LA LEGENDE DU SCORPION

(6.6.8 - LES MYTHES DU SCORPION ET DE PLUTON) par sylvietribut le 27-10-2015

Un Maître Zen voyait un scorpion se noyer et décida de le sortir de l’eau. Cependant, à peine sorti, le scorpion le piqua. Sous l’effet de la douleur, le Maître rejeta l’animal qui de nouveau tomba dans l’eau, toujours sur le point de se noyer. Le Maître tenta de nouveau de le tirer de là et de nouveau le scorpion le piqua.

Un jeune disciple qui était là, s’approcha et lui dit : « Pardonnez-moi, Maître, mais pourquoi continuer. Vous ne comprenez pas qu’à chaque fois que vous essayez de le sortir de l’eau, il vous pique ».

scorpion 4

Le Maître lui répondit : « La nature du scorpion est de piquer et cela ne changera pas la mienne qui est d’aider ».

Après réflexion, le Maître, avec l’aide d’une feuille, sortit le scorpion de l’eau et lui sauva la vie, et se tournant vers son disciple, il poursuivit : « Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal, prend seulement des précautions. Parce que les hommes sont presque toujours ingrats du bénéfice que tu leur procures. Cependant, ce n’est pas un motif pour arrêter de faire le bien, d’abandonner l’amour qui vit en toi. Certains sont en quête du bonheur, alors que d’autres le créent. Préoccupe-toi d’abord de ta conscience et non de ta réputation. Parce que ta conscience est ce qu’elle est, mais la réputation est ce que les autres pensent de toi… Quand la vie te donne mille raisons de pleurer, montre-leur que tu as mille raisons de sourire.

Scorpion

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LA NEWS SCORPION

(01- LA NEWS DU MOIS) par sylvietribut le 23-10-2015

La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. Paul Valéry

Scorpion 5

Le Scorpion

Le Scorpion… une bête vieille de 380 millions d’années. Comme le serpent qui, à cause de notre tradition judéo-chrétienne, est dans notre mémoire associé à la mort. C’est méconnaître toutes les autres facettes de l’animal, lié tout au contraire, dans d’autres civilisations, à la vie, à l’immortalité même, puisqu’il quitte sa vieille peau et réapparaît brillant et lisse. C’est pourquoi il est aussi lié à la Déesse Mère qui est représentation de la vie, de la mort et de la renaissance. Tout comme le signe du Scorpion est porteur de métamorphoses.

Gilgamesh parti à la recherche de la plante d’immortalité se la fera voler par le serpent, alors qu’il espérait la rapporter et sauver son ami Enkidu.

Le serpent est partout lié à la sagesse, à la connaissance, à la guérison, comme le sang de la Gorgone qui a le pouvoir, par une veine de tuer, et par l’autre de ressusciter. Il est racine et terre, phallus et résurrection, détenteur d’un savoir sur la vie et sur la mort qu’il s’efforce de transmettre à Eve en la tentant.

Le serpent, c’est aussi le Python femme qui règne sur Delphes avant qu’Apollon, représentation du patriarcat, ne le chasse, n’y laissant plus que les pythies inspirées, à l’écoute des bruits et des souffles provenant des fissures de la terre.

Le serpent, c’est toute la puissance de l’inconscient, des énergies libidinales. Comment ne pas l’associer aux valeurs du Scorpion ? 

Dans le Livre des Morts des Egyptiens, le serpent Apopis, immense, gigantesque, vit au cœur du « restau », le monde des morts. Chaque nuit il doit parcourir douze chambres et chaque chambre correspond à une heure. Il appelle ceux qui viendront combattre dans une région infestée de serpents et qui tirent sur la corde de la barque solaire porteuse du défunt. Cette corde se transforme en serpent. Apopis absorbait la barque elle-même ; la barque est tirée à travers lui sur une longueur de 2 300 coudées ; au lever du soleil, Râ tue le grand serpent dragon, et le soleil réapparaît sous la forme du scarabée, autre symbole Scorpion. Quant au mort, il doit se faire digérer par l’intestin serpentiforme de la terre.

Partout le serpent est porteur d’initiation. Initier signifie « faire passer par la mort ». Là où il y a serpent, il y a rite de passage. Celui qui était initié aux Mystères, comme cela se passait chez les Ophites dont les adeptes devaient « mettre la main dans le panier », qui sans doute contenait un serpent, prouvait qu’il avait surmonté sa peur de la mort, qu’il possédait une sagesse exemplaire.

Le Scorpion est une très vieille bête, chargée de 380 millions d’années. De quoi occuper notre inconscient et nourrir nos fantasmes depuis le commencement des temps. Il est, comme Ananta en Inde, porteur du monde, tout comme les tortues, les crocodiles, les éléphants, tous animaux sans âge. En Afrique, il ne faut pas nommer le scorpion, pas plus que les Grecs ne doivent prononcer le nom d’Hadès, Pluton chez les Romains. Nommer, c’est faire exister, faire apparaître.

Au Mali, le scorpion nocturne est venin, passe pour « embusqué », mortel. Chargé de valeurs diurnes, il est associé au sacrifice, à l’abnégation maternelle, ces bonnes « louves » de mères Scorpion… (cf. Dieux et Héros du Zodiaque – Les Mythes du Scorpion – Joëlle de Gravelaine).

Scorpion_img

A l’honneur du 23 octobre au 22 novembre 2015… Le Scorpion

Au fil de ces semaines plutoniennes, rendez-vous sur mon site pour de nouvelles chroniques à découvrir : www.sylvie-tribut-astrologue.com

Ingrès du Soleil en Scorpion

La légende du Scorpion

Les Vierges Noires

Calendrier et Maisons lunaires – novembre 2015

Ingrès de Mercure en Scorpion

Ingrès de Vénus en Balance

Les Quatre Formes de l’Amour… L’Eros du Scorpion

Nouvelle Lune du 11 novembre 2015

Ingrès de Mars en Balance

Ingrès de Mercure en Sagittaire

Dans l’herbier du Scorpion… La Ronce

Le nez de la Lune à Sintra au Portugal

SCORPION - HERBIER LOMBARD - VERS 1440

Scorpion – Herbier lombard – vers 1440

Si vous êtes Scorpion ou Ascendant Scorpion, Sylvie vous offre 10 Euros de remise sur le montant de votre consultation. Vous n’êtes ni Scorpion, ni Ascendant Scorpion, tentez votre chance et sans attendre, gagnez ainsi, vous aussi, une remise de 10 Euros sur le montant de votre consultation si vous avez la réponse à ma question. Offre valable jusqu’au 22 novembre 2015.

Ainsi, dans le Panthéon céleste sauriez-vous dire :        

Qui épouse qui ?

Qui est l’amant de qui ?

Et qui reste célibataire ?

Vous bénéficierez vous aussi d’une remise de 10 euros sur le montant de votre consultation. Faites-moi part de votre réponse par Email : sylvietribut@club-internet.fr

                                 MERCURE, JUPITER, SATURNE, URANUS, NEPTUNE, MARS, PLUTON                                   

PERSEPHONE, GAIA, AMPHITRITE, RHEA, JUNON, VENUS

SCORPION - ISIDORE DE SEVILLE - VIIe SIECLE - LIBRE DES ETYMOLOGIES

Le Scorpion – Isidore de Séville – VIIe siècle – Livre des Etymologies

Les grands mythes évoquant le Scorpion

C’est Orion que pique le Scorpion au talon et dont l’ombre descendit dans les champs d’Asphodèles, la fleur des morts.

C’est Phidé, qu’on dit épouse d’Orion, et dont le nom signifierait « grenade ». Fruit intéressant mangé par Perséphone alors qu’elle séjourne aux Enfers et qui la contraint à redescendre au royaume d’Hadès périodiquement car toute nourriture absorbée chez les morts, ne fût-ce qu’un grain de grenade, condamne celui qui l’a prise à y retourner tôt ou tard. On dit que Phidé était orgueilleuse, prétentieuse et imprudente au point de comparer sa beauté à celle d’Héra, l’épouse de Zeus. Héra ne pouvant évidemment tolérer cette impudence, précipite Phidé aux Enfers.

Proserpine

Perséphone par Rossetti

C’est Perséphone elle-même, fille bien-aimée de Déméter, enlevée par Pluton, qui règne sur le monde de morts. Il l’enlève sur son char tiré par des chevaux noirs comme la nuit des Enfers ; la terre s’entrouvrit sous leurs sabots et les engloutit. Perséphone criait, elle appelait Déméter à son secours. Seul Hélios, le Soleil, sera témoin de ce rapt. Chez les Romains, Perséphone est appelée Proserpine « celle qui avance en serpentant » ou « celle qui est serpent ».

C’est la très puissante Hécate, déesse des enchantements et de la magie, la plus grande et la plus belle de toutes les sorcières. Hécate qui frappe et agit comme il lui plaît, qui voit de loin et dont le nom évoque le sacrifice des cents bœufs, l’hécatombe. On lui élevait des statues sur les lieux où avaient été commis des crimes. Elle faisait apparaître des fantômes au cours des fêtes qui lui étaient dédiées, les Hécatées. On lui prête aussi, les cauchemars, ces « juments de la nuit », et les terreurs nocturnes. Les Erinyes l’accompagnaient, elles qui poursuivaient les coupables comme des remords harcelants. Cependant, elle était aussi la déesse des accouchements. Elle apportait même la sagesse et on voit en cela que la fréquentation du royaume de la mort peut favoriser l’évolution de l’être. Hécate est bien une déesse Scorpion.

C’est l’insatiable Ereshkigal, une autre reine des régions souterraines, sœur de la grande Ishtar, déesse de l’amour, s’illustre par un beau tempérament. L’occasion de rappeler que l’axe Taureau-Scorpion est appelé axe génésique. L’amour et le désir, bien souvent, y sont confondus. La sexualité fait partie du Scorpion, comme elle fait partie du Taureau. Thanatos d’un côté, Eros de l’autre, mais inséparables.

C’est Alceste, une histoire d’amour sacrificielle qui évoque la passion Scorpion. Elle se tua en avalant du poison par amour pour son époux. Elle descendit au Royaume des Morts où Perséphone trouvant injustifié  son sacrifice, l’incita à reprendre place parmi les vivants.

C’est Médée, très puissante sorcière qui traverse toutes les mythologies. Son char, dit-on, était tiré par des serpents. Le serpent ne peut être séparé du signe du Scorpion.

ORION PIQUE PAR LE SCORPION

Orion piqué par le Scorpion

Dans l’actualité

Savez-vous que trois cents ans nous séparent du jour où Louis XIV est mort (1715-2015). Les célébrations du tricentenaire de cet événement sont l’occasion d’une exposition au Château de Versailles : « Le Roi est mort ». Les funérailles de Louis XIV eurent lieu à la basilique de Saint-Denis.

C’est l’occasion de découvrir les rites funéraires royaux et leur persistance sous la République, en France et dans le monde entier.

Ouverture de l’exposition : 27 octobre 2015 – Fermeture de l’exposition : 21 février 2016.

LE SCORPION - CATHEDRALE D'AMIENS

Le Scorpion de la cathédrale d’Amiens

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’HERBIER DE LA BALANCE… L’ANCOLIE, LE TUTU DE VENUS

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 11-10-2015

En fait, on parle « des » ancolies, car elles sont diverses dans leur forme et offrent une belle palette de couleurs, allant du blanc en passant par le bleu clair, le jaune pâle, le rose, le noir, le bleu indigo et même on en trouve couleur lie-de vin. Elles sont légères, aériennes et d’une rare élégance d’où cette évocation de « tutu » de Vénus.

L'ANCOLIE - LE TUTU DE VENUS

Le tutu de Vénus

 Les ancolies font partie de la famille des « renonculées » vivaces, du type « Aquilegia », du latin « aquilegus » qui se traduit par « qui sert à puiser l’eau », devenu « aquileius » dont le féminin est « aquileia » en bas-latin, à cause des cavités de la fleur qui recueillent l’eau. Cependant, « aquila » en latin c’est également « l’aigle » et la fleur de l’ancolie est comme munie d’éperons ressemblants aux serres de l’aigle. Toutefois, les équivalents dans d’autres langues comme l’anglais « colombine » l’apparenteraient à la colombe ; la « pajarilla » espagnole est le diminutif de « pàjaro », l’oiseau. L’ancolie aurait donc un rapport avec l’oiseau plutôt qu’avec le puisatier, à moins qu’elle ne soit un réservoir d’eau pour les oiseaux.

Pour d’autres, l’ancolie par son éperon et ses cinq pétales évoquent la main de la Sainte Vierge, une autre image de Vénus. On appelle d’ailleurs l’ancolie « le gant de Notre-Dame ». Pour d’autres, c’est le chapeau du fou, immortalisé par le Mat dans le jeu de tarot.

L'ANCOLIE - PLANCHE BOTANIQUE

L’ancolie – Planche botanique

Enfin, le mot même d’ancolie n’est pas sans rappeler le mot « mélancolie » dont la fleur est devenue le symbole, en raison de son port de tête baissée. L’ancolie est également liée à la tristesse, à la solitude et même à la folie. On lui attribuerait également le pouvoir de guérir de l’avarice.

Quant à Dante, il voyait dans l’ancolie une plante mâle et femelle, représentant le parfait amour, les deux principes qui se fondent pour créer. D’où l’idée que l’ancolie serait une plante alchimique. La Dame de Dante, Béatrice peut-être, serait tout autant la femme que l’ancolie.

ANCOLIE BLEU INDIGO

Ancolie bleu indigo

Dans la symbolique astrologique, on peut faire un parallèle entre les couleurs de l’ancolie et les différentes Vénus :

  • L’ancolie bleu indigo est à associer à Vénus en Verseau qui n’est autre que Vénus-Uranie, la déesse des astrologues et de l’astrologie ;
  • L’ancolie bleu ciel est à mettre en rapport avec Vénus en Taureau et symboliserait la Vierge Marie et sa ceinture bleue, le mois de mai, mois du Taureau, d’ailleurs appelé « mois de Marie » ;

ANCOLIE JAUNE

Ancolies jaunes

  • L’ancolie jaune symboliserait le Lion et le Soleil et donc une Vénus en Lion, rayonnante et lumineuse ;
  • L’ancolie lie de vin évoque le Scorpion et la passion d’une Vénus en Scorpion, à moins qu’il ne s’agisse de Perséphone, une rivale de Vénus ;

ANCOLIE BLANCHE

Ancolies blanches

  • L’ancolie blanche représenterait une autre rivale de Vénus, la Lune du Cancer ;
  • L’ancolie rose n’est autre que Vénus en Balance, une Vénus artiste, la danseuse du zodiaque ;

ANCOLIE NOIRE

Ancolie noire

  • L’ancolie noire serait une Vénus en Capricorne, symbole de la nuit, de la tristesse, de la frustration ;
  • L’ancolie rouge orangé est Vénus Bélier, signe de Mars, l’amant éternel de Vénus, pourtant aussi peu fidèles l’un que l’autre.

ANCOLIES - BLASON DE LA FAMILLE FRESLON

Ancolies – Blason de la Famille Freslon

On trouve l’ancolie dans les blasons du Moyen Age ainsi que dans les enluminures. Elle y représente l’amour divin, parfait par définition. Souvent, l’ancolie y est associée à l’Esprit Saint qu’une colombe symbolise. En fait, l’ancolie est hermaphrodite, c’est-à-dire à la fois mâle et femelle. C’est pourquoi est symbolise l’Amour parfait que recherchaient les alchimistes : cette création de la perfection absolue.

L’ancolie est une plante des climats tempérés qui se plaît dans les endroits ombragés.

Dans le calendrier républicain révolutionnaire, l’Ancolie était le nom attribué au sixième jour du mois de Floréal. Ce mois était le huitième mois du calendrier républicain français. Il correspondait, à quelques jours près, selon l’année, à la période allant du 20 avril au 19 mai du calendrier grégorien, c’est-à-dire le moment où le Soleil traverse le signe du Taureau, signe de Vénus, et mois de Marie.

L'ANCOLIE DE DURER

L’ancolie d’Albrecht Dürer

Dans la peinture, l’ancolie n’a pas échappé à Albrecht Dürer qui l’a immortalisée dans son œuvre. A noter qu’il y a quelques années, une exposition réunissait à Paris, au Grand Palais, les œuvres de Dürer et s’intitulait « la mélancolie », le grand mélancolique de la peinture.

Comment ne pas évoquer aussi la ville italienne de l’Aquila, qui subit un terrible tremblement de terre il y a quelques années. Elle se trouve dans la région de l’Abruzzo, dans l’Italie centrale, au cœur de la chaîne de l’Apennin. C’est la ville de l’Aigle qui est omniprésent dans les montagnes environnantes. Et bien sûr, l’ancolie y pousse en abondance.

ANCOLIE 2

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LA MYTHOLOGIE DE LA BALANCE… ADONIS

(6.6.7 - LES MYTHES DE LA BALANCE ET DE VENUS) par sylvietribut le 05-10-2015

Adonis est en effet intimement lié à la Balance car il symbolise le passage d’une période de six mois au cours de laquelle le jour l’emporte sur la nuit, à une période d’égale durée consacrant le triomphe des ténèbres sur la lumière.

L’histoire d’Adonis est tout à fait particulière. Il était le fils du roi de Chypre, Cinyras, et de la fille de ce dernier, Myrrha. Il jaillit de sa mère transformée en arbre à myrrhe en punition de son inceste. Et voici le détail de l’histoire. Cinyras, tout roi qu’il était, s’attira un jour le courroux de Vénus en soutenant que la beauté de sa fille Myrrha éclipsait celle de la déesse, que ses rivales elles-mêmes, les déesses Héra et Athéna, avaient reconnue comme la plus belle.

LA NAISSANCE D'ADONIS

La naissance d’Adonis

Notez au passage que Vénus n’est pas tout à fait simple et douce comme on a tendance à le croire et sa vengeance vu des plus cruelles. Elle inspira à Myrrha un amour incestueux pour son père. Une nuit, Myrrha réussit à s’unir à son père en surprenant sa bonne foi. Ainsi fut conçu le futur Adonis. Quand le roi Cinyras découvrit son crime, il entra dans une violente colère et bannit sa fille.

Myrrha dut fuir en Arabie où, pour la protéger, les dieux la changèrent en arbre à myrrhe. Quand la grossesse fut venue à son terme, l’arbre s’ouvrit pour permettre à l’enfant de venir au monde.

ADONIS ET VENUS - CANOVA

Adonis et Vénus – Canova

Dès sa naissance, les nymphes qui habitaient le bois prirent Adonis sous leur protection et le cachèrent dans une grotte. Sa croissance fut rapide et les nymphes l’élevèrent jusqu’au moment où, devenu un bel adolescent, il partit pour la Phénicie. Et, c’est là qu’il vit Vénus. Le cœur de la déesse s’enflamma aussitôt pour le jeune homme et elle devint si éprise de lui qu’elle délaissa la compagnie des dieux pour suivre son bel amour qui chassait dans les montagnes du Liban.

Mars, l’amant éternel de Vénus, en conçut une profonde jalousie. Il ne pouvait accepter que Vénus lui préférât un simple mortel. Il se changea en sanglier et, un jour de la fin de l’été qu’Adonis chassait dans les bois, il se jeta si furieusement sur lui qu’il le blessa mortellement d’un coup de boutoir à la jambe. Prévenue trop tard, Vénus ne put soustraire son amant à la mort. Cependant, une goutte du sang d’Adonis tomba par terre et Vénus versa une larme sur la goutte du sang, ce qui donna naissance à une belle anémone.

L'ANEMONE ROUGE LA FLEUR D'ADONIS

L’anémone d’Adonis

Adonis descendit donc aux Enfers où il fut aimé de Perséphone, la reine des Ombres. Ce fut alors à Vénus de connaître la jalousie. Voici comment cela se passa. Adonis fut envoyé par Vénus dans un coffre en bois à Perséphone afin que celle-ci le garde en sécurité. Cependant Perséphone s’éprit d’Adonis et le disputa à Vénus. Elle alla confier son chagrin à Jupier qui rendit un jugement digne de la Balance, ménageant l’amour-propre des parties en présence : Adonis passerait quatre mois avec Vénus, quatre autres mois avec Perséphone, et ensuite il serait libre pendant les quatre derniers mois. En fait, Jupiter n’avait pas trouvé tout seul cette solution. Il avait demandé à Calliope de résoudre la querelle. Et c’est elle qui ordonna au jeune home de passer un tiers de l’année avec Vénus, un tiers avec Perséphone et le dernier tiers avec la personne de son choix. Dans un premier temps, la solution de Calliopé sembla apaiser les tensions entre les deux déesses. Cependant, si Adonis respecta à la lettre les exigences du roi de dieux, il choisit de consacrer le tiers de l’année restant à Vénus afin de vivre pleinement son amour pour elle. Dès lors, le partage n’était plus équitable et l’amour qui liait Vénus à Adonis attisa la convoitise des autres dieux, car si la déesse de l’Amour, épouse légitime d’Héphaïstos, avait coutume de multiplier les infidélités, elle semblait cette fois-ci véritablement éprise de son jeune amant. Et c’est précisément là que Mars, fou de jalousie, intervint. Pourtant d’autres prétendent qu’Apollon, le dieu des Arts et de la Divination, entre autres, fut à l’origine de la mort d’Adonis. Apollon était furieux contre Vénus qui avait redu aveugle son fils, Erymanthos, pour l’avoir surprise nue au bain et c’est pourquoi Apollon aurait arraché son bel amant à la belle déesse.

Les amours d’Adonis avec Vénus et Perséphone symbolisent le cycle des saisons et leurs capacités à produire des richesses dont les hommes pouvaient profiter. On reconnaît dans ce mythe une personnification des forces productrices de la nature et une image du rythme des saisons.

C’est pourquoi quand l’automne ramenait le Soleil dans le signe de la Balance, les Grecs célébraient la mort d’Adonis. Au cours des fêtes données en son honneur, son image était déposée sur un lit au milieu des fleurs, des parfums et des fruits. Le lendemain, escortée par des pleureuses, l’image d’Adonis était confiée à la mer. Cependant, dès qu’elle avait disparu dans la mer, les cris d’allégresse, saluant son prochain retour, succédaient aussitôt aux cris de douleurs.

De nouveau revient avec la Balance la notion d’équilibre entre la joie et la douleur, les regrets du bel été disparu et l’espérance du renouveau printanier. En effet, lorsque le Soleil franchissait les portes du Taureau, l’autre domicile de Vénus, les Grecs fêtaient le retour d’Adonis. Dans le monde catholique, le mois de mai, mois du Taureau, est consacré à Maris, vierge-mère ; le rapprochement entre Vénus et Marie, toutes deux objets d’un culte très populaire, ouvre des perspectives qu’il serait intéressant d’explorer.

Dans le culte rendu à Adonis se mêlaient les influences des deux Vénus, celle du Taureau et celle de la Balance. L’amour-passion de la première, Vénus-Astarté, se termine tragiquement, comme c’est aussi parfois le cas dans la vie ; l’amour de la seconde, Vénus-Uranie, est beaucoup plus impersonnel puisqu’il accepte le partage avec Perséphone. Cet amour dégagé des entraves de la passion rétablit la paix et la joie dans les cœurs.

Enfin, dans l’herbier de la mythologie, Adonis est associé à la myrte et à la rose, cette dernière étant une des fleurs de Vénus et donc de la Balance et du Taureau.

MORT D'ADONIS

Mort d’Adonis

Bibliographie

Le Grand Livre de la Balance – Henri Latou – Tchou

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , ,