BELLE EVOCATION DE MERCURE PAR JEAN DE LA FONTANE

(6.6.6 - LES MYTHES DE LA VIERGE ET DE MERCURE) par sylvietribut le 17-09-2016

Le Bûcheron et Mercure

 

Un Bûcheron perdit son gagne-pain, 
C’est sa cognée ; et la cherchant en vain, 
Ce fut pitié là-dessus de l’entendre. 
Il n’avait pas des outils à revendre. 
Sur celui-ci roulait tout son avoir. 
Ne sachant donc où mettre son espoir, 
Sa face était de pleurs toute baignée. 
Ô ma cognée ! ô ma pauvre cognée ! 
S’écriait-il, Jupiter, rends-la-moi ; 
Je tiendrai l’être encore un coup de toi. 
Sa plainte fut de l’Olympe entendue. 
Mercure vient. Elle n’est pas perdue, 
Lui dit ce dieu, la connaîtras-tu bien ? 
Je crois l’avoir près d’ici rencontrée. 
Lors une d’or à l’homme étant montrée, 
Il répondit : Je n’y demande rien. 
Une d’argent succède à la première, 
Il la refuse. Enfin une de bois : 
Voilà, dit-il, la mienne cette fois ; 
Je suis content si j’ai cette dernière.

mercure-et-le-bucheron-2 
– Tu les auras, dit le Dieu, toutes trois. 
Ta bonne foi sera récompensée. 
– En ce cas-là je les prendrai, dit-il. 
L’Histoire en est aussitôt dispersée ; 
Et Boquillons de perdre leur outil, 
Et de crier pour se le faire rendre. 
Le Roi des Dieux ne sait auquel entendre. 
Son fils Mercure aux criards vient encor, 
À chacun d’eux il en montre une d’or. 
Chacun eût cru passer pour une bête 
De ne pas dire aussitôt : La voilà ! 
Mercure, au lieu de donner celle-là, 
Leur en décharge un grand coup sur la tête. 

Ne point mentir, être content du sien, 
C’est le plus sûr : cependant on s’occupe 
À dire faux pour attraper du bien : 
Que sert cela ? Jupiter n’est pas dupe.

Jean de La Fontaine

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

INGRES DE VENUS EN VIERGE – 5 AOÛT 2016 – PARIS

(4.5 - L'INGRES) par sylvietribut le 07-08-2016

Vénus dans le thème astral

Le signe où se positionne Vénus dans notre thème natal indique les qualités que nous admirons, qui nous plaisent et nous paraissent précieuses, qu’elles appartiennent à une personne, à une œuvre d’art, à un paysage ou à une théorie philosophique. On se sent une personne plus complète en les développant et en les intégrant dans notre vie. On peut d’ailleurs posséder les talents en rapport avec ce signe.

Le signe de notre Vénus évoque l’image de la personne aimée ainsi que ce qui nous séduit chez l’autre, chez les autres. Il dépeint la nature de nos expériences relationnelles, notre attitude envers l’amour et les autres interactions sociales. Il décrit notre manière de donner et de recevoir l’affection, de nous accorder avec notre entourage et de partager avec autrui. Il révèle encore ce nous faisons pour nous embellir et nous rendre séduisant.

Le signe de notre Vénus colore notre image-anima, cette image du féminin que chacun porte en soi. Que nous soyons homme ou femme, nous devons contacter et exprimer le signe qu’occupe notre Vénus pour nous sentir un individu complet, estimable et attirant.

VENUS EN CHUTE EN VIERGE

Vénus en chute dans la Vierge

La Maison qu’occupe notre Vénus natale montre le domaine de notre vie où nous sommes en quête de satisfaction, de beauté et de plaisir. On s’engagera d’ailleurs dans des activités liées à cette Maison, on saura résoudre les difficultés et les problèmes que nous pourrions rencontrer, nous permettant d’accroître notre complétude. On aura peut-être un talent particulier en rapport avec cette Maison et le signe qu’elle occupe.

En outre, on saura apprécier la sphère de vie associée à la position de Vénus en Maison. On attirera donc normalement ce que nous valorisons ainsi, à moins que d’autres positions du thème ne soient en conflit avec les valeurs vénusiennes.

Dans la Maison de Vénus natale, on cherche la paix et l’harmonie. C’est également là qu’on peut mettre la « ceinture magique » (*) d’Aphrodite/Vénus pour charmer et subjuguer les autres.

La Maison de Vénus est le domaine où nous montrerons notre esprit de compétition, où on enviera ceux qui ont ce qu’on voudrait avoir. On peut malgré tout également y rencontrer des déceptions et critiquer ceux qui ne correspondent pas à nos idéaux et nos attentes.

Vénus étant liée au concept de valeur, la Maison de notre Vénus natale peut être associée à l’argent, aux biens et aux questions financières.

Et puis la nature de la planète aspectant Vénus évoque les qualités que nous valoriserons, qui nous plaisent et nous semblent précieuses, qu’elles appartiennent à une personne, une œuvre d’art, un paysage… La ou les planètes aspectant notre Vénus natale colorent notre image-anima et notre image de la personne aimée. Les aspects e Vénus indiquent aussi la manière dont on cherche à nous embellir pour nous rendre attirant.

La planète aspectant Vénus influence les expériences que nous rencontrons dans l’amour et la relation amoureuse. Les aspects de Vénus évoquent les conflits et les tensions que nous vivons dans nos relations intimes et les leçons que nous en tirons.

Les planètes aspectant notre Vénus natale peuvent correspondre à un talent ou un don particulier. Elles peuvent également influencer les questions d’argent et de possessions.

(*) Vénus portait une ceinture magique qu’on appelait le « ceste ». C’était le cadeau de mariage que lui avait fait Zeus/Jupiter. Cette ceinture magique rendait irrésistible celle qui la portait. Elle lui donnait le pouvoir de rendre amoureux les dieux et les hommes. Elle la prêtait parfois à Héra, la femme de Zeus, pour raviver l’amour de son époux volage.

INGRES DE VENUS EN VIERGE - 5 AOUT 2016 - 17 H 20 - TU 15 H 20 - PARIS

Ingrès de Vénus en Vierge – 5 août 2016 – 17 H 20 (TU 15 H 20) – Paris

 « Ingrès » vient du latin et signifie « Entrer dedans ». Il a donné le mot « ingrédient »… C’est-à-dire en cuisine, ce qui « qui entre » dans la composition d’un plat. De la même façon,  l’Ingrès du Soleil en Cancer, est le moment l’astre entre dans ce signe. Ainsi on peut monter un thème d’Ingrès pour toute planète changeant de signe. Il faut rechercher l’heure où la planète atteint le 0°00 du signe qui va héberger la planète.

L’Ingrès de l’équinoxe de printemps ainsi que l’Ingrès du solstice d’hiver étaient utilisés par les Anciens, comme une sorte de calendrier annuel pour les prévisions, soit de l’année débutant au solstice d’hiver, soit celle commençant à l’équinoxe de printemps. C’est-à-dire que les planètes activant votre propre thème auraient une influence sur les six ou douze mois à venir, les Ingrès mensuels du Soleil apportant des précisions supplémentaires, indissociables du solstice d’hiver ou de l’équinoxe de printemps. Se souvenir que dans la tradition l’année commençait avec l’entrée du Soleil en Bélier, équinoxe de printemps… Le Bélier étant le premier signe du zodiaque.

INGRES-SQUARE-LANGEVIN-PARIS-EXPOSITION-UNIVERSELLE-300x225

Square Paul Langevin – Paris – Souvenir Exposition Universelle

Plus que l’analyse de ce thème, il convient de repérer la ou les planètes venant superposer par conjonction une des planètes de votre propre thème natal. Un seul degré d’orbe est toléré. Vous aurez alors une petite idée de ce qui devrait marquer ce passage de Vénus en Vierge. L’événement important étant signifié autant par la planète transitée que par celle qui transite, en prenant en compte la position qu’elle occupe dans la Maison de l’Ingrès et la Maîtrise qu’elles ont l’une et l’autre non seulement dans le thème de l’Ingrès, mais également dans votre propre thème. Ainsi, si Vénus d’Ingrès vient superposer votre Mercure natal, et si celui-ci est Maître de la Maison II de votre thème natal, on pourra en conclure que se sont vos finances qui seront concernées durant cette période, d’une façon positive ou difficile, selon le contexte de votre thème natal, puisque la Maison II est directement reliée aux finances, gains et pertes, en un mot la gestion de votre avoir : un petit cadeau d’argent si la configuration est positive, ou bien si elle est négative vous semblez avoir des envies de vous faire plaisir, comme renouveler votre garde-robe, mais vous ne pouvez peut-être pas vous le permettre et si vous succombez, vous aurez du mal à joindre les deux bouts.

Sur ce site et tous les mois mon calendrier lunaire indique le changement de signe des planètes et l’heure de ce changement. Ainsi vous pouvez facilement monter tous les Ingrès du Soleil, de la Lune et des autres planètes.

Toutefois, cette technique d’Ingrès est surtout utilisée en astrologie mondiale. Les thèmes d’Ingrès étant calculés et montés en tenant compte de la latitude et de la longitude du pays qu’on étudie ; au niveau personnel, il faut tenir compte du lieu où l’on se trouve.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en vous servant des « Commentaires » ci-dessous, vos questions comme mes réponses pouvant en éclairer d’autres. Les questions personnelles ne peuvent faire l’objet que d’une consultation, tant à mon cabinet que par téléphone.

Attention, on ne s’occupe jamais de la position de la planète de l’Ingrès puisque celle-ci occupe toujours le 0° d’un signe, ici le 0°00 Vierge.

venus_symbol104

Rambouillet, 7 août 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

SUR UN AIR DE VERSEAU… MAIS DANS QUELLE ERE ?

(6.6.11 - LES MYTHES DU VERSEAU ET D'URANUS) par sylvietribut le 27-01-2016

C’est la précession des équinoxes qui a donné lieu à la théorie des ères : l’ère du BELIER, correspondant à l’époque où le Soleil traversait la constellation du même nom lors de l’équinoxe de printemps, a précédé l’ère des Poissons que nous allons quitter pour entrer dans l’ère du Verseau.

Tous les 25 920 ans, arrive la grande année où se superposent très exactement signes et constellations. En divisant 25 920 ans par 12, on obtient un cycle de 2 160 ans qui marque la naissance, l’apogée et le déclin des civilisations.

Ce cycle progresse à rebours des signes du zodiaque. Ainsi, la civilisation placée sous le signe du CANCER s’effondra-t-elle avec l’engloutissement de l’Atlantide.

La civilisation des GEMEAUX vit la suprématie des villes jumelles de Memphis et de Thèbes (la première dynastie de Memphis se situe à environ 5 000 ans avant J.C.).

C’est le signe du TAUREAU qui marque l’éclosion de la civilisation de la Basse-Chaldée (3 000 ans avant J.C.), des rois de Babylone et d’Assur. Le signe du Taureau est traditionnellement celui de l’architecture, de la brique et les constructions monumentales sont l’un des aspects importants de cette civilisation.

Rome, fondée en 753 avant J.C., le sera sous le signe du BELIER et de MARS, dieu de la guerre, prépondérant dans le Parthénon romain.

Quant au Christianisme, il verra son expansion sous le signe des POISSONS que l’on retrouvera constamment dans l’iconographie chrétienne primitive. C’est d’ailleurs grâce à un petit poisson stylisé que les premiers Chrétiens se reconnaissaient dans la clandestinité.

L’ère du VERSEAU serait donc encore à venir.

LE VERSEAU - PAVEMENT DE LA BIBLIOTHEQUE DU CONGRES - WASHINGTON

Le Verseau – Pavement de la bibliothèque du Congrès – Washington

Les contempteurs de l’astrologie, Voltaire l’un des premiers, ont souvent été tentés d’opposer aux thèses de ses partisans l’argument de la précession des équinoxes. Or, bien avant, Manilius, au Ier siècle de l’ère chrétienne, puis Ptolémée, un siècle plus tard, ont répondu à cette objection : les signes du zodiaque sont avant tout des signes topiques, c’est-à-dire qu’ils situent une naissance à l’intérieur du grand rythme cosmique de l’univers et n’ont que le nom en commun avec les constellations.

Cependant, à partir du moment où nous sommes entrés dans l’ère atomique, nous avons commencé à aborder l’ère du Verseau. Même s’il faut tenir compte d’une transition de cinq cents ans, les découvertes, les techniques, les inventions, les fabuleuses avancées de la science et de la médecine, au risque d’échapper au contrôle de l’être humain et d’y perdre notre humanité, nous entraînent vers ce vertige du savoir et de l’expérimentation. Certains êtres plus conscients tendront vers la connaissance pure.

L’informatique, la génétique, la robotique… tous ces mots de notre époque qui se terminent en « ique » sont des manifestations de cette ère, avec les risques de manipulations, les victoires sur la maladie, les technocraties en marche. Cependant, il ne faut pas oublier que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Cette formule nous ne pouvons l’ignorer aujourd’hui. Ni faire aveuglément confiance au sursaut de l’homme et de sa conscience, ni aux miracles. Le Verseau est conscient de l’impact de ses inventions ou ne l’est pas. En nous efforçant de ne pas oublier que Yahvé, ou Zeus/Jupiter, ont été régulièrement tentés de détruire leurs créatures pour insolence, désobéissance, méchanceté, orgueil et autres vices divers, ou même pour mettre un terme à une surpopulation galopante.

Dans la nature du Verseau, il y a ce déconcertant mélange de naïveté, de génie, de soif de liberté et d’accès tyranniques ; cette tentation de jouer avec les idées sans toujours se préoccuper de les concrétiser. Mille idées par jour, le Verseau les a, mais le plaisir qu’il éprouve à jongler avec est supérieur à son goût de l’action. Cependant, le Verseau n’est pas l’homme de l’abstraction mais celui de l’expérimentation.

Et puis, ce Verseau, onzième signe du zodiaque, qui correspond au second mois de l’hiver, participe à la double nature uranienne et saturnienne. Et l’Air est son élément. Cet avant-dernier signe du zodiaque et avant tout caractérisé par sa nature aérienne. Il ne faut pas se méprendre : malgré sa représentation symbolique qui évoque l’eau courante, le Verseau n’a rien d’aquatique. Il faut voir dans le symbole du porteur d’eau le symbole de celui qui dispense aux assoiffés ce dont ils ont avant tout besoin pour apaiser leur soif. On cerne ainsi la plus grande qualité du natif, mais aussi son plus grand défaut : il est fait pour comprendre et faire profiter les autres de ses connaissances. Est-ce un défaut ? Peut-être si cette tendance est poussée à l’extrême, car le besoin de donner est alors si fort que le Verseau prend le manque de passion d’autrui pour de l’indifférence. Vexé, il se réfugie dans une tour d’ivoire où il ne tarde pas à ruminer de noires pensées.

Quant à la tendance uranienne du thème, elle le pousse à rechercher une indépendance de tous les instants. La liberté est ce qu’il chérit avant tout. En contrepartie, elle peut lui faire adopter des positions trop anticonformistes. Mais après tout, le Verseau n’est-il pas libre comme l’Air.

verseau2

Bibliographie

Dieux et Héros du Zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Robert Laffont Editeur

Dictionnaire de l’Astrologie – Jean-Louis Brau – Librairie Larousse – Paris

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

TIRESIAS… UN DEVIN ANTIQUE

(6.6.12 - LES MYTHES DES POISSONS ET DE NEPTUNE) par sylvietribut le 13-03-2015

Les Grecs invoquaient volontiers le Fatum, le destin, les épreuves imposées par les dieux. Cependant, face au Fatum, à ce destin inscrit par les dieux, il y a le sacrifice qui est fait pour donner « un air de sacré », remettre de l’ordre dans le monde, dans le jeu entre ciel et terre. Nous retrouvons ici des concepts neptuniens, c’est-à-dire liés aux Poissons. L’histoire de Tirésias, très liée au mythe d’Œdipe, illustre bien ce signe.

L’histoire d’Œdipe met en scène une âme blessée, humaine, accablée par un destin d’une cruauté extrême, menée jour après jour au sacrifice par ces dieux aux intentions indéchiffrables. Œdipe parvient là où il veut aller. Aidé par Thésée, il écartera ses filles Antigone et Ismène, pour aller mourir en un lieu mystérieux, où il disparaîtra, enfin pardonné par les dieux mais sans que le lecteur connaisse jamais exactement le secret de sa mort. Quant à la présence de Tirésias, dans cette aventure œdipienne, est constante, du début, à la naissance même d’Œdipe, jusqu’à sa mort. Comment les pouvoirs du devin seraient-ils absents d’un mythe Poissons comme l’est également le mythe d’Œdipe. Le signe, en effet, est inséparable des oracles, de la voyance, du don de double vue, si fréquent en outre chez les aveugles dont Tirésias et Œdipe faisaient partie.

TIRESIAS ET LES SERPENTS

Tirésias et les serpents

Dans la mythologie grecque, Tirésias est un devin aveugle de Thèbes. Il était le fils d’Evérès, lui-même fils du Sparte Udée et de la nymphe Chariclo. Il eut trois filles : Manto, Historis et Daphné. Tirésias est avec Calchas l’un des deux devins les plus célèbres de la mythologie grecque. Il apparaît également dans l’Odyssée au royaume des Morts devant Ulysse.

Tirésias ne naquit pas devin ni aveugle. Son pouvoir et sa cécité résultent de sa rencontre avec les dieux. Cependant, il existe différentes versions de ce mythe.

Selon la version de Phlilies, Tirésias adolescent était en train de danser et de chanter quand il surprit Athéna se baignant nue dans une source du Mont Hélicon. La déesse, dont la chasteté était absolue, vit comme une atteinte à sa pudeur cette indiscrétion involontaire de Tirésias. Athéna lui mit alors les mains sur les yeux et le rendit aveugle. Comme la nymphe Chariclo, la mère de Tirésias, faisait partie du cortège divin, elle supplia Athéna de rendre la vue à son fils. La déesse refusa mais allégea sa sentence. Le mythe raconte qu’elle lui purifia les oreilles ce qui lui permit de comprendre le langage des oiseaux. Puis, elle lui donna un bâton de cornouiller grâce auquel il marchait comme els gens qui voient. Athéna lui concéda également une vie plus longue que le commun des mortels et le pouvoir de garder ses dons aux Enfers.

C’est Ovide qui nous donne des informations sur l’origine des dons de Tirésias. Alors que celui-ci se promenait en forêt, il troubla de son bâton l’accouplement de deux serpents. Aussitôt, il fut transformé en femme. Il resta sept ans sous cette apparence. La huitième année, il revit les mêmes serpents s’accoupler. « Si quand on vous blesse, dit-il, votre pouvoir est assez grand pour changer la nature de votre ennemi, je vais vous frapper une seconde fois. Et c’est ainsi que Tirésias redevint un homme.

C’est alors que Jupiter prétendit que la femme prenait plus de plaisir que l’homme à l’acte sexuel et que son épouse Junon prétendit le contraire. Les dieux demandèrent donc l’avis de Tirésias qui avait l’expérience des deux sexes. Tirésias se rangea de l’avis de Jupiter, allant même jusqu’à expliquer que si le plaisir de l’acte sexuel était divisé en dix parts, la femme en prendrait neuf alors que l’homme n’en prendrait qu’un. Et comme toujours, Junon plus offensée qu’il ne convenait de l’être pour un sujet aussi léger, condamna les yeux de son juge à des ténèbres éternelles. Comme Jupiter ne pouvait aller à l’encontre de la décision de Junon, pour compenser sa cécité, il offrit à Tirésias le don de divination et une vie longue de sept générations. Hésiode rapporte également ce récit.

La troisième et dernière version du mythe de Tirésias est relatée par l’évêque Eustathe de Thessalonique qui vivait au XIIe siècle. Dans un commentaire sur l’Odyssée, il rapporte un récit attribué à Sostratos qui aurait son origine dans une élégie hellénistique racontant que Tirésias naquit de sexe féminin.

Cette toute jeune fille suscita le désir d’Apollon et le dieu, en échange de ses faveurs, lui enseigna la musique. Cependant, devenue adulte, Tirésias se refusa à Apollon. Celui-ci la métamorphosa en homme pour qu’à son tour elle ressente l’emprise d’Eros.

A partir de cette première métamorphose et après avoir été l’arbitre de la querelle opposant Jupiter à Junon sur la question du plaisir dans l’acte sexuel, Tirésias ne subit pas moins de six passages d’un sexe à l’autre.

ULYSSE AUX ENFERS POUR RENCONTRER TIRESIAS

Ulysse aux Enfers pour rencontrer Tirésias

Dans une version du mythe de Callimaque, on apprend que c’est l’épouse de Pluton, Perséphone, qui a tenu à ce que Tirésias garde le sens et la raison. Ulysse le fait venir du royaume des Morts car un oracle du devin est pour lui le seul moyen de savoir comment il va rentrer chez lui à Ithaque. Tirésias apparaît comme tenant un sceptre d’or tel un symbole du pouvoir qui lui a été reconnu.

Bénéficiant de cette faveur exceptionnelle, il peut dire ce qu’ont résolu les dieux et prédire à Ulysse toutes les embûches qui l’attendront pour son retour. Après avoir expliqué la cause de la haine du dieu des Mers, Neptune/Poséidon, qui pourchasse Ulysse et ses compagnons pour avoir aveuglé son fils le Cyclope, le devin prodigue ses conseils dont celui de respecter à tout prix les troupeaux du Soleil. Ensuite, il annonce au héros que le massacre des prétendants qui déshonorent sa maison, ne sera pas pour lui l’aventure ultime. Ulysse devra encore repartir jusqu’à ce qu’il rencontre une peuplade ignorant la mer et faire un sacrifice à Poséidon/Neptune.

Cependant, malgré l’aide de Circé et de Tirésias, Ulysse ne parviendra pas à éviter l’île d’Hélios, le Soleil, où ses compagnons compromettront définitivement leur chance de retour à Ithaque. Seul Ulysse reviendra dans son île, auprès de Pénélope, à laquelle il contera son étrange rencontre avec le devin « mort ».

Platon dans le Ménon fait du personnage de Tirésias le modèle de l’extralucide aux Enfers qui garde sa haute lucidité par faveur divine pour son excellence qui s’impose comme s’imposerait un objet réel dans ce monde où tout est ombre.

TIRESIAS ET ATHENA

Tirésias et Athéna

Bibliographie

Dieux et Héros du zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Robert Laffont 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,