DANS LA SYMBOLIQUE DES POISSONS… LES OCEANIDES

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME, 6.6.12 - LES MYTHES DES POISSONS ET DE NEPTUNE) par sylvietribut le 11-03-2014

Les Océanides étaient les trois mille filles d’Océan et de Téthys. C’étaient les Nymphes de la mer, des fonds inaccessibles de l’Océan, leur père. Couronnées de fleurs, elles accompagnaient de leur cortège la conque de leur mère Téthys. Elles étaient les sœurs des dieux des rivières. Leur rôle était de garder les eaux qui recouvrent la terre, ainsi que les eaux du monde souterrain. Styx était de leur nombre.

LES OCEANIDES - GUSTAVE DORE

Les Océanides – Gustave Doré – 1860

Quelques une d’entre elles se sont distinguées et sont entrées dans la légende. Ainsi, Doris épousa Nérée, le « Vieillard de la Mer » et mit au monde les Néréides. Doris avait des dons de prophétie comme bien des divinités qui demeurent dans les eaux. Elle devait sa gloire à sa postérité. Une de ses filles, Thétis devait donner le jour au plus célèbre héros de la guerre de Troie, Achille.

Sa sœur Amphitrite, dont certains font une Néréide, devint l’épouse de Poséidon/Neptune, celui qui gouverne les Poissons. Ce dieu l’avait en effet aperçue alors qu’elle jouait et dansait sur la plage de l’île de Naxos,  avec ses sœurs et l’avait tout de suite désiré pour femme tant il était tombé amoureux. Mais elle s’échappa et partit se réfugier auprès du Titan Atlas, aux toutes dernières et lointaines limites de la mer. Poséidon/Neptune envoya les divinités marines, ses serviteurs, la chercher. C’est le dauphin qui finit par la retrouver et il plaida si bien la cause de Poséidon qu’il réussit à l’enlever, la livrant au dieu de la Mer qui la rendit mère de Triton, Rhodé et Benthésicymé. Quant au Dauphin pour le remercier, Poséidon/Neptune l’éleva au rang de constellation.

ATHENA

Athéna fille de Zeus/Jupiter et de Métis

Métis, une Néréide elle aussi, fut amenée à jouer un rôle tout aussi important en devenant la première femme de Zeus, bien qu’elle eût changé de forme pour échapper au lit de Zeus/Jupiter et c’est ainsi qu’elle conçut Athéna. Cependant, Gaïa avait prédit au dieu que si Métis avait une fille, celle-ci aurait autant de sagesse que lui, puis que Métis aurait un fils qui deviendrait plus puissant que lui et qui le détrônerait. Alors Zeus attrapa Métis et l’avala alors qu’elle était enceinte. Et c’est ainsi que le moment venu, il donna naissance à l’enfant qu’elle portait, déjà grand, qui jaillit de sa tête. C’est ainsi qu’Athéna vint au monde. Auparavant, il avait été saisi d’un violent mal de tête. Pour le soulager, sur les conseils d’Hermès/Mercure, Héphaïstos lui troua la tempe d’où sortit Athéna armée et casquée. Cependant, Zeus avait acquis la sagesse de Métis, laquelle l’aida à rester sur le trône des dieux. Il faut dire que Métis était la personnification de la Prudence. C’était également une Magicienne. Elle avait offert à Zeus/Jupiter une potion magique que devait boire Cronos/Saturne qui allait obliger le Titan à restituer ses enfants.

Clyméné s’unit à Hélios, le dieu-soleil, et lui donna Phaéton et les Héliades. Cependant, elle fut l’épouse légitime du Titan Japet et sa postérité fut tout aussi glorieuse puisqu’elle mit au monde Prométhée, Ménoetios, Atlas et Epiméthée.

Sa sœur Perséis eut plusieurs enfants du même dieu : Acétès, Circé l’enchanteresse et Pasiphaé, l’épouse du roi Minos.

CALYPSO ET ULYSSE 

Calypso et Ulysse

Calypso aussi était une Océanide qui régnait sur l’île d’Ogygie, la presqu’île de Ceuta, en face de Gibraltar. Elle tomba amoureuse de son hôte célèbre, Ulysse qu’elle avait accueilli dans ses états alors qu’il venait de faire naufrage. Sept ans durant elle s’efforça de lui faire oublier sa patrie dans sa grotte enchantée, entourée de bois de peupliers, de cyprès, décorée de vigne chargée de grappes de raisin. Elle lui offrit même l’immortalité. Mais l’amour d’Ithaque sa patrie et de Pénélope sa chère épouse demeurait le plus fort dans le cœur d’Ulysse et il passait ses journées à contempler le rivage et la mer, les yeux embués de larmes. Emu, Zeus/Jupiter dépêcha Hermès/Mercure auprès de Calypso : Ulysse devait quitter l’île. Malgré sa douleur Calypso obéit. Elle aida le héros à construire une embarcation et lui fournit des provisions pour la traversée. C’est ainsi qu’Ulysse la quitta le cœur plein d’espoir, voguant vers sa patrie bien-aimée, Ithaque, l’île dont il était roi. On dit que Calypso aurait donné un fils à Ulysse, mais bien des noms circulent sans aucun ne soit sûr.

Quant à Dioné, elle était l’une des divinités du commencement du temps. Elle fut aimée de Zeus/Jupiter et donna naissance à Aphrodite/Vénus. Son nom est la forme féminine de Zeus. Son culte qui, peut-être à l’origine ne se différenciait pas de celui d’Héra/Junon, se limitait à Dodone, en Etolie, un très ancien sanctuaire de Zeus où on l’adorait sous la forme d’un chêne. C’est Homère qui fait de Dioné la mère d’Amphitrite, la déesse de la mer, et d’Aphrodite, mais pour Hésiode, cette dernière est plutôt la fille d’Océan. Ensuite, Dioné épousa Tantale dont elle eut Niobé et Pélops.

 ACHILLE PLONGE DANS LE STYX PAR THEMIS SA MERE

Thétys plongeant Achille dans les eaux du Styx – Paul Rubens

Revenons à Styx. C’était le principal fleuve des enfers. Le Styx roule des eaux fangeuses et glacées au milieu des ténèbres. Il ceint de ses méandres le royaume d’Hadès/Pluton. Mais à l’origine Styx était une nymphe, une Océanide, qui habitait en Arcadie une grotte au bord d’une fontaine. Elle aussi était fille de Thétys et d’Océan. Elle avait épousé Pallas, lui donnant quatre enfants aux noms significatifs : Zélos, l’acharnement, Niké ou la victoire, Bia la violence et Cratos la puissance. Lorsque Zeus/Jupiter entra en lutte contre les Géants, Styx rallia l’Olympe avec ses enfants pour les ranger au service des dieux célestes et de leur cause. En récompense, Zeus/Jupiter accorda à ces valeureux auxiliaires le droit de demeurer perpétuellement auprès de lui et de l’assister dans ses entreprises. Il dota Styx du privilège d’être invoquée par les dieux, ce qui donnait au serment, ainsi confirmé, une valeur absolue. Lorsqu’un dieu s’apprêtait à jurer par Styx, Iris allait chercher une couple pleine d’eau du fleuve infernal, sur laquelle il étendait la main. L’immortel qui se parjurait encourait une punition sévère : durant une année entière, il se voyait condamné à ne plus accéder ni au nectar, ni à l’ambroisie. Puis pendant neuf ans, il était chassé du cercle des autres dieux. Prenant sa source dans un lieu escarpé et isolé, roulant une eau noire et corrosive, se perdant dans les entrailles de la terre, Styx accrédite aisément les légendes qui en font un fleuve infernal, maudit et pernicieux.

Apollon et les Océanides partageaient la tâche de guider les jeunes garçons jusqu’à l’âge adulte.

Océan, le père de toutes ces filles, apparut avant le monde lui-même et présida à la Création et de ce fait il tient une place importante dans la mythologie. Il était fils d’Ouranos et de Gaïa. Il était la personnification divine de l’eau. Il entourait la Terre comme un immense fleuve où tout se crée et où tout vient mourir. Il était aussi le père de près de trois mille fleuves qui alimentent en eau les hommes et fertilisent la Terre.

Tardivement représenté dans les œuvres d’art, l’Océan a l’aspect d’un vieillard à la barbe verte. Il tient une corne de taureau qui symbolise l’abondance puissante et nourrissante des eaux.

 FONTAINE DES NAIADES - PIAZZA DELLA REPUBLICA - ROMA

La Fontaine des Naïades – Place de la République – Rome

Bibliographie

Dictionnaire de la Mythologie – Michel Grant et John Hazel – Chez Marabout

Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine – Joël Schmidt – Larousse Références.

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,