LA NEWS TAUREAU

(01- LA NEWS DU MOIS) par sylvietribut le 20-04-2017

Il n’y a pas de vents favorables pour celui qui ne sait où il va – Sénèque

LE TAUREAU AILE - DUOMO D'ORVIETO

Le Taureau ailé du Duomo d’Orvieto – Ombrie – Italie

Voilà bien le signe le plus déterminé du zodiaque. Ce sont effectivement ceux qui sont nés sous ce signe qui ressemblent le plus à leur typologie astrale, au portrait-robot dessiné au cours des âges par la Tradition astrologique.

Vénus, sa planète dominante, évoque son charme, l’attrait du beau et la ferveur. C’est également Vénus qui favorise l’imagination créatrice et la chance, sans laquelle bon nombre d’entreprises humaines sont vouées à l’échec, ou tout au moins à une triste médiocrité. Cependant, Vénus a également des aspects négatifs. Parmi ceux-ci, il faut citer un certain égocentrisme, une sensualité débordante et une mauvaise évaluation des risques que l’on doit raisonnablement accepter de courir.

La seconde nature du Taureau, celle de la Lune, renforce l’influence vénusienne. Elle agit de telle sorte que le natif demeure un peu, au fil des ans, l’enfant qu’il a été, avec sa fraîcheur et, parfois, sa naïveté. Mais il ne faudrait pas se méprendre, le Taureau n’est pas frêle, loin de là. Si son type astrologique est en résonance avec la première jeunesse, le sujet Taureau par son côté terrestre, n’en est pas moins patient et réfléchi qui a constamment les pieds sur terre. C’est un associé sur lequel on peut compter, un ami sûr, un compagnon presque idéal. Cependant, il peut se montrer d’un orgueil démesuré, d’un arrivisme forcené, voire d’une certaine brutalité. Pourtant, le bilan est généralement positif, car c’est un être tout d’une pièce. Le bilan est pourtant généralement positif, car c’est un être tout d’une pièce, tout de franchise et d’engagement absolu.

La recherche constante de la paix et de la tranquillité fait de lui un être pacifique, ne gênant pas plus les autres par un comportement intempestif qu’il ne eut être gêné. Désireux de ne pas envenimer les choses, il passe volontiers l’éponge sur les petites avanies. Mais il faut prendre garde de savoir jusqu’où il est passible d’aller avec lui. Lorsque le seuil qu’il estime être le point de non-retour est franchi, il lui arrive d’être impitoyable.

GLYPHE TAUREAU

Avant Première

Au fil des semaines retrouvez sur mon site dix nouvelles chroniques :

www.sylvie-tribut-astrologue.com

Ingrès solaire en Taureau du 19 avril 2017

Un mythe Taureau : Vénus et le Bel Adonis

Ingrès de Mars en Gémeaux – 21 avril 2017

Nouvelle Lune en Taureau du 26 avril 2017

Ingrès de Vénus en Bélier – 28 avril 2017

Calendrier et Maisons lunaires de mai 2017

Saint Honoré, un saint pâtissier dans la symbolique Taureau

Ingrès de Mercure en Taureau – 16 mai 2017

Dans l’herbier du Taureau… pêche et pêcher

Alatri… le temple stellaire

GLYPHE TAUREAU

A l’honneur entre le 19 avril et le 20 mai 2017 : LE TAUREAU

Vous êtes Taureau ou Ascendant Taureau : 10 Euros de remise vous sont offerts sur le montant de votre consultation, au cabinet ou par téléphone. Vous n’êtes ni Taureau, ni Ascendant Taureau, tentez votre chance…

« Quelles sont les deux Maisons du thème qui se placent sous l’influence de Vénus ».

Réponse à communiquer à l’adresse suivant : sylvietribut@club-internet.fr

GLYPHE TAUREAU

Le Taureau, la nature et la nourriture

Pétrone, dans « le Festin de Trimalcion », décrit un banquet offert par l’affranchi, où chaque invité se voit offrir des mets en accord avec son signe zodiacal. Depuis fort longtemps, en effet, on a établi des correspondances entre les astres et les produits de la nature, en particulier les végétaux, qui sont, plus que les autres, soumis à un rythme annuel.

FESTIN CHEZ TRIMALCION

Le Festin de Trimalcion

Dès l’invention de l’imprimerie, une profusion d’almanachs, d’herbiers et de codex propagea cette idée, qui fut profondément ancrée, même ans les milieux scientifiques, jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Dans son traité « Semiotica uranica » (les Significateurs astrologiques), Nicholas Culpepper (1616-1684) résume ainsi ce qui était tenu pour une loi naturelle : « L’admirable harmonie de la Création peut être constatée en regardant l’influence es étoiles sur les plantes et le corps de l’homme ».

Principales corrélations entre le signe du Taureau, Vénus, et les végétaux : l’amande, l’abricot, la figue, la fraise, la pêche, la pomme, le raisin, le blé, l’oseille, le plantain, le thym, la citronnelle, la bardane, la sauge, la menthe et le tussilage.

LE TAUREAU5 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

BELLE EVOCATION DE MERCURE PAR JEAN DE LA FONTANE

(6.6.6 - LES MYTHES DE LA VIERGE ET DE MERCURE) par sylvietribut le 17-09-2016

Le Bûcheron et Mercure

 

Un Bûcheron perdit son gagne-pain, 
C’est sa cognée ; et la cherchant en vain, 
Ce fut pitié là-dessus de l’entendre. 
Il n’avait pas des outils à revendre. 
Sur celui-ci roulait tout son avoir. 
Ne sachant donc où mettre son espoir, 
Sa face était de pleurs toute baignée. 
Ô ma cognée ! ô ma pauvre cognée ! 
S’écriait-il, Jupiter, rends-la-moi ; 
Je tiendrai l’être encore un coup de toi. 
Sa plainte fut de l’Olympe entendue. 
Mercure vient. Elle n’est pas perdue, 
Lui dit ce dieu, la connaîtras-tu bien ? 
Je crois l’avoir près d’ici rencontrée. 
Lors une d’or à l’homme étant montrée, 
Il répondit : Je n’y demande rien. 
Une d’argent succède à la première, 
Il la refuse. Enfin une de bois : 
Voilà, dit-il, la mienne cette fois ; 
Je suis content si j’ai cette dernière.

mercure-et-le-bucheron-2 
– Tu les auras, dit le Dieu, toutes trois. 
Ta bonne foi sera récompensée. 
– En ce cas-là je les prendrai, dit-il. 
L’Histoire en est aussitôt dispersée ; 
Et Boquillons de perdre leur outil, 
Et de crier pour se le faire rendre. 
Le Roi des Dieux ne sait auquel entendre. 
Son fils Mercure aux criards vient encor, 
À chacun d’eux il en montre une d’or. 
Chacun eût cru passer pour une bête 
De ne pas dire aussitôt : La voilà ! 
Mercure, au lieu de donner celle-là, 
Leur en décharge un grand coup sur la tête. 

Ne point mentir, être content du sien, 
C’est le plus sûr : cependant on s’occupe 
À dire faux pour attraper du bien : 
Que sert cela ? Jupiter n’est pas dupe.

Jean de La Fontaine

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LA NEWSLETTER DE SYLVIE

(01- LA NEWS DU MOIS) par sylvietribut le 27-08-2016

La tradition n’est pas le retour à un passé désuet mais la permanence des origines dans la durée. Frédéric Tristan

VIRGO - LA VIERGE

AVANT-PREMIERE

La Vierge c’est la Terre mutable. Fortement marquée de cérébralité, elle analyse, critique, jauge, juge, combine. Mais son appartenance à la Terre lui fait toujours prendre appui sur les faits et l’expérimentation. C’est l’union heureuse de la théorie et de la pratique. Venant après le Lion, qui suit les élans de son cœur, la Vierge fait un choix parmi les conquêtes de ce dernier et ne retient judicieusement que l’utile et le raisonnable.

Mercure est la planète qui régit la Vierge ainsi que les Gémeaux. Lorsque cette planète superpose le signe de la Vierge dans un thème, la personnalité est attachante, l’esprit est clair, logique, aimant faire de grandes synthèses, cependant cette position donne peu de chances d’occuper des postes de premiers plans, à moins que la planète ne soit culminante dans le thème.

Si Mercure occupe la Maison VI du thème, sixième signe, la Vierge, la personne aura à cœur d’organiser la vie de la maison grâce à ses aptitudes pour le bricolage. Cependant, sur le plan de l’activité, les succès professionnels sont limités et dans des postes subalternes.

LA VIERGE

Au fil des semaines retrouver sur mon site : www.sylvie-tribut-astrologue.com dix nouvelles chroniques :

La conjonction Mars-Saturne et Antarès en Sagittaire – Août 2016

Ingrès Solaire en Vierge – 22 août 2016

Les Plantes et les herbes de la Bible

Ingrès de Vénus en Balance – 30 août 2016

Calendrier et Maisons lunaires – Septembre 2016

Nouvelle Lune du 1er septembre 2016

Dans l’herbier de la Vierge… La saponaire

Ingrès de Jupiter en Balance – 9 septembre 2016

Septembre 2016 à octobre 2017… Jupiter en Balance

La Fontaine Mercurielle

LA VIERGE

A l’honneur du 22 août au 22 septembre 2016 : LA VIERGE

Vous êtes Vierge ou Ascendant Vierge : 10 Euros de remise vous sont offerts sur le montant de votre consultation, au cabinet ou par téléphone. Vous n’êtes ni Vierge, ni Ascendant Vierge, tentez votre chance et si vous découvrez l’adjectif qui se cache dans la charade et bénéficiez, vous aussi, d’une remise de 10 Euros. Sans attendre, communiquez-moi votre réponse ainsi que vos coordonnées de naissance (date, heure précise et lieu de votre naissance), nous conviendrons d’un rendez-vous : sylvietribut@club-internet.fr     

  • C’est le prénom de la mère de la Vierge, à l’italienne, qui constitue Mon Premier ;
  • Dans mon second le fleuve s’y vautre, et pas que lui d’ailleurs, vous aussi je pense ;
  • Quant à Mon troisième, c’est un verbe qui évoque votre moue si l’addition est un peu salée.
  • MON TOUT : Un des adjectifs qui caractérisent très bien la Vierge.

 Offre valable jusqu’au 22 septembre 2016.

vierge 

Le symbole de la Vierge n’est pas celui d’une jeune fille passive et faible, mais plutôt celui d’une représentation de la Terre-mère, la déesse de la fertilité. Elle est pure, certes, mais robuste. Le signe est un des plus pratiques, matérialistes et productifs du zodiaque. Le natif a le sens du travail et du sacrifice de soit. C’est un être de « service ». Mercure apporte à la Vierge son esprit d’analyse, ce qui lui procure un énorme avantage pour la réalisation de ses projets.

Le natif de la Vierge est très soupe au lait, maniaque et pointilleux pour tout ce qui touche à la propreté, la précision, l’ordre, l’économie. Sa bonne volonté légendaire peut faire de lui la victime d’exploiteurs peu scrupuleux. Les paresseux parviennent très facilement à le faire travailler à leur place. Le sujet a naturellement la mentalité rêvée pour être bureaucrate.

En amour ou en société, le natif de la Vierge est timide. Il manque de confiance en lui et exprime rarement ses sentiments. Il a peur de ce qui dérange la belle ordonnance de ses certitudes. Tout ce qui et marqué du sceau de l’extravagance le fait fuir. Ses idéaux, cependant, sont très élevés, et il peut avoir la dent dure et la critique acerbe. Le natif de la Vierge est un perfectionniste. 

Vierge_img

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

INGRES DE MERCURE EN GEMEAUX – 12 JUIN 2016 – PARIS

(5.5 - L'INGRES) par sylvietribut le 13-06-2016

Mercure dans le thème astral

Le signe de Mercure va nous renseigner sur le fonctionnement mental de la personne dont nous étions le thème, mais aussi sur notre propre fonctionnement : notre manière de penser, d’apprendre, de percevoir et d’assimiler l’expérience : Mercure en Feu évoque le penseur intuitif, Mercure en Air suggère un mental calme, détaché et objectif… Dans un signe cardinal, la compréhension sera rapide, mais si Mercure est affligé en signe fixe l’esprit manquera de souplesse.

Le signe de Mercure parlera aussi de notre façon de communiquer et d’échanger des idées et des informations. Mercure en Bélier risque de parler étourdiment alors que Mercure en Scorpion vous verra plus prudent, plus réservé et plus secrets dans vos propos.

Le signe de Mercure révèle nos préoccupations majeures, ce que nous sommes prédisposés à remarquer et à capter dans notre environnement. Mercure en Balance repérera immédiatement les personnes à connaître alors que Mercure en Capricorne ne voit que ce qui sert objectifs et ambitions.

MERCURE EN DOMICILE EN GEMEAUX ET EN VIERGE

Mercure en domicile en Gémeaux

La Maison qu’occupe Mercure dans un thème indique le domaine de vie où nous ne tenons pas en place, où nous sommes agités, curieux, inventifs, indiscrets, adaptables aussi ou versatiles, astucieux et parfois menteurs, ou même notre habileté en affaires, selon le signe que Mercure colore et les aspects qu’il forme avec les autres planètes.

Ce secteur qu’occupe Mercure, loin de nous confiner dans des idées trop étroites ou rigides, est celui qui nous permet de rester dans l’idéal, c’est-à-dire jeune et plein d’entrain, ouvert aux expériences nouvelles. Mercure nous permet aussi de changer les choses en modifiant notre attitude mentale et notre manière de voir.

La Maison qu’occupe Mercure dans le thème évoque aussi nos sujets de réflexion, nos préoccupations et nos soucis. Exemple : avec Mercure en Maison VI nous risquons d’être préoccupés par des problèmes relatifs à la santé ou bien, si Mercure se trouve dans la Maison IX de notre thème, les questions philosophiques, le sens que nous voulons donner à notre vie ou même les voyages, prendront une place importante.

Autre exemple : Si Mercure est affligé en Maison VIII, nous pouvons connaître des conflits avec frères et Sœurs sur une question d’héritage, sens de la Maison VIII, Mercure symbolisant la fratrie. Mercure en Maison VIII peut tout aussi bien indiquer de puissants courants sous-jacents avec le proche entourage : outre les frères et sœur, les questions pourront porter sur des questions de voisinage, ou de collègues dans la vie professionnelle, voire même de confrère si on exerce une activité libérale. De même, Mercure en Maison X peut signifier qu’on travaille pour un frère, une sœur ou même un cousin.

INGRES DE MERCURE EN GEMEAUX - 12 JUIN 2016 - TU 23 H 30 - PARIS

Ingrès de Mercure en Gémeaux – 12 juin 2016 – 23 h 30 – Paris

« Ingrès » vient du latin et signifie « Entrer dedans ». Il a donné le mot « ingrédient »… C’est-à-dire en cuisine, ce qui « entre » dans la composition d’un plat. De la même façon, l’Ingrès du Soleil en Capricorne, c’est le moment où l’astre entre dans ce signe. Ainsi, on peut monter un thème d’Ingrès pour toute planète changeant de signe. Il faut rechercher l’heure où la planète atteint le 0°00 du signe qui va héberger la planète.

L’Ingrès de l’équinoxe de printemps ainsi que l’Ingrès du solstice d’hiver étaient utilisés par les Anciens, comme une sorte de calendrier annuel pour les prévisions, soit de l’année débutant au solstice d’hiver, soit celle commençant à l’équinoxe de printemps. C’est-à-dire que les planètes activant votre propre thème auraient une influence sur les six ou douze mois à venir, les Ingrès mensuels du Soleil apportant des précisions supplémentaires, indissociables du Solstice d’hiver ou de l’Equinoxe de printemps. Se souvenir que dans la tradition l’année commençait avec l’entrée du Soleil en Bélier, Equinoxe de printemps… le Bélier étant le premier signe du zodiaque.

INGRES-SQUARE-LANGEVIN-PARIS-EXPOSITION-UNIVERSELLE-300x225

Square Paul Langevin – Paris – Souvenir Exposition Universelle

Plus que l’analyse de ce thème, il convient de repérer la ou les planètes venant superposer par conjonction une des planètes de votre propre thème natal. Un seul degré d’orbe est toléré. Vous aurez alors une petite idée de ce qui devrait marquer ce passage du Mercure en Gémeaux. L’événement important étant signifié autant par la planète transitée que par celle qui transite, en prenant en compte la position qu’elle occupe dans la Maison de l’Ingrès et la Maîtrise qu’elles ont l’une et l’autre non seulement dans le thème de l’Ingrès, mais également dans votre propre thème. Ainsi, si le Mercure d’Ingrès vient superposer votre Vénus natale, et si celle-ci est Maître de la Maison II de votre thème natal, on pourra en conclure que se sont vos finances qui seront concernées durant cette période, d’une façon positive ou difficile, selon le contexte de votre thème natal, puisque la Maison II est directement reliée aux finances, gains et pertes, abus de confiance, en un mot la gestion de votre avoir. Mercure rencontrant Vénus pourrait indiquer des dépenses pour vous faire plaisir ou pour faire plaisir. Des dépenses (Mercure) agréables (Vénus). Mais si le transit a lieu dans un contexte difficile, vous pourriez dépenser plus que vous pouvez vous le permettre.

Sur ce site, tous les mois mon calendrier lunaire indique le changement de signe des planètes et l’heure de ce changement. Ainsi vous pouvez facilement monter tous les Ingrès du soleil, de la lune et des autres planètes.

Toutefois, cette technique d’Ingrès est surtout utilisée en astrologie mondiale. Les thèmes d’Ingrès étant calculés et montés en tenant compte de la latitude et de la longitude du pays que l’on étudie ; au niveau personnel, il faut tenir compte du lieu où l’on se trouve.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en vous servant des « Commentaires » ci-dessous, vos questions comme mes réponses pouvant en éclairer d’autres. Les questions trop personnelles ne peuvent faire l’objet que d’une consultation, tant à mon cabinet que par téléphone.

Attention, on ne s’occupe jamais de la position de la planète de l’Ingrès puisque celle-ci occupe toujours le 0° d’un signe, ici le 0°00 Gémeaux.

MERCURE-HERMES - TIMBRE

La Poste comme le timbre sont le domaine des Gémeaux et de Mercure le messager des dieux

Rambouillet, le 13 juin 2016

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

AOUT… LE MOIS BENI… SOUS L’INFLUENCE DU DIEU LUG… DIEU SOLAIRE

(6.6.5 - LES MYTHES DU LION ET DU SOLEIL) par sylvietribut le 11-08-2015

Août, qui décante ce que les canicules de la fin juillet ont suffisamment cuit pour les biens des hommes et des bêtes, est toujours fêté. En Angleterre, le 1er août est fêté sous le nom de « Lammas Day », le jour des fruits.

L’importance du 1er août, qui marque un changement de « saison » remonte aux traditions anciennes des fêtes celtes de « Lugnasad » ou « assemblée du Lug », qui ne sont que partiellement connues. Le but des festivités, marquées par des jeux athlétiques et des joutes, à l’instar des jeux Olympiques, était d’honorer Lug, dieu solaire, réputé pour ses vertus, sa beauté et ses talents dans les arts et l’artisanat ; mais la fête honorait surtout Tailtui, sa mère nourricière et déesse-mère de l’Irlande.

LE DIEU LUG

Le dieu Lug dieu solaire – Sa fleur… le Tournesol

Les fêtes en l’honneur de Lug, en polarité avec celles d’Imbole, complètent le cycle naturel ; le 1er février, avec ses lustrations, montrer le chemin, la voie d’évolution qui n’atteint son point culminant que le 1er août où se parachève ce qui mûrissait le reste de l’année.

Les fêtes qui célébraient l’abondance et la prospérité étaient offertes par les rois aux trois classes qui constituaient la société celte : les druides, les guerriers et les agriculteurs ; une lourde punition, représenter l’archétype du mauvais souverain, « laid au physique et au moral », responsable des disettes et des catastrophes naturelles à venir, pesait sur le roi qui aurait manqué d’accomplir avec générosité les fêtes du 1er août. Délaissées, ces fêtes d’abondance se sont déplacées au milieu du mois où la fête de l’Assomption absorbe la majorité des prémices des récoltes et des réjouissances. Il n’y a qu’en Berry que reste vivace la fête de Saint-Pierre-aux-Liens qui reprend d’une certaine façon l’esprit des fêtes de Lug.

Dans les traditions populaires du Sud-est européen, le jour du 1er août marque au point de départ. Tôt le matin, le prêtre prononce des vœux en l’honneur de Saint Tryphon, patron de la vigne, dont la fête au début de février est celle des vignerons. Les paysans accourent se procurer de l’eau bénite, spécialement mise à leur disposition ce jour-là, pour asperger les bêtes, les champs, les granges et plus particulièrement le maïs qui arrive alors à maturité, le coton dont les fruits sont prêts à éclater et les ruches que les abeilles achèvent de remplir de miel en prévision de l’hiver. C’est ensuite que l’on coupe les premières grappes, lourdes de jus, parfumées à souhait, et qu’on les consomme en commun sur le parvis de l’église. A partir de cette date commence le « petit carême de la Vierge », soigneusement respecté jadis.

Pour toute l’Europe de l’Est commence, le 1er août, une période néfaste de six ou douze jours. On y évite tout contact avec l’eau, infestée de créatures féminines hostiles à l’homme, et on ne touche pas à la hache, de crainte de la rendre vengeresse. On conseille encore aux enfants d’éviter les carrefours parce que ce sont des lieux privilégiés de rencontre des « drimes », ces esprits errants, qui peuvent leur faire le plus grand mal. Mais, en apprivoisant le pouvoir néfaste de ces créatures, on fait d’elles de puissances de divination.

Ainsi, les douze premiers jours d’août servent de moyens de prédiction pour le temps de l’année à venir : le temps qu’il fait le 1er août correspond à celui du mois entier, le temps du 2 août à celui de septembre et ainsi de suite. A Chypre, on prononce de semblables oracles à l’aide de douze feuilles de figuier que l’on expose sur le toit des maisons, garnies d’un peu de seul : l’humidité rassemblée sur les feuilles sert de prédiction sur le temps de l’année suivante. Les bergers, eux, se fondaient sur le comportement de leurs chiens.

En Méditerranée orientale, le début d’août est le temps des vents annuels du nord dont la vigueur rend toujours la navigation périlleuse, ce que confirme un dicton : « Les drimes d’août sont sur les voiles comme celles de mars sur la coque du bateau ». Au cours de ces nuits venteuses, le ciel s’ouvre et Dieu se montre particulièrement attentif aux souhaits des hommes. Ainsi on jette du sable dans les maisons dans l’espoir que Dieu y répandra autant de biens que de grains de sable.

Mais août décide aussi de la santé : « Si tu veux connaître ta force, interroge l’août », explique la sagesse populaire qui établit le parallèle avec mars : « A partir d’août : l’hiver, et de mars : l’été », avec tous les troubles que provoquent les changements de saison.

Saint Jean-Baptiste, dont on commémore la Décollation le 29 du mois, a le pouvoir d’enrayer les fièvres paludéennes qui pendant des siècles accablèrent les populations, comme de les envoyer à ceux qui ne l’honoraient pas suffisamment. Les feux allumés en l’honneur de Saint Jean-Baptiste, de plus en plus importants au cours des deux jours suivant sa fête, représentaient la « fermeture » d’une année et le commencement, au 1er septembre, d’une nouvelle période agraire.

LAMMAS DAY

Bibliographie

Fêtes et croyances populaires en Europe – Yvonne de Sike – Bordas

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LE BESTIAIRE VERSEAU… LES ANIMAUX DU CIRQUE… DONT L’OURS…

(09 - LES ANIMAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 12-02-2014

D’ours en ourse… de la bête à la belle étoile

Dans plusieurs traditions sibériennes, l’ours représente un ancêtre, qui revêt de temps en temps sa fourrure et quitte la montagne à la rencontre de ses descendants. C’est alors un privilège réservé aux membres du clan, de tuer l’aïeul ours, venu au devant leurs armes afin d’assurer par son sacrifice leur nourriture par son sacrifice. Jadis, un étranger qui réussissait à tuer un ours dans la forêt d’un village se voyait, de ce fait, admis dans les ranges du clan local, pour satisfaire la volonté du parent défunt. Plus à l’ouest, du Caucase aux Pyrénées, les traditions donnent au plantigrade le rôle d’un ancêtre biologique. On raconte souvent qu’un ours est descendu des montagnes jusqu’au village pour enlever une femme. Il l’enferme dans sa tanière, d’abord comme prisonnière ; avec le temps, la femme partage pleinement la vie de l’ours et elle lui donne un enfant fort, beau et intelligent, lequel à son tour engendre une dynastie humaine, comme c‘est le cas pour les Orsini en Italie, les Medved et les Boyan dans les pays slaves.

PITIGLIANO - OURS DES ORSINI 

L’ours des Orsini – Pitigliano – Italie

Parfois, la jeune épouse de l’ours est reprise de force par ses frères qui, à son grand désespoir, tuent la bête. Parfois, en revanche, elle se considère toujours comme une prisonnière jusqu’au moment où le fils, doté d’une grande force physique, parvient à déplacer le rocher qui ferme l’entrée de la caverne. Libérée, la mère retrouve le village avec l’enfant qui devient Jean de l’Ours, homme fort et redoutable. Il travaille comme quarante, mange de même et, ne pouvant plus vivre dans la misère du village isolé, il prend le chemin qui mène à la ville et au-delà à la capitale du royaume. Son voyage est une quête initiatique et à la fin d’un parcours semé d’épreuves et riche d’expériences, il épouse la fille unique du roi pour le bonheur de tous les habitants du royaume.

Une autre série de contes des Balkans donne à une femme le rôle d’ancêtre des ours. En voici la trame générale : mise au défi de blanchir une laine de couleur noire, une jeune fille rencontre un vieillard qui lui ordonne de se déshabiller et de s’emmitoufler dans la laine après l’avoir lavée et fait sécher. Depuis, transformée en ourse, elle vit dans la forêt où les ours prolifèrent. Cette histoire transmise naïvement par les traditions orales n’est pas sans rappeler celle de Callisto, la nymphe de la mythologie grecque qui, transformée en ourse hideuse sera métamorphosée en constellation.

JUPITER SEDUIT CALLISTO TRAVESTI EN DIANE CHASSERESSE

Callisto séduite par Jupiter travesti en Diane chasseresse reconnaissable au croissante de lune posé sur sa tête

Callisto était une belle nymphe, compagne de chasse d’Artémis, la Lune, et sœur d’Apollon, le Soleil. Elle portait les mêmes vêtements que la déesse et elle avait, comme elle, fait vœu de chasteté. Zeus/Jupiter l’époux infidèle d’Héra/Junon, très amoureux de la jeune femme, la viola, ayant pris à cet effet l’apparence d’Artémis, selon les uns, d’Apollon selon les autres. Ensuite, il transforma en ourse sa maîtresse enceinte pour la protéger de la vengeance de son épouse. Cependant, l’épouse trompée révéla à Artémis la grossesse de sa compagne ; furieuse la déesse vierge tenta de la percer de flèches, parce qu’elle n’avait pas respecté son vœu de chasteté. Zeus/Jupiter métamorphosa Callisto en une constellation, la Grande Ourse, son fils devenant la Petite Ourse où brille l’étoile Polaire.

LA GRANDE OURSE 2

La Grande Ourse

Une autre tradition grecque ancienne associe également Artémis à l’ourse et aux rites de puberté des jeunes Athéniennes. Ainsi, le sanctuaire d’Artémis Braunaria, actuelle Vraona, édifié sur le littoral oriental de l’Attique, et en un lieu de culte déjà très ancien (IIIe millénaire) fut créé pour apaiser la déesse dont on avait tué l’ourse favorite. Hommes et bêtes périssaient alors en grand nombre. Il fut convenu qu’on lui consacrerait pendant un an des adolescentes : les « ourses » qui, après une période d’initiation, dont on ne connaît rien, auraient le droit de prendre mari et donner naissance à des enfants légitimes. L’ourse mythique des anciens Grecs est toujours, fait remarquable, de sexe féminin.

LE DIEU VOLOS

Le dieu Volos

C’est dans la mythologie slave que l’ours devient une divinité masculine thériomorphe, sous forme de bête sauvage, et anthropomorphe à la fois : c’est le dieu Volos, poilu, velu, dont le culte était très répandu chez les Slaves avant leur christianisation. Le dieu était représenté par l’ours, animal au système pileux développé, se tenant sur ses deux pieds, faisant l’amour comme les hommes. Il était le maître de la forêt et le détenteur de ses richesses.

Dans une grande partie de l’Europe contemporaine, l’ours mâle, ancêtre et force fécondante, est présent lors de la sortie des masques d’hiver, rite qui se déroule dans toute l’Europe centrale entre la Saint-Nicolas et la fin janvier ; la même coutume se prolonge ailleurs dans les déguisements du carnaval avec toujours les mêmes attributs : ceux de l’homme sauvage, ou d’ancêtre, qui détermine la fécondité de la terre, le retour du printemps et l’épanouissement des plantes. L’ours en peau de bête, l’ours en paille se livrent toujours à la même gestuelle, parfois obscène ; il chasse les femmes pour les caresser, pour les enlever, pour les rendre fécondes.

Il est vraisemblable que la tradition de l’homme sauvage humanisé, selon l’histoire du noble Valentin et d’Orson tire son origine des rites agraires et des apparitions de masques lors des fêtes d’hiver. La reine Bellissant, ayant dû quitter Constantinople pour rentrer en France chez son frère le roi Pépin, accoucha de deux garçons en traversant la forêt d’Orléans. Une ourse se saisit d’un des jumeaux et disparut. La jeune mère reprit son voyage vers Paris avec un seul enfant, Valentin. L’ourse éleva l’autre enfant. Tandis que Valentin devenait prince héritier de France, Orson semait la terreur dans la région d’Orléans. Valentin, chargé de capturer le monstre, le ramena à la cour. Orson, au terme d’un long processus d’humanisation, enfin rasé et habillé, retrouva son statut de chevalier et succéda à son père sur le trône d’Alexandrie, avant de quitter le monde du château pour finir sa vie ermite au fond des bois.

On est ici loin des contes populaires où l’ours est accepté avec toute sa vigueur, toute sa sauvagerie. Les hommes du peuple s’habillent de peaux de bêtes pour trouver la force de l’animal. Dans le roman chevaleresque, c’est le barbier et le tailleur qui humanisent le sauvage.

LA MONTREUSE D'OURS

La Montreuse d’ours

L’intelligence et la taille de l’animal l’ont vite condamné au rôle de bête de cirque et aux démonstrations ambulantes. Déjà à l’époque romaine, l’ours démystifié amusait le peuple en imitant grossièrement le comportement humain. Depuis quelques siècles, le plantigrade est dressé par des montreurs qui, dans leur grande majorité, sont des tziganes. Le tzigane et l’ours deviennent ainsi progressivement représentatifs de l’exclusion de l’ordre quotidien, ils forment un ensemble placé d’emblée dans la marginalité. La personnalité du tzigane, toujours nomade, mal intégré dans le cadre des sociétés rurales, fait de l’ours un animal lui aussi suspect. La raréfaction des ours n’a pas atténué cette méfiance : mal traités, traînés dans les villes dans des conditions déplorables, ils ne sont plus les fiers animaux de la forêt, mais des bêtes rusées et agressives, en quête de nourriture, dans un milieu hostile.

En fait, les montreurs d’ours n’étaient pas que des amuseurs, mais aussi des personnages redoutés, mis à l’écart de la société et de la civilisation par leur rôle même de dompteur. Dans l’imaginaire populaire, l’apprivoisement de la bête sauvage était obtenu par des sortilèges. Par ailleurs, les oursaillers étaient souvent en même temps des forgerons, traditionnellement investis de forces redoutables. Maître des animaux, répliques négative d’Orphée et de Saint Blaise, ils sont par extension, maîtres des âmes.

Une légende commune aux tziganes des Balkans propose une parenté de l’ours dressé à leur « race exceptionnelle », grâce à un miracle : « Une jeune vierge se trouva enceinte sans avoir jamais eu de relations sexuelles. Horrifiée, elle décida de se noyer. Un homme surgit alors de l’eau où elle allait se jeter et lui apprit qu’elle donnerait naissance à un animal capable de travailler comme un homme. La jeune fille accoucha d’un ourson. Les Tziganes de sa tribu acceptèrent d’élever l’étrange animal et lui apprirent à danser et à faire mille tours. Depuis, tous les Tziganes sont des montreurs d’ours ».

Dans le monde du mythe et des traditions populaires, l’ours a souvent servi de miroir. Excessif car excessivement humais, sauvage puisque sauvagement humain, lié aux forces souterraines c’est-à-dire inconscientes, divinisé ou haï, il a toujours été l’Autre de l’homme. 

Ours de Winchester

Ours de Winchester

Bibliographie

Fêtes et croyances populaires en Europe – Yvonne de Sike – Editions Bordas

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,