DANS LE MONDE DU VERSEAU… LE CIRQUE

(6.6.11 - LES MYTHES DU VERSEAU ET D'URANUS) par sylvietribut le 14-02-2018

La conception occidentale du cirque s’inspire d’une façon ou d’une autre des jeux antiques romains ainsi que des bateleurs et troubadours du Moyen Age.

Pourquoi inscrire le cirque dans le monde du Verseau ? Comme le Verseau, le cirque n’a que faire des conventions et n’a pas peur du ridicule. On a même l’impression que le cirque fait sortir du théâtre et de l’attitude bourgeoise pour entrer dans la décontraction et le fou rire. Sous le chapiteau se rassemble des spectateurs de tout horizon social dans un univers coupé de l’extérieur.

LE CIRQUE - SON CHAPITEAU

Le cirque a planté son chapiteau

En France, c’est le régime libéral de la Troisième République qui favorisa la démocratisation des loisirs. Et si le théâtre allait rester le type de spectacle le plus légitime, le cirque fera alors l’objet d’un grand engouement car il touchait deux types de publics : les aristocrates qui se reconnaissaient dans les écuyers qui pour eux incarnaient l’aristocratie du cirque et l’art équestre, identité collective de la noblesse depuis le Moyen Age, et le peuple attiré par le spectacle des troupes ambulantes qui sillonnaient la France.

Le cirque se transformera en spectacle exotique grâce à la présence d’animaux sauvages qu’on exposera lors de parades ou dans des ménageries.

LE CIRQUE - GEORGES SEURAT

Le Cirque – Georges Seurat

Numéros d’équilibristes, les acrobaties, la mise en scène d’animaux inconnus du grand public, mêlent l’émerveillement et la peur dans une atmosphère particulière, favorisant une introspection du spectateur. Cette perception du cirque comme univers social peut trouver une illustration dans la figure multiple du clown. A la fois drôle et pitoyable, le clown provoque généralement le rire pour diminuer la tension des spectateurs entre deux numéros. Le clown va comme calmer les émotions et le stress provoqués par les acrobaties souvent dangereuses des acrobates ou le domptage des fauves.

Quant au mot « clown », il apparaît pour la première fois en France en 1813. Il trouve ses origines dans le terme anglais « clod » qui signifie littéralement « plouc ». C’est au début du XIXe siècle que le clown naît dans l’univers du cirque. Cette arrivée serait le fait d’un accident lors d’une représentation : un acrobate avait involontairement chuté devant les spectateurs, ceux-ci apprécièrent cet instant de décontraction.

Le cirque peut être sédentaire ou ambulant. A la fin du XIXe siècle, Paris comptait plusieurs cirques sédentaires en activité. Il y avait le Cirque des Champs-Elysées, connu sous les noms de Cirque de l’Impératrice ou Cirque d’été. L’actuel Cirque d’Hiver était en 1852 le Cirque Napoléon. Quant au Cirque Fernando, il deviendra le Cirque Médrano, le théâtre des clowns.

LE CIRQUE D'HIVER - BOUGLIONE - PARIS

Cirque d’Hiver Bouglione – 110 rue Amelot – Paris 11e

Il y avait aussi le Nouveau Cirque, rue Saint-Honoré, un cirque-piscine doté d’une piste transformable en piscine pour les pantomimes nautiques. Le Cirque Molier se trouvait près du Bois de Boulogne, à Passy. Lors des deux représentations annuelles, artistes et aristocrates se mélangeaient sur la piste pour des numéros où les chevaux avaient la part belle.

Enfin, l’Hippodrome du Pont de l’Alma, inauguré en 1877, mêlait lions, éléphants et courses de chars. Il fermera en 1892, c’est l’Hippodrome du Champs-de-Mars qui lui succèdera, puis en 1900 l’Hippodrome de Montmartre.

Le dernier cirque sédentaire à ouvrir ses portes à Paris fut le Cirque Métropole, connu sous le nom de Cirque de Paris, lequel mit souvent des dompteurs en vedette.

Quant aux cirques ambulants, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, ils circulaient sur les routes de France cinquante-quatre cirques, toutes catégories confondues.

Comment ne pas évoquer le cirque du monde romain, cet édifice public où étaient organisées des courses de chars et de chevaux attelés ou montés, voire même des courses à pied, des combats de lutte ou de boxe. Sous l’Empire, il y eut un véritable engouement pour les chevaux et les courses. Soixante-quatre jours par an étaient consacrés aux jeux du cirque contre dix-sept sous la République, chaque journée comprenait vingt-quatre épreuves et parfois plus.

circo-massimo

Circo Massimo – Roma

Le Circus Maximus, « le plus grand cirque » est le plus vaste et le plus ancien hippodrome de Rome. Etant donné l’importance de ses dimensions et la richesse de son histoire par rapport à la douzaine de cirques de Rome, il est souvent appelé simplement « Circus » par les auteurs antiques. Plus grand édifice public de la Rome antique, il était principalement dédié aux courses de chars, mais il a pu également être utilisé pour d’autres types de spectacles ou lors de processions triomphales, surtout à partir du règne de Trajan.

Aujourd’hui, il se trouve dans le Rione de Ripa et reste le théâtre de grands rassemblements lors de festivals, de concerts et d’autres grands événements, ou même de meetings politiques. Le Circus Maximus demeure à ce jour la plus vaste enceinte sportive que le monde n’ait jamais connu. Quant au monde politique il appartient à l’univers uranien du Verseau.

LE CLOWN PIPO

c

Rambouillet, le 13 février 2018

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires