LA NAISSANCE DE VENUS… LA DEESSE QUI VEILLE SUR LE TAUREAU

(6.6.2 - LES MYTHES DU TAUREAU ET DE VENUS) par sylvietribut le 29-04-2015

Homère et Hésiode donnent des versions concordantes à quelques détails près de la naissance d’Aphrodite/ Vénus. Saturne après avoir émasculé Ouranos, son père, en jeta au large les organes génitaux sanglants. Portés par les vagues, ceux-ci furent enveloppés d’écume, Aphros, d’où jaillit Aphrodite. On comprend mieux pourquoi le lieu d’exaltation de Vénus dans le zodiaque se trouve dans les Poissons.

BOTTICELLI - LA NAISSANCE DE VENUS

La Naissance de Vénus – Sandro Botticelli – Musée des Offices – Florence – Italie

Nue dans toute sa splendeur, Vénus s’installa sur une coquille emperlée que la brise odorante poussa jusqu’aux côtes méridionales de Chypre, à Paphos, où elle fonda son immortel royaume et attisa le désir de tous les dieux qui voulurent l’épouser. Et elle épousa Héphaïstos/Vulcain pour le tromper aussitôt avec Arès/Mars. De leur tumultueuse union naquit Eros, l’Amour.

Ensuite la déesse quitta l’Olympe et s’installa définitivement à Chypre, en symbole éternel du désir toujours renaissant du Ciel, son père, de s’unir à la Terre. C’est de ce désir inassouvi et de cette union annuelle que surgit le renouveau de la nature. En souvenir de cette cosmogonie, les pèlerins, avec les premiers jours de mai, affluaient à Chypre de toute partie du monde, de Grèce, d’Asie Mineure et de Perse pour rendre hommage à la déesse dans son sanctuaire de Paphos. L’eau, sous forme d’aspersions, d’immersions ou de libations, se trouvait de toute évidence, au cœur du culte de la déesse surgit de l’écume marine.

Avec le temps, au culte d’Aphrodite/Vénus se joignit, à la suite d’apports orientaux, celui d’Adonis, l’amant divin, dont les allers et retours entre la Terre et les Enfers symbolisent, à chaque renaissance de la nature, la continuité triomphante de la vie après la mort.

Les fêtes d’Aphrodite et d’Adonis duraient trois jours et elles se concluaient par des pratiques auxquelles seules les femmes avaient accès : une nuit de lamentations et de chants funèbres s’achevait par une course effrénée vers la côte, dans le but de se purifier par des ablutions dans les eaux vives, à la suite d’une procession des idoles sacrées à travers la ville. Le lendemain avait lieu la « découverte » et la résurrection du jeune amant trop tôt emporté par la mort. Alors le temple resplendissait de joie et les pèlerins repartaient après avoir accompli symboliquement l’union de deux puissances primordiales de la fécondité et de la fertilité, l’une potentiellement, l’autre manifestement.

ADONIS ET VENUS

Adonis et Vénus – Canova

Adonis est un dieu d’origine asiatique. Son nom vient du mot sémitique « adon » qui signifie « Seigneur ». Il fut vénéré en plusieurs endroits, mais toujours en même temps qu’Aphrodite/Vénus, Selon la légende, il était né d’une union incestueuse entre Myrrha ou Smyrna et son propre père, Cinyras, roi de Paphos à Chypre, ou bien Bélos, roi d’Egypte, ou encore Théias, roi d’Assyrie.

Myrrha ayant négligé le culte d’Aphrodite, la déesse lui avait fait éperdument désirer son père. Avec l’aide de sa nourrice, elle amena par la ruse son père à passer la nuit avec elle et c’est ainsi qu’elle conçut Adonis. Quand son père s’en aperçut, il chercha à la tuer, mais les dieux la transformèrent en arbre à myrrhe. Plus tard, l’arbre fut fendu sous la charge d’un sanglier, et Adonis sortit de la fissure. Selon une autre version, Ilithye, la déesse qui préside aux accouchements, délivra le bébé de l’arbre quand le moment fut venu.

Aphrodite, impressionnée par la beauté de l’enfant, le coucha dans un coffre et le confia à Perséphone. Celle-ci aimait aussi l’enfant et elle refusa de le rendre à Aphrodite, si bien que Zeus/Jupiter du trancher entre les deux déesses. On connaît deux versions du jugement : selon la première, Zeus décida qu’Adonis passerait un tiers de l’année avec chaque déesse et le reste comme il l’entendait. Mais Adonis consacra ce dernier tiers à Aphrodite.

La seconde version fait de la muse Calliope l’arbitre du conflit, Zeus ne désirant pas trancher, et précise qu’elle attribua la moitié de l’année à chaque déesse. Ces légendes rappellent la fonction d’Adonis, dieu de la végétation et de la nature. Aphrodite punit Calliope en provoquant la mort de son fils Orphée.

Alors qu’il était avec Aphrodite, Adonis perdit la vie comme il l’avait reçue : sous la charge d’un sanglier qui l’attaqua alors qu’il chassait dans la forêt. D’autres disent que l’agresseur était le jaloux Arès, déguisé, ou bien le mari d’Aphrodite, Héphaïstos. La déesse lui avait très souvent déconseillé e chasser de dangereuses bêtes sauvages. Le poète Ovide précise qu’elle lui avait raconté l’histoire d’Atalante, pour le mettre en garde.

L’affliction d’Aphrodite fut très grande. Il fit naître l’anémone rouge du sang qu’il avait perdu à sa mort. Selon une variante du mythe, elle convainquit Perséphone de le rendre au jour pour quatre mois, chaque année, au début du printemps.

L'ANEMONE ROUGE LA FLEUR D'ADONIS

Bibliographie

Fêtes et croyances populaires en Europe – Yvonne de Sike – Editions Bordas

Dictionnaire de la Mythologie – Michael Grant et John Hazel – Marabout

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

EUROPE… EST NEE D’UN MYTHE… UN MYTHE TAUREAU

(6.6.2 - LES MYTHES DU TAUREAU ET DE VENUS) par sylvietribut le 26-04-2015

Dans la mythologie grecque, plusieurs Europe ont cherché à en écrire l’Histoire.

Il y eût d’abord Europe, fille du Géant Tityos et mère d’Euphémos. On connaît également Europe la mère de la pauvre Niobé. Il existe Europe, fille du Nil, une épouse de Danaé. Selon Hésiode, il existait une Océanide nommait Europe, l’une des trois mille nymphes filles d’Océan et de Téthys. Dans l’Iliade, Europe est la fille de Phoenix, père du peuple phénicien. Dans les œuvres d’Homère, Europe n’est pas un terme géographique, mais une reine mythologique de Crète.

Une tradition répandue considère que le nom du continent est celui d’Europe, fille d’Agénor, personnage mineur de la mythologie grecque, roi de Tyr et de Téléphassa, sa femme, et sœur de Cadmos, Phénix et Cilix. Une autre tradition ferait d’Europe la sœur de Libye.

LE RAPT D'EUROPE - ANTONIO CARRACCI

Le rapt d’Europe par le taureau blanc – Antonio Carracci

Selon un mythe d’origine crétoise, cette princesse phénicienne jouait sur le bord de la mer avec ses compagnes. Zeus/Jupiter en tomba amoureux. Prenant la forme d’un beau taureau blanc, il se mêla aux jeunes filles et se coucha, se laissant caresser. Certains auteurs affirment que le taureau n’était pas Zeus lui-même, mais simplement un appât pour attirer la jeune fille vers lui. Europe le trouva si doux et si lisse qu’elle finit par s’asseoir sur son dos ; aussitôt, le taureau se leva et s’élança vers la mer, s’éloignant à la nage dans les eaux profondes. Bientôt, les compagnes d’Europe les perdirent de vue ; elles ne la revirent jamais plus.

Europe fut transportée en Crète, où le taureau la déposa sur le rivage. Zeus lui révéla alors son identité. Puis il s’unit à elle sous un platane qui, depuis lors, resta toujours vert, ou bien dans la grotte du Mont Dicté où il avait été élevé.

Europe lui donna trois fils : Minos, Rhadamanthe et Sarpédon. Zeus lui fit trois présents : une lance qui ne manquait jamais son but ; Laelaps, le chien qui ne laissait jamais échapper sa proie, et Talos, l’homme de bronze qui faisait chaque jour le tour de la Crète et tuait les étrangers.

Ensuite, Zeus maria Europe à Astérion, futur roi de Crète. Ensemble ils eurent une fille, Crété et Astérion adopta les fils d’Europe et de Zeus. Il fit de Minos son héritier.

Le père d’Europe, Agénor, tenait absolument au retour de sa fille et il envoya à sa recherche Cadmos, Phoenix et Cilix ses fils, auxquels il interdit de revenir sans elle. Sa femme partit avec eux et il ne revit aucun d’eux.

TAUREAU - BIBLIOTECA ESTENSE

Constellation du Taureau – Bibliothèque Estense – Ferrara – Italie

Hérodote mentionne l’existence d’une tradition qui voit en Europe l’origine de la dénomination d’un continent que, pourtant, elle n’aborda pas. En effet, Europe passa d’Asie Mineure en Crète, et de Crète en Lycie. L’historien met vigoureusement en doute l’assignation au continent européen du nom d’une phénicienne. Il refuse le vieux mythe crétois et considère l’Europe, qu’il assimile de préférence à la Grèce, comme un prolongement continental en opposition avec la Libye qui représente l’Afrique et l’Asie.

Quant au Taureau, il fut immortalisé parmi les étoiles et devint la constellation du Taureau.

EUROPE ENLEVEE PAR LE TAUREAU - PIECE GRECQUE DE 2 EUROS

Europe et le Taureau sur la pièce grecque de 2 euros

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LE MONDE DU BELIER… LA PYRITE

(08 - LES PIERRES ET METAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 15-04-2015

On attribue à Dioscoride le terme de « pyrite ». C’est en l’an 50 qu’il en fit, le premier, mention. Cette pyrite fut remarquée par les Anciens grâce aux étincelles qu’elle produit sous les chocs. Le terme provient du grec « pyritës » qu’on traduit littéralement par « pierre à feu » et c’est ainsi qu’elle fut longtemps utilisée.

La pyrite est minéral composé de disulfure de fer. On se souvient que dans la concordance planètes/métaux, le fer appartient au monde du Bélier et de Mars. D’un éclat métallique brillant et opaque, la pyrite a une couleur dorée pâle. Son trait est vert-noir à marron et dégage une odeur de soufre.

CRISTAUX DE PYRITE

Cristaux de pyrite

Les cristaux de pyrite prennent souvent des formes dodécaédriques aux faces pentagonales, appelées pyritoèdres. De façon générale, la pyrite forme des cristaux d’habitus cubique, octaédrique ou pyritoédrique, dont les faces peuvent être striées.

Sa dureté, selon l’échelle de Mohs, se situe entre 6 et 6,5 sur l’échelle de Mohs. Quant aux macles des pyritoèdres, elles sont dites en « croix de fer ».

La pyrite est faiblement soluble dans l’acide nitrique. Elle devient magnétique lorsqu’elle est chauffée et lors de la fusion, entre 1 177 et 1 188° C, elle forme une boulette magnétique.

La pyrite est d’origine sédimentaire, magmatique métamorphique, mais également dans les dépôts hydrothermaux. On trouve également de la pyrite dans certaines météorites. La pyrite fut plus exploitée comme source de soufre que de fer. Cependant cette industrie est très polluante et on cherche à la remplacer par d’autres procédés.

La pyrite n’est pas utilisée comme source de fer pour la fabrication de l’acier car le coût d’extraction est supérieur par rapport à l’hématite ou la magnétite. La fonte peut également s’obtenir par l’extraction du fer à partir de la pyrite. Cette fonte doit cependant être soufflée à l’oxygène pour éliminer le soufre en solution. Les derniers procédés de biolixiviation ont permis l’extraction du chrome à partir de la pyrite.

Enfin, la pyrite reste le minerai de base de la fabrication de l’acide sulfurique par le procédé des chambres au plomb. Elle est exploitée dans nombre de gisements pour le traitement métallurgique des poudres dans la production de l’or, du cuivre, du cobalt, du nickel.

On parle également du récepteur à pyrite connu sous le nom de poste à pyrite. C’est un récepteur radio à modulation d’amplitude extrêmement simple qui restera célèbre dans l’Histoire car il permit la réception des ondes radioélectriques pendant la Seconde Guerre mondiale.

En France, les gisements producteurs de pyrite sont les Mines de Batère, Corsavy, Arles-sur-Tech dans les Pyrénées Orientales, ainsi que la carrière de talc de Trimouns près de Luzenac en Ariège.

PYRITE DE LA MINE DE BATERE - PYRENEES ORIENTALES

Pyrite de la mine de Batère – Pyrénées Orientales

 

 

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’ORCHESTRE DU BELIER… LE CLAIRON

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 11-04-2015

Le nom même de clairon désignait au Moyen Age un instrument à vent assez similaire à celui que le clairon traditionnel français inventé par Antoine Courtois, son fabricant, en 1822. C’est un instrument à vent de la famille des cuivres, d’où la tentation de l’apparenté à la Balance et à Vénus qui représente le cuivre dans la concordance métaux/planètes. Cependant, le clairon est à l’origine un instrument d’ordonnance, c’est-à-dire qu’il sert à la transmission des ordres grâce aux sonneries facilement reconnaissables : appel, rassemblement, à la soupe, aux caporaux, commencez le feu »… Mais là nous rencontrons avec l’Armée et la soldatesque, le monde du Bélier et de Mars. On appelle d’ailleurs également « clairon » celui qui sonne de cet instrument.

LE CLAIRON

C’est surtout dans les corps traditionnels que le clairon est utilisé comme l’infanterie de Marine, la Légion et surtout la Marine. Il sert principalement pour ponctuer de sonneries réglementaires les moments importants de la vie militaire : réveil, garde-à-vous, aux champs, aux morts, au drapeau, et dans les cérémonies officielles.

Le clairon est un élément à part entière de nombreuses marches militaires composées pour orchestre d’harmonie. La plus connue est la Marche de la 2e DB, composée en l’honneur de la 2e division blindée du Général Leclerc, dont l’introduction est exécutée en soli par la section de clairons.

Avec la trompette de cavalerie et le cor naturel, le clairon est un élément des orchestres de batterie-fanfare. C’est dans ces ensembles qu’il est utilisé au mieux de ses capacités, dans un répertoire qui va des traditionnelles marches de défilé, en passant par le jazz, ou même par la variété.

Le clairon est un accessoire central de la fête des Conscrits, tradition encore en vigueur dans certaines régions de France, notamment dans le Haut-Doubs. Cette tradition est née à l’époque du Conseil de Révision qui statuait sur l’aptitude des jeunes gens au service militaire. Qui sait s’il ne sera pas bientôt de retour.

Le clairon, c’est aussi un jeu de l’orgue, à l’octave de la trompette.

LE CLAIRON - CELUI QUI LE SONNE

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’HERBIER DU BELIER… LA CANNELLE

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 06-04-2015

La cannelle est un petit arbre à feuilles opposées, le cannelier de Ceylan aujourd’hui Sri Lanka, dont on utilise seulement l’écorce. Celle-ci est de couleur fauve pâle. Elle se présente sous la forme de petits tuyaux résultant de l’enroulement de l’écorce sur elle-même. On la coupe en petits fragments afin qu’elle soit plus perméable à l’au et qu’elle rende le maximum de substances.

Cette écorce contient des sucres, du mucilage, du tanin, et une essence renfermant de l’aldéhyde cinnamique, de l’eugénol et du phellandrène. Son goût est dû à une huile essentielle aromatique. La cannelle est une épice principalement produite sur l’île de Ceylan.

LA CANNELLE

La cannelle

La cannelle est utilisée depuis des temps immémoriaux puisqu’elle était déjà mentionnée en Chine 2 700 ans avant Jésus-Christ. Elle était tellement à l’honneur dans ce pays qu’aucun médecin n’aurait délivré une ordonnance qui ne comportait pas de la cannelle.

Dans l’Antiquité, on connaissait aussi la cannelle. Les anciens Egyptiens l’utilisaient dans le processus de l’embaumement. Dans un temple construit sous Thoutmosis se trouvent des hiéroglyphes racontant que la cannelle arrivait par bateau de la Somalie avec l’encens et la myrrhe.

La Bible, Hérodote et les médecins arabo-musulmans et d’autres auteurs classiques y font référence. Et, dans le Nouveau Testament, il est dit que la cannelle est plus précieuse que l’or. Ensuite, les Grecs et les Romains découvrirent et utilisèrent la cannelle. Dioscoride en vantait les vertus : « Tout cinamome échauffe, remollit, fait digestion, provoque l’urine, il est bon contre le poison les bestes qui guettent venim ».

On raconte aussi que Néron, empereur romain, ayant tué sa femme dans un accès de colère, pris de remords, fit brûler les réserves de cannelle de Rome, à chaque anniversaire de sa mort et cela malgré son avarice notoire.

A Ceylan, seuls les Salagam avaient le droit de toucher à la cannelle et tous ceux qui contrevenaient à l’interdit et oser la toucher, autre que les Salagama, étaient punis de mort. L’île fut souvent attaquée par les Hollandais, les Portugais et les Britanniques, mais le peuple de Ceylan réussit toujours à se défendre et à protéger la cannelle. A partir du XVIe siècle, les Portugais occupent l’île et la cannelle devient le fer de lance du commerce portugais durant le siècle suivant. Ils sont supplantés par les Hollandais qui en prennent le monopole de 1636 à 1796 en brûlant les excédents pour maintenir les cours. Ce furent ensuite les Anglais qui prirent en main le marché de la cannelle. A la fin du XVIIIe siècle, elle fut introduite à Java et aux Seychelles.

HYPOCRAS - VIN MEDIEVAL AUX TREIZE EPICES

L’hypocras le vin médiéval aux treize épices

On trouve la cannelle dans de nombreuses préparations allant du Moyen Age à nos jours. Cependant, elle n’arriva en France qu’en 1220. On peut retrouver cette épice dans le fameux hypocras, une boisson médiévale à base de vin dans laquelle on faisait macérer diverses épices  cannelle, cardamone, clous de girofle, gingembre et même des pétales de roses. Cette composition est attribuée à Hippocrate, d’où son nom, cité pour la première fois au milieu du XIVe siècle. Cette boisson tonique et apéritive était également réputée aphrodisiaque. Elle connut son heure de gloire au Moyen Age, mais elle eût, les siècles suivants, des adeptes célèbres, tels François Villon et François Rabelais.

C’est au XIIIe siècle que la cannelle commence à se démocratiser en Europe, tout en restant hors de prix. C’est également à cette époque que l’écrivain arabe Kazwini, écrivit sur le commerce de cette épice. Toutefois, l’usage de la cannelle en France remonterait à l’époque des croisades lorsque les chevaliers chrétiens la rapportèrent avec l’hypocras.

La première synthèse d’arôme artificiel de cannelle fut réalisée en 1856 par Luigi Chiozza.

De nos jours, on admet les propriétés stimulantes certaines de la cannelle sur les systèmes respiratoire et circulatoire. De plus, elle augmente aussi les sécrétions du suc gastrique et stimule l’ensemble des fonctions digestives.

Tonifiante, elle est utile aux convalescents, pour les personnes fatiguées et manquant d’appétit. On la recommande spécialement dans les cas d’asthénie post-grippale. D’ailleurs la cannelle est aussi un excellent préservatif de la grippe et des refroidissements.

VIN CHAUD A LA CANNELLE

Vin chaud à la cannelle

Pendant la guerre 1939-1945, on préparait un vin chaud à la cannelle car il fallait résister au mal, les médicaments n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui, et les gens mal nourris par toutes les privations subies étaient plus réceptifs aux microbes. Dans les campagnes, l’usage était de faire rougir le tisonnier et de le tremper d’un coup dans le liquide, faisant surgir comme un mini-volcan dans la casserole.

Ce vin chaud possède des propriétés toniques et stimulantes incontestables et procure une accélération du cœur et de la respiration. Ces qualités sont d’ailleurs utilisées en pharmacie dans la potion de Todd : teinture de cannelle diluée dans du sirop et de l’eau-de-vie. Cette dernière peut être remplacée par du rhum. Cette potion peut encore être employée comme antigrippe car elle entre dans la catégorie des sirops pectoraux. A l’époque aussi, le vin de cannelle était généreusement distribué dans les hôpitaux contre une contagion possible entre malades.

Bien sûr, on utilise également la cannelle en cuisine comme condiment et substance aromatique, en association avec la prune, dans la préparation de chocolats et de liqueurs, ainsi que dans la cuisine indienne et orientale. Elle est couramment utilisée aux Etats-Unis et au Canada dans la préparation des tartes aux pommes et autres plats sucrés, notamment aux pommes. Par exemple, « pomme et cannelle » est une saveur courante parmi les marques de céréales sucrées.

Enfin, la cannelle est utilisée par l’industrie pharmaceutique.

La cannelle, comme tous les épices, et le goût épicé font partie de l’univers du Bélier.

POMMES AU FOUR ET A LA CANNELLE

Pomme au four et à la cannelle

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,