SATURNE EN SAGITTAIRE – 18 SEPTEMBRE 2015/20 DECEMBRE 2017

(4.3.4 - SATURNE) par sylvietribut le 20-09-2015

C’est le 18 septembre à 3 h 30 (1 H 30 TU) que Saturne a fait son entrée dans le Sagittaire, voilà près de trente ans que cela n’était pas arrivé. Saturne quitte donc le Scorpion sous l’influence très sombre de Pluton et sous celle très destructrice de Mars. Avec le Sagittaire Saturne passe sous l’influence plus expansive, plus chaleureuse, plus philosophe aussi, de Jupiter. Tous les espoirs sont permis de voir notre quotidien un peu plus facilité.

  • Dans un premier temps Saturne direct traverse les 16 premiers degrés du Sagittaire et du 3 mars au 16 avril 2016, Saturne stationnera sur 16° Sagittaire, devenant rétrograde le 26 mars 2016 sur 16°24 Sagittaire. Seront donc particulièrement concernés par ce transit saturnien :  
  • – Sur un mode difficile le second décan du Sagittaire, et particulièrement si vous avez le Soleil, l’Ascendant, le Maître d’Ascendant, la Lune, ou toute autre planète, sur les 15e et 16e degrés du signe et en particulier entre le 13 février et le 6 avril 2016, puis de nouveau en novembre 2016, Les situations quelles qu’elles soient sembleront comme bloquées ou mettront dans l’obligation d’un travail très important, tant sur le plan physique qu’au niveau de la concentration, ou toute autre forme d’obligation. Concernés aussi sur un mode difficile ces mêmes degrés Poissons et Vierge qui recevront le carré de Saturne, aspect difficile s’il en est qui oblige de chercher au plus vite des solutions pour dépasser l’obstacle que Saturne représente. Et puis, les Gémeaux qui recevront l’opposition de Saturne, celle-ci évoque encore plus une situation de blocage. Entre la conjonction, le carré et l’opposition, c’est cette dernière qui est la plus difficile à vivre, car comme le mot « opposition » l’indique, tout semble contre nous.

JUPITER ET SATURNE 2

Jupiter et Saturne

– Ce milieu du second décan du Sagittaire, des Gémeaux, de la Vierge et des Poissons devront également supporter Jupiter stationnant sur 15°/16° Vierge et donc au carré exact de Saturne, dans la seconde moitié de mars et début avril 2016. C’est une configuration difficile et contradictoire puisque ce conflit planétaire met en rapport un Jupiter, symbole d’expansion, mal placé dans la Vierge, signe qui ne convient pas à la planète puisqu’elle y est en exil, et Saturne dans le signe de Jupiter, au carré l’une de l’autre, c’est-à-dire en conflit. On pourrait dire également que cette configuration sera peu propice aux relations avec l’administration et les organismes officiels : erreurs de calcul, d’appréciation, de perspectives. Parfois, il existe une tendance à négliger ses devoirs, à faire preuve de désinvolture en regard des règlements et de l’ordre établi : faiblesse des scrupules, indépendance poussant à l’irrespect de l’autorité et de la légalité, mais également relâchement de la prudence et de la prévoyance. Souvent il existe une crise de conscience entre le désir de liberté et d’expansion d’une part, propre à Jupiter, et les habitudes, la routine et la tradition, domaine de Saturne. La tendance s’inversera totalement lorsqu’à partir de septembre 2016 Jupiter entrera dans la Balance, alors les deux planètes s’épauleront par un sextil prometteur, et notamment en novembre 2016 quand on trouvera sur les 15e et 16e degrés Balance Jupiter, et sur les 15e et 16e degrés Sagittaire Saturne, configuration qu’on retrouvera fin décembre 2016 et janvier 2017, sur 21°, 22°et 23°, de nouveau entre Jupiter en Balance et Saturne en Sagittaire.

CHRONOS

Saturne portant le monde qui symbolise bien, dans son genre, le Sagittaire

  • Le 16 avril 2016, Saturne retrouve le 15e degré rétrogradant jusqu’au 9°47 Sagittaire, degré sur lequel Saturne repartira en direct. C’est donc toujours le premier décan du Sagittaire qui est concerné par la conjonction de Saturne au Soleil, à l’Ascendant, au Maître de l’Ascendant, à la Lune, ou bien à toute autre planète. Il en ira de même pour la Vierge et les Poissons du premier décan qui recevra le carré de Saturne, et malheureusement, ce même premier décan des Gémeaux qui sera concerné par l’opposition de Saturne. Dans cette rétrogradation, on note une rencontre difficile entre Saturne en Sagittaire, sur 11° à 9°, au carré de Neptune en Poissons, rétrogradant également sur 11°/10°, entre fin juin et fin septembre 2016. C’est un aspect on ne peut plus douteux. Saturne représente la structure, la rigueur et Neptune le laisser-aller, le laisser-prise, l’avachissement. Voilà une influence très déprimante pour le psychisme. On peut vivre dans l’angoisse, dans l’appréhension d’un malheur et on a tendance à dramatiser la moindre difficulté ou le moindre malaise. On en arrive très vite à se croire condamné à un sombre destin, à être victime d’une malchance inexorable contre laquelle il est inutile de lutter. Qui est touché par ce transit perd momentanément la foi et toute forme d’idéalisme. La tendance est de se replier sur soi-même, en proie à un « cafard » que rien ne peut dissiper. Les accès de désespoir découlent surtout de la peur, de craintes insensées. Il s’agit bien souvent d’une maladie du moral. Et c’est durant ce type de transit qu’on s’attire inconsciemment la malchance et toutes sortes de complications et d’ennuis.
  • Du 29 juillet au 29 août 2016, Saturne stationne sur ce 9° Sagittaire, et les effets seront les mêmes que lors de son stationnement sur les 15e et 16e degrés Sagittaire, et pour les quatre signes de la croix Mutable sur un mode difficile : Sagittaire, Vierge, Poissons et Gémeaux. Par contre, ce Saturne sera positif pour le Verseau, le Bélier, le Lion, la Balance.
  • A partir du 29 août 2016 Saturne repart en direct sur ce 9e degré Sagittaire et ainsi qu’au 27e degré Sagittaire. Seront concernés les seconds et pratiquement les troisièmes décans du Sagittaire, Vierge, Poissons et Gémeaux sur un mode difficile, mais ce transit de Saturne en Sagittaire sera plus favorable pour le Verseau, le Bélier, le Lion et la Balance. A noter, entre fin décembre 2016 et janvier 2017, le trigone de Saturne à Uranus sur 21° Sagittaire, ainsi que le sextil à Jupiter sur 21°Balance, mais s’opposant quand même à Uranus.

SATURNE ET URANUS

Saturne et Uranus

On retrouve le trigone de Saturne à Uranus en mai 2017, sur 25/26° Sagittaire pour Saturne et 25°/26° Bélier pour Uranus, notamment en novembre 2017. C’est une très bonne influence qui donne le sens de l’exactitude, de la précision, de la prudence et de la circonspection dans bien des activités et notamment les travaux scientifiques. L’esprit se fait inventif tout en restant objectif car Uranus s’appuie sur l’expérience de Saturne. De même l’intuition ne risque pas d‘être faussée par l’imagination. L’influence de Saturne tempère aussi l’esprit d’aventure et d’indépendance propre à Uranus. Tout en restant partisan du progrès et d’aller de l’avant, on ne désire pas courir de risques inules. On prend les opportunités qui se présentent avec mesure et on prend toute la sécurité qui s’impose pour éviter tout imprévu désagréable. Et c’est ainsi que l’évolution matérielle se fait lentement (Saturne), mais sûrement, donnant des résultats concrets, solides et durables. Pour beaucoup, cette harmonie entre Saturne et Uranus renforcera la solidité des amitiés, à moins qu’on retrouve des amis perdus de vue. Les relations formées pendant cette période seront sincères, profondes et constantes. On pourra compter les uns sur les autres.

  • Du 5 mars au 8 mai 2017, Saturne stationnera sur 27° Sagittaire.
  • Du 8 mai ai 26 août 2017, Saturne rétrograde, passant de 27° à 21° Sagittaire.
  • Du 24 juillet au 27 septembre 2017, Saturne stationne sur 21° Sagittaire redevenant direct le 26 août sur 21°33 Sagittaire.
  • Le 26 août 2017, Saturne en direct passe de 21°33 Sagittaire à 0° Capricorne, le 20 décembre 2017, la planète entrant dans le Sagittaire.

Ce sont bien sûr les mêmes signes déjà cités qui seront concernés par le transit de Saturne sur ces différents degrés, en positif ou en négatif, comme déjà évoqués précédemment. Par contre, vous avez sans doute noté que c’est la croix Mutable qui sera perturbée et limitée par Saturne : Sagittaire, Poissons, Gémeaux et Vierge, quel que soit le degré occupé par Saturne.

Par contre, comme vous avez dû le constater le Capricorne, le Taureau, le Cancer et le Scorpion ne seront pas concernés par le transit de Saturne en Sagittaire.

SATURNE ET LE SAGITTAIRE

Rambouillet, le 19 septembre 2015

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LES MYTHES ET LE CIEL

(06 - MYTHES, LEGENDES, TRADITIONS ET SYMBOLISME) par sylvietribut le 08-06-2015

Les constellations forment tout un monde d’êtres mythiques chargé d’une grande signification symbolique. La malheureuse Andromède est enchaînée à son rocher, tourmentée par la Baleine, le monstre marin, alors que le héros Persée est prêt à voler à son secours.

Les Gémeaux, jumeaux célestes, sont assis côte à côte. Ils ont la même mère, mais le père de l’un est un mortel et celui de l’autre, un dieu.

Les images que nous voyons dans les constellations, bien connues, depuis des siècles, du marin, de l’astronome et du paysan, ont pris forme dans les premières civilisations du Moyen-Orient, et ont subi des influences indiennes et égyptiennes. Plus tard, les Grecs ont remanié la distribution de ce vaste « théâtre », mais l’influence des personnages célestes mésopotamiens est souvent manifeste chez les héros, les héroïnes et les monstres helléniques.

LE SOLEIL VERT DEVORANT LE SOLEIL

Le Lion vert dévorant le Soleil (symbole alchimique) 

Le psychologue Carl Jung voyait dans les symboles alchimiques et astrologiques des éléments d’une quête symbolique de soi

La science moderne s’est largement interrogée sur les raisons qui ont présidé à ce peuplement du ciel par les figures mythologiques, qui va au-delà d’une nécessité pratique, pour les chasseurs et les cultivateurs, de connaître le cycle des saisons et celui de la Lune. En effet, l’homme semble bien avoir accroché aux étoiles ses désirs les plus profonds, en mêlant intimement la religion, la poésie et les mythes. Si l’on comprend sans peine la structure du calendrier des anciens Egyptiens, on s’interroge longuement sur la signification de l’image du Soleil, de Rè, assis dans son bateau sur le dos de Nout, la déesse du Ciel.

La philosophie des Lumières, qui influence encore une pensée moderne hostile à toute espèce de symbolisme, ne pouvait trouver dans ces mythes égyptiens qu’un intérêt purement archéologique.

Du même coup, elle tournait le dos à l’ancienne croyance qui y voyait des allégories de la nature ou de l’âme. Ainsi dépouillés, ces mythes n’étaient plus que des élucubrations bizarres, issues d’observations erronées ou insuffisantes. Toute une école a vu dans les mythes des extrapolations d’événements historiques : elles correspondent à l’évhémérisme, fondé par Evhémère (vers 340 – 260 avant Jésus-Christ, qui voyait dans les dieux des êtres humains divinisés.

Quand elle a quitté cette voie sans issue, l’interprétation des mythes a pris plusieurs directions. Pour l’Ecossais James Frazer (1854-1941), les mythes, en particulier ceux qui concernent la fertilité, sont des survivances d’une phase antérieure de l’évolution des civilisations, reflétant la lutte engagée pour maîtriser la nature, d’abord au moyen de la magie, puis grâce à l’aide de la religion et des dieux. La conception « historiciste », en revanche, met en relation l’évolution de la mythologie et le processus historique, c’est-à-dire, par exemple, le remplacement d’une théologie par une autre, à la faveur d’une invasion ou d’une assimilation culturelle.

On donne un exemple précis dans un épisode de la mythologie grecque, la défaite du monstre femelle, du serpent Python, protecteur de l’oracle de Delphes, vaincu par le dieu-Soleil Apollon, à qui le site a été ensuite dédié ; il s’agirait là du remplacement d’un système matriarcal par un système patriarcal. L’interprétation astronomique des mythes table aussi sur une réaction de l’humanité à des modifications d’un ordre ancien, en l’occurrence la remise en cause d’une cosmologie ou d’un calendrier, nécessitée par certains mouvements célestes, et notamment par la précession des équinoxes.

Au XIXe siècle, la vision romantique s’écarte des conceptions naturalistes ou historicistes, et voit dans les mythes un ensemble d’images donnant une expression symbolique aux idéaux spirituels. Cette création de mythes ne se manifeste pas seulement dans les anciennes civilisations les plus brillantes, comme celles de l’Egypte et de la Grèce.

DETAIL MANUSCRIT IXe SIECLE

Détail d’un manuscrit du IXe siècle : le Soleil prend l’aspect du Christ, entouré des signes du zodiaque. Le Soleil était aussi perçu comme un archétype du soi. Les représentations anciennes des choses célestes abondent en archétypes au sens jungien.

Pour Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939), la « mentalité primitive » est inséparable de la production de mythes ; elle est « prélogique », c’est-à-dire qu’elle est certes apte à saisir une causalité logique, mais qu’elle voit en même temps, en toute chose, le surnaturel. Les augures, les dieux et les esprits sont pour elle éminemment réels, et leur monde est celui qui est décrit dans les mythes. Ces théories ont été largement mises à mal par la pensée structuraliste de Claude Lévi-Strauss, né en 1908) qui montre que les mythes reflètent les structures sociales et culturelles. Toutefois, les théories de Lévy-Bruhl concernant la création des mythes, en même temps que l’idée romantique selon laquelle ceux-ci correspondent aux idéaux spirituels, ont constitué la toile de fond d’une conception psychologique, en particulier celle de Carl Jung (1875-1961).

Ce dernier a complété l’interprétation astronomique des mythes en l’étoffant d’une dimension subjective, en rapport avec les mécanismes de l’inconscient, comme le montre son étude sur la précession. Pour lui, le symbolisme lié aux étoiles et aux planètes est un élément résiduel de l’inconscient collectif, qui représente l’expérience millénaire de l’humanité, et qui trouve son expression dans certains symboles universels, ou archétypes.

Un système symbolique tel que l’astrologie, ou l’alchimie, est un « langage » qui nous permet d’exprimer le voyage de l’âme vers son accomplissement mystique et vers « l’individuation », processus d’accession au soi. La fonction essentielle de ce cheminement est la création, par l’esprit, d’un archétype du soi, qui prend le plus souvent la forme du Soleil, mais aussi celle du mandala, symbole de méditation en Inde, qui est, pour Jung, le symbole de l’équilibre et de la totalité.

Le cercle des douze divisions du zodiaque constitue un tel mandala, et Jung pensait que les douze types de caractères dépeints par les signes, ainsi les attributs dynamiques des sept planètes traditionnelles, générateurs de mouvement et de changement, faisaient de l’astrologie la « psychologie de l’Antiquité ».

ANDROMEDE DELIVREE PAR PERSEE

Andromède délivrée par Persée

Bibliographie

Le langage secret des Etoiles et des Planètes – Geoffrey Cornelius/Paul Devereux

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’ORCHESTRE DU BELIER… LE CLAIRON

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 11-04-2015

Le nom même de clairon désignait au Moyen Age un instrument à vent assez similaire à celui que le clairon traditionnel français inventé par Antoine Courtois, son fabricant, en 1822. C’est un instrument à vent de la famille des cuivres, d’où la tentation de l’apparenté à la Balance et à Vénus qui représente le cuivre dans la concordance métaux/planètes. Cependant, le clairon est à l’origine un instrument d’ordonnance, c’est-à-dire qu’il sert à la transmission des ordres grâce aux sonneries facilement reconnaissables : appel, rassemblement, à la soupe, aux caporaux, commencez le feu »… Mais là nous rencontrons avec l’Armée et la soldatesque, le monde du Bélier et de Mars. On appelle d’ailleurs également « clairon » celui qui sonne de cet instrument.

LE CLAIRON

C’est surtout dans les corps traditionnels que le clairon est utilisé comme l’infanterie de Marine, la Légion et surtout la Marine. Il sert principalement pour ponctuer de sonneries réglementaires les moments importants de la vie militaire : réveil, garde-à-vous, aux champs, aux morts, au drapeau, et dans les cérémonies officielles.

Le clairon est un élément à part entière de nombreuses marches militaires composées pour orchestre d’harmonie. La plus connue est la Marche de la 2e DB, composée en l’honneur de la 2e division blindée du Général Leclerc, dont l’introduction est exécutée en soli par la section de clairons.

Avec la trompette de cavalerie et le cor naturel, le clairon est un élément des orchestres de batterie-fanfare. C’est dans ces ensembles qu’il est utilisé au mieux de ses capacités, dans un répertoire qui va des traditionnelles marches de défilé, en passant par le jazz, ou même par la variété.

Le clairon est un accessoire central de la fête des Conscrits, tradition encore en vigueur dans certaines régions de France, notamment dans le Haut-Doubs. Cette tradition est née à l’époque du Conseil de Révision qui statuait sur l’aptitude des jeunes gens au service militaire. Qui sait s’il ne sera pas bientôt de retour.

Le clairon, c’est aussi un jeu de l’orgue, à l’octave de la trompette.

LE CLAIRON - CELUI QUI LE SONNE

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,