MARS… LE HEROS DU BELIER

(5.3.5 - MARS) par sylvietribut le 11-04-2016

Instinct de destruction, ardeur primaire, force vitale, sous l’influence de Mars, quelle que soit la cause embrassée, le Bélier se donnera tout entier, sans réfléchir, avec souvent une violence qui fait de lui le plus martien des signes.

Pour les Romains, Mars était le premier des dieux. Rome et la civilisation romaine étaient régies par le signe du Bélier : civilisation guerrière, de conquête, mais aussi très marquée par l’agriculture. Pour les Romains, Mars était aussi un dieu agricole, le dieu du printemps et de la végétation renaissante.

En anglais et en allemand, la racine « Spring » signifie « sauter », « jaillir », et le même mot signifie aussi « printemps » en anglais. Dans les civilisations traditionnelles, non chrétiennes, le véritable nouvel an correspondait à l’entrée du Soleil dans le signe du Bélier, c’est-à-dire l’équinoxe de printemps, ou l’Ingrès solaire du printemps pour l’astrologue. On y célébrait des rites agraires et sexuels. Le dieu Pan, dieu phallique et de fécondité, est en rapport avec Mars.

En Thrace, Mars était adoré sous la forme d’une épée rouillée fichée en terre. Chez les Sabins et à Rome, Mars était vénéré sous la forme d’une lance. Pour les Gaulois, c’était une épée nue, placée sur l’autel.

MARS DIEU DE LA GUERRE

Mars le guerrier, dieu de la guerre

Chez les Grecs Mars s’appelait Arès, dieu qui est à l’origine de la naissance du monde. Selon Hésiode, Mars, ou Arès, était fils de Jupiter et de Junon, c’est-à-dire de Zeus et d’Héra. Très jeune, Mars fut formé aux arts de la guerre et apprit les danses des Corybandes qui marchaient en sautant au son des tambours et des flûtes, en une sorte de délire sacré, ce qui l’apparente un peu plus au dieu Pan, le dieu ithyphallique. On peut donc penser que le dieu Mars est un « phallocrate », c’est-à-dire un homme qui détient son pouvoir d’un phallus.

Mars aime la guerre et bien que vaincu, il sait se relever rapidement pour d’autres rencontres. C’est un querelleur, mais brave et qui sait commander, former des troupes, les armer, Il se montre aussi sage au conseil que résolu au combat. Il a une intelligence pratique et lucide. Il excelle à détruire et sait bâtir, multiplier les forts, creuser les tranchées, susciter ou utiliser les moyens d’action. Dans les cœurs, il forge la notion du devoir. C’est un organisateur tyrannique.

A propos de la guerre, des maîtres spirituels, comme Krishnamurti, en avaient fait un mal absolument nécessaire pour des raisons parfois contradictoires : la guerre serait une réaction violente salutaire contre une maladie, qu’il s’agisse d’un organisme vivant ou d’une communauté tout entière ; Mars symboliserait les anticorps qui incarnent une salutaire réaction.

Ces mêmes maîtres spirituels enseignent qu’une guerre extérieure n’est jamais que le reflet d’une guerre intérieure. C’est, par exemple, la guerre sainte ou djihâd de l’Islam. Ainsi, Mars ne serait que celui qui porte dans les ténèbres la lumière tranchante de la vérité : combat, crime, guerre, opération, tranchante comme la lame d’un sabre.

Dans la bataille, Mars était environné d’un terrible fracas et Homère le montre retournant vers l’Olympe « semblable à une nuée sombre, un nuage orageux, qui obscurcit le ciel au moment où s’élève le souffle furieux du vent ». Dans l’Iliade, Jupiter lui reproche de « se plaire à la discorde, aux guerres et aux combats ».

VENUS ET MARS - FRESQUE DE POMPEI

Mars et Vénus – Fresque de Pompéi

Ce guerrier géant qui aimait fréquenter les champs de bataille, précédant Pluton, dieu de la mort, incitait les guerriers au carnage. Emporté par sa force, Mars fut souvent victime de son impulsivité. Pourtant, il faut aussi l’amant d’Aphrodite/Vénus et eut avec elle une enfant nommée « Harmonie » c’est-à-dire « celle qui unit ». On trouve dans ce mythe le symbole de l’union du Bélier/Mars avec son contraire la Balance/Vénus. Pourtant Vénus était mariée avec Héphaïstos/Vulcain, le dieu-forgeron, considéré par certains astrologues comme le second maître de la Vierge. Dans le thème d’une femme, Mars est une image masculine qui représente l’amant plus que le mari.

Mars, et aussi le dieu Thor de la tradition nordique, dieu qui symbolisait l’impulsion originelle, le cerveau, avec dans le yoga, la fontanelle, l’ouverture vers le haut : le prophète, l’inspiré.

Les mots de Mars sont : impulsion, puissance d’action, conquête, guerre, feu, danger, blessure, sang, le fer et la couleur rouge, mais aussi l’élan et l’aube.

En France, à Paris, le Champ-de-Mars est le terrain où s’élève la Tour Eiffel, qui symbolise l’âge de fer et qu’on appelle « la dame de fer ».

MARS LA PLANETE ROUGE

Mars, la planète rouge

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MARS… LA PLANETE ROUGE

(5.3.5 - MARS) par sylvietribut le 03-04-2011

Le 2 avril 2011, à 6 heures du matin, Mars fera son entrée dans le Bélier, signe dont il est le Maître. Voilà pas tout à fait deux ans qu’il n’y avait séjourné. Cependant, son passage dans le signe sera rapide puisqu’il entrera dans le Taureau le 12 mai 2011, à 8 heures du matin. Ce bref passage ne devrait pas être de tout repos. Dans le contexte difficile que connaît le monde en ce début 2011, son influence pourrait bien en rajouter encore :

       Dès le 3 avril 2011, Mars passera en conjonction avec Uranus… Voilà un mélange tout à fait explosif

       Les 11 et 12 avril 2011, Mars entrera en conflit avec Pluton… Autre rencontre très destructrice

       Le 18 avril 2011, Mars s’opposera à Saturne… Voilà qui évoque encore la violence

       Les 1er et 2 mai 2011, Mars rejoindra Jupiter sur 22° Bélier, ce qui devrait ressembler à une sorte d’apaisement.  

mars-la-planete-rouge

Malheureusement, ce sont toujours les mêmes qui devront affronter bien des conflits, qui ne peuvent être qu’intérieurs, mais difficiles cependant. Alors si vous êtes Bélier, Balance, Cancer ou Capricorne, armez-vous de courage, de calme et de patience.

Malgré un contexte difficile, les Gémeaux, Lion, Sagittaire et Verseau pourraient en tirer quelques bénéfices. Par contre, les Taureau, Vierge, Scorpion et Poissons, pourront peut-être tirer leur épingle du jeu.

Cette rétrospective ne traite que de la position du Soleil dans un thème. Mais il faut aussi prendre en compte les positions de l’Ascendant, le Maître d’Ascendant, la Lune, Mercure, Vénus, votre propre Mars natal, et puis Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton… D’où l’intérêt, pour optimiser son quotidien, de consulter une astrologue…        sylvietribut@club-internet.fr  – Tél. (0033).01.34.83.36.31 – Rendez-vous possible au cabinet comme par téléphone.

mars-sur-son-char

Mars sur son char – Maître du Bélier et du Scorpion – Collegio del Cambio – Perugia – Italia

Pour l’Astrologie, la planète Mars signifie principalement l’énergie, la volonté, l’ardeur, la tension et l’agressivité. Comme celles-ci sont plus fréquemment employées pour le mal que pour le bien, le Moyen Age avait surnommé cette planète « le petit maléfique » pour le différencier de Saturne « le grand maléfique ». Cet astre gouverne la vie mais aussi la mort. Son premier domicile, c’est-à-dire le signe zodiacal qui lui convient le mieux, le Bélier, préside à la renaissance printanière de la nature qui meurt en automne sous son second signe, le Scorpion. Il symbolise alors le feu des désirs, le dynamisme, la violence et les organes génitaux de l’homme.

A sa lumière rougeâtre, ardente comme une flamme, au nom embrasé, qui lui fut donné dans toutes les langues anciennes, Mars s’est composé le visage de la passion et de la violence, que parachève la mythologie avec le dieu de la guerre. Comment ne pas penser à un symbolisme facile, acquis à bon compte ? Et pourtant, le jour où un statisticien, Monsieur Gauquelin, s’avisa de pointer les positions de la planète à la naissance de 3 142 grands chefs militaires européens, il constata que ces hommes de guerre étaient nés au lever et à la culmination de Mars, c’est-à-dire à l’Ascendant ou au Milieu du Ciel, avec une probabilité de 1,1 million. Phénomène qu’il rencontra également dans un groupe de 2 315 académiciens de médecine et dans un autre de 1 485 champions sportifs. Les astrologues n’avaient pas attendu ces résultats pour dire que la chose militaire, la médecine et le sport sont signés de Mars…

mars-le-dieu-et-la-planate

L’index particulier de la tendance associée à l’astre est cette agressivité qui se lève dans le psychisme coléreux de l’enfant, au moment de la formation de la dentition, des premiers exercices de la musculature et de l’apprentissage de la motricité. C’est la situation première du struggle for life tout en gueules, en dents et en griffes, dans un monde du fait de risques, de chutes et de heurts, de plaies, de défis et de bosses. Elle se prolonge plus tard à travers des compétitions, des rivalités et des hostilités, dans lesquelles il faut gagner sa vie, conquérir ses places, défendre ses intérêts, se dépenser en vue de satisfaire ses désirs et ses passions, non sans s’exposer aux dangers. On reconnaît le type martien chez le bouillant et toujours amoureux Henri IV ; chez l’homme d’Etat dominateur et dur, Richelieu ; le politique impétueux, Gambetta ; l’écrivain réaliste engagé, Emile Zola ; le musicien des sonorités éclatantes, Berlioz ; le peintre expressionniste incendiaire, Vincent Van Gogh ou encore l’acteur viril, Jean Gabin…

Son graphisme mars-glyphe-rouge1

C’est un cercle, symbole planétaire, surmonté d’une flèche représentant des valeurs d’énergie, de conquête et d’agressivité, celle-ci comme phénomène indispensable à la survie, dans un univers où la lutte est omniprésente.

Au plan astronomique

Mars est la planète la plus proche de la Terre qu’elle suit dans l’ordre d’éloignement au Soleil. Son diamètre est de 6 750 km. C’est une planète tellurique, comparable à la Terre. Elle effectue une révolution autour du Soleil en un an et 322 jours.

Au plan cosmique

Mars correspond à l’élément Feu, plus chaud que sec. C’est un Feu qui brûle l’être par ses propres excès.

Sa mythologie

Mars, c’est l’Arès grec, dieu de la guerre, représenté sous la forme d’un jeune homme fougueux, armé d’une lance et d’un bouclier.  

aresmars

Comme dans la tradition astrologique, Mars forme un couple avec Vénus, et de ce couple se dégagent certaines polarités : calme-activité, paix-guerre, amour-haine, douceur-force, conciliation-agressivité, et par extension « maîtresse vénusienne » et « amant martien ».

Au plan psychologique

Mars représente le type colérique, émotif, actif, primaire, tout entier dans l’instant présent, dans le jeu incessant de l’action et de la réaction.

Au plan psychanalytique

Mars représente le stade sado-oral où l’enfant passe au stade de l’alimentation carnée, à l’usage de la dentition. La force martienne symbolise l’ensemble de nos pulsions agressives. Son mot-clé est l’agressivité. Aussi, s’il est privé de l’appui du Soleil (la conscience), de Mercure (le raisonnement), ou de Saturne (la prudence), Mars n’est alors que force combattive aveugle, brutalité, furie guerrière, réaction impulsive et incontrôlée aux provocations de l’environnement. La personnalité martienne se manifeste par l’extériorisation, le besoin d’action, l’esprit d’initiative, tout cela pouvant se traduire aussi par une agitation brouillonne.

En astrologie

Mars signifie l’action et le mouvement. C’est une fonction technique, un principe d’agressivité. Il règle toutes les activités destructives et constructives qui s’exercent dans le monde extérieur. C’est un facteur d’efficacité, d’initiative et d’affirmation. Il correspond, dans l’évolution personnelle, au cycle de la quarantaine. Il règne sur l’après-maturité solaire. Il présume aussi bien le courage que le savoir-faire, la combativité ou l’impatience.

Dans le thème astral la position de Mars décrira la façon dont la personne agit et se confronte au réel. La position en signe et en Maison indiquera le mode et le champ d’action du sujet. L’agressivité martienne est également mise en relation avec les pulsions vitales primitives, desquelles participe la notion de désir, en particulier sur le plan sexuel. C’est le règne du « j’ai envie, donc je cherche à obtenir ».

Avec Mars, on détermine les tensions, les désirs et les aversions, et peut donc indiquer les procès, les luttes, les accidents, les rivalités et les inimitiés ouvertes.

Comme la lame de l’épée, Mars est à double tranchant : ce peut être la construction ou la destruction, la force ou la cruauté.

mars-exalte-dans-le-belier

Mars dignifié en Bélier

Sur un plan technique, on dit que Mars est en dignité dans le Bélier et le Scorpion, mais se trouve donc en exil dans la Balance et le Taureau. Le lieu d’exaltation de Mars est en Capricorne, sa chute est dans le Cancer.

theme-astral-sarkozy

Mars dignifié puisqu’en Bélier du thème de Nicolas Sarkozy

Mars gouverne le Bélier et la Première Maison du thème ou Ascendant, ainsi que le Scorpion et la Maison VIII. Cependant, Mars en Bélier est plus « organique » et plus « matérialiste » que Mars en Scorpion qui est presque essentiellement psychique.

mars-en-exil-dans-la-balance

Mars en exil dans le Taureau

Au plan physiologique

Mars correspond au tempérament bilieux. Il se caractérise par une forte tension musculaire, une décharge de l’énergie basée surtout sur les combustions organiques et la mise en jeu d’une part importante de globules rouges du sang. Il régit dans l’organisme les fonctions sexuelles et musculaires. Il prédispose aux accidents, aux fièvres, aux brûlures, d’où des possibilités d’opérations chirurgicales. Il symbolise le scalpel du chirurgien, la roulette du dentiste…

Mars gouverne la tête, l’oreille gauche, les organes génitaux externes, la vésicule biliaire, et les muscles en général.

Mars provoque les maux de tête et facilite l’éclosion des maladies attribuées principalement à Vénus. Mars prédispose aux fièvres et aux éruptions de toutes natures, les troubles inflammatoires et les troubles vénériens.

Dans la tradition

Les couleurs de Mars sont : le rouge sang, le jaune vif, l’orangé et le vermillon.

Ses fleurs sont dalhia le dahlia, Blumenrohrgewächs le canna.

Dans l’herbier de Mars, on trouve pêle-mêle : rhubarbe la rhubarbe, tabac le tabac, ail l’ail et ortierouge l’ortie rouge.

Ses arbres sont : le-cedre-du-liban le cèdre et meleze-en-automne le mélèze.

Dans le bestiaire de Mars se côtoient tigre le tigre et jaguar le jaguar, vautour le vautour, cocorico-reveille-matin-vivant le coq et             pic-vert le pic-vert  

Ses pierres sont : rubis-de-madagascar le rubis, grenat-hematites-de-bohame le grenat, cornaline la cornaline et silex le silex.

Ses métaux sont le fer fer et acier l’acier.

Les objets de Mars sont armes-a-feu les armes à feu, armes-blanches les armes blanches, mais aussi fer-forga les objets en fer forgé, piques les piques et aiguilles les aiguilles.

Si Mars était un instrument de musique, il serait trompette une trompette tant il aime faire du bruit.

Dans la semaine, le jour de Mars est le Mardi.

Les pays placés sous l’influence du Mars sont drapeau-de-lallemagne l’Allemagne et drapeau-du-japon le Japon, pays du Soleil levant.

Les villes de Mars sont berlin-porte-de-brandebourg Berlin et marseille Marseille.

Les lieux de Mars sont : les fonderies, les arsenaux, la métallurgie, les abattoirs, les stades, les circuits automobiles, et même les garages.

Les métiers de Mars font les militaires, les sportifs, les chirurgiens, les dentistes, les ingénieurs, les mécaniciens, les armuriers, les serruriers, les forgerons, les pompiers, les dockers, les chauffeurs, les pilotes surtout automobiles, les explorateurs, les avocats, mais les boxeurs aussi appartiennent au monde de Mars.

gant-de-boxe

La boxe sport de Mars 

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins.

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MARS… SON ELEMENT… LE FEU

(5.3.5 - MARS) par sylvietribut le 26-03-2011

Du mythe à la réalité, il n’y a qu’un pas… L’hiver est fini, la guerre commence. Depuis l’Antiquité et jusqu’aux guerres napoléoniennes, le Général Hiver a toujours été plus redoutable que les chefs de guerre ennemis. Les moyens techniques modernes de destruction ont mis un terme à cet état de fait. Cependant, le mois de mars porte toujours le nom du dieu de la guerre ainsi que de la prospérité.

mars-dieu-romain-de-la-guerre

Mars dieu de la guerre de la Mythologie romaine

Dans la Rome antique, Mars était le symbole du sang qui coule, de la blessure ouverte. Mais c’était aussi le dieu de l’amour viril, de la passion aveugle : il est l’amant, tour à tour séduisant, tendre et impérieux, des déesses, des nymphes ou des sylphides.

César institue que le soldat, après avoir vaillamment combattu, a droit à la propriété de quelques arpents de terre, à charge pour lui de les mettre en valeur entre deux batailles et le moment venu de prendre sa retraite, s’il avait survécu. Ce côté constructif, producteur d’existence, du soldat laboureur réalisait l’alliance symbolique des contraires, essence des mythes, des dieux et des légendes, s’efforçant de réunir en une synthèse plausible les deux attributions du dieu : guerre et prospérité, vigueur dans la nature et dans le cœur des guerriers.

hippocrate

Hippocrate

Aujourd’hui, pour définir les comportements de nos contemporains, les chercheurs modernes ont ressenti le besoin de définir scientifiquement des types de tempérament autour desquels il deviendrait possible d’ordonner les multiples éléments de la conduite humaine. Au terme d’une telle recherche, il a bien fallu conclure qu’Hippocrate avait raison : sa division en quatre tempéraments principaux qui coexistent en chacun de nous est exacte aux yeux de la science expérimentale. Or, la tradition a établi que ces quatre tempéraments correspondent à des dominantes planétaires :

       Le lymphatique à la Lune

       Le nerveux à Saturne

       Le sanguin à Jupiter

       Le bilieux au Soleil, à Mercure et à Mars.

Bien entendu, le tempérament bilieux n’indique pas qu’il s’agit d’une personne qui se « fait de la bile », bien qu’une configuration dissonante de Mars à Saturne, ou de Mars à Jupiter, puisse avoir cet effet. Il s’agit en fait d’une personne passionnée qui réagit immédiatement, le plus souvent sans avoir réfléchi, qui éprouve le besoin de dominer, de réaliser, d’affirmer son autorité, son emprise sur le monde extérieur, en somme se placer au premier rang. Le type Marsien n’est pas un rêveur : il anime la vie et l’action ; il veut la réussite et le succès à tout prix.

les-quatre-temperaments-dhippocrate-calendrier-des-bergers

Les quatre tempéraments d’Hippocrate – Calendrier des Bergers

Bien sûr, la psychologie moderne a conçu bien d’autres typologies permettant de classer les caractères selon d’autres critères que celui des tempéraments d’Hippocrate. Mais il est toujours possible de retrouver les types ainsi définis : les dominantes et sous-dominantes se rapportant aux quatre tempéraments fondamentaux qui ont leurs racines dans la constitution physiologique de l’organisme.

Pour étudier le tempérament de Mars, Michel Gauquelin, un statisticien de renom, choisit cinq cent biographies de champions sportifs. Sa méthode statistique consistait à comparer la description des caractéristiques des sportifs faits par les journalistes et les psychologues à l’emplacement de Mars dans leur thème natal. Il tenait seulement compte de la position de Mars dans les secteurs du mouvement diurne, c’est-à-dire si la planète se levait ou se couchait, s’il était en culmination supérieure ou inférieure au moment de la naissance. Il s’agissait de savoir si Mars était angulaire chez les champions plus souvent que chez Monsieur Toutlemonde. Cette étude qui tenait compte du caractère propre à chaque champion a fait ressortir que chez 66 % des champions sportifs au moral d’acier, Mars était à l’Horizon ou au Méridien, c’est-à-dire à l’Ascendant ou au Milieu du Ciel, contre 33 % chez Monsieur Toutlemonde. Chez les champions au moral fragile, au contraire, il y était dans 29 % des cas, donc moins fréquemment que chez Monsieur Toutlemonde. Et voici la conclusion que donna Michel Gauquelin :

« La position natale de Mars est bien l’expression d’un tempérament, elle n’a que peu de chose à voir avec le destin professionnel ».

En effet, une dominante martienne se rencontre dans toutes les professions et indique seulement que le natif par son courage et son énergie, son désir de réussir, parviendra à occuper un rang élevé parmi ses collègues… Tant il est vrai qu’on parle d’un « capitaine d’industrie » pour un grand dirigeant, d’un « chef » pour un cuisinier émérite, et d’un « chef » également pour diriger l’orchestre.

De l’enfance à l’âge mûr… Du désir à l’amour

Mars parcourt le zodiaque en presque deux ans et forme donc avec les autres planètes du thème natal tous les aspects possibles, favorables ou défavorables. Ainsi, un enfant de deux ans aura déjà éprouvé le premier cycle de Mars dans tous ces aspects. C’est à cet âge de la dentition que l’enfant commence à prendre conscience des choses et à conquérir son autonomie, qu’il s’ouvre au monde extérieur et manifeste son agressivité. Il cherche déjà à affirmer son emprise sur le monde extérieur. Mais c’est seulement vers le milieu de sa vie, à l’âge mûr qu’il s’épanouira dans la symbiose de Mars et de Jupiter, en attendant l’âge saturnien de la vieillesse.

Le rythme biennal du rôle moteur de Mars dans la dynamique tempéramentale et psychique indique depuis l’enfance et dans les âges de la vie, la façon dont nous acquérons notre autonomie, notre emprise sur le monde qui nous entoure, nos aptitudes à nous défendre, nos capacités de réalisations dans l’existence, la vie professionnelle, notre façon de sentir et de ressentir l’amour selon nos besoins et nos tendances affectives profondes.

L’impulsion marsienne s’exerce dans tous les domaines du développement de l’individu, dans son emprise sur le monde extérieur, depuis ses pulsions instinctuelles, la libido, c’est-à-dire l’énergie sexuelle jusqu’aux sensations, à la façon de vivre, de sentir et de ressentir les relations sentimentales avec autrui, que ce soit la sympathie, l’affection, la tendresse, l’amour, l’amour-passion quelque fois tragique, toujours plus ou moins dramatique, ses froideurs simulées, ses querelles, ses disputes, ses ruptures et ses raccommodements passionnés. Mais tout cela n’est-il pas vécu grâce à Vénus, attirante et réceptive ?

mars-glyphe-rouge

D’après un texte de M. Lejeune 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , ,

MARS : LA GUERRE ET LA PAIX

(05 - PETIT COURS D'ASTROLOGIE, 5.3 - Il était une fois les planètes, 5.3.5 - MARS) par sylvietribut le 10-03-2009

A l’origine, les mois de l’ancien calendrier romain portaient un nom qui indiquait leur rang au sein de l’année primitive. Le « premier », Primus, fut vite consacré à Mars, père supposé de Romulus et initialement dieu de l’Agriculture. Ce mois était très important dans la vie romaine car, sous le climat méditerranéen, il confirmait le renouveau de la végétation et ouvrait en même temps une nouvelle période de campagnes militaires.

C’est ainsi que Mars, le dieu protecteur de la « tribu » romaine, deviendra par la suite, avec l’évolution des moeurs et de l’histoire romaine, le dieu de la Guerre pour s’identifier finalement à Arès, le dieu « détestable » du Panthéon grec. Mais Mars, même à l’apogée de sa puissance militaire, est resté attaché à la terre par sa fusion avec Quirinus, dieu archaïque de la Nature. Par ailleurs, la coutume romaine interdisait les mariages pendant les premiers jours de mars.

 

silvanus1

 

Silvanus le dieu pastoral de la mythologie romaine

 

A l’origine, Mars romain était étroitement lié au dieu pastoral Silvanus et, tout en occupant une place presque égale à celle de Jupiter, il était, d’une certaine façon, son concurrent. D’après les traditions, conçu par Junon, sans que celle-ci ait eu besoin de s’accoupler, Mars est le produit d’une parthénogénèse.

Après que Jupiter-Zeus eut conçu Athéna-Minerve dans sa tête sans avoir recours à Junon-Héra, celle-ci furieuse, sollicita l’aide de Flore, déesse de la Floraison qui, la touchant avec une herbe magique, la rendit enceinte de Mars : la nature agraire et florale du dieu est ainsi manifeste.

Le don le plus précieux que Mars ait fait aux Romains est certainement Romulus, le héros mythique fondateur de la tribu et de la ville de Rome. Suivant la légende, violemment épris de la chaste vestale Rhea Silvia, Mars la viola pendant qu’elle puisait de l’eau à une source, rencontre dont elle eut deux fils, Romulus et Remus. Enlevés à leur mère accusée de trahison et déchue de ses fonctions, les deux enfants furent élevés par une louve… et l’histoire recommence avec l’aide et l’appui d’un animal ambigu, représentant le mal ou le bien, le dynamisme, la violence et la sexualité. Si le mois de mars est bénéfique aux humains, le jour de Mars, mardi, est néfaste, comme l’astre maléfique qui le gouverne. D’ailleurs, le Moyen Age a fait du loup ou de la louve l’animal favori des sorciers et des sorcières.

romulus-et-remus-musee-du-capitole-rome1 

Romulus et Remus nourris par la louve – Musée du Capitole à Rome

Dans les traditions gréco-romaines, la planète Mars, symbole de l’énergie, de la volonté, de l’ardeur, de la tension et de l’agressivité, gouverne la vie et la mort. Cette planète préside à la renaissance printanière de la nature, en passant par le signe zodiacal du Bélier et, à sa mort en automne dans son second domicile, le signe du Scorpion.

Pour les paysans français les « mars » étaient les semailles de printemps ; le mois de mars était nommé, dans le Sud-Est européen, « phyteftis », « celui qui sème », « qui favorise les semailles », et les agriculteurs se le figuraient comme un jeune homme vigoureux et joyeux, particulièrement respecté. A cette date considérée comme un nouveau départ, en souvenir du calendrier ancien, les femmes avaient recours à la divination à l’aide de l’eau « silencieuse » qu’elles cherchaient à la fontaine tôt dans la matinée, sans adresser la parole à personne. Ensuite, elles entreprenaient un nettoyage à fond de la maison, qu’elles aspergeaient avec cette eau vive en prononçant des formules magiques afin d’assurer santé et bonheur à tous les membres de la famille.

Les mères fabriquaient la veille du 1er mars, à l’attention des enfants, des sortes d’anneaux et de bracelets en fils rouges et blancs entrelacés pour éviter qu’ils soient « brûlés par le soleil ». Les garçons les portaient jusqu’au jour de Pâques et les brûlaient avec leurs cierges pascals ; les filles les laissaient à la fin du mois de mars sur un rosier pour avoir pendant toute la bonne saison le teint rose comme les fleurs.

Comme à toutes les périodes critiques de l’année, les premiers jours de mars voyaient se répandre dans le monde les « drimes », êtres démoniaques, semblables à ceux des « douze jours » (°) d’hiver et pouvant nuire aux biens des gens, avec toutefois une prédilection pour les objets en bois et les tissages. 

glyphe-de-mars

(°) cf. la chronique évoquant « Les Douze Jours » dans la chronique de décembre 2010 (Mythes, légendes et traditions).

Vous ne connaissez pas la position de Mars dans votre thème ? Consultez une astrologue. Elle vous expliquera où la planète se trouve, dans quel signe, dans quelle maison, les aspects qu’elle forme avec les autres planètes et ce que vous pouvez en attendre en positif comme en plus perturbant.

Bibliographie : Fêtes et croyances populaires en Europe d’Yvonne de Sike

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , ,