ASTROLOGIE ET ELECTIONS LEGISLATIVES

(2.5 - DANS L'ACTUALITE AUJOURD'HUI) par sylvietribut le 11-06-2012

L’une des grandes lois de l’interprétation en astrologie c’est la répétition des configurations du ciel natal, comme s’il fallait qu’il y ait une résonance entre un moment de la vie et l’entrée dans l’existence pour se trouver en présence d’une situation ou d’un événement qui va compter pour quelqu’un, en négatif comme en positif.

L’exemple de la récente élection présidentielle illustre parfaitement cet aphorisme :

– Le 22 avril 2012, premier tour de l’élection présidentielle, on notait dans le ciel une conjonction Lune/Jupiter en Taureau. Or, un seul candidat possédait dans son thème natal un aspect Lune/Jupiter, c’était François Hollande. Il s’agit d’une opposition entre une Lune en Capricorne et un Jupiter en Cancer.

 

Lune en exil en Capricorne

–  Au second tour de l’élection présidentielle, le 6 mai 2012, la Lune avait rejoint le Scorpion et s’opposait à Jupiter dans le Taureau, soit la représentation même du thème de François Hollande qui devient Président de la République. Dans les deux cas, la conjonction et l’opposition entre la Lune et Jupiter, se font respectivement au trigone et au sextil de la configuration natale du thème du nouveau Président. Ce rapport planétaire Lune-Jupiter semble comme le désigner.

– Le thème de l’Investiture, le 15 mai 2012, n’échappe pas à la règle puisque la Lune occupe alors le 23e degré Poissons au sextil exact de Jupiter 23° Taureau.

–  Hier, 10 juin 2012, premier tour de l’élection législative, avec l’obligation pour le Président d’avoir une chambre des députés lui permettant de réaliser la politique qu’il tient mettre en place. C’est une obligation absolue pour ne pas retomber dans les travers d’une cohabitation. Or, que trouve-t-on dans le ciel de ce premier tour électoral, une Lune début Poissons et un Jupiter sur 29° Taureau, sans aspect exact, mais cependant en affinité avec le thème de Monsieur Hollande, et dans la continuité des précédents scrutins.

 

Jupiter en exaltation en Cancer

– Le 17 juin 2012, la Lune sera en Gémeaux et en conjonction de Jupiter entré dans le signe le 11 juin 2012, comme si la France confirmait son choix et qu’il revenait au Président de la République de se mettre au travail sur un mode harmonieux. En effet, la Lune et Jupiter seront conjoints à l’Ascendant du thème natal de Monsieur Hollande dans une rencontre harmonieuse avec Vénus et un sextil à Uranus. Voilà une invitation à se mettre au travail avec un préjugé favorable.

 

Premier Tour des élections législatives 2012 – Projection pour le second tour

Rambouillet, le 11 juin 2012

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LES GEMEAUX ET LA CONSTELLATION DU COCHER

(5.7 - CONSTELLATIONS ET ETOILES FIXES) par sylvietribut le 03-06-2012

Castor et Pollux (alpha et bêta Germinorum), étoiles de magnitudes respectives 1,6 et 1,2, culminent haut dans le ciel à minuit en janvier, dans l’hémisphère Nord ; ces étoiles jumelles semblent proches l’une de l’autre. Il s’agit de la constellation zodiacale des Gémeaux. Castor, la plus septentrionale de ces deux étoiles, est blanche, alors que Pollux est orange. Cette constellation se trouve au nord de Procyon (alpha Canis Minoris) et au nord-est d’Orion. Les pieds des jumeaux sont représentés par Alhena (gamma Geminorum), qui est située à peu près à mi-chemin entre Al Nath (bêta Tauri) et Procyon.

 

Castor et Pollux dans la constellation des Gémeaux

Dans la mythologie grecque, ces jumeaux sont les Dioscures, les « Fils de Dieu ». Certains récits les décrivent comme demi-frères, enfants de Léda ; Castor serait né de ses amours avec un mortel, et Pollux de son union avec Zeus/Jupiter. Castor excellait en équitation, et Pollux à la lutte. Ils s’aimaient tellement que Pollux refusa l’immortalité qu’on lui offrait, en tant que fils de dieu, si son frère ne pouvait la partager. Zeus leur permit de rester ensemble, mais ils durent alternativement passer un jour dans le royaume des dieux et un jour dans le monde souterrain, l’Hadès. Pour les récompenser de leur amour fraternel, Zeus/Jupiter en fit des étoiles. Lorsque Castor se couche à l’occident, descendant vers les Enfers, Pollux le suit. Et quand Castor se lève, son frère apparaît bientôt à ses côtés.

Les Dioscures – Campidoglio – Rome

Le dieu des Mers, Poséidon/Neptune, donna aux Gémeaux le pouvoir de sauver ceux qui voyagent en mer. Dans l’hémisphère Sud, ils étaient visibles au-dessus du mât de l’Argo, le navire qui emmenait Jason vers la Colchide, alors qu’il allait chercher la Toison d’Or. Lorsque les deux frères montèrent à bord, deux flammes jaillirent du mât. Ce phénomène électrique est connu des marins sous le nom de feu Saint-Elme ; il est provoqué par l’électricité atmosphérique.

Les Gémeaux n’ont pas la même forme dans toutes les civilisations. Les Romains ont associé cette constellation à Remus et Romulus, en 753 avant Jésus-Christ. Dans la mythologie maya, les Gémeaux sont des pécaris copulant. Les Arabes les ont représentés en paons, et, en Europe, cette image a survécu jusqu’à la fin du Moyen Age. Dans la tradition phénicienne et chaldéenne, les Gémeaux sont deux chevreaux qui suivent un berger représenté par la constellation du Cocher, qui se trouve à l’ouest des Gémeaux au nord d’Orion.

 

Constellation du Cocher

Le Cocher (Auriga) tient de la main gauche deux chevreaux, et en même temps il porte sur le bras gauche une chèvre, un animal qui correspond à la magnifique étoile jaune-blanc Capella, la « Petite Chèvre » (Alpha Aurigac, de magnitude 0,1). Le pied droit du Cocher touche la constellation du Taureau, en l’occurrence la pointe de l’une de ses cornes, au point marqué par l’étoile Al Nath (bêta Tauri), qui se trouve juste au-dessus de l’écliptique. Les étoiles de la constellation décrivent une sorte de spire qui passe par thêta Aurigae, puis par l’étoile Menkalinam (bêta Aurigae, de magnitude 2), près de l’épaule droite, et par Capella. Tout près de cette dernière, la spire revient vers epsilon Aurigae, qui correspond aux chevreaux, deux petites étoiles, nu et dzêta Aurigae. Le personnage du Cocher avait cette forme dans les premières civilisations de l’Euphrate.

Dans la mythologie grecque, la chèvre Capella était assimilée à Amalthée, qui signifie « Douce ». Lorsque la déesse Rhéa put soustraire Zeus/Jupiter, son fils, à la colère de son père, Cronos/Saturne, qui voulait le dévorer, Amalthée nourrit l’enfant. Pour la récompenser, Zeus/Jupiter transforma l’une de ses cornes en corne d’abondance, qui déverse en permanence de la nourriture et de la boisson.

 

Enlèvement d’Hippodamie – Lagrenais – Musée du Louvre

Curieusement, le Cocher n’a pas de coche. La mythologie grecque explique cela en assimilant le Cocher à Myrtilos, fils d’Hermès/Mercure, qui était le cocher d’Oenomaos. Ce dernier voulait empêcher sa fille Hippodamie de se marier. Il défiait tous les prétendants dans des courses de chars, qu’il remportait facilement en attelant au sien les juments d’Arès/Mars, nées du vent. Quand vint le tour de Pélops, fils de Tantale, qui était aimé d’Hippodamie, Myrtilos remplaça l’essieu du char de son maître par de la cire ; lors de la course, l’équipage perdit ses roues et Oenomaos la vie. Mais, en toute justice, Myrtilos fut puni par le destin. En effet, il était lui-même amoureux d’Hippodamie et, un soir, alors qu’il servait de cocher à la jeune fille et à Pélops, il tenta d’enlever sa belle. Son coup rata et Pélops, fort en colère, réussit peu après, traitreusement, à précipiter Myrtilos dans la mer, où il se noya.

Il n’y a sans doute pas de rapport historique direct, malgré la similitude de nom, entre la constellation grecque du Chariot et le groupe d’étoiles des « Cinq Chariots » de l’astronomie chinoise, qui se trouve essentiellement dans cette constellation du Chariot, avec Capella pour étoile principale.

Bibliographie

Le Langage Secret des Etoiles et des Planètes – Geoffrey Cornelius et Paul Devereux – Editions Solar 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SYMBOLE DE MERCURE PAR EXCELLENCE… LE CADUCEE

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME) par sylvietribut le 27-05-2012

Le caducée est le symbole des plus anciens dont on trouve la représentation gravée sur la coupe du roi Gudea de Lagash, 2600 ans avant Jésus-Christ, et sur les tablettes de pierre, appelées en Inde « nâgakals ». Les formes et les interprétations du caducée sont beaucoup plus variées qu’on ne le croit généralement et elles ne s’excluent pas nécessairement.

Le caducée d’Hermès/Mercure

Le caducée est l’emblème d’Hermès/Mercure, baguette autour de laquelle s’enroulent en sens inverse deux serpents. Elle équilibre ainsi les deux aspects, gauche et droit, diurne et nocturne, du symbole du serpent. Le serpent possède ce double aspect symbolique : l’un, bénéfique, l’autre maléfique, dont le caducée présente, si l’on veut, l’antagonisme et l’équilibre ; cet équilibre et cette polarité sont surtout ceux des courants cosmiques, figurés d’une façon plus générale par la double spirale.

La légende du caducée se rapporte au chaos primordial : deux serpents se battent, et à la polarisation : séparation des serpents par Hermès, l’enroulement final autour de la baguette réalisant l’équilibre des tendances contraires autour de l’axe du monde, ce qui fait parfois dire que le caducée est un symbole de paix.

Hermès/Mercure était le messager des dieux et aussi le guide des êtres dans leurs changements d’état, ce qui correspond bien aux deux sens ascendant et descendant des courants figurés par les deux serpents.

 

Mercure et les deux serpents

Autre interprétation du caducée met l’accent sur le symbolisme de fécondité. En effet, les deux serpents accouplés sur un phallus en érection fait du caducée une des plus anciennes images indo-européennes. On le trouve dans l’Inde ancienne et moderne, associé à de nombreux rites ; dans la mythologie grecque où il est l’emblème d’Hermès/Mercure.

D’ailleurs le caducée prend tout son sens à l’époque grecque, lorsque les ailes viennent surmonter les deux serpents ; dès lors le symbole devient une synthèse chthono-ouranienne, transcendant ses origines, qui n’est pas sans évoquer les dragons ailés chinois et la représentation du dieu aztèque Quetzalcoatl qui, après son sacrifice volontaire, renaît par une ascension céleste sous la forme du serpent à plumes.

Le caducée est le symbole de l’énigmatique complexité humaine et des possibilités infinies de son développement. L’attribut d’Hermès/Mercure est fait d’une baguette qui est la verge d’or, ou l’arbre de vie, et autour de laquelle s’enroulent symétriquement, en forme de 8, deux serpents.

La baguette pourrait rappeler l’origine agraire du culte d’Hermès/Mercure et les pouvoirs de magiciens qu’il détient ; les deux serpents évoqueraient le caractère originellement chthonien de ce dieu, capable de descendre aux Enfers et d’y envoyer ses victimes, aussi bien que d’en revenir à son gré et d’en ramener à la lumière certains prisonniers.

Pausania signale un culte rendu à l’Hermès noir et à l’Hermès blanc, les deux aspects chthonien et ouranien, néfaste et favorable, du même dieu. Les serpents du caducée désignent cette ambivalence, qui est celle-là même de l’homme.

Comme on l’a vu, le caducée fait partie des attributs d’Hermès/Mercure, au même titre que le pétase, son chapeau rond ailé, tout comme ses sandales. Hermès/Mercure est le dieu du commerce, des voyageurs, des voleurs aussi. Il est le conducteur des âmes aux enfers et même le messager des dieux. C’est surtout la personnification de l’ingéniosité et de l’intelligence. C’est le dieu le plus proche des hommes et le plus bienveillant à leur égard. Il leur donna l’écriture, les poids et mesures pour mieux gérer leur vie, mais aussi la flûte et la lyre pour l’enchanter.

Le caducée à Marseille

Quant à Marseille, cité du commerce et porte de l’Orient, elle abrite de nombreuses représentations sculptées d’Hermès/Mercure et de ses attributs, et notamment sur le blason même de la ville. 

 

Le bâton d’Asclépios

Enfin, suivant l’interprétation symbolique, inspirée de son éthique-biologique, et suivant l’interprétation mythologique qui attribue le caducée à Asclépios, père des médecins et futur dieu de la médecine, parce qu’il savait utiliser les poisons pour guérir les malades et ressusciter les morts et ceux qui cherchaient un remède dormaient parmi les serpents en tant que force du mal (empoisonneur) et du bien (fils de Gaïa, la Terre, et porteur de magie guérisseuse). Hermès/Mercure portait lui le caducée comme sceptre de héraut : un emblème de paix protecteur.

C’est toute l’aventure de la médecine qui se déroule dans le mythe d’Asclépios et se résume dans le caducée : la véritable guérison, la véritable résurrection, sont celles de l’âme. Le serpent s’enroule autour du bâton, qui symbolise l’arbre de vie, pour signifier la vanité domptée et soumise : son venin se transforme en remède, la force vitale pervertie retrouve la voie droite. La santé, c’est : « la juste mesure, l’harmonisation des désirs (la symétrie des volutes des serpents), la mise en ordre de l’affectivité, l’exigence de spiritualisation-sublimation, qui président non seulement à la santé de l’âme mais co-déterminent la santé du corps. Cette interprétation fait du caducée le symbole privilégié de l’équilibre psychosomatique.

Le caducée de l’Antiquité était une sorte de sceptre qui attestait de la fonction de celui qui le portait. Apollon, Hermès/Mercure, Esculape… Mais qui était véritablement le propriétaire du caducée dans la mythologie ?

 

Hygie

Peut-être l’attribut d’Hermès/Mercure, cette baguette autour de laquelle s’enlacent deux serpents ailés, a-t-il voulu symboliser le commerce. Toutefois, selon l’Encyclopédie de Diderot et même le Littré, le caducée est l’attribut de Mercure, opinion partagée par bon nombre de chercheurs qui ont étudié le sujet. Pourtant, certains revendiquent cette même dénomination au bâton serpentaire d’Esculape, voire même à la coupe d’Hygie enlacée par le serpent.

Le caducée pharmaceutique représente un serpent qui s’enroule, se redresse et renverse sa tête vers le bord d’une coupe. La coupe est celle dans laquelle Hygie, fille d’Esculape et déesse de la santé, donnait à boire au serpent du temple d’Epidaure. C’est vers le IXème siècle avant Jésus-Christ que s’établit en Grèce le culte d’Asclépios, l’Esculape romain, dieu de la médecine, représenté avec un bâton autour duquel s’enroule un serpent. Le serpent serait lié à l’art de guérir, à la fécondité et à la vie. Le bâton d’Esculape aurait été utilisé pour la première fois comme emblème de la Médecine au VIe siècle.

Le caducée des Apothicaires

C’est à Padoue, en 1222 qu’apparaît le serpent d’Epidaure enlaçant une coupe chez les apothicaires de comme symbole distinctif de la pharmacie, devenant le motif principal de leur bannière. Cependant, ce n’est qu’en 1820 qu’on le retrouve en France, à côté de la tête d’Hygie, sur un jeton gravé pour la Société de Pharmacie de Paris, devenue depuis le décret du 5 septembre 1946, l’Académie de Pharmacie.

L’usage de ce symbole n’était pas très répandu en France, lorsqu’en 1942 le Conseil Supérieur de la Pharmacie, à la demande du Secrétariat d’Etat à la Santé, le choisit comme emblème de la pharmacie française. Le modèle proposé par la Maison Draeger fut adopté, le seul dont les pharmaciens soient autorisés à se servir officiellement et publiquement, qu’il s’agisse d’enseignes, lumineuses ou non, d’affiches, d’appositions sur papier de commerce ou de toutes autres signalisations d’ordre professionnel, selon le Bulletin de la Pharmacie française de 1942.

Le caducée n’est plus utilisé pour la signalisation des officines. Il a été remplacé par des croix vertes qui prennent parfois des couleurs et des formes qui n’ont plus rien à voir avec la croix grecque. 

 

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SURPRENANTE ASTROLOGIE

(2.5 - DANS L'ACTUALITE AUJOURD'HUI) par sylvietribut le 10-05-2012

Dans l’analyse de la lunaison de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle, j’évoquais la position de la Lune du 22 avril 2012, premier tour de l’élection, en Taureau et conjointe à Jupiter, bien en rapport avec l’opposition Lune-Jupiter du thème de François Hollande, et stimulant positivement celle-ci.

Au second tour de l’élection présidentielle, on retrouvait ce même rapport entre la Lune et Jupiter, mais en opposition cette fois puisque la Lune transitait le Scorpion, mais rappelant de toute façon le thème du peut-être futur président.

J’étais un peu inquiète quand même car je trouvais que la Lune se séparait tant du Jupiter de la lunaison que de l’opposition du thème du présidentiable, alors qu’on pouvait repérer que la Lune sensibiliserait tant le thème de la lunaison que celui de Hollande en milieu de journée.

Or, j’ai appris qu’une toute première estimation sortie des urnes et provenant de RTS, Télévision suisse, avait été twittée à 14 h 14 donnant François Hollande gagnant, soit 8 minutes avant que l’opposition à Jupiter ne soit exacte.

N’est-ce pas prodigieux ?

Paris – Place de la Bastille – 6 mai 2012 

LA RENCONTRE ANGELA MERKEL/FRANCOIS HOLLANDE LE 16 MAI 2012

Je vous propose aujourd’hui une nouvelle observation, une nouvelle expérimentation de prévision astrologique.

Première chose, on constate que le 16 mai 2012, entre 3 h 26 et 1 h 24 le 17 mai, la Lune traversera la Maison lunaire 23 que l’on dit « douteuse », et pour cause elle prédit un « danger de tromperie ou de vol »… Qui va tromper l’autre ? Ou va-t-il s’agir d’une rencontre de dupes ?

Je vous propose de regarder le thème des deux protagonistes et de faire une brève étude des transits planétaires sur chacun des deux thèmes.

Commençons par le thème de Madame Merkel. Elle est née le 17 juillet 1954, à 18 heures (TU 17 heures) à Hambourg (RDA) – Longitude : 10° Est et Latitude : 53°33 Nord.

 

Thème natal d’Angela Merkel

Avant de se lancer dans le rapprochement de ces deux thèmes par rapport au ciel du 16 mai 2012, dont il manque malheureusement l’heure pour domifier la rencontre pour mieux identifier où se situent les deux protagonistes de la rencontre, on peut quand même procéder à une brièvement comparaison de leurs deux thèmes dont certains éléments se rencontrent avec une grande précision.

 

Thème natal de François Hollande

Tout d’abord leurs Ascendants respectifs s’opposent puisque dans l’Air des Gémeaux pour François Hollande et dans le Feu du Sagittaire pour Madame Merkel. Les voilà comme mariés l’un à l’autre, avec tous les tiraillements que l’opposition présuppose, d’autant que Madame Merkel présente un Mars à l’Ascendant et forcément dans la Maison VII de François Hollande. Avoir Mars à l’Ascendant c’est faire preuve d’une grande combativité et de ressentir le besoin intrinsèque de prendre la tête de toute chose. Avec Mars à l’Ascendant, qui par analogie nous ramène au Bélier, on a du mal à se voir dans le troupeau, il faut en prendre la tête. Ce que Madame Merkel a pu réaliser en faisant en sorte de tenir les rênes de l’Europe, envers et contre tout. Cependant, l’astro-psychologie suggère que la personne présentant dans son thème un Mars à l’Ascendant peut passer d’une attitude forte de virilité à une forme de refoulement rendant la lutte inadaptée. Et l’Histoire ne manque pas de personnages qui démarrent dans la vie violents et passionnés, puis refoulent par la suite toute volonté d’avancer.

Qu’en est-il pour celui qui reçoit le Mars de son partenaire dans sa Maison VII, en l’occurrence comment François Hollande va-t-il vivre le Mars de Madame Merkel ? Il est probable que François Hollande cherchera à mettre à l’épreuve les capacités de coopération de sa « partenaire », ainsi que son aptitude à faire face à l’équilibre des échanges requis. On dit que cette partenaire pressent alors que son vis-à-vis est en mesure d’exprimer des qualités dont elle peut penser être elle-même dépourvue. Cependant, si elle coopère, elle aura l’impression de consolider sa propre situation. De son côté, François Hollande sera conscient du fait que certaines des qualités de sa partenaire complètent les siennes. Et tout compte fait, cette appréciation réciproque pourrait être à la base d’une coopération positive. Toutefois, la relation pourra connaître quelques frictions, notamment quand les deux en présence révèleront les facettes les plus irritantes de leur personnalité. François Hollande pourra attendre de Madame Merkel qu’elle s’implique dans les querelles qu’elle provoque.

Ensuite, le Mars de Madame Merkel est en conjonction exacte du Mars de François Hollande sur 26° Sagittaire. Normalement, cette conjonction devrait aider à collaborer efficacement, d’autant que ni le Mars de Madame Merkel, ni celui de François Hollande ne sont configurés difficilement.

Par ailleurs, Uranus dans le thème de François Hollande superpose le Soleil de Madame Merkel sur 24° Cancer. Voilà qui risque d’être assez difficile à supporter par Madame Merkel. Celle-ci pourrait se sentir déstabiliser et comme habiter par un doute permanent. Uranus réserve en général bien des surprises au Soleil, en l’occurrence Madame Merkel pourra trouver François Hollande imprévisible et se sentir souvent sur le qui-vive, tout en prenant en considération son approche originale des problèmes. Il y a quand même là l’idée d’une instabilité de la relation. Au départ, ce pourrait être Madame Merkel à se montrer directe et enthousiaste, mais François Hollande sera comme obligé de mettre un frein à cet emballement. Cependant, d’une façon générale, le Soleil cherche à être lui-même, mais doit affronter Uranus qui voudrait le faire changer. Pour que la relation soit harmonieuse, les deux partenaires doivent avoir un but commun et François Hollande devra essayer de ne pas blesser l’amour-propre de Madame Merkel.

Noter que c’est actuellement Madame Merkel qui se trouve sous l’influence stressante d’Uranus par rapport à Mercure, Maître de la Maison VII de son thème et qui pourrait bien correspondre à Hollande, à moins qu’il ne s’agisse d’un changement de partenaire, Nicolas Sarkozy n’ayant pas été réélu, l’aspect est d’ailleurs exact entre le 21 avril et le 10 mai 2012 et on le retrouvera entre le 18 septembre et le 13 octobre 2012, et même en février 2013. Il est aussi possible qu’il ne s’agisse pas seulement de ses rapports avec François Hollande, mais également avec ses alliés politiques puisque Madame Merkel ne va pas tarder à entrer en campagne électorale pour sa réélection, son mandat pouvant être remis en cause. A noter également, l’opposition de Pluton à ce même Mercure en septembre 2012, comme autant de difficultés sur la route de Madame Merkel.  

A noter enfin que le Soleil en Cancer de Madame Merkel est en conflit avec Neptune en Balance, l’aspect est pratiquement exact : 1° d’orbe séparant. Voilà qui n’est pas l’indice d’une grande lucidité, voire même d’une grande éthique. Il existe également une certaine vulnérabilité sous cette influence. Neptune est d’ailleurs Maître de la Maison III de son thème, sa parole ne serait donc pas d’or et elle aurait donc fait avaler bien des couleuvres à ses partenaires européens. Du côté de François Hollande, le Soleil de étant en harmonie avec son Neptune natal, il est plus que certain qu’il ne se laissera pas rouler dans la farine… Cette configuration confère d’ailleurs une bonne intuition, c’est-à-dire une intuition fiable.

Que se passe-t-il dans le ciel du 16 mai 2012 et par rapport aux thèmes des deux protagonistes ?

Ce qui frappe c’est que, comme pour Nicolas Sarkozy, Pluton joue un rôle très difficile pour la chancelière depuis février et jusqu’à fin mai 2012, configuration qu’on retrouve fin déc. 2012/janvier 2012, puis de nouveau entre juillet et novembre 2013, ce qui semble indiquer qu’il lui sera difficile de se maintenir à son poste et que d’ores et déjà les difficultés vont s’accentuer, notamment dans les échanges et négociations, symboles mêmes de Mercure. Par ailleurs, dans son thème Mercure gouverne les Maisons VII et IX ce qui suggère qu’elle devrait renoncer à ses prérogatives vis-à-vis de ses partenaires et notamment ses partenaires étrangers, sur des questions budgétaires et monétaires puisque ce Mercure natal occupe la Maison VIII de son thème. Ne pas perdre de vue non plus que Pluton, lorsqu’il impacte difficilement un thème, dépouille l’être dans ce qui lui tient le plus à cœur.

Angela Merkel

Toutefois, en ce 16 mai 2012, Mars à 9° Vierge sera d’une petite aide pour Madame Merkel dans ce contexte plutonien difficile puisqu’influence positivement ce même Mercure. Notez que les deux transits sont rigoureusement exacts.

Autre aspect très difficile qui ne parle pas en faveur de la chancelière et bien au contraire la bloque dans ses prérogatives : Saturne à 24° Balance est au carré exact de son Soleil natal 24° Cancer. Le Soleil natal de Madame Merkel est le second Maître de la Maison VIII de son thème, ce sont donc sur des questions monétaires et budgétaires qu’elle perdra ses prérogatives.

Autre configuration parfaitement exacte et contradictoire : Jupiter depuis le 23° Taureau fait un sextil à Uranus natal, mais surtout passe au conflit de Pluton. Jupiter la représente puisqu’elle est Ascendant Sagittaire. On peut penser qu’elle est obligée d’aller vers des concessions pour des questions budgétaires et monétaires, puisque dans son thème Jupiter occupe la Maison VII et symbolise donc le partenariat et Uranus est le second Maître de la Maison II, Maison financière s’il en est. Cependant, Pluton dans son thème gouverne les Maisons XI et XII. Si la première est la Maison des projets, c’est-à-dire se tournant vers le futur, c’est aussi celle des amis et relations. Quant à la Maison XII, Maison qui enferme, c’est le symbole même des problèmes et des ennuis. On peut donc penser que les concessions seront pour elle source de problèmes et de renoncement, venant de la part de ses partenaires et amis politiques cette fois, rendant difficile, voire même impossible sa propre réélection.

Pour ce qui concerne la rencontre avec Monsieur Hollande à proprement parler, on peut penser qu’elle se déroulera de la façon la plus cordiale qu’il soit puisque Vénus à 23° Gémeaux formera un aspect favorable et exact avec Pluton du thème natal de Madame Merkel. De même Mercure sur 12° Taureau influence positivement son Jupiter natal, l’aspect est exact. Comme on l’a déjà vu, Jupiter est le Maître de son Ascendant Sagittaire, et Mercure gouverne les Maisons VII et IX de son thème. On perçoit bien à travers cette configuration sa rencontre (Jupiter Maître d’Ascendant) avec un partenaire (Mercure Maître de VII) étranger (Mercure Maître de IX), c’est-à-dire François Hollande.

Cependant la Lune en Bélier va vers un conflit avec ce même Mercure… Quelque chose semble quand même difficile à avaler. Alors que cette même Lune en Bélier fait trigone à Mercure, le Maître de sont Ascendant Gémeaux.

François Hollande

Par ailleurs, sur le thème de François Hollande, on trouve Neptune à 3° Poissons stimulant positivement Saturne natal à 3° Scorpion, l’aspect est exact. Saturne représente la Maison VIII de son thème, à savoir tout ce qui concerne les questions financières et budgétaires, pendant que Neptune gouverne la Maison XI du thème. On voit clairement que l’objectif de François Hollande est de régler ce type de problèmes en Europe et qu’il y arrivera puisqu’il s’agit du premier transit de Neptune à Saturne qu’on retrouve d’ailleurs en début d’année 2013, puis d’août 2013 à janvier 2014. On peut donc dire que ce rééquilibrage budgétaire qui s’amorcera lors de cette rencontre mettra du temps à se réaliser. Ce qui se comprend tout à fait.

Pour aider encore les objectifs de François Hollande à travers cette rencontre, Uranus à 7° Bélier est au sextil de Mercure de son thème. Il y a 1° d’orbe appliquant et cette position thématique sera de nouveau très activée en mars/avril 2013, puis de nouveau entre novembre 2013 et janvier 2014. A noter que le Mercure du thème de François Hollande, outre le fait qu’il soit Maître d’Ascendant est également le Maître de la Maison II, Maison d’argent s’il en est, mais ayant également trait aux ressources et à la façon de gérer.

Par contre Saturne à 24° Balance entre en conflit avec son Uranus natal à 24° Cancer, comme on l’a vu en conjonction exacte du Soleil de la chancelière. L’aspect est donc également exact. Uranus gouverne son Milieu du Ciel en Verseau. Saturne va donc apparemment ses prérogatives, configuration qu’on retrouve en août 2012. Noter que Saturne gouverne la Maison IX de son thème, les blocages saturniens sont en rapport avec une obstruction étrangère.

Toutefois, Jupiter influence positivement ce même Uranus natal, appliquant par 1° d’orbe à la planète. Jupiter est le Maître de la VII, on peut donc voir dans cette influence d’autres partenariats venant aider au déblocage de la situation.

On trouve également Vénus à 23° Gémeaux au sextil exact de Pluton en Lion. L’aspect est exact. Vénus et Pluton sont les deux Maîtres de la Maison VI du thème du François Hollande, à savoir la possibilité quand même de retravailler en profondeur (Pluton) son sujet. Noter d’ailleurs que Vénus devient précisément rétrograde sur ce 23° Gémeaux, l’obligeant sans doute à revoir sa copie, ou tout au moins la peaufiner, la rendant viable à partir d’août 2012 puisque Vénus repasse sur ce 23° Gémeaux au trigone de Saturne, peut-être à la lumière d’autres événements ou éléments nouveaux.

Noter que ce 16 mai 2012 Mercure se trouve à 12° Lion, c’est-à-dire entre la conjonction Mercure/Soleil du thème de François Hollande, accentuant sa capacité à négocier comme cela est évoqué dans son thème natal.

En conclusion, je pense que Madame Merkel se montrera charmante mais très exigeante, ne cédant pas ce qui lui semble essentiel pour elle, mais qu’avec argumentation, appuis autres et le temps, Hollande l’emportera et fera aboutir ses objectifs.

Rambouillet, 10 mai 2012 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LE MONDE DE MARS… DES SOLDATS ET DE LA GUERRE… L’HOTEL DES INVALIDES A PARIS

(6.2 - Paris Insolite - Paris Mystérieux - Paris Esotérique) par sylvietribut le 17-04-2012

L’Hôtel Royal des Invalides fut la première maison destinée à recueillir et à abriter les soldats estropiés, vieux et caducs, devenus invalides à la suite des guerres, fut fondée par Henri IV en 1604, c’était alors la « Maison Royale de la Charité-Chrétienne » établie rue de L’Oursine, aujourd’hui rue Broca. Marie de Médicis n’ayant pas soutenu cet établissement après la mort d’Henri IV, les soldats invalides redevinrent, comme par le passé, des gueux que les abbayes recueillaient comme oblats, à charge pour eux de sonner les cloches et de balayer l’église. Richelieu repris la question et affecta au logement des invalides le château de Bicêtre qu’il érigea en « Commanderie de Saint-Louis », mais celle-ci périclita à son tour.

 

La question fut reprise par Louis XIV qui, secondé par Louvois, prescrivit, en 1670, la construction d’un hôtel où tous les soldats sont devenus invalides à son service seraient entretenus, les fonds étant prélevés sur les revenues des abbayes et des prieurés. Ce fut une institution royale, administrée par un gouverneur représentant le secrétaire d’Etat à la Guerre, où les médecins, chirurgiens, apothicaires étaient nommés par le roi et jouissaient des mêmes privilèges que ceux attachés à la cour du monarque.

On fixa comme emplacement du futur Hôtel Royal des Invalides le large espace de terrain situé hors de Paris, dans la partie de la plaine de Grenelle comprise entre le faubourg Saint-Germain et le bourg du Gros-Caillou. La première pierre fut posée le 30 novembre 1671. Près de 6 000 invalides purent prendre, en 1676, possession de leur hôtel dont la construction fut achevée en 1706, à la condition qu’ils ne soient pas protestants. Les architectes en furent, de 1671 à 1676, Libéral Bruant pour l’Hôtel, puis à partir de 1677,  Jules-Hardouin Mansart qui acheva l’église et construisit le dôme.

Canon – Invalides

La grille d’entrée, flaquée de deux pavillons en pierre, ouvre sur un parterre qui remplace les petits jardins particuliers que cultivaient jadis les invalides, reprenant l’idée des Romains que le soldat est aussi cultivateur, à l’image de Mars dieu de la Guerre mais aussi de l’Agriculture… Ce parterre est bordé par un fossé de 6 mètres de large et profond de 3 mètres, soutenu par un mur d’escarpe à balustrade, terminé à chacune de ses extrémités par une demi-lune bastionnée. On aperçoit, alignés à l’intérieur le long de cette clôture, de vieux canons français ou étrangers, dont les huit pièces prussiennes de la « Batterie triomphale » fondues, en 1708, pour Frédéric 1er, roi de Prusse, et capturées à Vienne par Napoléon en 1805.

Une patte-d’oie conduit aux trois portes, en bois sculpté, de la longue façade que terminent deux pavillons en avant-corps ; ceux-ci ont porté à leurs angles jusqu’en 1939 les quatre statues d’esclaves de bronze qui, jadis, décoraient le socle de la statue érigée à la gloire de Louis XIV sur la place des Victoires. Cette façade, de plus de 210 mètres de long, décorée de mascarons, de casques, cuirasses et pots à feu, comporte un rez-de-chaussée, deux étages et un attique surmonté d’un comble avec les lucarnes, toutes différentes, sont en forme de trophées. Sa partie centrale forme un avant-corps qu’une élégante partie incurvation relie aux ailes ; des pilastres ioniques accouplés soutiennent un arc sculpté s’élevant jusqu’à la hauteur du toit et portant en son centre un bas-relief représentant, au-dessus d’un piédestal encadré par la « Justice » et la « Prudence », Louis XIV à cheval en costume romain. Et pour rester dans la symbolique astrologique, il faut se souvenir que la Justice et la Prudence sont deux valeurs cardinales, et correspondent à deux signes cardinaux : la Balance pour la Justice et le Capricorne pour la Prudence.

 

Louis XIV sur son cheval entre la Prudence et la Justice – Œuvre de Coustou

La statue initiale de Louis XIV à cheval était l’œuvre de Cartellier mais fut remplacée depuis août 1816 par celle de Coustou car la première avait été fortement endommagée pendant la Révolution. Coustou a également sculpté les statues colossales de Mars et de Minerve, placées de chaque côté de la porte d’entrée. Minerve est une grande déesse guerrière, appelée Pallas-Athénée en Grèce, qui sortit habillée et casquée de la cuisse de son père, Jupiter.

La cour d’honneur, ou cour royale, de forme rectangulaire est fermée par quatre bâtiments identiques, composés d’un rez-de-chaussée et d’un étage dont les arcades, en plein cintre, sont superposées. Ils forment quatre portiques coupés chacun par un avant-corps central à fronton triangulaire sculpté ; celui du nord porte un cadran solaire où sont bien présents les signes du zodiaque.

Tout l’hôtel a conservé son aspect du XVIIe siècle : façades, corridors et couloirs à poutres et à solives apparentes, escaliers à balustres ou à rampe de fer forgé, couvrent une longueur de 16 kilomètres.

La cour où se trouvent, depuis 1676, les bâtiments de l’infirmerie de l’Hôtel des Invalides, jadis composée de grandes salles, aux lits nombreux, desservies par les Filles de Charité. En plus des invalides on y soigna, à partir de 1702, tous les soldats atteints de maladies vénériennes, bien en rapport avec le Scorpion, signe de Mars.

 

Napoléon visitant les invalides à l’hôpital des Invalides – Œuvre de Verron-Bellecourt

Quant à l’église, elle constitue l’un des plus beaux monuments de Paris, surtout par son dôme qui se dresse, d’un seul jet, jusqu’à 105 mètres de hauteur. A noter sur la première corniche la représentation des quatre vertus cardinales : la Prudence, la Justice, la Tempérance et la Force, cette dernière bien en rapport avec Mars et le Bélier.

 

Méridienne et zodiaque – Cours d’honneur de l’Hôtel des Invalides

Très présent également le nombre 12 comme pour symboliser les douze signes du zodiaque : au-dessus de la terrasse se termine l’avant-corps et ses deux ailes s’élève le dôme. Celui-ci est constitué par un tambour, percé de douze fenêtre qui, placées entre quarante colonnes corinthiennes engagées, fournissent un grand jour à l’église ; ces colonnes soutiennent un attique percé aussi de douze fenêtres cintrées ; au-dessus, la corniche de l’attique porte douze vases ardents derrière lesquels s’amorce la coupole. Celle-ci est plus allongée que ne le sont les coupoles des églises Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul de Londres et du Val-de-Grâce. Sa couverture est revêtue de douze grandes côtes de plomb doré, séparées par des espaces remplis de guirlandes, de casques et de trophées aussi dorés, chacun de ces casques dissimule une lucarne qui éclaire l’intérieur du dôme. Dans l’église, on retrouve tous les drapeaux et étendards pris aux ennemis de la France.

Louis XIV se rendit souvent à l’Hôtel des Invalides, tantôt incognito, tantôt en grande pompe. Par la suite, Pierre le Grand, en 1717, Gustave III de Suède en 1770 et Joseph II d’Autriche en 1779, ne manquèrent pas de visiter cet hôtel que Montesquieu appelait « le lieu le plus respectable de la terre ».

 

Statue de Mars – Hôtel des Invalides

A partir de 1777, l’Hôtel des Invalides commença à devenir un musée. Il ne connut guère de grands changements pendant la Révolution et les invalides furent seulement appelés les « Pensionnaires de la République » et l’église royale devint le « temple de Mars ». Le premier Consul y vint, le 14 juillet 1800, célébrer l’anniversaire de la prise de la Bastille. La même année, le corps de Turenne, qui avait échappé aux profanations de la Révolution car le botaniste Desfontaines ayant pu le transporter au Muséum du Jardin des Plantes en le faisant passer pour une pièce curieuse, fut transféré, en grande pompe, au « temple de Mars » ; de ce jour l’hôtel commença à devenir une nécropole de héros. Et c’est Napoléon qui avait souvent passé en revu ses vétérans dans la cour d’honneur qui y repose depuis le 15 décembre 1840.

 

Saint-Louis-des-Invalides – Les drapeaux pris à l’ennemi

L’Hôtel des Invalides allait bientôt s’enrichir des nombreux trophées arrachés à l’ennemi par les conquêtes impériales et des restes d’illustres généraux, dont le cœur de Vauban. Cependant le premier trophée fut l’épée de Frédéric II, objet de Mars par excellence. Quant à Vauban, il était avant tout un architecte militaire qui entoura la France de fortifications et autres ouvrages militaires.

C’est la Troisième République qui allait détourner une grande partie de l’Hôtel des Invalides de sa destination première, celle que Louis XIV avait édictée, car on y transféra, en 1898, les bureaux du Gouvernement militaire de Paris. Depuis lors, ces bureaux n’ont cessé de proliférer. D’autre part, des musées, toujours bien en rapport avec le monde de Mars et de la guerre, s’y installèrent : Musée de l’Artillerie en 1872, Musée historique de l’Armée en 1896. Aussi, l’Hôtel ne peut-il plus abriter maintenant, faute de locaux, que 180 invalides.

Pas très loin de l’Hôtel des Invalides, rue Saint-Dominique, se trouve la Fontaine de Mars, œuvre de Beauvallet, édifiée entre 1806 et 1809. Le bas-relief d’une de ses faces représente Hygie, la déesse de la Santé, donnant à boire à Mars, le dieu de la Guerre. On voit entre ses pilastres des vases entourés par le serpent, symbole d’Esculape. Elle recevait l’eau de la pompe à feu du Gros-Caillou. Près de cette fontaine se trouvait, de 1765 à 1892, l’hôpital militaire du Gros-Caillou, fondé par le Maréchal de Biron pour ses gardes-françaises.

 

Fontaine de Mars – Rue Saint-Dominique – Paris

Bibliographie

Connaissance du Vieux Paris – Jacques Hillairet 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

UN MYTHE BELIER… JASON ET LA CONQUETE DE LA TOISON D’OR

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME) par sylvietribut le 14-04-2012

Il n’est pas de mythe plus représentatif de la nature du Bélier que celui de Jason, mettant en scène le héros partant en quête de la Toison d’or, embarquant avec lui sur l’Argo, superbe navire brillant comme le soleil, une cinquantaine de valeureux compagnons.

L’histoire des Argonautes se déroule sur plusieurs épisodes, comme une bande dessinée racontant ce long voyage plein de bruit et de fureur, de morts, de passions et de larmes, aboutissant à la fois au succès de l’entreprise, la conquête de la Toison d’Or, et au drame personnel de Jason, pour crime de légèreté face à Médée la redoutable.

Jason, Médée, le serpent et la Toison d’or

Mais Jason ne se conduit-il pas comme un Bélier impulsif, ne maîtrisant pas ses emballements passagers ? Ne prend-il pas un risque extrême en abandonnant sans autre forme de procès la femme qu’il a séduite et épousée ? Médée, entière, possessive, ayant tout perdu, ayant trahi les siens, contribué par amour au sacrifice de son frère, n’a pas qu’un recours : la mort ou la vengeance.

Pour les Grecs, le soleil était représenté par un bélier et c’est aussi le soleil qui désigne l’étincelant vaisseau. L’astre du jour n’est-il pas valorisé dans le premier signe du zodiaque ? Ne dit-on pas que le Bélier est le lieu d’exaltation du Soleil.

Il existe plusieurs versions de ce récit, comme il existe toujours plusieurs versions de tous les mythes. Celle d’Apollonios de Rhodes, celle de Pindare, sans oublier Euripide, Sénèque, Flaccus et quelques autres encore. On trouve aussi de brèves allusions de l’aventure au chant XII de l’Odyssée.

Jason sur l’Argo

L’histoire se passe avant la guerre de Troie et précède le voyage d’Ulysse. L’architecte qui dessine la nef, Argos, donnera son nom au bateau. Mais pour le faire avancer, il faudra cinquante-quatre rameurs, robustes et courageux. Jason, chef de l’expédition, saura convaincre les plus valeureux de son temps de le rejoindre et le nom de certains d’entre eux sont passés à la postérité. Font même partis du voyage le devin Amphiaraos et l’architecte Argos en personne. Pas surprenant non plus qu’on trouve sur le bateau Ascalaphos qui n’est autre que le fils d’Arès/Mars, dieu de la guerre, et puis une seule femme à bord, Atalante, l’une des plus glorieuses Amazones. On reconnaît encore Castor et son jumeau Pollus, l’un dresseur de chevaux et l’autre lutteur émérite, les fameux Dioscures et futurs Gémeaux dans le ciel, et puis Laërte, le père d’Ulysse, et même Lyncée dont la vue était si perçante qu’il pouvait découvrir de très loin des trésors cachés et dont le talent sera fatal à Castor, plus tard. Une jolie brochette d’hommes, dont certains étaient fils de dieux, ce qui devait sans doute permettre à Jason d’être protégé. En fait, il semblerait que ce soit Athéna qui les sauva tous de plus d’un péril.

 

Les Argonautes sous la protection d’Athéna

Certains prétendent que Jason avait Ulysse pour cousin. Assurément, c’était un prince grec, fils d’Aéron, roi d’Iolcos en Thessalie, détrôné par Pélias son demi-frère. Comme tout Bélier, Jason a le sens de la justice et décide de rendre son trône à son père. Il a lui-même été éduqué par Chiron, le grand Centaure pédagogue et savant, instructeur de bien des héros.

Pélias avait appris par un oracle qu’il serait menacé par un homme n’ayant qu’une sandale au pied : or, Jason en aidant Héra déguisée en vieille femme à traverser une rivière, aurait perdu une chaussure dans l’eau. Mais on dit aussi que les Eoliens combattaient toujours avec une seule sandale au pied, signalant ainsi leur nature de guerrier.

Averti du danger, Pélias prit peur et promit de restituer le trône… mais à une condition : Jason devrait lui rapporter la Toison d’Or cachée en Colchide et gardée par un serpent toujours éveillé. La plupart des rois hypocrites agissent ainsi, promettant monts et merveilles mais bien déterminés à faire courir des risques mortels à leurs ennemis. Le destin du héros, précisément, consiste à franchir l’infranchissable, à défier le destin, à surmonter l’insurmontable, comme ce fut le cas pour Héraclès/Hercule et ses douze travaux.

On situait la Colchide près des monts du Caucase, du côté de la Géorgie d’aujourd’hui, bien loin de la Thessalie natale de Jason. Il convenait donc de préparer avec soin l’expédition et la présence de tous ces princes, représentants des villes grecques les plus diverses ou fils de divinités remarquables s’avérait indispensable.

William Waterhouse – Jason et Médée

D’après Jung, le mythe de la Toison d’Or symboliserait la conquête de ce que la raison juge impossible. Il réunit deux symboles, celui de l’innocence, figuré par la toison du bélier, et celui de la gloire, représenté de l’or. Il s’apparente ainsi à tous les mythes de la « queste » d’un trésor, matériel ou spirituel, comme la « quête du Saint Graal ». Le héros de la Toison d’Or, Jason, est de ceux qu’on classe parmi les adversaires de la banalisation. La gloire qu’il recherche est celle qui procède de la conquête de la vérité, que l’or symbolise, et de la pureté spirituelle, dont la toison est le symbole. Comme tous les trésors, la toison est gardée par des monstres ; en l’espèce, un Dragon qu’il importe de vaincre. Ce dragon, c’est le pervertissement du désir de gloire, c’est l’exaltation impure des désirs. Il symbolise la propre perversité de Jason. Le Dragon héroïquement tué deviendra symbole d’affranchissement réel. Mais Jason ne fait qu’endormir le Dragon à l’aide d’un filtre préparé par Médée la magicienne. Et il est vaincu par son dragon intérieur. Il reste soumis à Médée l’enchanteresse, qui ensanglante la cour de ses crimes. Jason pactise avec ce qui représente le contraire de sa mission propre : le mépris de l’esprit et de la pureté de l’âme ; ainsi, il vide de sens son héroïque entreprise et anéantit à la fois son exploit et son idéal.

Jason est le symbole de l’idéaliste qui n’a pas compris que certaines fins ne peuvent pas s’obtenir par n’importe quels moyens ; il s’est laissé pervertir par l’ordre des moyens. Son navire, l’Argo, « est le symbole des promesses juvéniles de sa vie, des exploits en apparence héroïques qui lui ont valu la gloire. Il a voulu se reposer à l’ombre de sa gloire, croyant qu’il suffisait à justifier sa vie entière. Tombant en ruine, l’Argo, symbole de l’espoir héroïque de la jeunesse, devient le symbole de la ruine finale de sa vie…

 

Bibliographie

Dieux et Héros du zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Editions Robert Laffont

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins.

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LA SYMBOLIQUE DU BELIER… L’ARME

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME) par sylvietribut le 26-03-2012

L’arme, c’est l’anti-monstre, qui devient monstre à son tour. Forgée pour lutter contre l’ennemi, elle peut être détournée de son but et servir à dominer l’ami, ou simplement l’autre. De même, des fortifications peuvent servir de pare-chocs contre une attaque et de point de départ pour une offensive. L’ambiguïté de l’arme est de symboliser en même temps l’instrument de la justice et celui de l’oppression, la défense, la conquête. En toute hypothèse, l’arme matérialise la volonté dirigée vers un but. Et c’est bien là ce que s’assigne le Bélier.

 

Une autre utilisation de l’épée

Puisqu’elles servent les nobles causes, les armes sont associées à certaines vertus : l’honneur, l’idéal de justice et l’amour de la vérité. La mythologie accorde à certaines armes des pouvoirs magiques qui donnent une force surhumaine, voire rendent invincible. Symboles de l’autorité, les armes sont souvent richement décorées afin de servir dans les cérémonies.

Certaines armes sont faites d’alliages de métaux. Toute l’armure d’Agamemnon, décrite par Homère, est une attentive composition d’or et d’argent. Les métaux les plus précieux s’y mêlent tant pour la cuirasse et le bouclier que pour l’épée.

 

Poignard en or, fer et turquoise

Comme chaque métal a sa valeur symbolique, on voit quelle richesse de signification chaque arme peut revêtir et de quelle puissance magique on s’efforce de l’investir. Le forgeron passait d’ailleurs pour être un magicien. Ensuite, celui qui la porte s’identifie à son armure. Aussi, l’échange des armes était-il, chez les Grecs, un signe d’amitié. De même les armes cassées représentent la fin des hostilités.

Chez les Chrétiens, les armes devinrent des métaphores de la puissance divine et de la guerre juste menée au nom du Christ. Dans plusieurs hymnes de Luther, le vocable de la guerre est devenu celui du cheminement spirituel. Saint Paul décrit dans l’Epître aux Ephésiens ce qu’on pourrait appeler la panoplie du Chrétien : « En définitive, rendez-vous puissants dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force. Revêtez l’armure de Dieu pour pouvoir résister aux manœuvres du Diable »… De ce point de vue spirituel et moral, les armes signifient des pouvoirs intérieurs, les vertus n’étant autre chose que les fonctions équilibrées sous la suprématie de l’esprit.

D’autres tables de correspondances ont été conçues, mettant les armes en relation avec d’autres objets. Par exemple, certaines symbolisent les quatre éléments. Ainsi :

–       La fronde naguère, le fusil, la mitraillette, le canon, le missile et la fusée d’aujourd’hui sont en relation avec l’élément Air ;

–       La lance, les armes chimiques sont en rapport avec l’élément Terre ;

–       L’épée, les armes psychologiques, appartiennent à l’élément Feu ;

–       Le trident est en rapport avec l’élément Eau.

Ainsi, le combat de l’épée contre la lance serait un combat du Feu et de la Terre.

 

Le trident d’or de Poséidon/Neptune

Certaines armes symbolisent des fonctions :

–       La massue, le bâton, le fouet sont des attributs du pouvoir souverain ;

–       La lance, l’épée, l’arc et la flèche sont des attributs du guerrier ;

–       Le couteau, le poignard, la dague, l’épieu, sont des attributs du chasseur ;

–       La foudre, les filets sont des attributs de la divinité suprême.

Poignard ou dague, faciles à dissimuler, sont associés à la trahison et aux procédés déloyaux. Armes favorites des assassins, les poignards sont aussi utilisés au cours des sacrifices, comme lorsque Abraham voulut sacrifier son fils Isaac. Les Aztèques sacrifiaient des êtres humains au moyen d’un couteau de silex ou en obsidienne, roche volcanique symbolisant la mort.

 

Hache à deux tranchants symbole lunaire

La hache quant à elle symbolise la puissance, l’autorité et le jugement. Une hache à deux tranchants pourrait avoir été utilisée par les rois minéens pour symboliser la lune. Cependant, dans nombre de cultures, le symbolisme de la hache est plutôt associé au soleil et aux tempêtes. Dans certaines régions d’Afrique, la hache est associée aux rituels visant à faire pleuvoir. A l’époque romaine, on apportait des branches et une hache liées ensemble devant les représentants de l’Etat en signe de leur puissance. Repris par Mussolini, ce symbole, appelé « faisceau » donna son nom au parti fasciste.

Il est probable que le trident, emblème de Poséidon/Neptune, le dieu de la mer, symbolisait la foudre. C’est également l’attribut de Britannia qui personnifie la Grande-Bretagne.

Dans la mythologie grecque, le bouclier était porté par Athéna, fille de Jupiter/Zeus, sortie armée et casquée de la cuisse de son père. Sur son bouclier figurait la tête de la Gorgone Méduse, sensée pétrifier ou méduser l’adversaire. Artémis, la déesse de la chasse, tenait aussi un bouclier. Au Moyen Age, les boucliers étaient décorés pour permettre l’identification des combattants, une pratique qui a donné naissance à l’héraldique.

La plume et l’Epée

L’épée est le symbole de la puissance militaire et royale. C’est l’arme des hommes de guerre, des chevaliers et des rois. Elle peut tout aussi bien servir à défendre, à protéger les faibles au nom de la justice et de l’honneur. Par association, elle symbolise le courage, les qualités chevaleresques et le pouvoir séculier. Elle est à la guerre ce que la plume est à la paix. L’épée symbolise le pouvoir de la parole qui permet de distinguer le vrai du faux : c’est l’épée de vérité. Arme d’attaque et de défense, la dualité de l’épée illustre parfaitement l’expression « d’arme à double tranchant », désignant un moyen susceptible de produire un effet contraire à celui recherché.

La légende du roi Arthur et l’épée Excalibur

Au Moyen Age, les épées furent à l’origine de nombreuses légendes, notamment dans la légende arthurienne. Excalibur était l’épée qui rendait légitime le souverain capable de la retirer du rocher où elle était plantée. Sur le plan de la forme, l’épée ressemble à la croix chrétienne et les Croisés l’utilisèrent souvent comme insigne. Quant au fil de l’épée, il est associé métaphoriquement à la perspicacité et à la lucidité, comme celle de Vishnou de la mythologie indienne, symbolisant la connaissance pure qui détruit l’ignorance. Il en va de même de l’épée de Manjusri, dieu bouddhiste de la sagesse.

 

Abbaye de Galgano en Toscane – Epée plantée dans la roche

Dans la psychanalyse jungienne :

–       Le couteau et la dague correspondent aux zones obscures du Moi, à l’Ombre et le côté négatif ou refoulé du Moi ;

–       La lance est en rapport avec l’Anima, la féminité consciente de l’être humain ou l’inconscient primitif ;

–       La masse, le gourdin, le filet, le fouet correspondent au Mana ;

–       L’épée est en rapport avec le Soi.

Quant aux rêves d’armes ils sont révélateurs de conflits intérieurs. La forme de certaines armes précise la nature du conflit. La psychanalyse voit dans la plupart des armes un symbole sexuel… La désignation de l’organe masculin est la plus claire, lorsqu’il s’agit de pistolets et de révolvers, qui apparaissent dans les rêves comme signe de tension sexuelle psychologique.

Bibliographie

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

QUELQUES DEVINS CELEBRES (suite)

(6.4 - L'Astrologie dans l'Histoire) par sylvietribut le 19-03-2012

Contrairement à Cazotte, Mademoiselle Lenormand traversa sans trop d’encombre la Révolution, puis l’Empire et la Restauration. Elle sera incontestablement la voyante la plus célèbre de cette époque troublée de l’Histoire de France.

Tout ce que l’époque comptait de célébrités se pressa dans le cabinet garni de meubles d’érable et de vases de porcelaine. Dans ses Mémoires, Mademoiselle Lenormand se souvient de Robespierre : « J’ai vu de près le farouche Maximilien et j’ai pu le juger, livré à lui-même. C’était un homme sans caractère. Superstitieux à l’excès, il se croyait envoyé par le ciel pour coopérer à une entière régénération. Je l’ai vu, en me consultant, fermer les yeux pour toucher les cartes, frissonner à la vue d’un Neuf de Pique… J’ai fait trembler ce monstre mais peu s’en fallut que je ne devinse sa victime ».

Mademoiselle Lenormand

Pendant le Directoire, le prestige de Mademoiselle Lenormand s’accroît. Vingt équipages superbes stationnent en permanence devant l’immeuble de la rue de Tournon et les clients, parmi lesquels Barras, Tallien, Talma, Fouché et Madame Récamier, sont obligés de venir deux fois pour avoir la chance d’être reçus.

Un jour, la voyante accueille une jolie veuve créole venue la consulter à propos d’un projet de mariage que désapprouve sa famille. La jeune veuve s’appelle Joséphine de Beauharnais et est amoureuse d’un petit officier corse sans argent et probablement sans avenir. Après avoir tiré les cartes, Mademoiselle Lenormand lui dit : « Votre petite officier est promis au plus grand avenir. Il surpassera tous les hommes de son temps. Il vous associera à sa gloire, mais attention… cette gloire sera passagère et votre amour vous coûtera bien des larmes ».

 

Mademoiselle Lenormand et Joséphine de Beauharnais

Napoléon Bonaparte, car c’était lui, s’intéresse de très près aux arts divinatoires et pratique lui-même la chiromancie et l’astrologie. A la veille d’une bataille, il tente d’en prévoir l’issue en scrutant les étoiles… Regardant un jour la paume de la main de Talleyrand, il s’écrit : « Mon génie étonné tremble devant le sien »…

Malgré la confiance qu’on lui accorde, Napoléon se méfie de Mademoiselle Lenormand et de la trop grande influence qu’elle semble avoir sur Joséphine, devenue sa femme. Sous un prétexte fallacieux, il demande au préfet de police de l’arrêter et de perquisitionner à son domicile. Dûment escortée par le commissaire et quatre agents de police, la voyante est conduite chez le préfet qui lui dit d’un ton goguenard : « Mademoiselle, vous qui prétendez prédire l’avenir, vous auriez bien pu prévoir ce qui vous arrive aujourd’hui ! ». « Je le savais, répondit-elle, mon horoscope se trouve dans l’un des cartons que vous avez saisis chez moi. Vous pouvez vous en assurer. Le préfet fait quérir le carton, brise les scellés et lit l’horoscope. L’arrestation est effectivement mentionnée noir sur blanc. Fouché, en personne ; vérifiera les dires de la Sibylle qui, sur ordre de l’Empereur, retrouvera sa liberté.

 

Arrestation de Mademoiselle Lenormand

Mademoiselle Lenormand se sent désormais une dette envers Napoléon et ne compte pas en rester redevable longtemps. Dans les jours qui suivirent la grâce impériale, elle s’empressa de le prévenir de se « garder du vent du Nord ». Nous sommes alors au mois de juin 1812 et Napoléon lance la Grande Armée vers Moscou. Six mois plus tard, les troupes françaises battent en retraite. 600 000 hommes périront lors de cette campagne, une majorité ne pourra résister à l’hiver russe marqué par un vent glacial, le vent du Nord.

Après la chute de l’Empire et la paix revenue, l’heure de la retraite n’est pas pour autant sonnée pour Mademoiselle Lenormand. Elle renoue avec l’écriture et signe ses mémoires ainsi que de nombreux essais. Elle mourra à Paris, le 25 juin 1843, à l’âge de 74 ans… alors qu’elle prévoyait de vivre jusqu’à 101 ans !

Mademoiselle Lenormand fut la plus célèbre voyante du XIXe siècle. Elle exerça une influence décisive sur la tradition de la cartomancie et le type de cartes qu’elle utilisait vint à porter son nom. Inutile de préciser qu’elle laissa à ses héritiers une fortune considérable.

 

Le Grand Jeu de Mademoiselle Lenormand

A suivre 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LE BESTIAIRE DES POISSONS… L’HIPPOCAMPE OU CHEVAL DE MER

(09 - LES ANIMAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 11-03-2012

Savez-vous que les premiers fossiles d’hippocampes connus remontent à environ 40 millions d’années, c’est-à-dire la fin de l’Eocène. Quant au mot « hippocampe » il est issu du grec ancien « hippokampê » qui se traduit par « cheval » et de « kanunoc » qui signifie « monstre ». L’hippocampe serait donc un « cheval monstrueux ». En français, l’hippocampe est souvent appelé « cheval marin », afin d’éviter une confusion avec l’hippocampe zoologique.

 

L’hippocampe ou cheval marin

Dans la mythologie grecque, l’hippocampe ou « cheval marin » est une créature fantastique dont la partie antérieure est celle d’un cheval : la tête, l’encolure, les deux jambes antérieures, et la partie postérieure celle d’un poisson, d’un serpent ou d’un monstre marin. Deux hippocampes tiraient le char de Poséidon/Neptune, ou servaient de monture à d’autres divinités marines comme les Tritons et les Néréides. Chez les Etrusques, on les trouve aussi, souvent représentés sur les objets d’art de la période antique comme les mosaïques et les poteries en relation avec le milieu aquatique. Ces hippocampes étrusques ont généralement une longue queue couverte d’écailles vertes et de nageoires de poisson. Par la suite, la figure des hippocampes fut reprise en héraldique et dans certaines œuvres modernes.

Les hippocampes sont en fait très peu décrits dans les textes mythologiques. On sait seulement que Poséidon/Neptune régnait sur les chevaux puisque Homère le nomme « Poseidon Hippios », mais Poséidon régnait aussi sur les mers et les océans. Ses coursiers sont décrits comme des chevaux marins. Homère évoque d’ailleurs ces chevaux « aux sabots d’airain » qui jaillissaient de la mer en tirant le char de Poséidon. Dans les Argonautiques, le poète Apollonios de Rhodes décrit ces mêmes chevaux émergeant de la mer et galopant à travers les sables de la Libye, mais sans plus de précision.

Les Anciens croyaient que l’hippocampe zoologique était la première forme de l’hippocampe mythologique. Aussi, lorsque les marins trouvaient de véritables hippocampes dans leurs filets, ils croyaient qu’il s’agissait de la progéniture des chevaux de Neptune/Poséidon.

Néréide sur un hippocampe au mariage de Poséidon et d’Amphitrite

Tout compte fait, c’est surtout dans l’art qu’apparaissent les hippocampes, d’abord dans la civilisation étrusque. On les retrouve dans les tombes, les peintures et les reliefs, parfois même représentés avec des ailes. Peut-être faut-il y voir une relation avec l’une des croyances étrusques à propos d’un voyage en mer vers l’autre monde.

Dans la Grèce antique et une partie de l’empire romain, Poséidon/Neptune était représenté conduisant un chariot marin traîné par des hippocampes. Ces deux figures demeurèrent longtemps indissociables car les hippocampes apparaissent avec ce dieu à la fois dans les représentations anciennes et modernes, les fontaines du XVIIIe siècle. Le plus bel exemple est la Fontaine de Trevi à Rome où le dieu de la mer est entouré d’hippocampes.

Rome – La Fontaine de Trevi

Dans l’Antiquité, les hippocampes apparaissent aussi bien en relation avec les eaux douces que les eaux salées. Cette particularité s’explique par la méconnaissance du cycle de l’eau à l’époque de la Grèce antique. Les Grecs ne tenaient pas compte de la condensation de l’eau dans l’atmosphère sous forme de pluie pour reconstituer les nappes phréatiques, mais imaginaient que les eaux de la mer comme des rivières venaient de la terre depuis de vastes cavernes souterraines.

Et tout naturellement, l’hippocampe devint une décoration populaire pour tout ce qui avait un rapport avec l’eau et cette image fut naturellement reprise par les Romains, comme le prouvent de nombreuses mosaïques qui ornent thermes et bains publics où se mêlent hippocampes et autres créatures marines comme les dauphins. A Ostia Antica, une mosaïque représente un lion à queue de poisson dans les Thermes de Neptune. 

Ostia Antica – Mosaïque des thermes de Neptune

Le cheval aquatique est un thème qu’on retrouve dans de nombreuses croyances, contes et légendes. Ainsi, un épisode des Mille et Une Nuits évoque le premier voyage de Sindbad le marin et sa rencontre avec le roi Mahrajan. Celui-ci faisait conduire les meilleures pouliches de son haras royal au bord de la mer, où des chevaux marins venaient les saillir et tenter de les entraîner avec eux dans les flots. Les hommes du roi repoussaient alors les étalons marins et ramenaient les juments pleines au haras royal où, quelque temps plus tard, elles mettaient bas de fabuleux poulains.

Sindbad le Marin

Le cheval n’est pas le seul mammifère à avoir été associé à l’élément marin. D’autres animaux se sont vu attribuer des queues de poisson : le lion, le taureau, le léopard et même le bélier. Ce dernier est devenu célèbre par le biais de la constellation du Capricorne. Ces créatures mystérieuses étaient censées vivre, selon les Anciens, dans l’Océan Indien.

Quant à la couleur des hippocampes, elle varie selon les espèces dont le nombre tourne autour de 220. Leur taille varie de 7 à 15 cm. Ils ressemblent d’ailleurs au cavalier du jeu d’échecs. Leur petite couronne est presque aussi particulière à chaque individu que les empreintes digitales chez l’homme. Leur durée de vie varie de cinq à sept ans.

Le Cavalier du jeu d’échecs

Leur corps est cuirassé par une série d’anneaux osseux ce qui permet à l’hippocampe de se déplacer verticalement grâce à sa nageoire dorsale, mais de manière assez lente. Le plus souvent, les hippocampes vivent attachés par leur queue préhensible à une algue ou une feuille de posidonie. Ils attendent en embuscade avec leur camouflage les petits crustacés et utilisent leur bouche comme un puissant aspirateur, ou plutôt, compte tenu de sa forme tubulaire, comme une paille.

Autre particularité de l’hippocampe : il fait partie d’une des rares espèces animale où c’est le mâle qui porte les œufs, 100 à 200 dans sa poche ventrale. L’incubation est de deux à trois semaines et une autre recommence presque immédiatement avec des œufs provenant de la même femelle. La fameuse parade nuptiale est souvent dirigée par la femelle qui, lassée par des préliminaires du mâle, passe brutalement à l’action en l’enlaçant. Les œufs de la femelle passent de son oviducte à la poche du pâle.

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

UNE DES PIERRES DU BELIER : LE JASPE ROUGE

(08 - LES PIERRES ET METAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 14-04-2009

Sa vertu : la foi – Son don : l’énergie

 

Il existe diverses teintes dans la catégorie des jaspes rouges, mais celle qui nous intéresse plus particulièrement a la couleur rouge brique. C’est la pierre des commencements, dont les vertus nombreuses et puissantes seront utiles tout au long de cette découverte symbolique. Première marche de la Jérusalem céleste, le jaspe rouge représente la foi.

coeur-de-jaspe-rouge

En Amérique du Sud, certaines croyances affirment qu’un fil en matière naturelle de couleur rouge porté au poignet gauche, préserve la personne du mauvais œil. Dans l’enseignement lamaïste tibétain, le néophyte porte lui aussi un fil rouge au poignet, sans doute pour le protéger des énergies psychiques néfastes. C’est une des fonctions majeures attribuées au jaspe rouge. Il favorise la captation des énergies bénéfiques et repousse les autres. Le jaspe rouge est la pierre d’assise sur laquelle s’est bâtie l’Eglise chrétienne, étant rattachée à l’apôtre Pierre. C’est ainsi qu’il devient la base et le départ pour toute entreprise solide. Il fut associé également à Benjamin, l’un des douze fils d’Israël.

On attribuait aussi au jaspe la faculté de faciliter les accouchements. La valeur obstétricale du jaspe trouve son explication dans le fait qu’en se brisant il donne naissance dans son ventre à plusieurs autres pierres : le symbole est, en l’occurrence patent. Des Babyloniens, la fonction gynécologique de la pierre est passée au monde gréco-romain où elle s’est maintenue jusqu’au Moyen-âge. Marbode, évêque de Rouen au XIe siècle précise que le jaspe « apposé sur le ventre soulage la femme en gésine ». Un symbole analogue rendra pareillement compte de la fortune dont a joui durant l’Antiquité la pierre des aigles : « utilis est », note Pline, « mulieribus praegnartibus ». En la secouant, on entend au-dedans un bruit bizarre, comme si elle cachait dans son ventre une autre pierre. La vertu de ces pierres gynécologiques et obstétricales découle directement soit de leur participation au principe lunaire, soit d’une conformation qui les singularise et qui, par suite, ne peut marquer qu’une provenance exceptionnelle. Leur essence magique est leur vie, car elles vivent, elles ont un sexe, elles sont enceintes. Toutes les pierres et tous les autres métaux vivent également et sont sexués. Seulement leur vie est plus tranquille, leur sexualité plus vague. Ils poussent au sein de la terre, suivant un rythme somnolent ; fort peu parviennent à maturité. Ainsi, pour les Indiens, le Diamant est mûr tandis que le Cristal est non mûr. Cette idée est à rapprocher du mûrissement transmutatoire des métaux, selon la doctrine alchimique. 

geode-de-jaspe-rouge 

On dit que le jaspe rouge développe la dévotion, le courage physique, l’affection, la sympathie et facilite l’expression. Il est utile à la communication, à ceux qui commencent, à ceux qui s’orientent vers le commerce. Cette pierre représente l’initiative et l’impulsivité, l’impatience de savoir-faire que l’on peut accorder aux débutants et à la jeunesse. Cependant, il favorise l’écoute et donne un sens profond à la compréhension des choses.

Le jaspe rouge est annonciateur de chance. Rêver de celui-ci révèle le début d’un projet, d’une potentialité à ne pas négliger.

Le jaspe rouge contient le feu originel et la mémoire de notre potentiel. Le rouge représente la couleur de l’action et du sang qui véhicule l’énergie vitale et spirituelle, support à l’incarnation de l’esprit. Il est un feu réveillant en nous la foi et le désir de s’améliorer.

Si vous portez sur vous du jaspe rouge, au le plan physique, il aura des effets sur la circulation du sang et activera légèrement votre rythme cardiaque. De plus, il fait baisser la fièvre et tempère les coléreux. Le jaspe rouge génère davantage de stabilité par son apport d’énergie dans les jambes. Il procure un regain de vitalité et réconforte dans les situations difficiles. 

Bibliographie :

Le Grand Livre de la Magie des Pierres – S. Da Ros – Editions Trajectoire

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Collection Bouquins chez Robert Laffont.

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,