LE PRINTEMPS DE BOTTICELLI

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 11-04-2017

Dans cette œuvre magnifique tout est presque parfait. C’est une composition dépourvue de perspective pour mieux mettre en valeur le rythme presque musical des lignes et des couleurs. Avant Botticelli, on n’avait jamais poussé aussi loin le raffinement pictural. Le peintre utilisera à fond la technique de son maître Filippo Lippi dans la recherche de la beauté idéale comme dans le personnage de Flore distribuant ses fleurs et dans l’éblouissante technique des plis et du drapé des Trois Grâces.

BOTTICELLI - LE PRINTEMPS

Le Printemps de Botticelli – Galerie des Offices – Florence

Le Printemps de Botticelli c’est aussi un merveilleux catalogue botanique, peuplé de plusieurs centaines d’espèces végétales. C’est d’abord Flore, personnage central, avec des roses dans son tablier, rose symbole même de l’amour.

Sandro Botticelli - La Primavera (Spring), Галерея Уффици (Флоренция)

Flore

Au pied de Flore, on reconnaît la chicorée, symbole de fidélité, puisqu’elle ne quitte pas des yeux le soleil dans sa course. Et puis il y a la violette qui exprime l’amour caché et la discrétion ; la renoncule qui symbolise le charme ; l’hellébore mystérieux et magique capable de conjurer le mauvais sort et d’éloigner les sorcières ainsi que la folie, cet hellébore qu’on nomme aussi « la rose du Carême ». On reconnaît la camomille que les Grecs avaient associée à Morphée, dieu du sommeil et dieu des rêves. On disait qu’elle favorisait les rêves prophétiques mais aussi qu’elle attirait l’argent.

On reconnaît aussi le myosotis, celui qui demande à ce qu’on ne l’oublie pas, le « forget me not » anglais ou le « non ti scordare di me » italien. On l’appelle aussi « herbe d’amour ». Une légende raconte qu’un chevalier et sa dame se promenaient le long d’une rivière. Il se pencha pour cueillir une fleur mais perdit l’équilibre et à cause de son armure tomba à l’eau. Alors qu’il se noyait, il lança la fleur vers sa dame en criant : « Ne m’oubliez pas ! ».

LE PRINTEMPS DE BOTTICELLI - CAMOMILLE ET COQUELICOT

Camomille – Coquelicot et Renoncules

Le coquelicot est aussi présent dont la chute précoce de sa corolle est synonyme de trahison et d’inconstance.

LE PRINTEMPS DE BOTTICELLI - LES IRIS

Iris et camomille dans le Printemps de Botticelli

Dans l’angle droit du tableau on reconnaît l’iris, la fleur de Florence et des Médicis. On dit que Catherine de Médicis en avait fait son parfum. Dans la symbolique, l’iris est synonyme de bonnes nouvelles, la première sans doute est celle de l’arrivée du printemps car c’est une des premières fleurs du printemps. Iris était une nymphe favorite de Junon car elle ne lui apportait que de bonnes nouvelles. La déesse, en remerciement, la changea en arc-en-ciel, symbole du retour du beau temps. Iris portait une écharpe composée des sept couleurs, belle représentation de l’arc-en-ciel. L’iris blanc symbolise l’ardeur et l’iris bleu représente la confiance.

LE PRINTEMPS DE BOTTICELLI - MERCURE ET LES ORANGES

Mercure sous les orangers

A la gauche du tableau, on reconnaît Mercure avec son casque, ses sandales ailées et le caducée qu’il pointe vers les oranges d’un oranger. L’orange symbolise la chaleur, l’optimisme, mais aussi l’union et l’infidélité, et également pourtant, la dissimulation et l’hypocrisie. Chez les Romains de l’Antiquité, le couleur orange était symbole du mariage indissoluble. D’ailleurs, le voile des noces était orangé pour bien marquer la perpétuité de l’union. Enfin, l’orange a la réputation de stimuler les facultés intellectuelles, que Mercure représente, mais aussi d’aviver les émotions et de réveiller les sens. Ces oranges ne sont pas sans rappeler les pommes d’or du jardin des Hespérides et le mariage qui s’y déroula. A l’une des tables, on reconnaît trois belles femmes : deux déesses et une mortelle : Vénus, Junon et la belle Hélène. Malheureusement, Eris, la déesse de la haine, n’a pas été invitée et se venge en lançant sur la table cette belle pomme d’or en disant « à la plus belle ». Une belle querelle entre les deux déesses s’ensuit alors que se profile la guerre de Troie. La Belle Hélène, infidèle à son époux le roi Ménélas, s’apprête à partir avec Paris pour sa nouvelle patrie Troie. Les déesses prenant partie qui pour Ménélas, qui pour Paris.

LE PRINTEMPS DE BOTTICELLI - LES ROSES DU TABLIER DE FLORE

Les roses dans le tablier de Flore – Détail

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires:

Commentaires