal.

Enfin, dans l’Empire romain d’Occident, le chameau, ou le dromadaire, était utilisé non seulement comme monture, mais surtout comme animal de trait et de bête de somme, principalement dans l’armée. On voit là les travaux ingrats, difficiles et pénibles souvent dévolus au Capricorne. Quant à l’armée, elle n’est pas sans rappeler que le Capricorne est le lieu d’exaltation de Mars, le soldat.

MARS EXALTE DANS LE CAPRICORNE

Mars exalté en Capricorne

Moins Capricorne, le côté voyageur du chameau et sa haute taille qui ne sont pas sans évoquer le Sagittaire.

Le Lévitique le considérait comme un animal impur. Etaient réputés impurs les animaux que les païens consacraient à leurs faux dieux ou qui, paraissant répugnant à l’homme, ne pouvaient qu’être censés déplaire à Dieu.

Le chameau est présenté, très exceptionnellement il est vrai, dans l’iconographie hindoue, comme l’emblème de yogini sinistres en relation avec la mort.

Le chameau est cependant et avant tout la monture qui aide à traverser le désert ; grâce à laquelle on peut donc atteindre le centre caché, l’Essence divine. Compagnon du désert, il est le véhicule qui conduit d’oasis en oasis. Les Rois Mages sont figurés arrivant à la crèche montés sur des chameaux. C’est pourquoi divers textes anciens, notamment ceux d’Honorius d’Autun, établissent une équivoque phonétique entre les chameaux et les camilles, qui sont les serviteurs des rois, et aussi des autels, en même temps que les transmetteurs de la philosophie hermétique.

Le Zohar parle de chameaux volants semblables aux dragons et aux serpents ailés, qui auraient été les gardiens du paradis terrestre et dont il serait question dans l’Avesta, le livre sacré de la Perse antique.

En Asie centrale, le chameau est symbole, non de mauvais caractère, mais de prétention. « Parce que le chameau se jugea grand, il perdit l’armée », proverbe bouriate.

ADORATION DES MAGES - PANNEAU D'UN SARCOPHAGE ROMAIN - IVe SIECLE - CIMETIERE SAINTE-AGNES A ROME

Adoration des Mages – Panneau d’un sarcophage romain – IVe siècle – Cimetière Sainte Agnès à Rome

Pour en revenir aux rois mages ou astronomes/astrologues, selon l’évangéliste Matthieu, ils se présentèrent devant Hérode, en Judée, à la recherche d’un nouveau-né dont une étoile leur a indiqué la naissance et le destin royal. Hérode les dépêche à la recherche de l’enfant. Suivant l’étoile, les mages arrivent près de Jésus qu’ils adorent et auquel ils offrent l’or, l’encens et la myrrhe. « Puis divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnent leur pays par un autre chemin ». Les Evangiles apocryphes mentionnent l’épisode en y ajoutant des détails. De ce récit, c’est l’épisode de l’adoration des mages qui a été le plus souvent représenté.

L’évangéliste ne précisait pas le nombre des mages. Il semble que ce soit Origène (185-224) qui le premier en fixe le nombre à trois, information reprise par Maxime de Turin e Léon le Grand. Tertullien en fait des rois en s’appuyant sur une prophétie tirée des psaumes de David, ce que confirme Césaire d’Arles. Enfin, c’est sans doute au IXe siècle qu’apparaissent les noms de Gaspard, Melchior et Balthazar dans le « Liber Pontificalis » de Ravenne.

Le thème apparaît dans l’art des catacombes en liaison avec celui de la nativité, puis de façon autonome. Il s’agit d’un des thèmes les plus populaires de l’iconographie chrétienne. Les premières représentations ne distinguent guère les trois mages. Elles figurent le Christ et Marie, les mages portant les présents, l’étoile qui les a guidés et les chameaux qui leur ont servi de monture, plus tard des chevaux. Le Christ accepte les présents ou bénit le mage qui s’incline devant lui. Les deux autres mages regardent la scène ou observent l’étoile.

GIOTTO - ADORATION DES MAGES

Giotto – L’Adoration des Mages

C’est le mage le plus âgé qui est représenté agenouillé devant l’enfant, formant avec lui un couple symbolique : articulation du passé et du futur. Selon une autre interprétation, les trois rois représentent les trois parties du monde alors connues : l’Europe, l’Asie et l’Afrique, avec un mage africain. Gaspard représente l’Afrique noire, Abyssinie ou Ethiopie, il apporte l’encens ou la myrrhe. Melchior représente les Maures ou l’Asie et apporte la myrrhe ou l’or. Quant à Balthazar il symbolise l’Europe et apporte l’or ou l’encens. 

les rois mages

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins. 

J’EN PROFITE POUR VOUS SOUHAITER UNE TRES BONNE ANNEE 2015

Deco_Noel1Pour vos étrennes de Nouvel An, pour une fête, pour un anniversaire, ou tout simplement pour faire plaisir, pensez à offrir une consultation astrologique… Sur mon site, au chapitre de mes chroniques, dans la rubrique « Cadeaux », vous trouverez les modalités d’organisation de cette consultation ainsi qu’un exemple d’une carte-invitation.

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,