JUDITH… UNE HEROÏNE BIBLIQUE ET BELIER

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME, 6.6.1 - LES MYTHES DU BELIER ET DE MARS) par sylvietribut le 28-03-2014

C’est pour sauver sa patrie que Judith trancha la tête d’Holopherne. Paradoxalement, l’idéalisme du Bélier, signe de Feu, lui confère la pureté et parfois la dureté du diamant.

Holopherne était un général envoyé en campagne par Nabuchodonosor pour châtier les peuples de l’Ouest qui avait refusé de le soutenir dans la guerre qu’il menait contre le roi perse Arphaxad. Dans le livre deutérocanonique de Judith que les Protestants considèrent apocryphe, il est présenté comme roi d’Assyrie, alors que vraisemblablement il s’agirait du roi des Chaldéens qui régna sur Babylone de 605 à 562 avant Jésus-Christ.

LE TINTORET Judith et sa servante

Judith et sa servante – Le Tintoret

Après avoir pillé, tué et ravagé dans tout le Proche-Orient, Holopherne assiège Béthulie, une ville juive, probablement Massalah, qui barre un passage dans les montagnes de Judée. L’eau venant à manquer, les habitants sont sur le point de se rendre. C’est alors qu’une jeune veuve, Judith, d’une extraordinaire beauté et d’une richesse considérable, prend la décision de sauver la ville. Avec sa servante et des cruches de vin, elle pénètre dans le camp d’Holopherne. Celui-ci est tout de suite ensorcelé par la beauté et l’intelligence de la jeune femme. En son honneur, il organise un grand banquet à la fin duquel ses domestiques se retirèrent discrètement pour ne pas troubler la nuit d’amour qui, pensent-ils, attend leur maître. Cependant, Judith continue à l’enivrer et, quand il est hors d’état de se défendre, elle le décapite avec l’aide de sa servante. Ensemble, elles reviennent à Béthulie avec la tête. Au matin, quand les soldats découvrent leur chef assassiné, ils sont pris de panique. Certains vont s’enfuir et les habitants de Béthulie vont vaincre facilement ceux qui sont restés.

Certains considèrent cette histoire comme purement imaginaire et voient dans Holopherne un personnage fictif. Le récit oppose la force et l’agressivité d’un côté, la faiblesse et l’incapacité de se défendre de l’autre : l’agressivité du mâle détruite par son propre désir. Judith, elle, utilise avec habileté son charme féminin pour atteindre son but : sauver son peuple du péril où il se trouve.

JUDITH - JACQUES LEMATTE - 1886 

Judith s’apprêtant à décapiter Holopherne – Jacques Lematte (1886)

Dans bien des représentations artistiques, c’est la dangerosité du charme sensuel de la femme qui est mise en lumière et tel Holopherne les hommes y succombent trop facilement.

Le prénom « Judith » vient de l’hébreu « Yehoudit », féminin de « Yehoudi » qui signifie « juif ». Judith veut donc dire « juive » ou « judéenne ».

Dans le Genèse, une épouse d’Esaü, frère jumeau de Jacob, se prénomme « Judith ». Mais le nom qui est généralement donné en référence à la femme évoquée dans le Livre de Judith est celle qui a vaincu Holopherne.

Cette héroïne biblique a donné son nom à la « Dame de cœur » des jeux de cartes français.

JUDITH - LA DAME DE COEUR

Judith la Dame de Coeur

 

 

 

 

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,