ALATRI ET LE TEMPLE STELLAIRE

(6.3.2 - A l'étranger) par sylvietribut le 22-06-2017

Alatri, dans le Latium, province de Frosinone, fut fondée au VIe siècle avant Jésus-Christ. Son nom antique était Aletrium et c’était l’une des principales villes des Ernici. La cité a conservé une partie de ses murailles cyclopéennes, ainsi qu’une acropole, de plan trapézoïdal, une de mieux conservées d’Italie. Du sommet, on a une superbe vue sur la ville et le val de Frosinone.

Escaliers en raidillons et ruelles bordée de demeures gothiques constituent la petite ville qui, outre le palais Gottifredo et l’église San Silvestre, tous deux du XIIIe siècle, possède une belle église Sainte-Marie-Majeure.

La légende veut que l’origine de la ville remonterait aux Ausoni, mais c’est seulement une hypothèse, parce qu’on peut penser qu’elle soit plus antique encore. C’est grâce au chercheur Fabio Garuti que furent traduites les inscriptions sur les murailles, lettres de l’alphabet Ogham en langue gaélique, et c’est comme ça qu’il a été possible de dater la construction des murailles d’Alatri, au moins à 3 000 avant Jésus-Christ. En fait, elles auraient plus de 5 000 ans.

ACROPOLE D'ALATRI - PORTA MAGGIORE

Acropole d’Alatri – Porta Maggiore

Cette acropole est l’exemple le plus parfait et le plus splendidement conservé de murs polygonaux. Selon les Anciens, Euripide, Strabone et Pausania, elles furent construites par des cyclopes, ou alors attribuées au mythique peuple des Pelagi qui, toujours selon les Anciens, qui auraient construit les murailles des cités mycéniennes de Tirinto, Mycène et Argo.

Cependant sur cette question des études récentes ont mis le doute sur cette théorie, parce que c’est très difficile de remonter à ses ouvriers et à une population spécifique, pour le simple motif que ce type de murailles ont été retrouvées dans toutes les parties du monde, et même dans des lieux complètement isolés les uns des autres comme l’île de Pâques et l’Australie.

Nous n’avons aucune indication historique, actuellement, que des peuples aussi lointains, ont pu avoir des contacts culturels entre eux. Aussi, la question obligatoire qui vient à l’esprit, c’est comme ont fait ces peuples qui n’avaient pas de contact entre eux, à utiliser la même technique de construction. Pour le moment, il n’y a aucune certitude sur la question. Cependant, l’acropole d’Alatri est un vrai condensé de merveilles architecturales.

Si nous considérons le graphisme de l’Acropole, il semble qu’un polygone irrégulier fut mis là par hasard. En réalité, elle fut construite suivant un plan très précis.

TEMPIO SOLARE - ALATRI

Temple solaire d’Alatri – Italie

Une légende très ancienne voudrait qu’Alatri soit née d’un rayon de Soleil le 21 décembre de l’année 1000 avant Jésus-Christ. La légende est belle mais est tout simplement improbable. Giuseppe Caponi, éminent chercheur d’Alatri, raconte qu’en toute probabilité la ville fut fondée par les Ittiti, un peuple venant de Mésopotamie, qui séjournèrent en Italie.

Ce qui l’évoque c’est qu’on a retrouvé près du site de Tell Hariri en Syrie des tablettes d’argile. L’une d’elle était une lettre envoyée au roi du royaume de Mari à son fils pour l’informer de l’excellente conservation des mus de défenses d’Alatri. Voilà qui est comme une confirmation directe de la théorie de Caponi. Un peu d’Histoire est nécessaire, mais les merveilles de l’acropole sont bien autres.

Par exemple, elle est orientée selon un plan astronomique, prenant en compte la position des étoiles et du Soleil, et si on pense à regarder dans le ciel « Castor et Pollux », ces points lumineux qu’on voit de la Terre et qui représente la Constellation des Gémeaux, l’idée sera née là.

Et puis, on sait que le rapport avec la nature et principalement avec le ciel a toujours influencé les vieilles civilisations, dont la conséquence sont les connaissances astronomiques qui influencèrent les réalisations architecturales, devenant parties intégrantes dans l’orientation des structures, en suivant les cycles du Soleil et de la Lune, en les inclinant vers les étoiles du ciel qui avaient une signification religieuse précise.

Alatri est née comme ça, elle qui fut construite sur un rayon de Soleil au solstice d’été, qui effleurait la roche et qui aurait indiqué le point le plus haut et le plus important de l’Acropole. Giuseppe Caponi dans son livre « la progenie Hetea » écrit textuellement : « Les Anciens bâtisseurs ont orienté notre ville pour voir de l’Orient le pouvoir de l’aube, comme s’ils avaient voulu se placer sous les auspices d’un temps sans crépuscule, pour cette ville qu’ils avaient consacrée au dieu Soleil, un jour de solstice.

ALATRI MURA MEGALITICA

Alatri – Murs mégalithiques

Et le soleil en indique le centre dans la rencontre du premier rayon du matin et le dernier du soir. C’était la conséquence d’une sensibilité spirituelle, qui avait maturé par des millénaires d’Histoire, qui n’a rien à voir avec la légende ou une quelconque fantastique interprétation : il y a un message gravé dans les pierres de l’acropole et avec les pierres de la ceinture de murailles : « Le lien entre Ciel et Terra fut stabilisé… pour toujours ». Er comme on dit, c’est absolument vrai… « au ciel et sur la terre ».

De ces splendides liens entre ciel et terre, Alatri en regorge et Ornello Tofani, autre éminent chercheur, grâce à ses études en montrent d’autres. En effet, Ornello Tofani a poursuivi les études de Don Giuseppe Capone sur Alatri, faisant d’intéressantes découvertes.

En 2008, sur le pignon sud-est de l’Acropole on a trouve un graffiti jamais remarqué jusque-là. En l’analysant, on a découvert la reproduction d’une triple ceinture orientée parfaitement dans les axes Est-Ouest et Nord-Sud.

Le pôle Nord céleste se trouvait à l’intérieur de la Porta Maggiore. Or, en 10 798 avant Jésus-Christ, le Pôle Nord céleste n’était autre que l’étoile Vega, distante du Pôle céleste de seulement 5° environ. Le pôle céleste ne varie pas dans le temps, c’est l’étoile qui le représente qui, au cours des millénaires, change. Ceci à cause de la précession des équinoxes : un mouvement de la Terre sur un axe incliné qui fa changer, sur un mode très lent mais continue, l’orientation de son axe de rotation par rapport à la sphère idéal des étoiles fixes. Ceci est la cause de la précession des équinoxes : un mouvement de la Terre sur un axe incliné qui fait changer sur un mode lent mais continue, l’orientation de son axe de rotation par rapport à la sphère idéale des étoiles fixes.

Sur l’architrave de la Porte de la Fertilité, un bas-relief illustre trois phénomènes : les graduations inversées sont au nombre de neuf comme les lunaisons d’une grossesse ; la terre à ce moment là est comme « pénétrée » par le Soleil aux équinoxes et, au crépuscule de ces mêmes jours, et au crépuscule de ces mêmes jours, du côté du Temple Solaire d’Alatri, le soleil couchant remonte vers Fumone et Montelungo.

Tous ces indices font référence aux cultes de la fertilité et expriment avec la pierre ce qu’on considère comme « règle universelle de la maternité ».         

Voilà qui peut être interprété quand on évoque l’Acropole : les enfants conçus durant les solstices, quand le soleil illumine le premier degré de l’échelle inversée naîtront aux équinoxes, quand le soleil traverse tout le couloir intérieur de 17 mètres de la Porte Mineure, alors que les enfants conçus aux équinoxes naîtront aux solstices.

Il y aurait encore tant d’autres choses à raconter. Espérant vous avoir transmis le mystère qui entoure cette petite ville d’Alatri. En espérant que ce petit article vous donne envie de la visiter pour revivre les moments magiques qui l’ont rendue si mystérieusement fascinante… Un patrimoine tout italien qui rend fier.

ROMA-ALATRI 2

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LA NEWS DES POISSONS

(01- LA NEWS DU MOIS) par sylvietribut le 20-02-2017

L’esprit est la source de tout pouvoir, vous devenez ce que vous pensez – Socrate

POISSONS 61

Pour Oswald Wirth, les Poissons sont les enfants du dieu Oannès qui avait pris la forme d’un dieu poisson pour instruire les premiers habitants de Babylone. C’est Bérose qui, au IIIe siècle avant notre ère, qui révéla aux Grecs les légendes babyloniennes. Il montre cette divinité surgissant de l’onde, au lever du jour, pour converser avec les hommes jusqu’au coucher du Soleil, « leur enseignant la pratique des lettres, des sciences et des arts, les règles concernant la fondation des villes et la construction des temples, les principes des lois jusqu’à la géométrie, sans oublier les préceptes relatifs à la culture de la terre, semailles, moissons, etc… ».

En effet, dans toutes les légendes mythiques c’est un poisson qui apporte la Révélation, quel que soit le nom qu’il porte. Jung disait d’ailleurs : « Le poissons est vraiment le premier grand sacrificateur et le premier prêtre ». Dans toutes la Grèce, on trouvait déjà le mythe du dauphin sauveur. On pense d’ailleurs à la légende d’Antion, menacé par des marins prêts à le tuer. Plutarque nous raconte que, devant un tel danger, Antion s’était jeté à la mer : « Les vagues le précipitèrent, le soulevèrent, l’emplissant d’inquiétude et d’effroi. Mais c’est alors qu’apparurent les dauphins qui sauvèrent Antion et l’escortèrent jusqu’au rivage. Grâce à l’intervention de l’amour et du dévouement, Antion va survivre. Voilà un mythe Poissons par excellence.

Associé au culte du dauphin, qui a d’ailleurs donné son nom à la ville de Delphes, le poisson dans l’iconographie des peuples indo-européens, est un symbole de sagesse, un symbole de bonté et de fécondité. En sanscrit, le dieu de l’Amour se nomme : « Celui qui a le poisson pour symbole ».

Le Christ a d’ailleurs souvent été représenté sous la forme d’un dauphin. Il faut celui qui aima les hommes au point de se sacrifier pour eux sur la croix. Il fut celui qui prêcha l’amour du prochain. L’amour au sens « d’agapê », mot que nous avons bien appauvri en le traduisant par « caritas », la charité. Ce mot évoque une sorte d’aumône, et n’a pas grand-chose à voir avec l’agapê de Platon et même de Saint Paul dans son Epître aux Corinthiens : il faisait du Christ ce Dieu d’Amour dont le symbole est le poisson. Et c’est ainsi que commença réellement l’ère des Poissons.

Nom du fichier : DSCN0894.JPG Taille du fichier : 400.4 Ko (410028 octets) Date : 2003/04/24 14:54:59 Taille de l'image : 1600 x 1200 pixels Résolution : 300 x 300 ppp Profondeur en bits : 8 bits/canal Attribut de protection : Désactivé Attribut Masqué : Désactivé ID de l'appareil : N/A Appareil : E775 Mode de qualité : NORMAL Mode de mesure : Multizones Mode d'exposition : Programme Auto Speed Light : Non Distance Focale : 15.2 mm Vitesse d'obturation : 1/167.8 seconde Ouverture : F4.5 Correction d'exposition : 0 IL Balance des blancs : Auto Objectif : Intégré Mode Synchro-Flash : Premier Rideau Différence d'exposition : N/A Programme Décalable : N/A Sensibilité : Auto Renforcement de la netteté : Auto Type d'image : Couleur Mode Couleur : N/A Saturation : N/A Contrôle Saturation : N/A Compensation des tons : Normal Latitude (GPS) : N/A Longitude (GPS) : N/A Altitude (GPS) : N/A

Les Poissons de la cathédrale d’Amiens

AVANT-PREMIERE

Au fil des semaines retrouvez sur mon site  onze nouvelles chroniques : www.sylvie-tribut-astrologue.com

Ingrès du Soleil en Poissons – 18 février 2018

Mélusine, personnage légendaire, moitié poisson-moitié femme

Ingrès de Mercure en Poissons – 25 février 2017

Nouvelle Lune du 26 février 2017

Calendrier et Maisons lunaires – Mars 2017

Rétrogradation de Vénus entre Poissons et Bélier – Février à juin 2017

Ingrès de Mars en Taureau – 10 mars 2017

Dans le bestiaire des Poissons… Le martinè-pêcheur

Ingrès de Mercure en Bélier – 13 mars 2017

Nettuno… La ville du dieu Neptune dans le Latium en Province de Rome

Une cartomancienne célèbre… Marie-Anne-Adélaïque Lenormand, dite Mademoiselle Lenormand

poissons-398

A l’honneur entre le 18 février et le 20 mars 2017 : LES POISSONS

Vous êtes Poissons ou Ascendant Poissons : 10 Euros de remise vous sont offerts sur le montant de votre consultation, au cabinet ou par téléphone. Vous n’êtes ni Poissons, ni Ascendant Poissons, tentez votre chance… et trouvez :

Un célèbre couple « poissonneux » se cache dans cette grille… Saurez-vous le trouver… Les lettres qui composent leurs noms se suivent obligatoirement aussi bien horizontalement, verticalement et même en diagonale. Une même lettre peut servir plusieurs fois. Vous avez trouvé… Retournez-moi la grille en convertissant en rose les lettres qui forment leurs deux noms.

M   E   R   C   U   R   E

N   W   P   E   R   F   B

C   P   L   T   U   S   E

S   O   P   H   N   I   T

A   M   N   I   R   E   E

V   E   U   T   S   A  I

poissons2

Les dieux et les planètes des Poissons

Sur l’univers marin des Poissons régnait autrefois Jupiter, le maître des dieux : sortie de l’onde Vénus, la déesse de la beauté et de l’Amour, avait sa place chez les Poissons. Quant à Neptune il fut tout indiqué pour tenir le rôle de vrai maître du signe. Au départ de Saturne, il avait reçu en partage de la part de son frère Jupiter le vaste empire des eaux, des mers et des océans.

JUPITER BRANDISSANT LA FOUDRE - GALERIE DES GLACES A VERSAILLES

Jupiter brandissant son foudre – Galerie des Glaces – Versailles

Jupiter a été le tout premier maître des Poissons alors qu’on ne connaissait pas encore l’existence de Neptune. Il était le fils de Cronos/Saturne. Il est le dieu architecte de l’univers. Débonnaire, généreux, paternel et jovial, il est entouré de ses vingt-trois maîtresses et de son épouse, Junon. Jupiter réunit sous les éléments de dilatation, de pléthore et d’abondance, ainsi que le sentiment de l’immensité, de l’infini et une certaine démesure qui caractérisent bien le signe des Poissons. Jusqu’à la découverte de Neptune, en 1848 par l’astronome Le Verrier, qui était lui-même né sous le signe des Poissons. Depuis cette date, Jupiter partage avec Neptune la maîtrise des Poissons.

BOTTICELLI - LA NAISSANCE DE VENUS

La naissance de Vénus – Botticelli – Les Offices – Florence – Italie

Vénus, la planète, est dite exaltée dans le signe des Poissons. Mais Vénus, c’est aussi la déesse de la Beauté. Elle est d’origine orientale et était célébrée dans de nombreux sanctuaires grecs et surtout à Cythère. Elle incarne l’Amour sous sa forme physique la plus violente, le désir passionné et le plaisir des sens. Ouranos, dieu du Ciel, fut châtré par son fils Cronos. Il perdit son sang dans la mer et de cette union naquit Vénus, au creux d’une vague. D’où son nom grec « Aphrodite », celle qui est « née de l’écume ». On la représente nue, jeune, souriante, belle, debout sur les flots ou sur une conque marine, parfois sur une tortue de mer. On la maria au vieux et boiteux Vulcain, le plus laid des dieux. Aussi Vénus prit de nombreux amants dont il est difficiles de donner la liste complète tant ses infidélités furent nombreuses, mais celui a qui on l’associe surtout, c’est Mars, le dieu de la guerre. Quant à sa descendance, elle fut évidemment importante. Quant à la constellation des Poissons, elle nous rappelle que Vénus et Eros furent sauvés par deux poissons envoyés par Neptune.

LE BASSIN DE NEPTUNE - VERSAILLES

Le bassin de Neptune – Parc du château de Versailles

Neptune, la planète, fut comme on l’a vu découverte à la suite de calculs très rationnels par Le Verrier qui voulait qu’on lui donne son nom puisque c’est lui qui avait découvert la planète, mais il fit un rêve : un savant lui proposait de baptiser la planète Neptune et cela le rendit furieux. Pourtant, il lança lui-même le nom, qui fut retenu. Et c’est ainsi que la planète porte, par un hasard qui n’en est pas un, le nom du dieu de la Mer. Neptune/Poséidon quant à lui était le frère de Zeus/Jupiter et d’Hadès/Pluton. Les trois frères s’étant partagé l’Univers, c’est Neptune qui reçut le vaste empire des eaux, des mers et océans. Il connut de nombreuses querelles avec les déesses pour agrandir son empire et c’est ainsi que sa rivalité avec Minerve-Athéna, la déesse Vierge, est devenue légendaire. Nous sommes bien dans l’opposition Vierge/Poissons.

poissons sur coquillage

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

APOLLON… LE DIEU SOLAIRE… UN DIEU TRES SUSCEPTIBLE

(6.6.5 - LES MYTHES DU LION ET DU SOLEIL) par sylvietribut le 25-07-2016

Comment ne pas aborder le noble signe du Lion sans saluer Hélios, le dieu soleil lui-même ? Hélios était le fils d’Hypérion et le frère de Séléné, la Lune, comme Apollon, dieu tout d’abord lunaire, est le frère d’Artémis, déesse solaire. Ils échangeront plus tard leurs sexes, car Artémis c’est une autre image de la Lune.

Dans la relation symbolique entre le Lion et le Soleil, Maître du signe, ces ambiguïtés où se rencontrent violence, domination et sens du sacré, nécessité de s’imposer, autorité naturelle et aptitude au sacrifice extrême.

LE SOLEIL 2

Hélios, le Soleil

Apollon usurpera peu à peu la place et le rôle d’Hélios. Les deux dieux ou demi-dieux qui semblent véritablement se partager le signe du Lion étant à l’évidence Apollon et Héraklès, héros parmi les héros. C’est André Barbault qui a d’ailleurs décrit les deux types physiques léonins qui correspondent à Apollon et à Héraklès.

Le premier fait les hommes, l’œil en amande, le nez fin et long dans le prolongement d’un front légèrement fuyant, bien bâtis mais minces et de silhouette élégante : tel est le Lion apollinien, qui tient sa place aux côtés des esthètes et des artistes. Le second fait les hommes forts, puissants, musclés, le visage plus carré, le nez épaté comme celui des chats ou des félins. Et un estomac « en creux », côtes très dessinées en avant. Avec une crinière abondante, une stature athlétique. Alexandre Dumas, qui était natif du Lion, s’est projeté dans le personnage de Porthos et on dit qu’il était capable de porter un âne sur son dos.

APOLLON ET LES DAUPHINS

Apollon et le Dauphin

Qu’il s’agisse d’Héraklès ou d’Apollon, ils ne cessent de se faire purifier çà et là, pour les meurtres qu’ils commettent en série. Apollon sera envoyé quelques temps en exil, dans la vallée du Tempée où il devra servir les mortels. Delphes était bien sûr un site convoité er Apollon ne pouvait mieux choisir. Delphes est l’Omphalos, le nombril de la terre, l’utérus maternel, l’une des traduction des « delphis », « dauphin » ou utérus ». On dit que les prêtres de Delphes auraient fait naufrage à cause de dauphins qui les auraient fait chavirer sous l’impulsion d’Apollon entendant ainsi recruter un peu vigoureusement ses servants. D’autres prétendent que ces prêtres descendaient de Crétois. Apollon aurait simplement détourné leur navire en prenant l’apparence d’un dauphin, toujours pour les contraindre à demeurer dans son sanctuaire… Mais Neptune n’est-il pas dit « en exaltation » dans le Lion et Maître de tous les sanctuaires et lieux de culte.

Artemis_et_Apollon

Artémis et Apollon bébés

Apollon et Artémis, jumeaux complices, ont fait ensemble un certain nombre de frasques et de mauvais coups. Apollon tuera Pithios qui avait voulu abuser de leur mère et ils la vengeront de Niobé qui avait eu l’imprudence de se vanter d’être plus féconde que Léto. Ni Artémis, ni Apollon ne pouvaient pardonner pareille offense.

A cause de diverses sottises, Apollon sera par deux fois exilé : une fois il devra servir Admète, roi de Thessalie, pour avoir tué un des Cyclopes, artisans de la foudre de Zeus/Jupiter. Ce dernier ne plaisante pas lorsqu’on s’en prend à ses plus zélés serviteurs. Une autre fois, Apollon aura le tort d’envoyer la peste à Troie parce que Léomédon n’a pas payé une somme qu’il lui devait. Par ailleurs, l’attitude du dieu, pendant la guerre de Troie, fut vivement critiquée.

Apollon, comme le Lion, est un dieu susceptible. On se souvient qu’il se vengera de façon très cruelle de Marcyas qui suivait la grande déesse Cybèle. En effet, il avait eu la faiblesse de le convier à une compétition musicale, sorte de tournoi au cours duquel il entend prouver au dieu qu’il a plus de talent que lui. Très dangereux quand on a affaire à un dieu susceptible et irascible et qui décide de la victoire. Apollon désignant le vainqueur s’attribue la palme car il sait jouer de la cithare à l’envers comme à l’endroit, en virtuose, alors qu’évidemment Marcyas ne peut jouer de sa flûte à l’envers. Cependant, certains auteurs assurent que les Muses furent chargées du verdict et qu’elles furent séduites par la musique du dieu. Notez au passage que parmi les arts, la musique appartient au monde de Neptune.

Marcyas sera terriblement puni de son arrogance : Apollon l’écorchera vif dans un grand accès, sans doute de « retour du refoulé », d’une remontée de son passé barbare. Après avoir tué ce malheureux et avoir cloué sa peau sur un pin, il interdira à quiconque de jouer de la flûte, jusqu’au jour où cet instrument lui sera consacré. A Delphes, on pouvait jouer de la flûte… peut-être pour charmer les serpents…

Apollon, on vient de le voir, ne se conduit pas vraiment d’une façon élégante. Il accorde à Cassandre et à son frère le don de prophétiser… Mais, comme il la courtise et qu’elle le rejette, il fait en sorte que nul ne puisse jamais croire ses prédictions. Pour lui jeter ce mauvais sort, il lui crache dans la bouche. Plus jamais, elle ne pourra crier autrement que dans le désert.

bernini_apollo-daphne

Apollon poursuivant Daphné qui se change en laurier – Bernini

Apollon, ce beau jeune homme, n’a d’ailleurs pas tellement de succès auprès des femmes. Et pas tellement plus auprès des hommes. Il ne remporte pas les succès qu’on pourrait s’attendre à le voir cumuler. Cassandre le rejette… Il poursuit en vain Daphné qui s’enfuit devant lui et qu’il transformera en laurier, dont il couronnera champions et lauréats. La sibylle de Cumes à laquelle il fait une cour empressée n’acceptera jamais ses hommages : il la condamnera à vivre mille ans mais sans qu’elle cesse de vieillir. Marpessa lui préfère un mortel, Idas, par peur, nous dit Homère, de l’éternelle jeunesse du dieu. Il est d’ailleurs curieux de noter que bien des natifs ou natives du Lion, et surtout Ascendant Lion, car l’Ascendant est l’image qu’on projette dans le monde, conserve un visage jeune, sans ride, jusqu’à un âge avancé, comme si ces personnes ne vieillissaient pas. Il faut bien reconnaître que le Soleil ne prend jamais aucune ride, alors que la Lune se fait et se défait en permanence. Cancer et surtout Ascendant Cancer, les lunaires, vieillissent nettement plus vite que les léonins.

La nymphe Sinopé qu’il courtise aussi le supplie de lui accorder ce qu’elle demande. Après qu’il ait accepté, elle fait le vœu de rester éternellement « intacta », ce qui lui permettra plus tard de servir Artémis qui aime à s’entourer de vierges.

CYPRES

Cyprès d’Apollon

Comme la plupart des dieux grecs, il a bien quelques aventures masculines mais elles ne lui réussissent guère mieux que ses tentatives auprès des femmes et la triste affaire d’Hyacinthos qu’il tue accidentellement en est la preuve. Il aimera Staristos qui ne se consolera pas d’avoir tué un cerf apprivoisé. Il ne restera plus à Apollon qu’à le transformer en cyprès.

On sait qu’Apollon provoquera la mort d’Achille, qu’il lancera lui-même la flèche qui le tuera, qu’il ordonnera aussi à Oreste de tuer sa mère et l’amant de celle-ci, puis, pas toujours très cohérent, il se fera le défenseur d’Oreste accusé par Clytemnestre.

Tout cela ne l’empêchera pas, néanmoins, d’engendrer quelques fils et filles. Certains prétendent même qu’il serait le père Orphée. Il aura Aristée, Linnos et tant d’autres… qui n’ont pas tellement bien tourné puisque Aristée causera la mort d’Eurydice en la serrant de trop près et en la faisant fuir.

LA COURONNE DU DIPLOME

La couronne de laurier d’Apollon et des vainqueurs

Bibliographie

Dieux et Héros du zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Editions Robert Laffont

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

UN PERSONNAGE GEMEAUX ET MERCURIEN… ALI BABA

(6.6.3 - LES MYTHES DES GEMEAUX ET DE MERCURE) par sylvietribut le 20-06-2016

Ali Baba et les quarante voleurs est un récit que l’on présente souvent comme faisant partie des contes des Mille et Une Nuits bien qu’il n’ait jamais été présent dans les manuscrits initiaux, mais à leurs côtés.

Ali Baba, dont le nom a pour sens « Dieu de la porte ». Le conte nous apprend qu’il était un pauvre bûcheron. Un jour alors qu’il arrivait dans la forêt pour couper du bois, il entendit des voix. Il se cache dans un arbre et découvre de son observatoire un chef de bande de quarante voleurs qui prononce une sorte de formule magique « Sésame, ouvre-toi ! » et une porte dans la roche s’ouvre. Tous entre dans la grotte et Ali Baba le voit bientôt ressortir et le chef de bande de prononcer une autre formule magique « Sésame, ferme-toi ! ». Une fois les voleurs partis, Ali Baba descend de son arbre et devant la porte de la grotte prononce à son tour la formule, la porte s’ouvre et Ali Baba entre dans la grotte pour y découvrir des trésors accumulés et emporte une partie de l’or. Il rentre chez lui. Ali Baba a un frère, Cassim, qui lui est un riche marchand et dans les mois qui suivent il en vient à s’étonner de la fortune soudaine d’Ali Baba qui lui raconte son aventure. Cassim va alors se rendre à la caverne, mais troublé par la vue de tant de richesses, il ne retrouve plus la formule qui lui permettrait de sortir de la grotte. Il sera surpris par les bandits qui le tuent et le découpent en morceaux… Je vous laisse relire ce conte merveilleux qui n’est pas seulement destiné aux enfants.

ALI BABA ET LES 40 VOLEURS

Ali Baba et les Quarante voleurs

Pourquoi faire de ce récit, un conte Gémeaux. Tout d’abord parce qu’on associe ce signe aux commerçants et aux voleurs et en lisant la suite du conte, et après la mort de son frère, Ali Baba qui a quand même volé les voleurs, reprendra le commerce de son frère. Cependant, les Gémeaux représentent aussi la communication le langage, la parole.

L’homme est un être de langage et de mots. Il ne peut évoluer harmonieusement dans le monde que s’il est capable de nommer, de reconnaître, d’identifier. Le mot éclaire, ouvre et donc chasse l’angoisse. Nommer, c’est posséder et maîtriser sans l’avidité du pouvoir, car le mot donne accès au contenu qu’il désigne et qu’il a identifié. Appris au bon moment, le mot est toujours plein d’émotions et parce qu’on a su toucher son essence vivante, on est allé plus loin que le concept qu’il représente. C’est tout cela qui est illustré dans l’histoire d’Ali Baba et les quarante voleurs.

« Le Dieu de la porte » que représente Ali Baba désigne la partie active de la porte, c’est-à-dire la serrure, le mécanisme qui permet de l’ouvrir et de la fermer à volonté. Ce récit montre que seule la possession du bon mot au bon moment peut nous livrer toutes sortes de richesses. Ainsi, le bon mot employé au moment juste pourra désamorcer un conflit et tout faire basculer dans un bon sens. C’est par exemple la parole du diplomate, ou même être une parole de guérison. Quiconque a le bon langage a une force intérieure qui l’ouvre à d’autres réalités affectives et sexuelles : c’est ainsi que l’on chasse la peur. Le langage d’abord tuteur, devient libérateur et salvateur, car tout est langage.

Ali-Baba

Ali Baba et le trésor des voleurs dans la caverne

On ne saurait dire l’origine de cette injonction magique « Sésame, ouvre-toi » que prononçait Ali Baba pour faire ouvrir la porte de la caverne mystérieuse dans laquelle les quarante voleurs enfermaient leurs richesses, mais elle demeure un symbole lié sans doute à la fécondité, puisque c’est la graine, qui en s’ouvrant, donne toutes les richesses de la terre.

Du point de vue psychologique, le « Sésame, ouvre-toi » n’est pas non plus sans signification en face de toutes les portes fermées que sont les êtres les uns pour les autres ; il suffit d’un petit mot magique pour que s’ouvrent non seulement les cœurs, mais les chemins secrets de l’inconscient. Le « Sésame, ouvre-toi » est le cri d’appel, lancé à la richesse enfermée dans la caverne, que cette caverne soit celle de la graine nourrissante et fécondante, qu’elle soit le coffre des richesses matérielles, qu’elle soit le refuge de la révélation spirituelle ou le labyrinthe de l’inconscient.

LES GRAINS DE SESAME

Les graines de sésame

Il faut savoir aussi que le sésame est un fortifiant traditionnel chinois, bien que la plante ne soit pas originaire de Chine. Ses graines sont considérées comme devant permettre de s’abstenir de céréales et d’atteindre la longévité. Lao-tseu et Yin-hi, partis vers les terres de l’Ouest, se nourrissaient de graines de sésame.

Cette histoire d’Ali Baba est tombé dans le langage courant, encore une fois le langage si propre aux Gémeaux. Ne qualifie-t-on pas de « caverne d’Ali Baba » un lieu rassemblant diverses choses. De même, un moyen permettant d’avoir accès très vite à quelque chose est souvent qualifié de « sésame ».

23 - ALI BABA ET LES QUARANTE VOLEURS

Bibliographie

Dictionnaire les symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins.

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LE CARRE SATURNE-NEPTUNE ENTRE JUIN ET OCTOBRE 2016

(4.4 - Aspects célestes et leur influence au quotidien) par sylvietribut le 16-06-2016

Depuis le début juin et jusqu’au début octobre 2016, nous vivrons sous l’influence très difficile de la rencontre entre Saturne en Sagittaire et Neptune très puissant et très nuisible en Poissons puisque gouverneur de ce signe. Il va donc être très difficile de parvenir à réconcilier les valeurs opposées de ces deux astres, car cet aspect conflictuel relie la rigueur de Saturne à l’irrationnel de Neptune.

Sur le plan collectif, cela frise l’hystérie ainsi qu’un sentiment inexact de la réalité. Comment ne pas penser aux mouvements sociaux qui déstabilisent le pays et la désinformation portée à son maximum, d’autant que le Soleil, Vénus et maintenant Mercure traversent les Gémeaux, à l’opposition de Saturne et au carré de Neptune. Or, on se souvient que les Gémeaux gouvernent le monde de l’écrit, des journaux et maintenant des blogs et autres modes d’information d’aujourd’hui, en un mot la communication et les échanges. En ce moment, on se rend bien compte qu’on nage dans une sorte de confusion totale pour ne pas parler de désinformation.

Saturn-Neptune

Saturne la rigueur – Neptune l’irrationnel

En fait la rencontre de ces deux planètes que ce soit au niveau collectif ou au niveau personnel suggère que l’imagination (Neptune) ne peut pas s’exprimer dans le concret (Saturne) de la vie quotidienne qui du même coup est totalement embrouillée.

Ceux qui portent cette configuration difficile dans leur thème se vivent psychiquement comme à l’étroit et sont bien sûr très concernés par cette déstabilisante influence. Pour tout le monde, il existe un risque de se replier sur soi-même, avec un minimum de contact avec l’extérieur, qui pourrait être amplifié du fait de cet état céleste, comme si les « heureux possesseurs » de la configuration se retrouvaient en symbiose avec le cosmos. De plus, la réalité échappe, on tourne en rond dans son espace clos, dans sa souffrance intérieure, ses problèmes ou ses fantasmes. Dans le quotidien, on n’arrive pas à se battre et au moindre effort demandé, on abandonne la partie.

SATURNE - CARAVAGGIO - XVIe SIECLE

Saturne – Le Caravaggio – XVIe siècle

Certains aimeront se plaindre comme pour mieux entretenir ce mal-être, avec le fol espoir qu’une âme compatissante viendra les écouter ou même les épauler. Toutefois, on peut se demander si on n’est pas aussi devant un besoin de silence et de solitude.

Il faut bien reconnaître qu’avec cette rencontre compliquée qu’est Saturne/Neptune, l’imagination (Neptune) et la raison (Saturne) se livrent un combat permanent, d’où un comportement ambivalent, tantôt aride et sec quand Saturne parle, tantôt flou et incertain quand c’est Neptune.

Quand c’est Saturne qui domine dans le thème, la mentalité se fait très élémentaire, très primitive, conservatrice, voire même réactionnaire. Si c’est Neptune qui est prépondérant, on pense au sacrifice volontaire de soi à ses idées, de l’enthousiasme, mais peu de pondération et un sentiment inexact de la réalité.

On conçoit facilement qu’avec de telles tendances aussi peu positives, l’époque va se révéler très difficile à vivre. Parfois, la personne ne souffrira pas de sa médiocrité et ne cherchera pas à s’élever, ni à étendre son influence parmi ses proches car sa vie est toute intérieure.

Egalement, comment ne pas penser à ce conservatisme (Saturne) religieux (Neptune) qui envahit le monde. Ces discours pseudo-religieux qui invitent à tuer. C’est l’émergence de mouvements collectifs irrationnels ou surréalistes, hallucinatoires ou visionnaires. C’est aussi un facteur de démagogie, d’anarchie, de chaos.

Sur le plan de la santé, les risques peuvent être liés à une invasion parasitaire et microbienne, une contagion épidémique, une prolifération cellulaire anarchique, surtout du fait de Neptune.NEPTUNE

Neptune le dieu des Eaux

Pour un thème personnel, mieux vaut ne pas avoir de planètes dans les signes Mutables : Gémeaux, Vierge, Sagittaire ou Poissons, et notamment si le Soleil, la Lune, l’Ascendant ou le Maître de cet Ascendant, ou même toute autre planète superposant les 9e, 10e, 11e et 12e degrés de ces quatre signes. De plus, seront très particulièrement concernés ceux qui sont nés entre les années fin 1971 à fin 1976. En effet, Neptune entre alors dans le Sagittaire et les planètes personnelles sont malheureusement en aspects difficiles avec Neptune. Avec ces configurations on peut jouer deux partitions : celle de qui va se faire avoir car il est difficile de casser un rêve ; celle de celui qui entourloupe, vole et induit en erreur pour qui la réalité de la vie est trop triste, trop frustrante. Ceci est valable tant sur le plan matériel, financier, professionnel qu’amoureux. Dans ce dernier contexte, les exemples pullulent.

Et puis aussi se méfier de l’eau : fuites et inondations en tout genre. Il faudrait pouvoir faire une statistique sur la position de Saturne et Neptune dans les thèmes des personnes qui ont été victimes des inondations. En effet, un aspect difficile entre Saturne, la terre, et Neptune, l’eau, ça fait aussi de la boue.

Par ailleurs, il faut pointer du doigt comme des problèmes potentiels à vivre ou revivre, si le thème l’évoque, avec l’entrée de Mercure en Gémeaux qui réactive ce carré Saturne/Neptune en passant en même temps à l’opposition de Saturne et au carré de Neptune. Notez d’ailleurs que les inondations ont eu lieu avec le Soleil et Vénus qui activaient le carré Saturne/Neptune.

Pour vous faire une idée des problèmes que vous pourriez rencontrer, repérer dans votre thème de quelles Maisons Saturne et Neptune sont les maîtres, mais également Mercure qui vient s’opposer à Saturne au carré de Neptune.

Autre période difficile à bien des niveaux : matériel, sentimental ou météorologique, le passage de Mercure en Vierge, signe dans lequel Mercure va rétrograder, notamment en août, mois où Mars de son côté entrera en Sagittaire réactivant le conflit Saturne/Neptune et passant même au carré de Mercure en Vierge. A souligner que nous serons dans une confrontation entre Mercure en dignité en Vierge et Neptune tout aussi en dignité dans les Poissons Notez également en août le transit de Vénus en Vierge, puis le Soleil, fin août et début septembre.

Bel été quand même !

SATURNE ET NEPTUNE

Rambouillet, le 14 juin 2016

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

MARS… LE HEROS DU BELIER

(5.3.5 - MARS) par sylvietribut le 11-04-2016

Instinct de destruction, ardeur primaire, force vitale, sous l’influence de Mars, quelle que soit la cause embrassée, le Bélier se donnera tout entier, sans réfléchir, avec souvent une violence qui fait de lui le plus martien des signes.

Pour les Romains, Mars était le premier des dieux. Rome et la civilisation romaine étaient régies par le signe du Bélier : civilisation guerrière, de conquête, mais aussi très marquée par l’agriculture. Pour les Romains, Mars était aussi un dieu agricole, le dieu du printemps et de la végétation renaissante.

En anglais et en allemand, la racine « Spring » signifie « sauter », « jaillir », et le même mot signifie aussi « printemps » en anglais. Dans les civilisations traditionnelles, non chrétiennes, le véritable nouvel an correspondait à l’entrée du Soleil dans le signe du Bélier, c’est-à-dire l’équinoxe de printemps, ou l’Ingrès solaire du printemps pour l’astrologue. On y célébrait des rites agraires et sexuels. Le dieu Pan, dieu phallique et de fécondité, est en rapport avec Mars.

En Thrace, Mars était adoré sous la forme d’une épée rouillée fichée en terre. Chez les Sabins et à Rome, Mars était vénéré sous la forme d’une lance. Pour les Gaulois, c’était une épée nue, placée sur l’autel.

MARS DIEU DE LA GUERRE

Mars le guerrier, dieu de la guerre

Chez les Grecs Mars s’appelait Arès, dieu qui est à l’origine de la naissance du monde. Selon Hésiode, Mars, ou Arès, était fils de Jupiter et de Junon, c’est-à-dire de Zeus et d’Héra. Très jeune, Mars fut formé aux arts de la guerre et apprit les danses des Corybandes qui marchaient en sautant au son des tambours et des flûtes, en une sorte de délire sacré, ce qui l’apparente un peu plus au dieu Pan, le dieu ithyphallique. On peut donc penser que le dieu Mars est un « phallocrate », c’est-à-dire un homme qui détient son pouvoir d’un phallus.

Mars aime la guerre et bien que vaincu, il sait se relever rapidement pour d’autres rencontres. C’est un querelleur, mais brave et qui sait commander, former des troupes, les armer, Il se montre aussi sage au conseil que résolu au combat. Il a une intelligence pratique et lucide. Il excelle à détruire et sait bâtir, multiplier les forts, creuser les tranchées, susciter ou utiliser les moyens d’action. Dans les cœurs, il forge la notion du devoir. C’est un organisateur tyrannique.

A propos de la guerre, des maîtres spirituels, comme Krishnamurti, en avaient fait un mal absolument nécessaire pour des raisons parfois contradictoires : la guerre serait une réaction violente salutaire contre une maladie, qu’il s’agisse d’un organisme vivant ou d’une communauté tout entière ; Mars symboliserait les anticorps qui incarnent une salutaire réaction.

Ces mêmes maîtres spirituels enseignent qu’une guerre extérieure n’est jamais que le reflet d’une guerre intérieure. C’est, par exemple, la guerre sainte ou djihâd de l’Islam. Ainsi, Mars ne serait que celui qui porte dans les ténèbres la lumière tranchante de la vérité : combat, crime, guerre, opération, tranchante comme la lame d’un sabre.

Dans la bataille, Mars était environné d’un terrible fracas et Homère le montre retournant vers l’Olympe « semblable à une nuée sombre, un nuage orageux, qui obscurcit le ciel au moment où s’élève le souffle furieux du vent ». Dans l’Iliade, Jupiter lui reproche de « se plaire à la discorde, aux guerres et aux combats ».

VENUS ET MARS - FRESQUE DE POMPEI

Mars et Vénus – Fresque de Pompéi

Ce guerrier géant qui aimait fréquenter les champs de bataille, précédant Pluton, dieu de la mort, incitait les guerriers au carnage. Emporté par sa force, Mars fut souvent victime de son impulsivité. Pourtant, il faut aussi l’amant d’Aphrodite/Vénus et eut avec elle une enfant nommée « Harmonie » c’est-à-dire « celle qui unit ». On trouve dans ce mythe le symbole de l’union du Bélier/Mars avec son contraire la Balance/Vénus. Pourtant Vénus était mariée avec Héphaïstos/Vulcain, le dieu-forgeron, considéré par certains astrologues comme le second maître de la Vierge. Dans le thème d’une femme, Mars est une image masculine qui représente l’amant plus que le mari.

Mars, et aussi le dieu Thor de la tradition nordique, dieu qui symbolisait l’impulsion originelle, le cerveau, avec dans le yoga, la fontanelle, l’ouverture vers le haut : le prophète, l’inspiré.

Les mots de Mars sont : impulsion, puissance d’action, conquête, guerre, feu, danger, blessure, sang, le fer et la couleur rouge, mais aussi l’élan et l’aube.

En France, à Paris, le Champ-de-Mars est le terrain où s’élève la Tour Eiffel, qui symbolise l’âge de fer et qu’on appelle « la dame de fer ».

MARS LA PLANETE ROUGE

Mars, la planète rouge

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SUR UN AIR DE VERSEAU… MAIS DANS QUELLE ERE ?

(6.6.11 - LES MYTHES DU VERSEAU ET D'URANUS) par sylvietribut le 27-01-2016

C’est la précession des équinoxes qui a donné lieu à la théorie des ères : l’ère du BELIER, correspondant à l’époque où le Soleil traversait la constellation du même nom lors de l’équinoxe de printemps, a précédé l’ère des Poissons que nous allons quitter pour entrer dans l’ère du Verseau.

Tous les 25 920 ans, arrive la grande année où se superposent très exactement signes et constellations. En divisant 25 920 ans par 12, on obtient un cycle de 2 160 ans qui marque la naissance, l’apogée et le déclin des civilisations.

Ce cycle progresse à rebours des signes du zodiaque. Ainsi, la civilisation placée sous le signe du CANCER s’effondra-t-elle avec l’engloutissement de l’Atlantide.

La civilisation des GEMEAUX vit la suprématie des villes jumelles de Memphis et de Thèbes (la première dynastie de Memphis se situe à environ 5 000 ans avant J.C.).

C’est le signe du TAUREAU qui marque l’éclosion de la civilisation de la Basse-Chaldée (3 000 ans avant J.C.), des rois de Babylone et d’Assur. Le signe du Taureau est traditionnellement celui de l’architecture, de la brique et les constructions monumentales sont l’un des aspects importants de cette civilisation.

Rome, fondée en 753 avant J.C., le sera sous le signe du BELIER et de MARS, dieu de la guerre, prépondérant dans le Parthénon romain.

Quant au Christianisme, il verra son expansion sous le signe des POISSONS que l’on retrouvera constamment dans l’iconographie chrétienne primitive. C’est d’ailleurs grâce à un petit poisson stylisé que les premiers Chrétiens se reconnaissaient dans la clandestinité.

L’ère du VERSEAU serait donc encore à venir.

LE VERSEAU - PAVEMENT DE LA BIBLIOTHEQUE DU CONGRES - WASHINGTON

Le Verseau – Pavement de la bibliothèque du Congrès – Washington

Les contempteurs de l’astrologie, Voltaire l’un des premiers, ont souvent été tentés d’opposer aux thèses de ses partisans l’argument de la précession des équinoxes. Or, bien avant, Manilius, au Ier siècle de l’ère chrétienne, puis Ptolémée, un siècle plus tard, ont répondu à cette objection : les signes du zodiaque sont avant tout des signes topiques, c’est-à-dire qu’ils situent une naissance à l’intérieur du grand rythme cosmique de l’univers et n’ont que le nom en commun avec les constellations.

Cependant, à partir du moment où nous sommes entrés dans l’ère atomique, nous avons commencé à aborder l’ère du Verseau. Même s’il faut tenir compte d’une transition de cinq cents ans, les découvertes, les techniques, les inventions, les fabuleuses avancées de la science et de la médecine, au risque d’échapper au contrôle de l’être humain et d’y perdre notre humanité, nous entraînent vers ce vertige du savoir et de l’expérimentation. Certains êtres plus conscients tendront vers la connaissance pure.

L’informatique, la génétique, la robotique… tous ces mots de notre époque qui se terminent en « ique » sont des manifestations de cette ère, avec les risques de manipulations, les victoires sur la maladie, les technocraties en marche. Cependant, il ne faut pas oublier que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Cette formule nous ne pouvons l’ignorer aujourd’hui. Ni faire aveuglément confiance au sursaut de l’homme et de sa conscience, ni aux miracles. Le Verseau est conscient de l’impact de ses inventions ou ne l’est pas. En nous efforçant de ne pas oublier que Yahvé, ou Zeus/Jupiter, ont été régulièrement tentés de détruire leurs créatures pour insolence, désobéissance, méchanceté, orgueil et autres vices divers, ou même pour mettre un terme à une surpopulation galopante.

Dans la nature du Verseau, il y a ce déconcertant mélange de naïveté, de génie, de soif de liberté et d’accès tyranniques ; cette tentation de jouer avec les idées sans toujours se préoccuper de les concrétiser. Mille idées par jour, le Verseau les a, mais le plaisir qu’il éprouve à jongler avec est supérieur à son goût de l’action. Cependant, le Verseau n’est pas l’homme de l’abstraction mais celui de l’expérimentation.

Et puis, ce Verseau, onzième signe du zodiaque, qui correspond au second mois de l’hiver, participe à la double nature uranienne et saturnienne. Et l’Air est son élément. Cet avant-dernier signe du zodiaque et avant tout caractérisé par sa nature aérienne. Il ne faut pas se méprendre : malgré sa représentation symbolique qui évoque l’eau courante, le Verseau n’a rien d’aquatique. Il faut voir dans le symbole du porteur d’eau le symbole de celui qui dispense aux assoiffés ce dont ils ont avant tout besoin pour apaiser leur soif. On cerne ainsi la plus grande qualité du natif, mais aussi son plus grand défaut : il est fait pour comprendre et faire profiter les autres de ses connaissances. Est-ce un défaut ? Peut-être si cette tendance est poussée à l’extrême, car le besoin de donner est alors si fort que le Verseau prend le manque de passion d’autrui pour de l’indifférence. Vexé, il se réfugie dans une tour d’ivoire où il ne tarde pas à ruminer de noires pensées.

Quant à la tendance uranienne du thème, elle le pousse à rechercher une indépendance de tous les instants. La liberté est ce qu’il chérit avant tout. En contrepartie, elle peut lui faire adopter des positions trop anticonformistes. Mais après tout, le Verseau n’est-il pas libre comme l’Air.

verseau2

Bibliographie

Dieux et Héros du Zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Robert Laffont Editeur

Dictionnaire de l’Astrologie – Jean-Louis Brau – Librairie Larousse – Paris

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’AGE D’OR DE SATURNE EN ITALIE

(6.3.2 - A l'étranger) par sylvietribut le 18-01-2016

Voici comment se termine le mythe de Saturne… Après que le dieu ait été contraint par son fils Jupiter de régurgiter ses autres enfants qu’il avait dévorés, ce dernier fit preuve de mansuétude et laissa à son père le choix entre refuser de perdre son pouvoir, déjà perdu, et de finir sa vie à hurler à l’injustice ou bien de renoncer sans scandale au pouvoir et dans ce cas il irait vivre son âge d’or en Italie, pays qui déjà dans la mythologie est synonyme de vie agréable, et faire profiter à l’humanité les fruits de son expérience.

On perçoit là le double visage de Saturne, qu’on apparente parfois à Janus, le dieu au double visage. D’un côté, le vieux saturnien qui hurle à l’injustice, ne supporte pas la jeunesse mais voyant dans le passé un paradis perdu, ce sont ces vieux grincheux que rien ni personne n’enchante plus. Ce sont aussi ces vieux politiques qui s’accrochent au pouvoir, près à toutes les compromissions pour le garder. Et puis, il y a les beaux vieillards tolérants et chaleureux qui ont renoncé à leur pouvoir et se plaisent à transmettre à leurs semblables et aux jeunes leurs connaissances.

SATURNE ET L'AGRICULTURE

Saturne apporta aux hommes l’agriculture

Il existe plusieurs versions de la fin du règne de Saturne sur l’Olympe. Certaines l’envoient sur l’île des Bienheureux, d’autres le jettent dans le sombre Tartare et d’autres enfin l’exilent en Italie. C’est l’hypothèse la plus heureuse. En effet, l’exilé aurait été accueilli par le roi Janus et Saturne deviendra ce bon roi apportant l’âge d’or, faisant don de l’agriculture, de la civilisation, de l’abondance dès lors qu’il aura renoncé au pouvoir et à l’immortalité. Il doit passer par l’exil, comme le Saturnien doit accueillir la perte, le renoncement, ouvrir les mains, accepter tel Job de tout perdre pour obtenir et tout retrouver.

Pour le Saturnien, pas d’accès à son « Age d’or » tant que ne sont pas opérés en lui cette mutation, cet abandon. Il faut dépasser l’activité aveugle. En acceptant de mourir, Saturne acquiert une vertu qu’il ne possédait pas. Sans Saturne, pas de structuration, pas de squelette, pas d’ossature. Saturne, c’est le grand architecte, bien plus que le malheureux « grand maléfique » dont on nous a, de façon pernicieuse, rebattu les oreilles. La verticalité de l’être humain évoque une histoire saturnienne. Avec Saturne, d’ailleurs, on est  à l’origine de tout, dans la préhistoire, dans les grands commencements, puisqu’avec lui, il n’y a pas de fin, pas de terme, mais un temps qui se déroule éternellement. Saturne est la continuité.

Il faut éviter la confusion si fréquente entre Cronos et Chronos le dieu du temps, on peut aussi la justifier ; parce que ce « jeune » Titan est aussi un vieillard, l’Ermite du Tarot avec sa lanterne s’éclairant dans la nuit, seul, marchant à pas lents, et peut-être, tel Diogène, cherchant, en vain, un homme.

S’il y a dépouillement saturnien, il y a aussi Cornucopia, la fameuse corne d’abondance d’Amalthée. Toujours avec le Capricorne, on rencontre ces oppositions : avidité/dépouillement, manque/abondance, solitude/Prise en charge des autres. Mais toujours l’une des facettes est là pour éclairer l’autre. On peut se défaire de tout quand on a peur de perdre ; on s’organise pour durer quand on a peur de tout ; on peut fuir quand on a peur d’être mal aimé ou abandonné. Et c’est pourquoi il faut s’inscrire en faux contre l’affirmation de pessimisme faite au Capricorne, alors que bien souvent le natif de ce signe entreprend une carrière à soixante-dix ans passés. Vitalement, c’est un optimiste invétéré dont le corps est chevillé à l’âme. Mais, au fil des ans, il a perdu ses illusions sur biens des choses et bien des leurres qui ne résistent plus à sa lucidité aiguë. Il n’a pas de « fourbes pensées », mais il ne dit pas tout ce qu’il pense, lui qui hait le mensonge parce qu’il se méfie des mots qui vont trop vite, plus vite que sa lente pensée, ou qui sont inutiles, comme certains désirs.

LE CORBEAU DE SATURNE

Le corbeau de Saturne

A propos, « Cronos » viendrait de « Coronis », la corneille ou le corbeau, et cet oiseau abriterait l’âme d’un Roi mort. On songe à la mélancolie saturnienne, au « Never More » croassé par le Corbeau le plus saturnien des poètes, Edgard Poe ; ce « Jamais plus », ce temps qui ne reviendra plus, celui de la nostalgie et du renoncement.  

Saturne est donc un ancien dieu italique rustique, identifié au Cronos grec. Il aurait été l’un des premiers rois du Latium, au temps de l’âge d’or, quand la vie était heureuse et facile. Il apprit aux hommes à cultiver les champs et à jouir des bienfaits de la civilisation. Les Saturnales, qui avaient lieu fin décembre, étaient les fêtes les plus gaies de l’année. Au début, il aurait eu pour femme Lua, mais plus tard on lui associa plutôt Ops, identifiée à la Rhéa Grecque.

C’est Macrobe qui fait référence au séjour de Saturne dans le Latium, bien avant la fondation de Rome. Il raconte que Saturne détrôné se serait réfugié dans cette région d’Italie qu’il y rassembla les hommes féroces éparpillés dans les montagnes et leur donna des lois. Et c’est ainsi que son règne fut appelé « l’âge d’or ». Ce sont donc de paisibles sujets que Saturne chercha à gouverner avec douceur et équité. Les Saturnales allaient aussi contribuer à célébrer la mémoire de cet âge heureux de l’exercice du pouvoir.

Macrobe était un écrivain et un philosophe latin, auteur des « Saturnales » ainsi que du « Commentaire au Songe de Scipion ». Il serait né vers 370, à Sicca, en Numidie, en Afrique. C’est avec Saint Augustin et Cassiodore l’un des « passeurs de témoin » à la fin de l’Antiquité romaine, notamment en ce qui concerne la question de l’âme.

PORTA ROMANA - VIA CLODIA - SATURNIA

Saturnia – Porta Romana – Via Clodia

Il est à la limite du Latium et de la Toscane, dans une province qu’on appelle Maremma, une petite ville charmante, Saturnia. Elle fut construite près de la nécropole étrusque de Pian de Palma et des sources thermales. Saturnia est connue depuis l’Antiquité et elle est bien sûr dédiée à Saturne qui lui a donné son nom. Pourtant, peu de vestiges romains sont encore visibles car la cité a été détruite au VIe siècle. Il reste encore la Porta Romana parcourue par la Via Clodia.

La Via Clodia était une ancienne route romaine dédiée au trafic marchand avec les colonies d’Etrurie, terres étrusques en Toscane. Cette voie publique était aussi dénommée « via des thermes », soit parce qu’elle rejoignait certaines localités thermales, soit parce qu’elle se terminait à Saturnia. Bien que cette dernière localité n’était pas à l’origine de la via Clodia, les historiens s’accordent sur le fait qu’elle fut une voie construite par les Romains sur un tracé étrusque préexistant entre Pitigliano, Sorano et Sovana, un hameau de Sorano, et calqué sur les préexistantes « vie Cava » étrusques. On parlait déjà de la via Clodia à la fin du IIIe siècle avant Jésus-Christ et son dallage tel qu’on le voit aujourd’hui date de 225 avant Jésus-Christ. Elle servit de voie de pénétration à l’armée romaine et à la conquête de l’Etrurie débutée en 310 avant Jésus-Christ. Ne pas confondre avec la Via Clodia Nova ou Cloda Seconde qui date de 180 avant Jésus-Christ et qui reliait Lucca à Lunipar, itinéraire qui longeait la rivière Serchio.

193 Presqu'île ORBETELLO

La Tyrrhénienne – La côte toscane

La Via Clodia fut construite entre la via Aurélia qui longe la Méditerranée, qu’on appelle en Italie la mer Tyrrhénienne, jusqu’à Pise, et la via Cassia dont elle suivait le cours sur les 11 premiers milles, soit environ 16 km, puis à La Storta, les deux voies se séparaient :

  • La via Cassia se dirige au nord, passant du côté gauche du lac de Bracciano, dans le Latium, vers les confins de la Toscane et de la Ligurie ;
  • La via Clodia se dirige plus au nord-ouest sur le côté gauche du lac. A la hauteur du hameau de Vigna di valle de Bracciano, la via Clodia se sépare en deux tronçons :
  • Le premier : un tronçon court en dirigeant plus à l’ouest vers les thermes Aquae Apollinares Veteres : Bagni di Stigliano de Canale Monterano, pour rejoindre Tarquinii, la Tarquinia d’aujourd’hui, et la via Aurelia.
  • Le second : un tronçon plus long qui, du Forum Clodii près de Bracciano, continue toujours au nord-ouest, vers Blera, puis longe la commune de Vetralla, pour arriver à la cité étrusque de Norchia, puis à Tuscana, la Tuscania d’aujourd’hui, et remonter le long de la rivière jusqu’à Marta, petit port de pêcheurs au bord du lac de Bolsena. On traverse encore la commune de Valentano et on arrive à Ischia di Castro et Canino, pour remonter aux thermes de Saturnia. On rejoint ensuite la via Aurelia à Rusellae.

C’est au Moyen Age que Saturnia va renaître avec la création du Comté de Titinnano en passant sous le contrôle de la famille des Aldobrandeschi au XIIIe siècle. Elle entre ensuite, en 1274, dans le comté de Sovana et au XIVe siècle, Saturnia passera sous le contrôle de la famille Baschi, puis de la famille d’Orsini. Au XVe siècle, Saturnia fera allégeance à la ville de Sienne. De nouveau, elle sera détruite et devra attendre le XVIe siècle et son entrée dans le grand duché de Toscane pour renaître.

TERME DI SATURNIA

Le Cascate del Mulino – Saturnia

Quoi qu’il en soit, Saturnia, ancien site étrusque, est connue depuis la Rome antique pour ses thermes en plein air. Ses eaux sulfureuses surgissent à 37°5 C. Elles proviennent des flancs sud du Mont Amiata et des collines « dell’Albegna » et « del Fiora ». Elles se répandent dans plusieurs sites naturels typiques avec leurs conques et concrétions calcaires. Plusieurs de ces sites sont accessibles gratuitement et sont en plein air, comme « le Cascate del Mulino », la plus célèbre, ou « le Cascate del Gorello ».

Pour ceux qui les visitent, les thermes sont un endroit incroyable, un endroit possédant quelque chose d’irréel. La légende raconte que ces « cascate » se trouvent dans le lieu où la foudre lancée par Jupiter lors de sa dispute avec Saturne serait tombée, sans doute du fait qu’elles sont immergées au cœur d’un des plus beaux cadres naturels de la Toscane.

Certains Italiens viennent fêter la fin de l’année ou le début de la nouvelle les pieds dans l’eau des thermes de Saturnia. Ces thermes à ciel ouvert, en pleine nature, accueillent des milliers de baigneurs toute l’année, y compris en plein hiver, et particulièrement le 31 décembre. La source d’eau brûlante attirait déjà les Romains antiques. Les Romains d’aujourd’hui goûtent encore le plaisir de se plonger dans l’eau chaude et sulfurée, alors que l’air est glacial. C’est un lieu vraiment surprenant. Nous sommes ici en pleine nature, au milieu de la végétation, des roseaux et des arbres et ce torrent d’eau chaude qui court à travers la prairie. Des nuages de condensation s’élèvent dans l’air. Le torrent se transforme en cascades et l’eau dévale dans de grandes vasques de pierre qui forment comme une multitude de petites piscines naturelles.

ragazza in una piscina termale, saturnia

Les thermes de Saturnia

Les vasques de pierre des « Cascate del Mulino » à Saturnia

Les Etrusques prêtaient des vertus miraculeuses à cette source. C’est vers 280 avant Jésus-Christ que les Romains commencent à l’exploiter. Et il semblerait que les légions romaines, après leurs batailles, venaient se soigner dans cette zone thermale. C’est en effet une eau curative. Elle soulage rapidement les blessures. Les paysans également, lorsqu’ils avaient un animal blessé, venaient le soigner dans cette eau.

C’est un endroit rêvé pour les amoureux. Le 31 décembre ou tout au long de l’année, le bain de minuit au clair de lune est plus que romantique. C’est magique.

Plus tard, au Moyen Age, la vapeur, la chaleur, l’odeur de souffre qui s’échappe de la source firent courir d’autres légendes. On racontait que c’était par là qu’apparaissait le diable sortant de l’enfer. On disait aussi que les sorcières s’y donnaient rendez-vous.

Bien sûr il n’en est rien. Ce n’est qu’une seule et unique source : un cratère situé sous la piscine centrale de l’hôtel « Terme di Saturnia ». Il en sort plus de 500 litres d’eau à la seconde. Des études du Centre National de la Recherche disent que l’eau, avant de surgir, effectue un parcours de 40 ans sous terre, avant de sortir et de donner cette eau sulfureuse à 37° C.

Et puis, se souvenir que Saturne régit entre autre la peau et qu’une demi-heure à barboter dans une vasque rend votre peau douce comme celle d’un bébé. Ca tonifie aussi, ça purifie, ça rend joyeux.

Toutefois ce bijou qu’offre la nature, entièrement gratuit, est en péril. Les dernières pluies ont fragilisé une vasque qui s’est effondrée.

PITIGLIANO

Pitigliano dans la Maremma Toscana

Voici un petit coin de Toscane à découvrir car elle regorge de richesses, comme le village médiéval de Montemerano qui se trouve tout près, et puis Pitigliano surprenant village construit à même et sur le rocher, à l’architecture majestueuse, et puis encore le lac de Bolsena avec ces charmants villages tout autour et ces deux petits îles qu’on peut visiter, après une petite traversée charmante du lac, vous y gagnerez peut-être votre paradis si vous y découvrez les petites églises perdues dans une végétation luxuriante. Enfin, la Méditerranée est à deux pas.

Comment ne pas évoquer aussi la cuisine rurale et succulente de ce sud Toscane qui a su gardé toute son authenticité… Les vins sont aussi à découvrir, comme celui de Pitigliano, ou encore le vin blanc merveilleux de Montefiasco, l’Est l’Est l’Est, dont je vous raconterai peut-être un jour l’histoire.

On trouve facilement à louer un hébergement à des prix raisonnables dans toute la région. Mais on peut aussi séjourner dans les agritourismes, une formule de vacances à découvrir, avec l’assurance d’une alimentation saine et variée puisque ce qu’on nous sert provient de la propriété ou de propriétés semblables et rien d’autres.

 SATURNIA SUR LA CARTE D'ITALIE

Pour vous repérer dans ce petit coin sud Toscane, à la frontière du Latium

Bibliographie

Dictionnaire de la Mythologie – Michael Grant et John Hazel – Marabout

Dieux et héros du zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Robert Laffont Editeur

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’HERBIER DU CAPRICORNE… LA BOURDAINE

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 15-01-2016

Son nom savant et latin est Rhamnus frangula, mais on la nomme aussi Bourgène, bois noir, aulne noir, frangule et nerprun. Son action est signalée pour la première fois au Moyen Age par Pierre de Crescences qui parle d’un petit arbre dont « l’écorce du milieu, donnée à boire ou en viande, lâche le corps merveilleusement ». C’est, en effet, l’un des meilleurs remèdes contre la constipation, un mal bien saturnien ou Capricorne.

BOURDAINE - PLANCHE BOTANIQUE

La bourdaine – Planche botanique

La bourdaine est un arbuste de la famille des Rhamnacée pouvant atteindre deux à trois mètres de haut, qui pousse spontanément dans les haies, les taillis, au bord des cours d’eau, sur les terrains humides et qu’on cultive aussi comme plante d’ornement.

On trouve la bourdaine soit sur les terrains humides et acides, soit sur les terrains secs et calcaires, dans les sous-bois, les clairières, en lisière de forêt, en plaine et en montagne. Elle est répandue dans toute l’Europe, sauf l’extrême nord et la région méditerranéenne.

Son écorce noirâtre est parsemée de taches plus claires ; ses feuilles ovales sont marquées de nervures profondes et ressemblent à celles de l’aulne. Ses fleurs blanc verdâtre donnent naissance à des baies bleu-noir un peu plus petites que des myrtilles.

LA BOURDAINE

La bourdaine aux boules rouges devenant noires

Avec ses tiges, très flexibles et droites, on fait de la vannerie domestique. Avec le suc de ses fruits, mélangé à de l’eau de chaux et de la gomme arabique, on obtient le vert de vessie employé pour la peinture à la détrempe et son charbon entre dans la composition de la poudre de chasse.

Cependant, seule la seconde écorce, prélevée au moment de la floraison et séchée pendant un an au moins, intéresse l’herboristerie.

Pour obtenir un laxatif léger, en même temps stimulant biliaire et rénal, que vous pourrez faire en décoction et que vous prendrez le soir au coucher ou par fraction en trois fois dans la journée, avant les repas. Toutefois, l’usage de la bourdaine doit être occasionnel car elle est irritante pour le côlon.

En usage externe, cette même décoction s’emploie en lotions et compresses contre les dartres rebelles.

Il ne faut jamais utiliser l’écorce fraîche Elle contient un ferment qui provoque des nausées, des vomissements et des coliques, ferment qui ne disparaît par oxydation de l’air sec qu’après un an ou encore au chauffage à 100° pendant une heure. L’écorce vendue en herboristerie est toujours vieille de plusieurs années, ses propriétés se conservent longtemps.

La bourdaine est également une plante mellifère, grâce à ses petites fleurs riches en nectar, dans lesquelles les abeilles puisent pour faire un miel très riche et très apprécié. Quant au fruit de la bourdaine, il est très prisé des chevreuils. Il contient un alcaloïde aux effets psychotropes.

ECHANTILLONS DE SOIE NATURELLE TEINTEE A LA BOURDAINE

Echantillons de soie naturelle teintée à la bourdaine

http://pc70valcharente.n2000.fr/Anglade_Bourdaine_teinture_vegetale

La bourdaine est également un magnifique arbuste tinctorial. Selon les techniques de teinture et la partie utilisée, elle offre une grande diversité de couleurs : l’écorce fraîche donne des tons nuancés de rouge à framboise ; l’écorce sèche et le bois varient du rouge au brun ; quant aux baies violettes elles peuvent donner un magnifique vert.

Le bois de cet arbuste de bourdaine permettait d’obtenir un charbon de bois qui servait à fabriquer de la poudre noire à faible vitesse de déflagration. Elle fut utilisée, vers 1860, dans les carrières de pierres ornementales pour fournir de gros blocs non fracturés. Charles Garnier se servit de ces blocs de pierre des mines de fluorine de Voltennes, de la Petite-Verrière dans le Morvan, pour réaliser la fabrication des 189 colonnettes de 55 cm de hauteur d’un seul tenant, qui décorent les balcons de la nef du grand escalier du Palais Garnier, l’Opéra national de Paris.

Enfin, ne pas oublier que la bourdaine est un arbuste buissonnant rustique et résistant permettant de constituer de belles haies sur terrain humide ou des massifs épais rafraîchissant en été.

MIEL DE BOURDAINE

Miel de Bourdaine des Landes

Bibliographie

Nos grand-mères savaient – La vérité sur les plantes et la vie naturelle – Jean Palaiseul

 

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LES PANIQUES DU DIEU PAN… UN PERSONNAGE SATURNIEN

(6.6.10 - LES MYTHES DU CAPRICORNE ET DE SATURNE) par sylvietribut le 13-01-2016

Dans la mythologie du Capricorne tout le monde connaît la chèvre Amalthée qui nourrit Jupiter bébé. Mais personne n’imagine que le dieu Pan appartient également à ce monde de Saturne et du Capricorne. Il était même le dieu des pâturages et plus particulièrement des moutons et des chèvres. Comme son père, Mercure/Hermès, il avait des liens étroits avec l’Arcadie. Son nom évoque sa fonction pastorale et signifie « berger » ou, littéralement, « nourricier », alors qu’en grec archaïque ce mot se traduit par « paon ».

En fait, on ne sait pas très bien de qui Pan est le fils : Mercure/Hermès pour certains, Zeus/Jupiter pour d’autres, voir même Apollon/le Soleil, ou encore Cronos/Saturne. Pour sa mère, on hésite entre Callisto ou Pénélope, peut-être une fille de Dryops, ou Hybris ou même une chèvre. Quoi qu’il en soit, lorsque sa mère vit à qui elle avait donné naissance, elle s’enfuit et abandonna l’enfant et ce sont les nymphes qui l’élevèrent à sa place. Il faut dire que l’enfant avait les membres inférieurs d’un bouc et de petites cornes sur la tête. L’image médiévale du diable a d’ailleurs pour origine cette représentation de Pan. Cependant, malgré la laideur du nouveau-né, Hermès fut fier de le montrer aux dieux de l’Olympe. Dieu rustique, Pan était aussi lubrique et poursuivait les nymphes de ses assiduités. Il passait aussi pour responsable de la fertilité du menu et du gros bétail.

LE DIEU PAN - Musei CAPICOLINI - ROME

Le dieu Pan – Musei Capitolini – Rome

Comme Apollon, Pan était musicien, mais n’était pas vraiment doué. Il y eut un jour en Lydie un concours entre les deux dieux, et Tmolos, le juge, accorda le prix à Apollon ; c’est à cette occasion que Midas, pour ses commentaires stupides, fut affligé d’oreilles d’âne.

L’instrument sur lequel jouait Pan était la « syrinx », ou flûte de Pan, au son de laquelle les nymphes et les satyres avaient coutume de danser. Il obtint sa flûte lors d’une de ses aventures amoureuses, alors qu’il poursuivait la nymphe Syrinx, ou Novacris. Lorsque cette dernière atteignit le fleuve Ladon, elle s’aperçut avec désespoir qu’elle ne pouvait le traverser et demanda aux nymphes de la transformer en roselière. Sa prière fut exaucée, Pan coupa quelques roseaux et en attacha les morceaux de différentes longueurs pour en faire une flûte. Pan aima aussi Séléné, la déesse lunaire, et l’attira dans les bois en lui promettant une toison de laine blanche.

PAN POURSUIVANT SYRINX

Pan poursuivant Syrinx – Bas-relief de Claude Michel dit Clodion – Musée du Louvre

Il apparaissait parfois comme une divinité effrayante, comme le suggère le mot « panique », auquel le nom  de ce dieu Pan est associé. Il se fâchait si on le dérangeait pendant son sommeil, tant la nuit que durant la chaleur du jour. Il était l’un des personnages préférés des poètes bucoliques, comme son demi-frère Daphnis, qu’il aima tendrement et qu’il pleura quand il mourut.

Pan protégeait aussi les Athéniens : on racontait que, lorsque Pheidippidès se rendit précipitamment à Sparte pour demander de l’aide avant la bataille de Marathon, en 490 avant Jésus-Christ, en traversant le mont Parthénion en Arcadie ; le dieu l’appela par son nom et lui demanda pourquoi les Athéniens ne lui rendaient pas de culte alors qu’il était si souvent venu à leur secours. Aussi, après la victoire de Marathon, lors de laquelle les Perses s’étaient enfuis dans la grande « panique », Athènes éleva un sanctuaire à Pan et offrit des sacrifices et des processions en son honneur. Pan sema aussi la panique dans les rangs des géants lorsqu’ils livrèrent combat aux dieux, en poussant un grand cri qui les frappa de terreur. Les Romains identifièrent Pan au dieu des bois Silvanus.

Mais revenons aux paniques de Pan. Edith Stengers, a écrit « la crise de panique serait une sorte de transition de phase… un changement d’identité… La panique désigne un moment mythique ». La panique, c’est une sorte d’explosion dans la conscience, qui se situe au-delà de la colère et de la peur, et semble figer sur place ceux qui en sont victime, ou provoquer un état où le temps est arrêté, où on est immobilisé dans l’espace.

PAN DANSANT AVEC LES NYMPHES - WILLIAM-ADOLPHE BOUGUEREAU (1825-1905)

Pan dansant avec les nymphes – William-Adolphe Bouguereau

Et malgré tout, Pan aimait divertir les dieux de l’Olympe, car il faut bien reconnaître qu’il méritait d’être l’objet de moquerie au regard de ces dieux bien peu compatissants en général. En effet, sa tête n’est-elle pas ornée de cornes, d’une barbichette, son corps n’est-il pas couvert de poils, agrémenté d’une queue et de pattes de bouc, vraiment rien qui le rende gracieux. Pourtant, il avait le caractère gai et un beau tempérament. Il ne faut pas négliger cette dimension du signe du Capricorne : le goût de l’humour, de la dérision, même si elle s’exerce à ses propres dépens, du rire et une belle vitalité qui va de pair avec un robuste appétit, une sensualité secrète et impérieuse, voire une avidité extrême qui explique ainsi ses insondables frustrations. Car comment être frustré si on n’est pas avide, désespérément assoiffé de tout ?

Toujours en rapport avec la nature terrienne du Capricorne, les activités de Pan qui sont agrestes. Il s’occupe des richesses de l’Olympe et, d’ailleurs, garde les troupeaux, soigne les ruches, donne un coup de main aux chasseurs pour les aider à débusquer le gibier. Serviable, en quelque sorte, en quête d’amour par tous les moyens. Il adore danser dans les montagnes avec les nymphes et les dryades.

De caractère facile, on le dit insouciant et on le veut paresseux parce qu’il a le goût de la sieste. Ne serait-ce pas plutôt pour se réfugier dans le sommeil lorsqu’il trouve la vie difficile, par philosophie paisible et conviction que Sommeil et Nuit sont ses amis ? Malheur pourtant à celui qui vient troubler sa régression tranquille : on dit qu’il poussait un cri si terrible et si soudain face à celui qui prétendait le réveiller qu’il engendrait sur-le-champ la fameuse panique qui lui doit son nom.

Robert Graves nous conte qu’en dépit de son bon caractère il n’inspirait pas le respect. Par exemple, les chasseurs qui rentraient bredouille malgré ses conseils le frappaient avec des scilles dont l’effet devait être piquant ou brûlant. Encore une atteinte à la peau fragile du Capricorne. Ce pauvre Pan ne méritait pas pareil traitement mais la vie lui accordait quelques compensations.

LA NYMPHE ECHO ET NARCISSE

La nymphe Echo et Narcisse – Watherhouse

On lui prête plus de succès féminins qu’on ne l’imaginerait. Pan illustre bien le principe selon lequel les femmes, et même les nymphes, préfèrent un homme laid qui les fait rire… et se donne du mal pour les combler, à un homme ou un dieu beau comme Apollon, qui ne se soucie que de lui-même. Pan a aimé, dit-on, la nymphe Echo et ils auraient eu ensemble Iynx. Hélas, Echo tombera précisément dans le piège tendu par la beauté de Narcisse sidéré par sa propre perfection Histoire qui finira mal, mais là est une autre histoire.

Avec Euphémé, la nourrice des Muses, Pan aurait eu Crotos, le Sagittaire, montrant bien toute l’ambiguïté qui subsiste en matière de Centaures, entre hommes-chevaux et hommes-chèvres.

Vantard comme il était, Pan fait volontiers croire qu’aucune Ménade ne lui aurait résisté, surtout lorsque l’ivresse faisait tomber leurs éventuelles inhibitions, bien qu’on leur en connaisse peu. Mais on dit aussi qu’il risquait sa vie en s’accouplant avec ces créatures sauvages.

LE DIEU PAN ET SELENE LA LUNAIRE

Pan et Séléné

Pourtant, on lui connaît aussi des échecs, notamment avec Pitys et Syrinx, mais Séléné, la déesse Lune, accepta de monter sur son dos et ne lui refusa pas ses faveurs.

Pan fut parfois victime de certains héros et, s’il faisait rire, il arrivait que ce fût à ses frais. C’est ainsi qu’il tomba éperdument amoureux d’Omphale, convaincu qu’il n’aimerait plus jamais personne, qu’elle seule pouvait combler son désir. Robert Graves raconte l’aventure à sa façon, récusant la version qui fait d’Héraklès/Hercule celui qui « file la laine aux pieds d’Omphale » habillé de vêtements féminins et coiffé comme une femme. Selon Robert Graves, Pan guette Omphale, bien décidé à se glisser dans sa couche par surprise, à la nuit tombée. Mais la reine de Lydie a perçu ses intentions. Elle échange ses vêtements avec Héraklès, s’étend… Trompé par les apparences, Pan rentre dans le lit d’Héraklès et se fait cueillir par un violent coup de pied qui l’expédie au diable, auquel on l’associe si souvent, et provoque l’hilarité du couple.

Pan fut même la victime d’Hermès/Mercure, son père, dont on sait qu’il ne brille pas toujours par son honnêteté et sa rigueur morale. Pan avait laissé tomber une flûte car il en fabriquait beaucoup et en jouait sans cesse pour accompagner les nymphes ou les Ménades dans leurs danses. Hermès la ramasse et la vend à Apollon, en se faisan passer aux yeux de ce dernier pour l’inventeur ou le fabricant de l’objet. Ce qui n’empêchera pas Pan, peu rancunier, d’aider Hermès à récupérer les tendons de Zeus/Jupiter que Typhon avait sectionnés et cachés.

PAN ET SA FLUTE

Bibliographie

Dictionnaire de la Mythologie – Michael Grant et John Hazel – Marabout

Dieux et Héros du Zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Robert Laffont Editeur

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,