LES SANGLOTS LONGS DES VIOLONS… DE LA BALANCE

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 22-10-2010

L’histoire du violon remonte au XVIe siècle et semble être née en Italie. Le terme « vyollon » apparaît en France en 1523 et l’on trouve « violino » en Italie en 1538. C’est un instrument de la famille des « cordes ». Le violon est un miracle acoustique car il ne devrait pas, scientifiquement, sonner aussi parfaitement. Il descend du rebec du Moyen-Age.  

violon-et-archet

En fait, le violon est dérivé de plusieurs instruments à cordes aux origines diverses :

. Le Ravanastron indien apparu en Inde il y a 5 000 ans. Il s’agit du premier instrument à cordes joué avec un archet. Les descendants du Ravanastron firent leur apparition en Europe au temps des Croisades via la Perse et l’Arabie.                                                                                                                                                 

. Le Rebec d’origine arabe, qui a été introduit en Europe au Moyen Age.      

le-rebec-et-lange 

L’ange et le Rebec

. Au XIIe siècle, la vièle du Moyen Age supplante la Rote, omniprésente en Europe centrale.          

. La vièle du XVe siècle donne naissance à la lira da braccio ou viola da braccio (viole à bras).                           

. En France, il faut attendre l’arrivée de Lully à la cour du Roi dans la seconde moitié du XVIIe siècle pour y voir le violon acquérir ses lettres de noblesse.  

. Depuis 1830, la morphologie du violon est restée pratiquement inchangée. 

Il semble que les premiers violons aient empruntés des caractéristiques à chacun de ces instruments à cordes.            

Les meilleurs violons ont été fabriqués en Italie, à Brescia, notamment pour les Amati, da Salo ou Maggini, et à Cremona pour les Stradivarius.

stradivarius-dans-son-atelier

Stradivarius dans son atelier

Plusieurs noms sont cités parmi les possibles inventeurs de cet instrument : les luthiers Giovan Giacobo della Corna (1484-1530) ou Zanetto Montichiaro (1488-1562) qui fabriquaient des luths, des lires et d’autres instruments semblables.

Au XVIe siècle, le violon est rapidement devenu un instrument de musique très populaire en Europe. Il était alors utilisé aussi bien comme instrument de rue qu’à la cour des rois. Le violon fut tout d’abord un instrument populaire et de plein air. Il accompagnait les chansons à boire, parfois des ballets, des processions et il s’associait aux cuivres. On lui a longtemps préféré le luth et la viole. En France, son usage est attesté dès 1556 et il a peu à peu remplacé la viole de gambe. Vers 1560, le roi Charles IX commanda 24 violons aux Amati, l’illustre famille de luthiers de Brescia. Le plus ancien violon qui nous soit parvenu est l’un de ceux-là et porte le nom de son commanditaire. Toutefois, François 1er possédait déjà un ensemble de violons qui, en 1480, était rattaché à l’Ecurie, aux manifestations en plein air.  C’est au début du XVIIe siècle qu’il devint un instrument virtuose, d’abord en Italie, puis en France et en Allemagne. Il est adopté par la musique savante avec l’Orfeo de Monteverdi, vers 1600, et à la cour de France avec la troupe des Vingt-Quatre Violons du Roi, formé en 1626.

Les maîtres de danse des XVIe et XVIIe siècles utilisaient un petit violon, la pochette ou Pocceta en italien, kit en anglais et Taschengeiger (violon de poche) en allemand.

Depuis sa création au XVIe siècle, le violon s’est fait une place dans de nombreux genres musicaux. Cet instrument qui accompagnait jadis la musique à danser populaire a en effet conquis des domaines aussi divers que la musique tzigane, le jazz avec Stéphane Grappelli, les musiques folkloriques et même le rock.

violonneux_diable  

Quant au violoneux, c’était le terme employé pour désigner un violoniste spécialisé dans la musique traditionnelle ou folklorique. Souvent, un violoneux ne possède pas de formation classique en musique, mais a appris d’autres violoneux. On peut d’ailleurs souvent le distinguer du violoniste classique par la manière dont il tient son violon, appuyé sur le bras, un peu sous l’épaule, contrairement à la position classique, sous le menton. C’est au Québec que les violoneux ont longtemps occupé une grande place dans les célébrations du temps des fêtes, jouant des rigodons, des gigues. Mais il faut bien dire que c’est une activité qui se perd… le DJ ayant allègrement remplacé le violoneux. Toutefois, cette vie sociale, la danse, la musique même traditionnelle ou folklorique sont bien en rapport avec le monde sociable, joyeux et même artistique de Vénus et de la Balance. D’ailleurs, dans les campagnes, les violoneux venaient donner l’aubade aux fiancés avant de convoler en justes noces. La Balance et la Maison VII ne sont-elles pas placées sous le signe des associations et des contrats, dont le mariage.

Depuis sa création au XVIe siècle, le violon s’est fait une place dans de nombreux genres musicaux. Cet instrument qui accompagnait jadis la musique à danser populaire a en effet conquis des domaines aussi divers que la musique tzigane, le jazz avec Stéphane Grappelli, les musiques folkloriques et même le rock.

Quant au violon d’Ingres, qui est une occupation secondaire à celle qu’on exerce, aussi bien dans le domaine sportif, mais souvent dans un domaine artistique. On est bien là aussi dans le monde de la Balance, de l’art, du spectacle, de la vie sociale. Ingres lui fut le maître du portrait dont Baudelaire affirmait qu’il avait une « rigueur de chirurgien ». Le père de ce peintre classique, sculpteur et musicien, lui enseigna très tôt l’art de dessiner et de jouer du violon. C’est ainsi qu’à côté de son talent le plus reconnu, la peinture, Ingres avait pour loisir favori la pratique du violon, c’était son dada, ou son hobby…

violon3

 Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,