LE SAGITTAIRE ET JUPITER ENTRE ASTRONOMIE, ASTROLOGIE ET MYTHOLOGIE

(5.3.6 - JUPITER) par sylvietribut le 29-11-2011

A propos de Jupiter

Jupiter est la plus grosse des planètes du système solaire ; son diamètre représente 11 fois celui de la Terre, et sa masse plus de 300 fois cette de notre planète ; les maelströms d’hydrogène, d’hélium et de méthane qui parcourent l’atmosphère jovienne sont gouvernés par le rayonnement issu de la planète elle-même. Le demi-grand axe de son orbite est de 778 millions de kilomètres, et elle est donc à peine touchée par la lumière et la chaleur du Soleil, ce qui signifie que la vie telle que nous la connaissons y est impossible.

jupiter-et-ses-petites-lunes

Jupiter et ses petites lunes

En raison de sa taille, Jupiter a été assimilée au roi des dieux, et cette identification peut se trouver renforcée par le fait qu’elle possède 16 satellites, dont quatre furent découverts par Galilée en 1610, et peuvent être observés avec de simples jumelles.

galilee

Galilée

La révolution sidérale de Jupiter dure sensiblement 11 ans et 315 jours. Du fait de son cycle qui dure presque 12 ans, Jupiter met un an pour traverser chaque signe du zodiaque, alors que le Soleil met un mois pour faire le même parcours. Ce phénomène a conduit les premiers astrologues chinois à dénommer Jupiter « l’étoile annuelle ». En Chine, on considérait que la planète apportait la puissance et le pouvoir à chacun des groupes d’étoiles par lesquels elle passait et, dans l’astrologie occidentale, on a pensé qu’elle élaborait les lois divines et qu’elle les adaptait au monde des hommes. Dans l’iconographie chinoise traditionnelle, Jupiter est représentée sous les traits de l’autorité locale, c’est-à-dire du représentant du pouvoir impérial dans chaque ville. Ce cycle de 12 ans est en étroite relation avec les 12 branches du système sexagésimal (établi sur une base de 60) de l’ancien calendrier chinois ; dans un texte datant du IVe siècle avant Jésus-Christ, le Chi Ni Tzu, on trouve déjà des observations relatives à ce système : « Si nous nous conformons à la sagesse et à la raison, et aidés par le Tao, nous mettrons de côté des provisions quand elles seront abondantes, pour les périodes de disette… Nous construirons des chariots pendant les inondations, et des bateaux pendant les moments de sécheresse. Une récolte exceptionnelle survient tous les six ans, et une famine tous les douze ans. C’est pourquoi le sage, averti des cycles de la nature, se prépare pour les adversités futures ».

En Mésopotamie, Jupiter était la planète de Mardouk, divinité tutélaire de Babylone. Il semble que celui-ci ait d’abord été un dieu agricole associé au pouvoir fertilisant de l’eau. On retrouvera plus tard cette idée chez les Romains qui honoraient le dieu Jupiter sous le nom de Jupiter Pluvius, dont les bienfaits étaient évidemment très importants pour un peuple d’agriculteurs.  

mardouk

Mardouk

Le mythe mésopotamien de la création du monde, qui date sans doute du IIe millénaire avant Jésus-Christ, donne une image précise de Mardouk et de son statut. Les quatre premières générations de dieux naquirent du couple primitif, le dieu Apsou et la déesse Tiamat ; cependant, cette progéniture se révéla tellement bruyante et exaspérante qu’Apsou voulut la tuer pour retourner à son sommeil. Ea, qui faisait partie de la nichée, eut connaissance de cette tentative et tua Apsou. Du coup, Tiamat voulant se venger, leva une armée de monstres hideux. Les dieux étaient en passe d’être battus, mais Mardouk, fils d’Ea, appelé à la rescousse par son père, accepta de combattre ces terribles adversaires. Il y mit toutefois une condition, les dieux devaient reconnaître son autorité suprême : « Ce sont mes paroles et non les vôtres qui fixeront le destin. Ce que je créerai ne devra jamais être altéré. Les décrets qui sortent de ma bouche ne seront jamais abrogés, jamais modifiés ! ». Les dieux, avant d’accepter, demandèrent à Mardouk de leur donner une preuve de sa puissance. Ils désignèrent une constellation et demandèrent à Mardouk de la détruire, puis de la recréer : « Il prononça quelques mots, et la constellation disparut. Il parla encore, et la constellation réapparut ». Convaincus, les dieux se réjouirent et le désignèrent comme roi. Depuis ce jour, Mardouk est aussi appelé le « Berger des étoiles ». Il captura les monstres de Tiamat, puis assassina la déesse mère elle-même. Il coupa son cadavre en deux moitiés, « comme on le fait d’un poisson qu’on veut faire sécher » ; il en fit le ciel et la Terre, et avec son crachat il créa les nuages, le vent et la pluie.  

tiamat

Tiamat sous la forme d’un serpent gigantesque

Une des premières décisions de Mardouk, devenu l’architecte de l’Univers, fut d’attribuer trois régions aux dieux An, Enlil, et à Ea, son père, qui constituent la Grande Trinité. Les planisphères et les textes sacrés qui nous sont parvenus montrent que les Babyloniens divisaient les cieux en trois routes : celle d’An correspondait à la ceinture équatoriale, celle d’Ea à la route extérieure passant au sud de l’équateur, et celle d’Enlil à la route intérieur des étoiles circumpolaires boréales. Placées le long de chaque route, douze étoiles représentaient les mois de l’année, et chaque mois correspondait au lever héliaque d’une étoile. A Sumer, Enlil était à l’origine une divinité du Ciel, mais il faut ensuite souvent confondu avec Mardouk lui-même. Ensemble, ces trois dieux forment un modèle cosmologique complet.

zeus-grec

Zeus grec/Jupiter romain

Comme nous appelons toutes les planètes du système solaire par leurs noms latins, nous donnons à la plus grosse d’entre elles le nom de Jupiter, qui correspond au dieu grec Zeus, le maître des douze dieux de l’Olympe. Les mythes les plus anciens relatifs à Zeus ont beaucoup de traits communs avec les récits mésopotamiens qui concernent Mardouk ; plus tard, dans la philosophie grecque, Zeus deviendra le symbole de la loi divine. Cette promotion découle logiquement du fait que Zeus, dans la mythologie, imposa sa loi aux autres dieux, et qu’il est le père non contesté des habitants de l’Olympe. Les dieux ont à peu près le même statut que les différentes personnalités qui composent une famille royale ; ils ne forment une famille que grâce à la présence de Zeus, qui règne sur le Panthéon et détient le pouvoir suprême ; mais il deviendra aussi la divinité tutélaire du genre humain, celui à qui s’adressent, en fin de compte, toutes les prières.

Dieu suprême des Romains, il apparaît comme la divinité du ciel, de la lumière diurne, du temps qu’il fait et aussi de la foudre et du tonnerre, ainsi que le pouvoir souverain, le président du conseil des dieux, celui de qui émane toute autorité. Jupiter symbolise aussi l’ordre autoritaire, qui est imposé de l’extérieur. Sûr de son bon droit et de son pouvoir de décision, il ne recherche ni le dialogue, ni la persuasion : il tonne.

taranis1

Taranis le Jupiter celtique

Le Jupiter celtique porte en Gaule le nom de Taranis « le Tonnant » et la divinité est le plus souvent représentée dans l’iconographie avec la roue comme principal attribut. Mais cette roue n’est pas le symbole de la foudre comme la plupart des érudits modernes l’ont cru : elle est la roue cosmique que l’on trouve en Irlande dans la roue du druide irlandais Mog Ruith « serviteur de la roue ». Le principal aspect irlandais du Jupiter celtique est cependant le Dagda « dieu bon », possesseur de deux talismans royaux, le chaudron d’abondance et la résurrection, archétype préchrétien du Graal, et la massue, qui tue par un bout et ressuscite par l’autre. C’est elle qui correspond au fulmen de Jupiter et au vajra d’Indra. D’autres aspects de Jupiter sont : en Gaule Sucellus « le bon frappeur », le dieu au maillet ; et en Irlande : Manannan, maître de l’Autre Monde. Le Dagda est le père de Brigite (Minerve), elle-même mère de tous les dieux. Il est aussi le père d’Oengus, Apollon dans son aspect de jeunesse, par adultère avec sa seour qui est la femme de son frère Elcmar « sombre mauvais », dieu de la nuit. Il est encore l’un des principaux combattants de la bataille cosmique de Mag Tured contre les Fomoire. Avec son frère Ogme, dont Elcmar est sans doute un autre nom, il est un des deux aspects de la dualité souveraine représentée en Inde par Mitra-Varuna. Le Dagda est Mitra, dieu de l’amitié, du contrat, et aussi de la ruse juridique. La conception celtique insiste cependant plus sur son aspect de maître de manifestation que sur son aspect souverain de dieu du ciel. C’est le dieu-druide par excellence, celui dont se réclame la classe sacerdotale. Les filid dépendent cependant d’Ogmios).

L’astrologie s’est toujours largement inspirée de la symbolique mythologique des dieux planétaires pour l’appliquer aux planètes elles-mêmes, mais en l’adaptant à ses propres besoins. Cela apparaît clairement dans l’interprétation de Jupiter. Dans l’astrologie occidentale traditionnelle, Jupiter est une des planètes d’un groupe d’astres équivalents, bien qu’elle n’ait jamais perdu son caractère dominant ; elle représente la « suprême » bénéfique, un principe d’épanouissement et de progrès. Cette planète est généralement considérée comme favorable, exubérante et tolérante, fière et autoritaire, des caractéristiques qui rappellent celles du dieu de la mythologie romaine. Jupiter nous rapproche de la religion et de la philosophie ; c’est un bon conseiller et un bon professeur, et son nom indien, Guru, souligne ce rôle.  

p-jupiter

Jupiter la plus grosse des planètes

Par sa taille et sa position, la planète qui porte le nom de Jupiter occupe la place centrale parmi les astres qui tourbillonnent autour du Soleil. Elle est précédée par Mercure, Vénus, la Terre, Mars et les astéroïdes, et est suivie par le même nombre de corps célestes : Saturne, Uranus, Neptune et Pluton et les planètes trans-plutoniennes, dont la première est déjà nommée, par certains, Minos. En analogie avec cette place de choix, Jupiter incarne en astrologie le principe d’équilibre, d’autorité, d’ordre, de stabilité dans le progrès, d’abondance, de préservation de la hiérarchie établie. C’est la planète de la légalité sociale, de la richesse, de l’optimisme et de la confiance. Les Anciens l’ont gratifiée du nom de « grand bénéfique ». Elle gouverne dans le Zodiaque le Sagittaire, signe de justice, et les Poissons, signe de la philanthropie. La médecine et la jurisprudence sont ses professions privilégiées. Dans l’organisme humain, elle veille au fonctionnement de la circulation du sang et du foie.

La plus volumineuse de nos planètes, qui tourne sur son axe vertical avec majesté, emportant dans sa course le cortège de ses nombreux satellites, est à elle seule un spectacle pour le contemplateur de la voûte étoilée. Elle impose tout comme Zeus, le maître de l’Olympe, et n’a pas eu de mal à emporter l’adhésion des astrologues. Si Zeus eut les faveurs nourricières de la chèvre Amalthée et a comme attribut la corne d’abondance, s’il est le souverain ordonnateur et régulateur des biens pour chacun des humains. Jupiter s’incarne à l’heure crépusculaire, où le bébé s’abreuve du lait maternel et fait l’apprentissage de l’épanouissement de ses instincts. Aussi la condition jupitérienne de l’être humain s’inscrit-elle le long d’une série continue qui accumule les acquisitions, avantages, profits, bénéfices et bienfaits divers destinés à satisfaire son appétit de consommateur, son instinct de propriétaire, son installation terrestre, qu’il s’agisse d’avoir ou d’être quelqu’un. Ce sketch à répétition de l’enrichissement vital, inséparable de l’état de gourmandise, de confiance, de générosité, d’optimisme, d’altruisme, de paix et de bonheur, contribue à nourrir la santé et à mûrir l’évolution des êtres, faits pour une société plus heureuse sous le régime et les lois des principes moraux, et où chacun peut plus librement accéder à la plénitude de ses moyens ainsi qu’à la maîtrise de sa puissance.

glyphe-de-jupiter2

A propos du Sagittaire

S’étendant largement au sud de l’équateur, le Sagittaire n’est pas une constellation très importante pour un observateur situé dans l’hémisphère boréal ; à une latitude moyenne, elle apparaît tout juste au-dessus de l’horizon, dans le ciel d’été, de juin à août, et on ne la voit jamais complètement. Cependant, dans l’hémisphère austral, à la même époque, elle est très visible, haut dans le ciel.

sagittarius_hevelius

Constellation du Sagittaire

Neuvième constellation du zodiaque, elle est représentée sous la forme d’un centaure, mi-homme, mi-cheval. Celui-ci est armé d’un arc et d’une flèche, qui constituent la partie occidentale de la silhouette, et qui se trouve sur la Voie lactée qui, dans cette zone, a l’aspect d’une large bande. La courbe de l’arc est figurée par trois étoiles : Kaus Borealis, Kaus Medius et Kaus Australis, la plus brillante, qui correspondent respectivement aux parties nord, central et sud de l’arc : lambda, delta et epsilon Sagittarii. La main de l’archer, qui tire la flèche, est l’étoile Nunki, de magnitude 2 (sigma Sagitarii). La flèche part de Kaus Medius et arrive à Al Nasl (gamma Sagitarii), qui en est la pointe : elle nous donne une orientation utile puisque l’archer semble viser Antarès du Scorpion, située à environ 20° à l’ouest de la limite de la Voie lactée, et légèrement au-dessus de la ligne de tir. Mais l’archer cherche peut-être une cible encore plus grande, un autre nuage d’étoiles formé dans la Voie lactée, le centre de notre galaxie. 

la-voie-lactae

La Voie lactée

La représentation du Sagittaire sous la forme d’un centaure a évidemment donné lieu à quelques confusions avec la constellation australe du Centaure. Cependant, il s’agit de deux personnages mythologiques bien distincts. Contrairement au Centaure austral, fort pacifique, le Sagittaire est farouche et guerrier. Dans la mythologie mésopotamienne, il est apparu sous la forme de l’archer Nergal, qui dominait Mars, la planète guerrière.

En revanche, la mythologie grecque a assimilé le Sagittaire au centaure Chiron, sage et savant. Cette identification vient d’un mythe qui concerne Artémis, déesse de la Chasse. On dit qu’Artémis fut à l’origine de la mort d’Orion, parce qu’elle envoya un scorpion le piquer au talon. Pour le venger, Chiron tua le scorpion d’une flèche, et dans le ciel le Centaure vise toujours le cœur du Scorpion, Antarès. Cette histoire tend à se confondre avec celle d’Asclépios, la constellation d’Ophiucus qui écrasa le scorpion ; il faut se rappeler que, comme Asclépios, Chiron avaient le pouvoir de guérir.

chiron

Chiron le Centaure blessé

Dans la tradition des Upanishad, le Sagittaire, qui est l’homme tendant à s’identifier à la flèche, se voue à l’exaltation du brahman, dont la connaissance assure la libération du cycle des renaissances. Il est curieux de noter que cette libération du cycle coïncide effectivement avec la fin des moissons et des vendanges, à l’entrée de l’hiver, où toute vie semble s’anéantir. « Ce qui est brillant et plus subtil que subtil, ce sur quoi reposent les mondes et les habitants des mondes : voilà le brahman impérissable. Il est le souffle, il est la parole, l’esprit ; il est le réel, l’immortel. Sache, mon cher, que c’est là la cible à atteindre ».

La syllabe Om est l’arc, l’atman est la flèche, le brahman est la cible, enseigne-t-on. « Il faut l’atteindre sans se laisser distraire. Il faut se rendre semblable à la flèche ».

la-fleche-du-sagittaire

La flèche du Sagittaire

La flèche, à quoi s’assimile le Sagittaire, fait la synthèse dynamique de l’homme volant vers sa transformation, par la connaissance, d’être animal en être spirituel.

Neuvième signe du Zodiaque, il se situe avant le solstice d’hiver quand, les travaux des champs terminés, les hommes se consacrent davantage à la chasse. Symbole du mouvement, des instincts nomades, de l’indépendance et des réflexes vifs. Cette partie du ciel est placée généralement sous la domination de Jupiter.

Nous sommes au terme de la trinité du Feu. Si, au Bélier, la puissance ignée était viscérale et si, au Lion volontaire, elle était consacrée à sa magnificence du Moi, ici, cette force devient celle des décantations spirituelles, des illuminations de l’esprit, des montées intérieures, par lesquelles l’instinct et l’ego se dépassent dans une transcendance, vers un surhumain. C’est une figure de sublimation qui représente ce signe : un centaure aux quatre sabots plantés au sol et qui se dresse devant le ciel, un arc bandé en main et orientant sa flèche en direction des étoiles. Tableau d’une créature pleine et qui campe sa vie dans la plus large ouverture à l’univers. On le dit toutefois correspondre au signe Jupiter, principe de cohésion et d’unification, fondant dans l’unité globale d’une large synthèse le terrestre et le céleste, l’humain et le divin, la matière et l’esprit, l’inconscient et le supra-conscient… La séquence qui est propre au Sagittaire s’apparente donc à une épopée, à une symphonie, à une cathédrale, à l’itinéraire d’un élan panthéiste d’intégration à la vie universelle. Et à la souche du type sagittairien, on discerne un Moi en expansion ou en intensité, qui cherche ses propres limites et aspire à les dépasser, et cela sous la poussée d’une sorte d’instinct de l’envergure ou de la grandeur. D’où une aspiration à une certaine élévation ou dimension qu’il recherche dans un transport, lequel peut être élan de participation, d’assimilation idéale à la vie collective, ou au contraire révolte stimulante contre une puissance à dominer, sinon simple inflation du moi qui se perd en ivresse de grandeur….

sagitaire

Bibliographie

Le langage secret des Etoiles et des Planètes – Geoffrey Cornelius et Paul Devereux – Editions Solar Paris                                                                                    

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins.

 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

JUPITER, GOUVERNEUR DU SAGITTAIRE ET DES POISSONS

(5.3.6 - JUPITER) par sylvietribut le 27-11-2010

jupiter-2

Son graphisme

glyphe-de-jupiter1C’est un aigle, les ailes étendues.

Jupiter au plan astronomique

Par sa taille et sa position, Jupiter occupe la place centrale parmi les astres qui tourbillonnent autour du Soleil. Elle est précédée par Mercure, Vénus, la Terre, Mars et les astéroïdes, et est suivie par le même nombre de corps célestes : Saturne, Uranus, Neptune, Pluton et les planètes trans-plutoniennes, dont la première est nommée déjà par certains, Minos. Jupiter est la plus grosse planète du système solaire. Son diamètre est de 142 700 km, onze fois celui de la Terre. Jupiter fait le tour du Soleil en 11 ans et 315 jours. Cette planète, très brillante, présente, lorsqu’on l’examine au télescope, de superbes couleurs bleues et orangées. Elle possède douze satellites dont les quatre plus gros ont été découverts par Galilée dès 1610.

p-jupiter

La plus volumineuse de nos planètes tourne sur son axe vertical avec majesté, emportant dans sa course le cortège de ses nombreux satellites. Elle impose tout comme Zeus, le maître de l’Olympe, et n’a pas eu de mal à emporter l’adhésion des astrologues.

Au plan cosmique

Jupiter correspond à l’élément Air, chaud et humide.

Sa mythologie

Dieu suprême des Romains, correspondant au Zeus des Grecs. Son nom a d’ailleurs les mêmes racines. « Ju » est apparenté à « dyeu », « ciel » et « piter », à « pater », « père ». Il apparaît comme la divinité du ciel, de la lumière diurne, du temps qu’il fait, et aussi de la foudre et du tonnerre… le pouvoir souverain, le président du conseil des dieux, celui de qui émane toute autorité. Jupiter symbolise l’ordre autoritaire, qui est imposé de l’extérieur. Sûr de son bon droit et de son pouvoir de décision, il ne recherche ni le dialogue, ni la persuasion ; il tonne.

En Gaule, le Jupiter celtique portait le nom de « Taranis » qui signifie « le tonnant ». En irlandais, gallican et breton « taran », c’est le tonnerre et la divinité est le plus souvent représentée dans l’iconographie avec la roue comme principal attribut. Mais cette roue n’est pas le symbole de la foudre comme la plupart des érudits modernes l’ont cru ; elle est la roue cosmique que l’on retrouve en Irlande dans la roue du druide irlandais Mog Ruith « serviteur de la roue ». Le principal aspect irlandais du Jupiter celtique est cependant le « Dagda » ou « dieu bon », possesseur de deux talismans royaux, le chaudron d’abondance et la résurrection, archétype pré-chrétien du Graal, et la massue, qui tue par un bout et ressuscite par l’autre. C’est elle qui correspond au fulmen de Jupiter.

taranis-le-jupiter-celtique

Taramis le Jupiter celtique

En psychanalyse

Jupiter correspond au stade où le nourrisson a pu satisfaire sans problème ses besoins nutritifs et affectifs, et ne se trouve devant aucun problème pour franchir le stade du sevrage qui n’altère en rien son développement à tous les niveaux. Il en résulte que le sujet sera par la suite très enclin à réussir ses contacts avec le monde extérieur et avec ses semblables, contrairement au sujet saturnien. L’orientation de la vie se fera donc sous le signe de l’adaptation facile, de la tolérance, de la générosité, d’une tendance que l’on qualifie d’oblative, c’est-à-dire disposée à donner de sa chaleur et de son aide. C’est pourquoi le type jupitérien est généralement heureux de vivre et son contact est apprécié parce qu’il réchauffe et stimule, même s’il peut agacer par une trop grande satisfaction de soi. 

jupiter-dans-la-mythologie

Jupiter de la mythologie romaine

La personnalité jupitérienne obtient facilement ce qu’elle désire, car l’équilibre qui est en elle rassure les autres. Sa pléthore lui permet de rendre sous une autre forme ce qu’elle a pris.

Sur tous les plans, on peut comparer Jupiter à un gourmand : ses appétits, gustatifs ou sexuels, sont puissants et exigent des satisfactions fréquentes. Mais il est avant tout un pacifique et s’il sait brandir son foudre, on se souviendra que Jupiter mythologique laisse toujours la vie à ceux qu’il punit. C’est le côté débonnaire de Jupiter, son exubérance détermine un épanouissement continuel.

Enfin, s’il vibre profondément à toutes les émotions, son bon sens l’empêche de tomber dans la sensiblerie et sa rectitude l’éloigne du morbide.

Le Jupitérien jouit d’un psychisme euphorique et optimiste par contraste avec le psychisme inquiet du Saturnien. L’adjectif « jovial » s’applique parfaitement à lui. Il vient d’ailleurs de « joris », nom latin familier de Jupiter. Par contre, il manque de patience, ses colères sont fréquentes, mais retombent aussi facilement, sans trace de rancune. Son jugement est mesuré et équilibré et le sujet cherche à trouver pour son activité un point d’application qui soit réel et concret. Ses aptitudes organisatrices sont remarquables et ses conceptions claires sont comprises de tous. Il est équitable et juste. Il a aussi le sens de la responsabilité car il ne veut surtout pas bouleverser l’ordre établi.

Le scandale n’est pas son fait et s’il n’a pas de scrupules pour goûter les plaisirs théoriquement défendus, il s’efforcera de tenir sa famille et les siens à l’abri de ses débordements. C’est avant tout un épicurien qui n’a nul désir de se priver des agréments de la vie ou de vivre dans les macérations du dévot. Mais il cherche toujours un ordre harmonieux où chacun puisse trouver sa place selon ses capacités, mais où nul n’est brimé ou sacrifié.

En astrologie

Jupiter gouverne dans le zodiaque deux signes : le Sagittaire, signe de la justice, et les Poissons, signe de la philanthropie. La médecine et la jurisprudence sont ses professions privilégiées. Dans l’organisme humain, Jupiter veille au fonctionnement de la circulation du sang et du foie.  

jupiter2

Le Sagittaire comme les Poissons sont des signes dits « doubles », à cette image Jupiter possède donc deux visages : il est à la fois le dieu des dieux, dispensant sagesse et justice et, le jouisseur-séducteur. Pourtant, il incarne aussi le principe d’équilibre, d’autorité, d’ordre, de stabilité dans le progrès, d’abondance, de préservation de la hiérarchie établie. C’est la planète de la légalité sociale, de la richesse, de l’optimisme et de la confiance. Les Anciens l’avaient d’ailleurs gratifié du nom de « grand bénéfique ».

Jupiter représente l’épanouissement et l’expansion dans quelque domaine que ce soit : spirituel, émotionnel, mental ou matériel, selon sa position dans le thème. En effet, Jupiter a des rapports spécifiques avec la religion, la loi, la pédagogie, la philosophie. La planète partage avec Mercure la domination de tout ce qui concerne la raison et l’intellect. Si Mercure apporte la connaissance et la communication, Jupiter pourvoit en entendement, en sagesse et en savoir-faire. Comme Mercure, Jupiter régit les voyages, de longues distances, les explorations et les aventures, y compris celles qui sont spirituelles. Le travail de Jupiter, c’est la croissance et la réalisation. Enfin, Jupiter est connu pour ses influences positives dans le domaine de la fortune, du succès, des récompenses et des opportunités heureuses. Mais il faut se souvenir que Jupiter a toujours besoin de Saturne pour affirmer ses conquêtes. Jupiter est philosophe et voyageur en Sagittaire, mais plus renfermé et mystique en Poissons.

Dans un thème, Jupiter donne des indications sur le développement de l’être et son évolution potentielle. En outre, cette planète influence la destinée dans son ensemble, exprimant les points forts d’une existence et ses chances de réussite. Il est expansion et grâce. Il donne une tendance à s’intégrer dans un ordre vaste ou à établir une relation entre soi et un tout plus vaste. Besoin de confiance, de vérité et confiance en soi et dans la vie, besoin de s’améliorer.

jupiter-en-chute-en-gemeaux

Jupiter en chute dans les Gémeaux et en exil dans la Vierge

Jupiter signifie encore une volonté, faible à l’extérieur, mais obstinée à l’intérieur, et l’épanouissement. C’est une fonction d’organisation, en principe d’expansion. Il représente dans un thème les tendances spirituelles, les aspirations sociales. C’est un facteur d’honnêteté, de sociabilité, de plénitude. Il correspond dans le développement personnel au cycle de la cinquantaine. Il règne sur la jouissance des biens matériels et spirituels acquis dans les cycles précédents. Il présume aussi bien des capacités de gestion et d’administration que du standing et des droits et privilèges personnels.

Sur le plan social, les Jupitériens sont faits pour présider. Ils on le sens social du devoir actif envers le groupe. La société est pour lui une nécessité. C’est l’animal politique. Dissonant, il tend à l’anarchie et à la révolte. Jupiter met chaque entité individuelle en contact avec des groupes actifs plus importants, donnant le sens et le sentiment d’une vie plus grande.

Un aspect tout différent du principe jupitérien nous est donné par son rôle religieux. Il ne faut pas négliger le puissant magnétisme vital de Jupiter, souvent apte à devenir un guérisseur et qui, sur le plus du transfert, apporte une aide puissante par la confiance pacifiante qu’il inspire. Jupiter peut aussi symboliser le patriarche qui comprend la vie et ses problèmes à l’inverse de Saturne qui serait le moine solitaire. Le message de Jupiter est un message de joie de vivre et non d’austérité.

Dans un thème individuel, on étudie la position et les aspects de Jupiter afin d’être informé sur :

       Les possibilités d’expansion du sujet, liées à son optimisme, à son esprit social et conformiste, respectueux de l’ordre établi, à son équité, à sa bienveillance ;

       Son intégration dans la vie en général ;

       Le domaine où il trouve son profit, s’épanouit et tente sa chance avec un certain bon sens, sous le signe de l’optimum et de l’abondance.

La personne marquée par une dominante jupitérienne est sociable et avenante. Elle aime les plaisirs concrets, se montre volontiers autoritaire, mais avec bienveillance. Epicurienne, elle en impose par son assurance.  

Au plan physiologique

Jupiter préside à l’équilibre de la vie organique et à l’organisation de la substance, ainsi qu’à la régularisation de la circulation artérielle. Il est lié aux fonctions hépatiques de digestion et d’assimilation par le foie. Il fonctionne en mettant en œuvre tout particulièrement le système nerveux sympathique, les glandes surrénales, ainsi que le nerf sciatique.

Planète d’Air, chaude et humide, Jupiter incarne un type de tempérament sanguin. Sa vitalité est grande, mais risque d’être amoindrie par une tendance aux excès, en raison de l’importance de ses appétits physiques. Il peut en résulter une tendance à la pléthore, aux surcharges entraînant l’encrassement de l’organisme, en dépit d’une bonne élimination. La tendance à l’expansion se retrouve dans la morphologie dilatée et ses formes pleines.

Jupiter dans la tradition et l’imagerie populaire

Jupiter est couramment représenté comme un noble vieillard, quelque peu autoritaire, faisant régner l’ordre dans l’Olympe comme parmi les hommes. Il brandit le foudre dont il frappe ceux qui ont provoqué son mécontentement.

jupiter-brandissant-la-foudre-galerie-des-glaces-a-versailles

Jupiter brandissant le foudre – Versailles – Galerie des Glaces

Jupiter, c’est le grand bénéfique, censé apporter réussite et opulence. Dans cette optique, il est donc synonyme d’épanouissement et d’optimisme, de chance et de pouvoir reconnu, de célébrité aussi. C’est oublier trop facilement les significations négatives du dit Jupiter basées essentiellement sur l’idée d’une perte des valeurs essentielles. Jupiter signe donc l’inflation sous toutes ses formes : exagération, amplification. Le monarque bienveillant devient le tyran abusif. Car ce qui caractérise vraiment Jupiter au négatif, c’est l’absence de limites, et le « bling-bling » ambiant.

Les extensions symboliques de Jupiter sont en relation avec les lois, les gouvernants, la hiérarchie, la politique, la religion officielle.

La présence dominante de Jupiter dans un thème peut faire le ministre, l’acteur, et tout personnage dont l’image est marquée d’une certaine ampleur et d’un besoin évident d’être reconnu.

On trouve des Jupitériens dans les professions libérales (médecins, avocats, architectes…), mais aussi dans le monde de la finance (banque, bourse, change), chez les enseignants, professeurs, universitaires, dans le monde des jeux et des courses et même chez les propriétaires de chevaux. Les professions du tourisme et du voyage sont également occupées par des Jupitériens : explorateurs, guides, voyagistes. Enfin, on les rencontre également dans les hautes sphères de l’Eglise, qu’ils soient cardinaux ou évêques, comme dans celles de la Justice avec les magistrats.

saint-veran-eveque

Le monde jupitérien c’est également celui de la bourgeoisie.

Le Jeudi est le jour de Jupiter.

Ses qualificatifs sont : jovial, joyeux, jouisseur…

Ses couleurs sont : le violet, le parme, le pourpre, le bordeaux et le bleu nuit.

Ses fleurs sont glaieul le glaïeul et orchidee_papillon l’orchidée

et ses plantes sont le romarin romarin-en-fleurs et la menthe Single peppermint plant

hetre Son arbre est le hêtre aux feuilles d’or et au tronc lisse, pour sa force et sa noblesse.

Son animal est le cheval cheval-mustang mais c’est encore le cerf animal-jupiterien-le-cerf 

Le zèbre zebre le chien chien et le dauphin dauphin

etain Son métal est l’étain et ses pierres sont grenat-perles le grenat et amethyste-pierre-de-jupiter l’améthyste.

Et puis, Jupiter se parfume citrus-cedrat au cédrat, bergamote1 à la bergamote, cuir-de-russie au cuir de Russie, ylang-ylang à l’Ylang-Ylang.

Son instrument de musique est saxophone le saxophone.

Et ses objets sont arc-fleches-et-carquois l’arc, ses flèches et son carquois  

glyphe-du-sagittaire              

              

deco_noel11Pour vos cadeaux de Noël, vos étrennes de Nouvel An, pour une fête, un anniversaire, ou tout simplement pour faire plaisir, pensez à offrir une consultation astrologique.

Sur ce site, au chapitre de mes chroniques, dans la rubrique « Cadeaux », vous trouverez les modalités d’organisation de cette consultation, ainsi qu’un exemple d’une carte-invitation.

 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,