ASTROLOGUES DU ROI ET ASTROLOGUES OFFICIELS

(6.4 - L'Astrologie dans l'Histoire) par sylvietribut le 17-08-2013

Quelle qu’ait été la suspicion dans laquelle la majorité des théologiens chrétiens tenait l’astrologie, la plupart des grands personnages du Moyen Age et de la Renaissance eurent leurs astrologues attitrés. Parmi eux, le Pape Sylvestre II, l’Empereur d’Allemagne Frédéric II et Alphonse X de Castille. En France, c’est avec la dynastie des Valois que les astrologues eurent leurs entrées à la Cour. Après Charles V qui prit comme astrologue Thomas de Pisan, père de la poétesse Christine de Pisan, fut créée la charge de « médecin-astrologue du roi », puis à partir du XVIe siècle « d’astrologue du roi ». Les Bourbons continuèrent la tradition et c’est seulement en 1682 que Louis XIV supprima définitivement ce poste.

Astrologues

Astrologue à la Renaissance

Il n’y a certes plus d’astrologues officiels depuis longtemps en Europe et dans les principaux pays développés, ce qui n’empêche pas des hommes d’Etat d’avoir parfois recours aux astrologues et aux voyants. Le rôle occulte de Madame de Thèbes (*) dans les coulisses de la IIIe République a souvent été évoqué et, en 1975, en Argentine, la présidente Isabelle Perón provoqua des tempêtes de protestations parce qu’elle avait choisi un Premier ministre adonné à l’astrologie. Il est également de notoriété publique que Madame Bandaranaike, Premier ministre du Sri Lanka, accorda naguère sa confiance aux astrologues.

Ce qui est beaucoup moins connu, c’est le recours à l’astrologie, et concurremment aux autres sciences occultes, pendant la Seconde Guerre mondiale. Les principaux chefs nazis, Hitler, Rosenberg, Himmler, Rudolf Hess, prenaient fréquemment conseil auprès de leurs astrologues. L’un d’eux, Karl Ernst Krafft, eut même un rôle politique certain en orientant les décisions d’Hitler, qui avait toute confiance en lui. Goebbels était sans doute beaucoup plus sceptique quant à la confiance à accorder aux prévisions astrologiques, mais il en tira parti dans la propagande anti-alliée.

nostradamus dans une carte du ciel 

Nostradamus

Après la fuite inexplicable en Angleterre, le 10 mai 1941, de Hess, le dirigeant allemand le plus lié aux milieux occultistes, les astrologues furent toutefois étroitement surveillés. Selon certaines informations, il semble que Heydrich en aurait interné un grand nombre, que Himmler aurait fait libérer par la suite pour utiliser leurs prévisions, mais Krafft, lui, trouva la mort à Oranienburg le 8 janvier 1945.

Dans le camp allié, les arts conjecturaux furent également mis en œuvre. Un astrologue hongrois devenu officier de l’Intelligence Service, Louis de Wohl, propagea des interprétations tendancieuses des prophéties de Nostradamus. Aux Etats-Unis, les astrologues qui prédisaient la chute de l’Axe recevaient une discrète aide officielle.

MADAME DE THEBES - CHIROMANCIENNE(*) Madame de Thèbes, de son vrai nom Anne Victorine Savigny, était une voyante et chiromancienne française. Elle exerçait son métier dans son salon de l’avenue de Wagram à Paris. Chaque année à Noël, elle publiait ses prophéties dans un Almanach qui jouissait d’une large diffusion. Elle aurait prédit entre autre : la guerre des Boers, la guerre russo-japonaise, le déclenchement de la Première Guerre mondiale, la mort violente du général Boulanger, la mort tragique de Catulle Mendès, la mort de William Thomas Stead et même l’affaire Caillaux. Elle a publié « L’Enigme du rêve : explication des songes » en 1908. Elle était née en 1845 et vécut jusqu’en 1916. 

Bibliographie

Dictionnaire de l’Astrologie – Jean-Louis Brau – Larousse

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,