DANS L’ORCHESTRE DU BELIER… LE CLAIRON

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 11-04-2015

Le nom même de clairon désignait au Moyen Age un instrument à vent assez similaire à celui que le clairon traditionnel français inventé par Antoine Courtois, son fabricant, en 1822. C’est un instrument à vent de la famille des cuivres, d’où la tentation de l’apparenté à la Balance et à Vénus qui représente le cuivre dans la concordance métaux/planètes. Cependant, le clairon est à l’origine un instrument d’ordonnance, c’est-à-dire qu’il sert à la transmission des ordres grâce aux sonneries facilement reconnaissables : appel, rassemblement, à la soupe, aux caporaux, commencez le feu »… Mais là nous rencontrons avec l’Armée et la soldatesque, le monde du Bélier et de Mars. On appelle d’ailleurs également « clairon » celui qui sonne de cet instrument.

LE CLAIRON

C’est surtout dans les corps traditionnels que le clairon est utilisé comme l’infanterie de Marine, la Légion et surtout la Marine. Il sert principalement pour ponctuer de sonneries réglementaires les moments importants de la vie militaire : réveil, garde-à-vous, aux champs, aux morts, au drapeau, et dans les cérémonies officielles.

Le clairon est un élément à part entière de nombreuses marches militaires composées pour orchestre d’harmonie. La plus connue est la Marche de la 2e DB, composée en l’honneur de la 2e division blindée du Général Leclerc, dont l’introduction est exécutée en soli par la section de clairons.

Avec la trompette de cavalerie et le cor naturel, le clairon est un élément des orchestres de batterie-fanfare. C’est dans ces ensembles qu’il est utilisé au mieux de ses capacités, dans un répertoire qui va des traditionnelles marches de défilé, en passant par le jazz, ou même par la variété.

Le clairon est un accessoire central de la fête des Conscrits, tradition encore en vigueur dans certaines régions de France, notamment dans le Haut-Doubs. Cette tradition est née à l’époque du Conseil de Révision qui statuait sur l’aptitude des jeunes gens au service militaire. Qui sait s’il ne sera pas bientôt de retour.

Le clairon, c’est aussi un jeu de l’orgue, à l’octave de la trompette.

LE CLAIRON - CELUI QUI LE SONNE

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’UNIVERS MUSICAL JUPITERIEN… LE SAXOPHONE

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 08-12-2010

Contrairement à la plupart des instruments dont l’origine est souvent ancrée dans une pratique soliste, sociale, religieuse ou rituelle, l’invention du saxophone a été motivée par le désir de posséder dans l’orchestre un liant acoustique entre les bois, les cordes et les cuivres.

En mars 1846, Adolphe Sax, dépose le brevet du saxophone qu’il s’apprête à concevoir comme le lui permet son expérience en matière d’acoustique instrumental et qui va permettre ce lien entre les différents instruments de l’orchestre. Le Saxophone naîtra définitivement en 1850.  

saxophone

Adolphe Sax était un facteur belge. Il souhaitait créer un nouvel instrument pour l’orchestre. Il associa un bec de clarinette à un instrument de la famille des cuivres aujourd’hui disparu, et bien sûr il œuvra pour que les compositeurs de l’époque l’utilisent dans leurs partitions, ce que ne manquèrent pas de faire Berlioz, Bizet, Honegger, Milhaud, d’Indy et Ravel qui fut d’ailleurs le premier à l’utiliser et ce fut dans son célèbre boléro. Cependant, c’est surtout la musique militaire, puis le jazz qui apportèrent au saxophone sa célébrité. En fait, on entend rarement le saxophone dans les orchestres symphoniques.

saxophone

Plutôt rare dans le premier jazz de la Nouvelle-Orléans, le saxophone, alors présent dans les orchestres de danse et les brass bands, se généralise à partir de 1917 quand le jazz se développe dans les grandes villes du Nord et de l’Est des Etats-Unis. Bénéficiant de l’engouement du public, il détrône peu à peu la clarinette dans les ensembles avant d’égaler, puis de supplanter, la trompette dans le jeu soliste. Devenu l’instrument roi du jazz des années 1950, le saxophone ténor en demeure, jusqu’à nos jours, l’un des principaux emblèmes.

Jupitérien, le saxophone l’est de par sa taille. On le voit d’ailleurs supplanter les instruments de plus modestes en dimensions, comme la clarinette et la trompette… et même en puissance… On imagine bien Jupiter et toute sa puissance soufflant dans l’instrument. De même les saxophonistes font preuve de cette puissance jupitérienne. Il existe d’ailleurs des saxophones de la marque Jupiter.

chat-saxophoniste 

deco_noel19Pour vos cadeaux de Noël, vos étrennes de Nouvel An, pour une fête, un anniversaire, ou tout simplement pour faire plaisir, pensez à offrir une consultation astrologique. Sur mon site, au chapitre de mes chroniques, dans la rubrique « Cadeaux » vous trouverez les modalités d’organisation de cette consultation, ainsi qu’un exemple d’une carte-invitation.

 

  

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , ,

LES SANGLOTS LONGS DES VIOLONS… DE LA BALANCE

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 22-10-2010

L’histoire du violon remonte au XVIe siècle et semble être née en Italie. Le terme « vyollon » apparaît en France en 1523 et l’on trouve « violino » en Italie en 1538. C’est un instrument de la famille des « cordes ». Le violon est un miracle acoustique car il ne devrait pas, scientifiquement, sonner aussi parfaitement. Il descend du rebec du Moyen-Age.  

violon-et-archet

En fait, le violon est dérivé de plusieurs instruments à cordes aux origines diverses :

. Le Ravanastron indien apparu en Inde il y a 5 000 ans. Il s’agit du premier instrument à cordes joué avec un archet. Les descendants du Ravanastron firent leur apparition en Europe au temps des Croisades via la Perse et l’Arabie.                                                                                                                                                 

. Le Rebec d’origine arabe, qui a été introduit en Europe au Moyen Age.      

le-rebec-et-lange 

L’ange et le Rebec

. Au XIIe siècle, la vièle du Moyen Age supplante la Rote, omniprésente en Europe centrale.          

. La vièle du XVe siècle donne naissance à la lira da braccio ou viola da braccio (viole à bras).                           

. En France, il faut attendre l’arrivée de Lully à la cour du Roi dans la seconde moitié du XVIIe siècle pour y voir le violon acquérir ses lettres de noblesse.  

. Depuis 1830, la morphologie du violon est restée pratiquement inchangée. 

Il semble que les premiers violons aient empruntés des caractéristiques à chacun de ces instruments à cordes.            

Les meilleurs violons ont été fabriqués en Italie, à Brescia, notamment pour les Amati, da Salo ou Maggini, et à Cremona pour les Stradivarius.

stradivarius-dans-son-atelier

Stradivarius dans son atelier

Plusieurs noms sont cités parmi les possibles inventeurs de cet instrument : les luthiers Giovan Giacobo della Corna (1484-1530) ou Zanetto Montichiaro (1488-1562) qui fabriquaient des luths, des lires et d’autres instruments semblables.

Au XVIe siècle, le violon est rapidement devenu un instrument de musique très populaire en Europe. Il était alors utilisé aussi bien comme instrument de rue qu’à la cour des rois. Le violon fut tout d’abord un instrument populaire et de plein air. Il accompagnait les chansons à boire, parfois des ballets, des processions et il s’associait aux cuivres. On lui a longtemps préféré le luth et la viole. En France, son usage est attesté dès 1556 et il a peu à peu remplacé la viole de gambe. Vers 1560, le roi Charles IX commanda 24 violons aux Amati, l’illustre famille de luthiers de Brescia. Le plus ancien violon qui nous soit parvenu est l’un de ceux-là et porte le nom de son commanditaire. Toutefois, François 1er possédait déjà un ensemble de violons qui, en 1480, était rattaché à l’Ecurie, aux manifestations en plein air.  C’est au début du XVIIe siècle qu’il devint un instrument virtuose, d’abord en Italie, puis en France et en Allemagne. Il est adopté par la musique savante avec l’Orfeo de Monteverdi, vers 1600, et à la cour de France avec la troupe des Vingt-Quatre Violons du Roi, formé en 1626.

Les maîtres de danse des XVIe et XVIIe siècles utilisaient un petit violon, la pochette ou Pocceta en italien, kit en anglais et Taschengeiger (violon de poche) en allemand.

Depuis sa création au XVIe siècle, le violon s’est fait une place dans de nombreux genres musicaux. Cet instrument qui accompagnait jadis la musique à danser populaire a en effet conquis des domaines aussi divers que la musique tzigane, le jazz avec Stéphane Grappelli, les musiques folkloriques et même le rock.

violonneux_diable  

Quant au violoneux, c’était le terme employé pour désigner un violoniste spécialisé dans la musique traditionnelle ou folklorique. Souvent, un violoneux ne possède pas de formation classique en musique, mais a appris d’autres violoneux. On peut d’ailleurs souvent le distinguer du violoniste classique par la manière dont il tient son violon, appuyé sur le bras, un peu sous l’épaule, contrairement à la position classique, sous le menton. C’est au Québec que les violoneux ont longtemps occupé une grande place dans les célébrations du temps des fêtes, jouant des rigodons, des gigues. Mais il faut bien dire que c’est une activité qui se perd… le DJ ayant allègrement remplacé le violoneux. Toutefois, cette vie sociale, la danse, la musique même traditionnelle ou folklorique sont bien en rapport avec le monde sociable, joyeux et même artistique de Vénus et de la Balance. D’ailleurs, dans les campagnes, les violoneux venaient donner l’aubade aux fiancés avant de convoler en justes noces. La Balance et la Maison VII ne sont-elles pas placées sous le signe des associations et des contrats, dont le mariage.

Depuis sa création au XVIe siècle, le violon s’est fait une place dans de nombreux genres musicaux. Cet instrument qui accompagnait jadis la musique à danser populaire a en effet conquis des domaines aussi divers que la musique tzigane, le jazz avec Stéphane Grappelli, les musiques folkloriques et même le rock.

Quant au violon d’Ingres, qui est une occupation secondaire à celle qu’on exerce, aussi bien dans le domaine sportif, mais souvent dans un domaine artistique. On est bien là aussi dans le monde de la Balance, de l’art, du spectacle, de la vie sociale. Ingres lui fut le maître du portrait dont Baudelaire affirmait qu’il avait une « rigueur de chirurgien ». Le père de ce peintre classique, sculpteur et musicien, lui enseigna très tôt l’art de dessiner et de jouer du violon. C’est ainsi qu’à côté de son talent le plus reconnu, la peinture, Ingres avait pour loisir favori la pratique du violon, c’était son dada, ou son hobby…

violon3

 Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LE TAMBOURIN DE LA VIERGE

(05 - PETIT COURS D'ASTROLOGIE, 12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 15-09-2010

Très différent du tambour au son grave, profond et mystérieux, le tambourin d’origine orientale, évoque une musique légère et la danse. Dans l’Antiquité grecque, Cybèle, « la mère de tous les dieux et de tous les hommes, et ravie de l’entendre : elle aime le son des crotales et des tambourins, ainsi que le frémissement des flûtes » disent les Hymnes homériques. Le plus souvent accompagné de danses, dont il scande le rythme, il symbolise une idée de joie et de légèreté. On le voit souvent dans les scènes d’orgies dionysiaques, agité  par les Bacchantes. Il prend toutefois une dimension cosmique, s’il rappelle l’évolution et la musique des astres, dont s’enchantent les dieux et les déesses.

danseuse-au-tambourin

Le bruit caractéristique de l’escorte de Cybèle, celui des cymbales et des tambourins commémore le bruit que firent les Curètes et les Corybantes sur le Mont Ida pour couvrir les vagissements de Jupiter, que sa mère Rhéa avait soustrait à la voracité de son époux Saturne lequel, pour ne pas être détrôné, dévorait ses enfants à leur naissance. Les lions attelés au char de Cybèle attestent la domination qu’elle exerce sur eux et sa couronne crénelée témoigne qu’elle dota de tours les premières cités.

Ce tambourin sacré des rites dionysiaques avait probablement un son plus grave, tout comme celui qui est utilisé par les derviches des rites rufaï et kadiri pour scander le dhikr. Il est alors similaire au tambourin chamanique d’Asie orientale, et comme lui rejoint le symbolisme général du tambour, kratophanie des puissances ouraniennes.

femme-au-tambourin

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

tambourin 

Partager

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MUSIQUE ET ASTROLOGIE…

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 16-06-2010

Lyre, Cithare, Harpe, Luth…

La tradition nous rapporte que la lyre fut inventée par Mercure ou par l’une des neuf Muses, Polymnie. C’était l’instrument de musique favori d’Apollon et d’Orphée, aux accents prestigieux. Et c’est aussi depuis toujours le symbole des poètes. Plus généralement, la lyre est le symbole de l’harmonie cosmique : c’est au son de la lyre qu’Amphion bâtit les murs de Thèbes.  

polymnie-erato-et-melpomene-les-muses-boucher 

Polymnie, Erato et Melpomène

Dans la mythologie grecque, Amphion était le fils de Jupiter et d’Antiope, frère jumeau de Zéthos. Tous deux, sur l’ordre de leur oncle Lycos, roi de Thèbes, furent abandonnés enfants sur le mont Cithéron et recueillis par des bergers. Amphion devint alors un grand poète et un musicien, comme Orphée. Orphée avait le pouvoir d’entraîner les animaux par son chant ; Amphion, lui, pouvait par le même moyen déplacer des pierres. En effet, pour venger sa mère, maltraitée par Dircé, il tua celle-ci puis bâtit les remparts de Thèbes uniquement à l’aide de sa flûte et de sa lyre. Uni à Niobé, il en eût plusieurs enfants, les Niobides.

Cette lyre, attribut d’Apollon, symbolise également les pouvoirs de divination qui étaient propres au dieu. Mais en tant qu’attribut des Muses Uranie (l’astrologie) et Erato (la musique), la lyre symbolisait l’inspiration poétique et musicale.

amphion-par-vigee-le-brun

Amphion par Vigée-Lebrun 

Dans la mythologie grecque, Uranie était la Muse qui présidait à l’astronomie et à l’astrologie, ces deux disciplines étant indissociables chez les Grecs. Elle était la mère de Linos, conçue avec Apollon ou bien Amphimaros. On la représente vêtue d’une robe de couleur d’azur, couronnée d’étoile, et soutenant des deux mains un globe qu’elle semble mesurer, ou bien ayant près d’elle un globe posé sur un trépied, et plusieurs instruments de mathématiques. Elle est assistée par les Ouranies, les nymphes célestes. Selon Catulle, Bacchus la rendit mère d’Hymen.

uranie

Uranie

Dans l’iconographie chrétienne, la lyre évoque la participation active à l’union béatifique. Ce rôle est celui de la harpe de David. Les sept cordes de la lyre correspondraient aux sept planètes : elles s’accordent dans leurs vibrations, comme celles-ci dans leurs révolutions cosmiques ; quand le nombre de cordes fut élevé à douze, on voulut y voir une correspondance avec les douze signes du zodiaque.  La notion d’harmonie s’exprime aussi par les harpes « des vainqueurs de la bête de l’Apocalypse ».  

Se fondant sur le récit mythologique de l’invention de la lyre, Jean Servier (*) considérait la lyre comme un autel symbolique unissant le ciel et la terre. Mercure, ayant volé les bœufs à Apollon, couvrit de la peau de l’un d’eux une carapace de tortue, fixa une paire de cornes à celle-ci et tendit des cordes boyaux sur cette caisse de résonance. « Or, dans les civilisations méditerranéennes, le bœuf représente le Taureau céleste… Faire vibrer la lyre, c’est faire vibrer le monde. Les noces cosmiques s’accomplissent, la terre est fécondée par le ciel ; il pleut sur les champs et les flancs des femelles s’alourdissent. Tous les instruments de musique semblent avoir été autant de moyens d’accéder à l’harmonie secrète du monde ». 

(*) Jean Servier était professeur d’ethnologie et de sociologie à la faculté de Montpellier. 

la-lyre-dorphee 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

POUR LE BELIER C’EST PEUT-ETRE SANS TAMBOUR MAIS AVEC TROMPETTE

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 19-04-2010

Les premières trompettes ont été inventées dans l’Antiquité. Elles apparurent en Egypte, il y a plus de trois mille ans. Deux trompettes ont d’ailleurs été retrouvées dans le tombeau de Toutânkhamon. En Grèce, la trompette était appelée salpinx et était considérée comme une discipline olympique. On y trouvait trois épreuves : le son le plus fort, avec le plus de décibels, le son portant de loin et le son le plus aigu. A Rome, on utilisait le cormu ou buccina et le lituus ; les Celtes utilisaient le carnyx.

La trompette, instrument de musique, était utilisée pour régler les principaux moments du jour ou bien annoncer les grands événements historiques et cosmiques : le Jugement dernier, l’assaut, une cérémonie solennelle. Une circumambulation silencieuse alternant avec les sons de trompe fit s’effondrer les murs de Jéricho.

jerichotrompettes543px

Les armées romaines connaissaient et pratiquaient cette alternance terrifiante du silence profond et du concert aigu des trompettes.

Souvent les anges sont représentés sonnant de la trompette. L’Athéna salpinx (joueuse de trompette) d’Argos est évidemment dotée d’une trompette. Cet instrument associe le ciel et la terre dans une célébration commune. Et le début d’une bataille revêt toujours un caractère sacré : d’où l’usage à la fois religieux et militaire de cet instrument métallique.

anges-a-trompettes

Chez les Grecs, la trompette sert à rythmer la marche dans les grandes processions… Elle a un pouvoir d’évocation : à Lerne, dans les fêtes de Dionysos, on pense faire sortir le dieu des marais en soufflant dans des trompettes cachées par les Thyrses ; Plutarque compare ce rite à la fête juive des Tabernacles où l’on place également les trompettes sacrées entre les rameaux.

A Rome aussi la trompette est un instrument essentiel dans les cérémonies religieuses : deux fois par an, on procède à la lustration des trompettes sacrées. Aux sacrifices, aux jeux publics, aux funérailles, ainsi que dans les défilés triomphants, on sonne de la trompette.

cuerno_de_caza_-_trompa_de_caza

La trompette symbolise une conjonction importante d’éléments et d’événements, marquée par une manifestation céleste : air, souffle, son…

Pourquoi apparenter la trompette au Bélier ? Parce que comme lui l’instrument fait du bruit, ne passe pas inaperçu… Comme le sport, que le Bélier affectionne particulièrement, la trompette était une discipline olympique, elle rythmait aussi les marches. Elle appartient aux festivités militaires et a pour fonction d’initier, de commencer un événement, une bataille… Tout comme le Bélier est initiateur d’abord du printemps, mais aussi de toute chose. Par définition, le Bélier commence, initie, ouvre des portes, livre des batailles… Et puis, le matériau de prédilection du Bélier c’est le métal,  qui appartient au monde de Mars, le Maître incontesté du Bélier.

ange-trompette

Bibliographie :

Dictionnaire des symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Editions Robert Laffont/Jupiter. 

trompette

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,