L’ETOILE ALGOL DANS LA CONSTELLATION DE PERSEE

(5.7 - CONSTELLATIONS ET ETOILES FIXES) par sylvietribut le 07-05-2014

Algol est une étoile variable à éclipses de la constellation de Persée, de magnitude 2 qui varie périodiquement tous les 2 jours et 21 heures environ. Algol a un compagnon sombre qui l’occulte et est responsable de sa baisse de luminosité. La distance qui nous sépare d’Algol est de 92,8 années-lumière. Possédant un mouvement propre très petit comparé à sa vitesse radiale, Algol est passé non loin du système solaire il y a 7,3 millions d’années. Il n’est pas exclu qu’elle ait pu perturber le nuage d’Oort en cette occasion et provoquer un afflux de comètes vers le système solaire interne.

C’est une étoile de première importance dont la nature s’apparente à celle de Saturne mais aussi de Jupiter. Elle se situe dans le Taureau. Elle est synonyme de violence et souvent, elle est en rapport avec une mort brutale.

Etymologiquement, Algol dérive de l’arabe « ra’s al-ghoul » qui signifie « la tête (ra’s) de l’ogre (al-ghoul, goule). Dans l’astronomie chinoise, cette étoile fait partie de l’astérisme « Daling » qui représente un mausolée. Pour l’astrologue, qu’il s’agisse d’ogre ou de mausolée, Algol est bien dans la symbolique du Taureau.

LA CONSTELLATION DE PERSEE - HEVELIUS

La Constellation de Persée – Helvelius

Persée est une constellation ancienne de l’hémisphère nord. Elle est relativement grande et possède plusieurs étoiles brillantes, dont l’étoile Algol. La constellation de Persée était déjà répertoriée par Aratus de Soles, puis par Ptolémée dans son Almageste, au 1er siècle. Elle est censée représenter Persée, le héros de la Mythologie grecque qui sauva Andromède. La constellation appartient au cycle qui décrit le mythe d’Andromède.

ALGOL DANS LA CONSTELLATION DE PERSEE

Algol dans la Constellation de Persée

Persée est une constellation très lumineuse, placée dans un environnement très riche. Sa position peut être repérée en prenant l’alignement qui part du Grand carré de Pégase et remonte le long de la diagonale d’Andromède jusqu’à Algol de Persée et Capella du Cocher. Inversement, on peut partir de Capella, l’étoile la plus brillante de la région, et repérer ses voisines Algol et Mirfak en direction de l’Ouest. De même on peut se repérer par rapport à Cassiopée, en suivant l’alignement de la barre médiane de son W en direction du sud-est, alignement qui tombe sur Mirfak. On peut enfin remonter l’alignement qui part de Rigel dans Orion, en passant par Aldébaran du Taureau et tomber sur Algol avant de rejoindre Cassiopée dans l’axe du bras droit de son W.

C’est l’astronome et fabricant de lentilles italien, Geminiano Montanari (1633-1687) qui observa particulièrement, vers 1667, la seconde étoile la plus brillante, Algol de la constellation de Persée. Montanari était un partisan de l’approche expérimentale des sciences. Il constata que cette étoile avait une luminosité variable. Il est très probable que d’autres observateurs avant lui aient remarqué ce phénomène, disons que Montanari fut le premier astronome identifié à le signaler. Quoi qu’il en soit, les noms de l’étoile que ce soit en arabe, en hébreu ou dans d’autres langues, font tous référence au « ghoul » ou au « démon » qui impliquent que ce comportement inhabituel de l’étoile était connu et reconnu depuis longtemps.

GEMINIANO MONTANARI

Geminiano Montanari – Astronome

Montanari était né à Modena. Il fit son droit à Florence et fut ensuite diplômé de l’Université de Salzbourg. Vers 1662, il déménagea à Bologne et c’est alors qu’il dessina une carte précise de la Lune à l’aide d’un micromètre oculaire de sa propre fabrication. En 1969, il succéda à Giovanni Cassini comme professeur d’astronomie à l’Observatoire de Panzano, près de Modena, où une de ses tâches était de compiler un almanach astrologique. Ce qu’il fit en 1665. Cependant il organisa un canular délibéré en écrivant le dit almanach complètement au hasard, pour montrer que les prédictions faites au hasard étaient aussi bien vérifiées que celles faites par l’astrologie. Dans la période suivant celle de Galilée, les expérimentateurs tels que Montanari étaient engagés dans une bataille contre les vues plus mystiques des scientistes tels que Donato Rossetti.

C’est le 21 mars 1676 que Montanari signala l’observation d’une comète à Edmund Halley. En 1679, Montanari déménagea pour un poste d’enseignement à Padoue, mais presque tous les documents de cette période de sa vie ont été perdus. Il reste une lettre datant de 1682 qui mentionne l’observation de la comète de Halley. Un cratère sur la Lune porte son nom. 

LE TAUREAU

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,