DANS L’HERBIER DU VERSEAU… LA FOUGERE

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 06-02-2013

Difficile d’imaginer aujourd’hui le Président de la République, ou même le ministre de la Santé, achetant à prix d’or à un guérisseur un de ses secrets afin de le publier pour que tout le monde en profite… Quel tollé ce serait auprès de l’industrie pharmaceutique ! C’est pourtant ce que fit Louis XVI qui paya 1 800 francs pour « un remède contre le ténia ou ver solitaire, que la Dame Nouffer, après la mort de son mari, a pratiqué depuis vingt ans, à Morat, en Suisse, sur un grand nombre de malades, et toujours avec succès très heureux et très prompt ». Après que plusieurs médecins eurent été chargés de vérifier l’efficacité de ce remède, le roi confia à son premier ministre Turgot le soin de le divulguer ; mais, comme le note non sans humour le docteur Cazin, son « importance diminua dès qu’il fut connu »…

FOUGERE

Fougère de nos forêts

En réalité, ce « secret » n’en était un que dans la mesure où chaque époque méprise au nom du progrès ce qui a été fait avant elle. En effet, on avait oublié que la fougère mâle était un vermifuge très employé depuis l’Antiquité, entre autres par Dioscoride, Galien et Avicenne, qui l’utilisaient contre « les vers larges ou grêles », c’est-à-dire le ténia et les lombrics. Or, le remède de la Dame Nouffer consistait à administrer au patient 12 grammes de poudre de racine, ou plutôt de rhizome, de fougère mâle dans 190 grammes d’eau de tilleul, puis à lui donner deux heures plus tard un « bol purgatif » à base de plantes. Il faut cependant préciser que ce traitement est fortement déconseillé aux enfants, aux cardiaques, aux hépatiques, aux femmes enceintes et aux sujets délicats. Mais il existe d’autres formules plus légères qui réduisent les risques tout en conservant les effets.

Cependant le rhizome de fougère mâle en décoction peut s’utiliser en compresses chaudes. Voilà un excellent moyen de faire disparaître des douleurs rhumatismales. En bains de pieds, elle est également indiquée contre les crampes et les crises de goutte, de même ajoutée à l’eau du bain, elle agit sur l’arthrite et les rhumatismes.

Pourquoi la fougère entre-t-elle dans la symbolique du Verseau ?

Sans doute parce que la fougère ne produit pas de graines contrairement aux autres plantes, mais se reproduit grâce à des spores qui sont produites par des organes spécialisés. Il s’agit des sores, sorte d’amas de sporanges situés sous le limbe des frondes ou regroupés en épi ou panicule sur des frondes fertiles. De plus, la fougère dispose d’un mécanisme original d’éjection des spores qui sont projetés par une sorte de fronde microscopique. Avec le monde du Verseau on est toujours dans une forme ou une autre de mécanique ou de technologie. Parce que la fougère se reproduit « anormalement », elle a toujours suscité une grande curiosité. Jusqu’à la moitié du XIXe siècle, toutes sortes de théories avaient cours sur cette plante primitive et mythique à la fois qui pouvait se reproduire sans fleurs et sans former de graines. Ce n’est que la technologie moderne qui a permis de lever le secret qu’elle gardait jalousement depuis plus de 350 millions d’années.

FOUGERE - PLANTE BOTANIQUE

Fougère – Planche botanique

De plus, les ancêtres des fougères étaient des végétaux de la taille d’arbres véritables formant de vastes forêts qui fournirent avec d’autres plantes la base de nos mines de charbons. Les innombrables variétés de fougères qui existent de par le monde, environ 12 000 dont 200 en Europe centrale, ne sont qu’un petit vestige des nombreuses variétés qui existaient dans des temps plus reculés.  Peut-être doit-on y voir l’infinie créativité d’Ouranos et qui insupportait tant Saturne. De même, ce mélange entre le masculin et le féminin que présente la fougère n’est pas sans rappeler l’ambivalence sexuelle que l’on prête au signe du Verseau, souvent dans un besoin d’expérimenter toute situation.

Des croyances, qui subsistent encore dans les régions où la magie n’a pas perdu ses droits, voulaient qu’on ne coupe les feuilles de fougère que pendant la nuit de la Saint-Jean en récitant des formules spéciales destinées à chasser les esprits qui en avaient la garde. Au Moyen Age, les fougères étaient présentes dans tous les jardins d’herbes car elles avaient la réputation de chasser les mauvais esprits. On disait d’ailleurs que si une femme enceinte marchait sur une fougère, elle risquait d’avorter… Un comble pour une plante qui a une espérance de vie de plus de 350 ans vit et se reproduit à tout va et à l’infini.

LA FOUGERE

Bibliographie

Nos Grands-mères savaient – Jean Palaiseul – Editions Robert Laffont

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,