UN MYTHE POISSONS… CELUI DE SON MAITRE… NEPTUNE

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME) par sylvietribut le 16-03-2011

Il est, chez les Grecs, le dieu principal des mers et des cours d’eau ; il fut identifié par les Romains à une vieille divinité italique de l’eau, Neptune, à laquelle ils attribuèrent les légendes de Poséidon. Le nom de « Poséidon » signifie peut-être « le maître (ou le mari) de la terre », sens qui n’est pas étranger à l’épithète habituelle du dieu « Gaieochos », « qui vient de la terre ». Poséidon était d’ailleurs également associé aux tremblements de terre, comme le montrent ses épithètes « enosichthon » et « enosigaios », « l’Ebranleur du sol ».  

bologne-neptune

Bologne – Statue de Neptune

Les animaux qui lui sont consacrés sont principalement le cheval et le taureau. Poséidon était l’un des dieux les plus importants à la fois dans les cultes et dans les mythes ; les artistes le représentaient souvent le voyaient comme un personnage d’une taille élevée et barbu, brandissant un trident (harpon des pêcheurs de thon, pourvu de trois pointes) et quelquefois tenant un poisson. Il a peut-être évincé plusieurs vieilles divinités plus pacifiques, telles que Nérée, Phorcys et Protée, les « Vieillards de la Mer », et a revêtu la plupart de leurs attributs. Cependant, Poséidon est souvent décrit comme irascible, vindicatif et dangereux, violence dont les Vieillards étaient exempts. Poséidon symbolise en quelque sorte la puissance des flots en fureur, et ses actes mettent en lumière son pouvoir destructeur. 

Il était le fils de Cronos et de Rhéa et, d’après Hésiode, le frère aîné de Zeus. Comme ses frères et sœurs, à l’exception de Zeus/Jupiter, il fut avalé par son père à sa naissance, car Cronos/Saturne avait peur d’être détrôné par l’un de ses enfants. Les Arcadiens prétendent cependant que Rhéa substitua un poulain à Poséidon ; selon la légende, Rhéa l’aurait transporté à Rhodes où l’Océanide Caphira, aidée par les Telchines, l’aurait élevé. Par la suite, après que Métis eut donné à Cronos l’émétique qui lui fit restituer ses enfants, Poséidon/Neptune aida Zeus/Jupiter à vaincre les Titans et à les enfermer dans le Tartare. Ensuite, les trois fils de Cronos/Saturne se partagèrent l’Univers, gardant la Terre et l’Olympe comme territoire commun. Poséidon/Neptune obtint le pouvoir sur la mer, dans laquelle, selon une variante de la légende concernant sa naissance, Cronos le précipita dès qu’il sortit du sein de Rhéa ; Zeus fut doté du pouvoir suprême, Homère le considère d’ailleurs comme l’aîné, mais Poséidon se rebella souvent, ne s’avouant vaincu qu’à la dernière extrémité. Il complota même avec Héra et Athéna pour détrôner Zeus, et tous trois réussirent à l’enchaîner. Toutefois, Thétis sauva Zeus/Jupiter en appelant à son aide Briarée qui demeurait dans le Tartare.

amphitrite_aosta

Aoste – Statue d’Amphitrite

La plupart des enfants de Poséidon, humains ou divins, héritèrent de sa violence. Sa femme était Amphitrite, une Néréide ou une Océanide. Lorsque Poséidon/Neptune demanda sa main, elle prit peur et s’enfuit dans l’Atlas. Le Dauphin, une divinité marine, la retrouva et la persuada d’épouser Poséidon. En récompense, il fut transformé en constellation. Amphitrite donna à son mari trois enfants : Triton, Rhodé et Benthésicymé. Mais Poséidon eut aussi un nombre considérable d’enfants de déesses, de nymphes et de mortelles. Il s’unit à Déméter sous la forme d’un cheval car, pour lui échapper, la déesse s’était transformée en jument. Déméter donna naissance au cheval divin Aréion et à une fille Despoina. Poséidon aima également la Gorgone Méduse au temps où elle était une belle jeune fille ; il s’unit à elle dans un temple consacré à Athéna, à la suite de quoi la déesse vierge transforma Méduse en un monstre repoussant et aida Persée à la tuer. Du cou de Méduse tranché, jaillirent Chrysaor et Pégase, le cheval ailé.

Poséidon engendra le géant Antée avec sa grand-mère Gaia, ainsi que d’autres géants parmi lesquels Otos et Ephialtès qui tentèrent de livrer assaut à l’Olympe ; Polyphème, le cyclope dont la mutilation par Ulysse déchaîna la colère du dieu contre le héros. D’autres enfants de Poséidon avaient une taille normale, mais possédaient un caractère féroce : Cercyon et Sciron, brigands qui furent tués par un autre de ses fils, Thésée ; Amycos, mis à mort par le fils de Zeus, Pollux, et Busiris, tué par Héraclès.

Homère lui donna un rôle très important. Sa haine pour les Troyens eut une influence capitale et le poussa à intervenir en faveur des Grecs durant la Guerre de Troie, malgré la défense expresse que lui en avait fait Zeus/Jupiter. Cette haine avait pour origine l’année de servitude que, jadis, Poséidon et Apollon passèrent chez le roi Laomédon, le père de Priam. Ils étaient convenus avec Laomédon de construire une muraille autour de la ville de Troie pour une certaine somme d’argent, mais une fois le travail exécuté, ce dernier refusa de les payer. Apollon semblait avoir estimé que la peste qu’il envoya alors était un châtiment suffisant, car il soutint les Troyens pendant la guerre. Mais Poséidon resta inflexible. Non content d’avoir envoyé un monstre marin qui devait dévorer Hésioné, la fille de Laomédon, il continua à persécuter les Troyens tout au long des combats.  

lodyssae

Le Retour d’Ulysse à Ithaque

Cependant, sa colère n’épargna pas les Grecs non plus, car il aida sa nièce Athéna à les punir pour le sacrilège qu’Ajax commit en violant Cassandre dans le temple de la déesse. Poséidon alla jusqu’à tuer lui-même le coupable en faisant voler en éclats le rocher auquel Ajax s’agrippait, narguant les dieux et se vantant d’avoir été sauvé du naufrage qui détruisit sa flotte pendant son retour. Les navires des chefs grecs furent également détruits par la tempête car ces derniers avaient refusé de châtier le criminel. Ulysse qui avait voulu lapider Ajax pour son acte, échappa à la vengeance divine, mais plus tard, il fut l’objet de la colère de Poséidon pour avoir aveuglé Polyphème, le fils du Dieu. A cause de cela son retour à Ithaque fut considérablement retardé et n’eut lieu qu’après que le héros eut perdu tous ses compagnons.

Poséidon châtia les Phéaciens, peuple de marins, pour l’aide qu’ils apportèrent à Ulysse et d’autres voyageurs, en comblant leur port avec d’énormes rochers et en pétrifiant le navire dans lequel ils avaient ramené Ulysse. Cependant, lorsque le dieu était d’une humeur plus calme, il aimait à rendre visite aux fidèles Ethiopiens qui lui offraient de riches sacrifices, occasions qui permirent plus d’une fois à Ulysse d’échapper à son attention.

Comme on le voit Poséidon/Neptune est un dieu étrange, aussi mystérieux que le signe des Poissons qu’il gouverne, aussi porteur de contradictions. Ce n’est pas sans raison qu’en astrologie il est le maître du flou, des illusions, des incertitudes mais aussi des intuitions et de la prémonition, des pouvoirs paranormaux, de l’inspiration poétique aussi. Il est lié à l’infini, à l’éternité comme à la noyade, physique et psychique, à la dissolution du Moi.

Zeus/Jupiter s’était emparé du Ciel lors du grand partage et Poséidon/Neptune reçut les Océans. Cependant, il interviendra constamment dans la vie même du ciel, dans les variations climatiques car si Zeus/Jupiter manie la foudre et le tonnerre, Poséidon/Neptune préside aux pluies et crée les nuages qui font partie, avec les brouillards « des concepts primitifs de la psychologie neptunienne » selon Gaston Bachelard.

neptune-et-amynome-musee-de-carthage

Neptune enlève Amynomé, nymphe des Eaux – Mosaïque – Musée archéologique de Carthage

Selon Charles Ploix, il est peu concevable qu’à l’origine le dieu de l’eau douce et le dieu de l’eau salée soit un seul et même dieu. Et pourtant, le trident de Neptune aurait à voir avec la baguette du sourcier et il nous en donne la preuve avec l’intarissable fontaine de Lerne, créée d’un coup de trident lancé par Poséidon/Neptune sur un rocher, un jour où il décida de voleur au secours de la fille de Danaos poursuivie par un satyre… bien que, à l’exemple de son frère Zeus/Jupiter, il ne respecte pas toujours lui-même les jeunes mortelles ou déesses qui l’attirent. Selon d’autres, le trident lui sert à harponner de gros poissons. L’eau douce serait donc d’abord du règne de Poséidon/Neptune. Toujours selon Charles Ploix, Okéanos désigne « le grand réservoir d’eau douce situé aux extrémités du monde ».

Gaston Bachelard assure, de son côté, que « c’est une perversion qui a salé les mers ». Est-ce sa nature de Cancérien, ami des eaux douces et des ruisseaux, qui le lui fait croire ?

Lorsque Poséidon/Neptune défie Athéna pour la prise de possession d’Athènes, il est en effet assuré de perdre en choisissant de faire surgir une source d’eau salée alors qu’Athéna offrira l’olivier aux habitants de la ville. On comprend alors que les Athéniens élisent Athéna comme patronne de leur ville. Poséidon se vengera en faisant déferler sur Athènes des vagues immenses et contraindra les Athéniennes à abandonner leur droit de vote et le nom de leur mère, interdiction également faite aux Athéniens. Notation intéressante qui signe le triomphe du patriarcat. Leur adhésion à Athéna, si peu féminine, si entièrement tournée vers son père, n’atténuera en rien cette évolution.

neptune-mascarons-en-terre-cuite

Neptune – Terre Cuite

Bibliographie

Dictionnaire de la Mythologie – Michael Grant et John Hazel – Collection Marabout

Dieux et Héros du Zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Robert Laffont

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,