UN MYTHE CANCER… EURYNOME… UNE DEESSE LUNAIRE

(6.6.4 - LES MYTHES DU CANCER ET DE LA LUNE) par sylvietribut le 28-06-2018

C’est une histoire d’œuf, symbole lunaire et donc Cancer, qui nous renvoie à un mythe grec : Eurynomé est une déesse Lune et déesse en toute chose. Son nom signifie « celle qui est universelle ». Elle aurait émergé nue du chaos, ce qui fait d’elle une déesse très ancienne. A elle seule, elle accomplit ce que les dieux mésopotamiens faisaient avec effort et fureur : elle sépara le ciel et la terre. Elle dansa sur les vagues.

EURYNOME ET LE SERPENT

Eurynomé et le serpent 

Elle prit dans ses mains le vent du Nord, le frotta et fit apparaître Ophion, le grand serpent.Devant lui, elle dansa lascivement, lui inspirant un désir fou, alors il l’enlaça et ainsi Eurymoné fut fécondée. Elle prit alors l’apparence d’une colombe et pondit l’œuf universel ; Ophion s’enroula autour de lui sept fois, jusqu’à l’éclosion. De cet œuf, tout ce qui existe surgit : le soleil, la lune, les étoiles, les montagnes, les rivières, les créatures vivantes, tout…Cependant Ophion commit une erreur : il se vanta, lui l’orgueilleux serpent, d‘avoir à lui seul créé l’univers. Impardonnable faute aux yeux d’une aussi grande Déesse Mère. Alors, elle lui écrasa la tête de son talon, lui brisa les dents et l’exila à tout jamais au fin fond de la terre. On lui prêta aussi la création des sept puissances planétaires. Peut-être faut-il voir dans celles-ci les sept planètes visibles à l’œil nu, seules connues des Anciens.

Ainsi, Théia et Hypérion régnèrent sur le Soleil, Phoebé et Atlas sur la Lune, Dioné et Crios sur Mars, Métis et Erymédon sur Jupiter, Téthys et Océanos sur Vénus, Géa et Cronos sur Saturne… Et puis, le premier homme aurait été Pélasgos, l’ancêtre des Pélasges.

53129524saturlitte-jpg

Les planètes

Pour en revenir à Eurynomé, certains auteurs anciens la considèrent comme une Océanide notamment chez Hésiode, alors qu’Homère la voit simplement « fille d’Océan ». Toutefois, deux épisodes de Callimaque la nomment « Titanide », ce qui n’est pas incompatible puisqu’Océan était un Titan.

Confirmant bien son titre de déesse lunaire, Eurynomé était la nourrice des quatre enfants d’Œdipe et Jocaste. Par ailleurs, Eurynomé apparaît dans deux récits archaïques et l’on a parfois supposé qu’il ne s’agissait pas de la même déesse. Dans la tradition orphique, elle est la première à régner, avec Ophion, sur l’Olympe religieux. Cependant, elle sera ensuite détrônée par Rhéa, comme Ophion le sera par Chronos, et précipitée dans les eaux d’Océan. On parle de nouveau d‘elle dans un récit d’Hésiode où Eurynomé est la troisième déesse aimée de Zeus après Métis et Thémis. C’est avec lui qu’elle engendrera les Charites : Aglaé, Euphrosyne et Thalie. Certains rajoutent encore parmi les enfants issus de cette union le dieu-fleuve Asopos.

Par ailleurs, Euynomé est associée à Thétis dans l’Iliade : Héphaïstos, précipité de l’Olympe par Héra qui voulait le cacher, retombe à la mer où ces deux déesses le recueillent et prennent soin de lui. Voilà qui explique probablement le mariage du dieu devenu adulte avec une Charite, Aglaé ou Charis, selon les auteurs, fille de sa mère adoptive.

On parle aussi d’un temple au voisinage de Phigalie où Eurynomé était honorée. Pour les uns, cette divinité se confondait avec Artémis, déesse lunaire, et pour d ‘autres, elle avait sa personnalité distincte et remontait à la plus haute antiquité. Son temple était entouré de cyprès et l’on voyait l’image de la déesse, fixée à l’autel par des chaînes d’or, se terminait par une queue de poisson.

ECLIPSE DE LUNE

Bibliographie

Dieux et héros du zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Robert Laffont Editeur

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires