DANS LE MONDE DE SATURNE… LE PLOMB

(08 - LES PIERRES ET METAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 17-01-2011

Symbole de la lourdeur et de l’individualité inentamable… Telle est sa définition. Mais on dit aussi : « Métal pesant, il est traditionnellement attribué au dieu séparateur, Saturne, la délimitation. C’est ainsi que, pour la transmutation du plomb en or, les alchimistes cherchaient symboliquement à se détacher des limitations individuelles, pour atteindre les valeurs collectives et universelles ». 

le-plomb1

Selon Paracelse, le plomb serait « l’eau de tous les métaux…Si les alchimistes connaissaient ce que contient Saturne, ils abandonneraient toute autre matière pour ne travailler que sur celle-là. Ce serait la matière de l’œuvre parvenue au noir ». Le plomb blanc s’identifierait au mercure hermétique. Il symboliserait la matière, en tant qu’elle est imprégnée de force spirituelle, et la possibilité des transmutations des propriétés d’un corps en celles d’un autre, ainsi que des propriétés générales de la matière en qualités de l’esprit. Le plomb symbolise la base la plus modeste d’où puisse partir une évolution ascendante.  

alchimiste2 

Le plomb est relativement abondant dans la croûte terrestre et c’est d’ailleurs l’un des métaux des plus anciennement connus. On en a retrouvé des pigments recouvrant des tombes et même des dépouilles préhistoriques, c’est-à-dire environ 40 000 ans avant Jésus-Christ, ainsi que sur différents objets.

En dépit de sa toxicité, probablement en raison de sa facilité d’extraction, mais aussi de sa grande malléabilité et de son bas point de fusion, le plomb a été utilisé à l’âge de bronze, durci par l’antimoine et l’arsenic trouvés sur les mêmes sites miniers.

Le plomb est mentionné dans les écritures cunéiformes sumériennes, sous le vocable de « a-gar », il y a près de 5 000 ans, ou encore dans l’Exode, rédigé il y a plus de 2 500 ans. Il était considéré comme un sous-produit des mines d’argent.

A travers les siècles, de nombreux écrits relatent la présence du plomb aussi bien dans les cultures que dans les objets. Les Sumériens, les Egyptiens, les Grecs, les Hébreux ou encore les Romains savaient extraire le plomb. Ensuite, ils l’utilisaient pour colorer et émailler des céramiques, lester des hameçons, sceller les amphores, fabriquer des objets usuels et le plomb entrait même dans la fabrication des fards et du kohl. Cela se situait entre 4 000 et 2000 ans avant Jésus-Christ. On a d’ailleurs retrouvé des tuyaux de plomb sur les sites antiques romains, dont Pompéi et Herculanum. 

caducee-sur-monnaie-romaine

Caducée sur pièce de monnaie romaine en plomb

Au Moyen Age, les alchimistes croyaient que le plomb était le métal le plus ancien et le plus froid et l’associaient à la planète Saturne. D’ailleurs, c’est pourquoi l’intoxication au plomb est appelée « saturnisme ». En fait, dès l’Antiquité la toxicité du plomb était connue des médecins et des mineurs, esclaves et prisonniers. Les Romains l’utilisaient sous forme d’acétate de plomb pour conserver et sucrer leur vin et ils s’étaient rendu compte que les gros buveurs, dont la classe aristocratique, souffraient d’intoxication au plomb. Plus tard, les symptômes spécifiques ont été décrits, associés à des métiers tels que les fondeurs, les peintres en bâtiment, artisans fabricants de vitraux et bien sûr les mineurs.

vitrail-plomb-technique

Vitrail selon la technique du plomb

Le décès d’un enfant en Australie à la fin du XIXe siècle, suite à une intoxication au plomb, fut le premier cas à sensibiliser un gouvernement. Mais ce fut à la suite de l’étude de nombreux cas d’intoxication qu’une réglementation, que des recommandations et un dépistage se sont progressivement mis en place dans les pays riches, en Europe et aux Etats-Unis. Et c’est ainsi que le plomb fut interdit pour la confection des tuyaux de distribution de l’eau potable, d’abord en Suisse dès 1914, mais bien plus tardivement dans d’autres pays. Quant aux peintures au plomb, elles furent interdites en 1948 en France, mais l’interdiction totale des canalisations en plomb ne date que de 1995.

Dans le folklore français, les noces de plomb correspondent à 14 ans de mariage. Par ailleurs, le « Plomb » est le 5e niveau dans la progression de la Sarbacane Sportive.

Dans le vocabulaire et la dialectique le plomb symbolise la lourdeur ou l’oppression puisqu’on dort « d’un sommeil de plomb », on subit « un soleil de plomb », un projet qui rencontre des difficultés semble « avoir du plomb dans l’aile », pendant qu’une « chape de plomb » s’abat sur les pays qui s’enferment dans les dictatures ou sur les affaires sur lesquelles un gouvernement ne veut pas communiquer.

Pour les enfants, la devinette marche toujours… Est-ce le kilo de plomb qui pèse plus lourd que le kilo de plumes ? 

la_plume_et_le_plomb

Connaissez-vous la Molybdomancie ?

C’est tout simplement une méthode de voyance par le plomb ou un métal fondu. Cette technique consiste à laisser tomber du plomb en fusion dans de l’eau. Elle serait utilisée dans l’Est de l’Europe. Cependant, la difficulté de se procurer et de manier le métal inviterait à se rabattre sur la cire, tout compte fait moins dangereuse et plus maniable à tout niveau, d’où la Ceromancie pour certains et Ciromancie pour d’autres.

En attendant…toujours pas trouvée la formule pour transformer le plomb en or…  

lingots-dor

Bibliographie :

Dictionnaire des Symboles – Alain Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins.

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Etes-vous bien ou mal luné ?

(6.1 - Etymologie) par sylvietribut le 21-07-2010

C’est-à-dire êtes-vous de bonne ou de mauvaise humeur ?

Comme chacun sait la Lune a une influence très important sur bon nombre de choses que ce soit sur la durée de rotation de la terre, les marées, le comportement de certains animaux ou bien sur la pousse des plantes et même des cheveux.

soleil-et-lune

Cependant les astrologues et amateurs d’astrologie ont vite repéré que la Lune avait une très grande influence sur nous, les humains en général et encore davantage sur les êtres « lunaires » c’est-à-dire les Cancer ou Ascendant Cancer, ou encore ceux dont la Lune est prépondérante dans le thème. Et voici comme cela s’explique : la lune fait sa révolution, ou bien le tour du zodiaque, en 28 jours environ, son pas horaire est donc de 0°50. Aussi la Lune à 10 heures du matin non seulement n’a pas la même position sur le zodiaque qu’à 22 heures le soir, mais en plus elle a pu changer de signe. De ce fait, elle ne forme pas les mêmes configurations et les mêmes échanges avec les autres planètes dans le ciel, et il en sera de même avec les planètes de notre thème. Ce qui explique pourquoi nos humeurs, que régit la Lune, sont-elles souvent bien différentes toutes au long de la journée, selon que les configurations qu’elle forme sont harmonieuses ou bien difficiles, tendues ou détachées.

Exemple : Pour la seule journée de vendredi 16 juillet 2010, la Lune a-t-elle formé pas moins de quatre configurations, tout en changeant de signe passant de la Balance au Scorpion :

       A 15 h 15, la Lune était conjointe à Saturne sur le 29° de la Vierge,

       A 17 h 20, la Lune sur le 0° Balance s’opposait à Uranus,

       A 22 h 05, la Lune sur 3° Balance vient s’opposer à Jupiter,

       A 22 h 30, la Lune toujours depuis la Balance était en conflit avec Pluton.

D’où certainement pour beaucoup d’entre nous une journée ou une humeur  morose en début d’après-midi, plus agitée en début de soirée et franchement plus tourmentée en fin de journée. D’où l’importance de consulter régulièrement mon calendrier lunaire pour optimiser votre quotidien. 

face-de-lune

Face de Lune

Quant à l’expression, elle date d’une époque où les hommes étaient déjà persuadés que la Lune, satellite de la Terre, avait une très nette influence sur l’humeur ou le psychisme. Celui qui est « bien luné » est donc dans une phase favorable, propice à la bonne humeur, et inversement pour le mal luné.

Au milieu du XVIIIe siècle, on employait « être dans une bonne ou mauvaise lune », pour dire exactement la même chose.

Dans ce même ordre d’idée, à savoir l’humeur inégale, la Lune est protagoniste de nombreuses expressions populaires, comme par exemple :

       Demander la Lune qui signifie demander l’impossible,

       Etre dans la Lune, c’est-à-dire avoir l’esprit ailleurs,

       Lune de mer et poisson-lune, le môle est un poisson des mers chaudes,

       Une face de pleine lune correspond à un visage joufflu

       Et puis, il y a aussi la Lune de Miel,

       Con comme la Lune

       Prendre la Lune avec les dents

       Décrocher la lune…

decrocher-la-lune   

 

Partager

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS L’HERBIER DU CANCER … LA BELLE DE NUIT

(07- DE LA PLANTE A L'ETOILE) par sylvietribut le 08-07-2010

Originaire des Antilles, la Belle de nuit ou « jasmin de nuit » n’est en aucune façon apparentée au jasmin qui fait partie de la famille des Oléacées, mais est en fait une « cousine » du datura, du piment et de la tomate, autres représentants des Solanacées. C’est la vigueur de son parfum qui lui a valu ce nom d’emprunt, parfum qui s’exhale à la tombée de la nuit et durera jusqu’au matin, coïncidant avec l’ouverture de ses petites fleurs blanches en grappes généreuses. Ces fleurs insignifiantes sont suivies de baies blanches dont les oiseaux se régalent. Son aspect est celui d’un arbuste, les longues branches souples pouvant retomber élégamment au sol. Ses feuilles persistantes sont ovales d’un vert brillant.

belles-de-nuit

Selenicereus est un genre botanique de la famille des Cactaceae. Si l’on décompose ce nom « Selenicereus » on retrouve le mot grec « Séléné » qui était une déesse grecque apparentée à la Lune. Quant à « cereus », il se traduit par « cierge ». Ainsi donc cette Belle de nuit n’est autre que le « Cierge de Séléné ». L’idée de cierge serait en référence avec l’ouverture nocturne des fleurs de la Belle de nuit. D’ailleurs, on l’appelle aussi « Reine de la nuit » car les Selenicereus sont des cactus épiphytes ou lithophytes, c’est-à-dire grimpant le long des troncs d’arbres à l’aide de racines aériennes. Ce sont des tiges cylindriques, fines et sarmenteuses, ramifiées avec de deux à huit côtes et mesurant 5 mètres de long et parfois plus. Ce sont ces tiges qui comportent des côtes et des racines aériennes, les aréoles avec de courtes épines radiales.

Bien sûr la floraison des Belles de Nuit est généralement nocturne et a lieu en été, avec des fleurs de grande traille, de 12 à 40 cm de diamètre, aux pétales externes longs et fins, avec la présence d’épines le long du tube floral. La fleur ne s’ouvre qu’une fois, de la nuit à l’aube, en exhalant un parfum puissant.

Dans la mythologie grecque, Séléné était la fille des Titans, Hypérion et Théia, sœur d’Hélios, le Soleil, et d’Eos, l’Aurore, et donc était elle-même la Lune, et plus spécifiquement la Pleine Lune, second membre de la triade composée d’Artémis, le croissant de Lune, et d’Hécate la Nouvelle Lune. Pourtant, elle est souvent assimilée à Artémis, même si elle personnifie plutôt l’astre lunaire lui-même. Et c’est cette déesse Séléné qui fut « romanisée » sous le nom de « Luna ». Et c’est cette Lune que la tradition astrologique rattache au Cancer dont on dit que la Lune y est dans son domicile.

selene-musee-du-louvre

Séléné entourée de Phosphoros, l’étoile du matin, et d’Hespros, l’étoile du soir – Autel de marbre du IIe Siècle trouvé en Italie – Musée du Louvre

Elle est généralement décrite comme une belle femme au visage d’une blancheur étincelante, vêtue de longues robes fluides blanches ou argentées et portant une lune en croissant retournée sur sa tête. D’autres sources racontent qu’elle porte également une torche et d’autres encore lui prêtent deux grandes ailes blanches dans le dos.

Après s’être baignée dans l’Océan, elle conduit un char argenté à travers le ciel obscur, tiré par des chevaux blancs, dans certains contes, et par des bœufs blancs dans d’autres. Elle est également souvent dépeinte montant un cheval ou un taureau. Elle luit d’une douce lumière argentée pendant qu’elle voyage à travers les cieux, renvoyant sa douce lumière sur la terre ensommeillée.

On lui connaît plusieurs amants, parmi lesquels :

       Pan qui la séduira en lui offrant un troupeau de bœufs blancs,

       Zeus/Jupiter de qui elle aura deux filles : Hersé et Pandia,

       Endymion, un jeune et beau berger, qu’elle plongera dans un sommeil éternel pour qu’il conserve sa beauté.

Quand, plus tard, on associa Artémis à la Lune, Séléné perdit l’intérêt des mythographes.

lune  

Partager

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

HORLOGE ASTRONOMIQUE – BASILIQUE SAINT-JEAN – LYON

(2.4 - COLLECTIONS) par sylvietribut le 19-05-2010

horloge_astronomique-abbatiale-saint-jean-lyon

Horloge astronomique de la basilique Saint-Jean à Lyon

« Je vins au monde à Francfort-sur-Main le 28 août 1749, au douzième coup de midi. La constellation était heureuse, le Soleil se trouvait dans le signe de la Vierge ; Jupiter et Vénus étaient en bon aspect avec lui ; Mercure n’était pas défavorable, Saturne et Mars étaient neutres ; seule la Lune, pleine ce jour-là, exerçait la force de sa réverbération d’autant plus puissante que son heure planétaire avait commencé. Elle s’opposa donc à ma naissance jusqu’à ce que cette heure eût passé. Ces bons aspects, hautement appréciés plus tard par les astrologues, seront sans doute la raison pour laquelle je suis resté en vie car, par la maladresse de la sage-femme, on crut que j’étais mort en venant au monde, et ce n’est qu’après de nombreux efforts que je vis la lumière ». GOETHE – in Poésie et Vérité, chap. I.

“Sono nato a Francforte-su-Maino, il 28 agosto 1749, alle 12 di mezzogiorno. La constellazione era felice, il sole stava nel segno della Vergine ; Giove e Venere erano in aspetto buono con lui ; Mercurio non era sfavorevole, Saturno e Marte erano neutri ; sola la Luna, piena questo giorno, esercitava la forza della sua riverberazione di altrettanto che la sua ora planetaria aveva iniziata. Si oppose dunque alla mia nascita finchè quest’ora fu passata. Questi buoni aspetti, tanto apprezzati più tardi dagli astrologhi, saranno senza dubbio il motivo per quale sono rimasto in vita perchè dalla goffaggine delle ostetrica, ci credeva che fosso morto venando al mondo, e fu soltanto dopo tanti sforzi che vedei la luce”. GOETHE – in Poesia e Verità, cap. I.

Tagged Under : , , , , , ,