APOLLON FILS DU LOUP

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME, 6.6.5 - LES MYTHES DU LION ET DU SOLEIL) par sylvietribut le 10-08-2013

On trouve dans la relation symbolique entre le Lion et le Soleil, maître du signe, des ambiguïtés où se rencontrent violence, domination et sens du sacré, nécessité de s’imposer, autorité naturelle et aptitude au sacrifice extrême.

APOLLON LE DIEU SOLAIRE ET SA COURONNE DE LAURIER 

Apollon le dieu solaire et sa couronne de laurier

Peu à peu, Apollon va usurper la place et le rôle d’Hélios, le Soleil. Les deux dieux ou demi-dieux qui semblent véritablement se partager le signe du Lion étant à l’évidence Apollon et Héraklès/Hercule, héros parmi les héros. C’est André Barbault qui a fort bien décrit les deux types physiques léonins qui correspondent à Apollon et à Héracklès.

Le premier fait les hommes beaux, l’œil en amande, le nez fin et long dans le prolongement d’un front légèrement fuyant, bien bâtis mais minces et de silhouette élégante. Tel est le Lion apollinien qui tient sa place auprès des esthètes et des artistes.

apollon

Apollon homme fort et puissant

Le second fait les hommes forts, puissants, musclés, le visage plus carré, le nez épaté comme celui des chats ou des félins. Le mufle du lion. Et un estomac « en creux », côtes très dessinées en avant. Avec la crinière abondante, une stature athlétique. Alexandre Dumas qui était natif du Lion, s’est projeté dans le personnage de Porthos et on dit qu’il était capable de porter un âne sur son dos.

Psychologiquement, ces deux types vont aussi se différencier, mais c’est l’apollinien qui va se révéler comme plus complexe, et le plus insaisissable des deux. Dans l’Iliade, Apollon apparaît la nuit, ce qui semble confirmer qu’il s’agit bien à l’origine d’un dieu lunaire. Il était d’ailleurs appelé « le dieu à l’arc d’argent », et non d’or, ce qui signerait le soleil. Il brille « avec la lune » et « comme la lune ». Il est parfois appelé « fils du loup », c’est-à-dire de la Déesse Mère. Ce n’est que beaucoup plus tardivement, lorsqu’il chasse Python de son lieu oraculaire et s’empare de Delphes, qu’il se charge de valeurs solaires. On dit qu’il vient du Nord, peut-être d’Asie… trace de son origine chthonienne.

Dieu violent et terriblement orgueilleux, il présente des traits contradictoires mais qui le conduiront peu à peu à devenir le protecteur des artistes et le dieu de la sagesse. Et ce n’est que véritablement en fin de parcours qu’il sera associé à l’harmonie, à la musique, voire à la spiritualité. On pense là à l’exaltation de Neptune en Lion.

Au début, on trouve un dieu berger, sans doute agraire. On parle alors d’un Apollon-souris ou d’un Apollon-rat, appellation déconcertante pour un dieu si prestigieux par la suite. Il garde les troupeaux mais il est aussi maître des fauves. Il est à la fois bon pasteur, berger secourable et guerrier irascible.

apollo

Apollon et le serpent d’Asclépios

Père d’Asclépions, dieu de la médecine, il le deviendra lui-même, puis prophète de Zeus/Jupiter et dieu oraculaire et inspirateur des poètes. C’est là sans doute qu’il s’est le plus solidement enraciné dans notre culture, comme le dieu à la lyre, lyre fabriquée par Hermès/Mercure enfant, à peine sorti de son berceau, avec une carapace de tortue trouvée sur son chemin, après d’ailleurs, que le petit dieu malin eut volé les bœufs d’Apollon. Ce dernier lui pardonnera son larcin à condition qu’il lui donne cette lyre à sept cordes, le 7 étant le chiffre du dieu de la septième porte. On dit qu’il est né et fêté un septième jour, le dimanche d’ailleurs jour du soleil, ou à sept mois.

W. K. Guthrie écrit d’ailleurs : « Orphée, adore le soleil qu’il identifie avec Apollon… Chaque matin il escalade le mont Pangée pour saluer le dieu du jour dès son apparition ».

D’un dieu quelque peu brutal et violent on a fait progressivement un dieu de la conscience, raffiné, inspirant les plus harmonieuses et les plus belles lois, les plus nobles pensées.

Il a été quelque peu banalisé ce jeune homme beau et sage sera même opposé assez rapidement à Dionysos, le « dieu dément », fils de la Grande Déesse, dieu du vin, de la folie inspirée, de la transe et de l’enthousiasme, de l’excès et de l’orgie. Face à ce dieu de la démesure, Apollon se présente comme le dieu de la raison, peut-être pour le séparer à jamais de ses origines barbares. Le voici devenu un dieu civilisateur par excellence, chargé de l’humanisation des créatures terrestres, de leur ascension.

Artemis_et_Apollon 

Les jumeaux Apollon (le Soleil) et Artémis (la Lune)

Quelle filiation les Grecs lui prêtent-ils ?

Ils font de lui le fils de Zeus/Jupiter et de Léto. Il serait né à Délos. Personne n’osait laisser Léto accoucher, toujours par crainte de la jalousie d’Héra/Junon. Dès que celle-ci croyait ou savait une mortelle courtisée par Zeus et forcément fécondée par lui, elle mettait sur-le-champ tout en œuvre pour entraver l’accouchement, faire des incantations fatales à la parturiente, obligeant les suivantes à croiser jambes, pieds, bras pour empêcher la délivrance. Léto finit par accoucher à Délos, considérée alors comme une île flottante, mais une fois qu’elle eût mis au monde ses jumeaux, Apollon et Artémis, l’île se fixe ; Thémis s’occupe tout particulièrement d’Apollon, le nourrit de nectar et d’ambroisie, ce qui le fait grandir très vite. Le breuvage des dieux a forcément des vertus exceptionnelles. Au bout de quelques jours, l’enfant atteint l’âge adulte et cherche un lieu où établir son sanctuaire, installer ses prêtresses et, après plusieurs tentatives infructueuses, il parvient à Delphes, lieu oraculaire sur lequel règne encore la vielle Déesse Mère, fille de Gaïa à laquelle tous les dieux doivent d’exister, sous la forme du Python qui donnera son nom aux pythies. Apollon tue le grand serpent, la Déesse sous sa forme la plus archaïques, et il devra donc, comme tout un chacun ayant commis un crime, aller se faire purifier. Les dieux et les mortels, à cet égard, sont soumis aux mêmes lois. Qu’il s’agisse d’Héraklès ou d’Apollon, ils ne cessent de se faire purifier ça et là, pour les meurtres qu’ils commettent en série. Apollon sera envoyé quelques temps en exil, dans la vallée du Tempé où il devra servir les mortels. Mais bien sûr il ne sera pas maltraité par les humains qui savent quels dangers il y aurait à attirer sur soi le ressentiment d’un dieu, fût-il exilé.

APOLLON ET LES DAUPHINS

Apollon et le dauphin

Delphes est bien sûr un site convoité et Apollon ne pouvait mieux choisir. Delphes est l’Omphalos, le nombril de la terre, l’Utérus maternel, d’ailleurs l’une des traductions de « delphis » est dauphin ou utérus. On dit aussi que les prêtres de Delphes auraient fait naufrage à cause de dauphins qui les auraient fait chavirer sous l’impulsion d’Apollon entendant ainsi recruter un peu vigoureusement ses servants. D’autres encore prétendent que ces prêtres descendraient de Crétois… ce qui les lierait encore davantage à la Grande Mère des premiers temps du matriarcat. Apollon aurait alors simplement détourné leur navire, en prenant l’apparence d’un dauphin… toujours dans le but de les contraindre à demeurer dans son sanctuaire.

Apollon et Artémis, jumeaux complices, ont fait ensemble un certain nombre de frasques ou de mauvais coups. Apollon va tuer Pithios qui avait voulu abuser de leur mère et ils la vengeront de Niobé qui avait eu l’impudence et l’imprudence de se vanter d’être plus féconde que Léto. Ni Artémis, ni Apollon ne peuvent pardonner pareille offense.

A cause de diverses sottises, Apollon sera par deux fois exilé ; une fois il devra servir Admète roi de Thessalie, pour avoir tué un des Cyclopes, artisans de la foudre de Zeus. Ce dernier ne plaisante pas lorsqu’on s’en prend à ses plus zélés serviteurs. Une autre fois, Apollon aura le tort d’envoyer la peste à Troie parce que Léomédon n’a pas payé une somme qu’il lui doit ; par ailleurs l’attitude du dieu, pendant la guerre de trois sera vivement critiquée.

LA LYRE D'APOLLON

La lyre à sept cordes d’Apollon

Bibliographie

Dieux et Héros du Zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Editions Robert Laffont

  

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,