LA LUNE ET LE CANCER DANS LES BRAS DE MORPHEE

(05 - PETIT COURS D'ASTROLOGIE, 5.3.2 - LUNE) par sylvietribut le 28-06-2010

C’est en corrélation avec celui du Soleil que se manifeste le symbolisme de la Lune. Ses deux caractères les plus fondamentaux dérivent, d’une part, de ce que la lune est privée de lumière propre et n’et qu’un reflet du soleil ; d’autre part, de ce qu’elle traverse des phases différentes et change de forme. C’est pourquoi elle symbolise la dépendance et le principe féminin, sauf exception bien sûr, ainsi que la périodicité et le renouvellement. A ce double titre, elle est symbole de transformation et de croissance.

La Lune est un symbole des rythmes biologiques : « Astre qui croît, décroît et disparaît, dont la vie est soumise à la loi universelle du devenir, de la naissance et de la mort…. La lune connaît une histoire pathétique, de même que celle de l’homme… mais sa mort n’est jamais définitive… Cet éternel retour à ses formes initiales, cette périodicité sans fin font que la lune est par excellence l’astre des rythmes de la vie… Elle contrôle tous les plans cosmiques régis par la loi du devenir cyclique : eaux, pluie, végétation, fertilité… »

croissant-de-lune-dans-le-ciel-darzon1 

Quartier de Lune dans le ciel d’Arzon (Morbihan)

La Lune symbolise aussi le temps qui passe, le temps vivant, dont elle est la mesure, par ses phases successives et régulières. La Lune est aussi le premier mort. Pendant trois nuits, chaque mois lunaire, elle est comme morte, elle a disparu…. Puis elle reparaît et grandit en éclat. De même, les morts sont censés acquérir une nouvelle modalité d’existence. La lune est pour l’homme le symbole de ce passage de la vie à la mort et de la mort à la vie ; elle est même considérée, chez de nombreux peuples, comme le lieu de ce passage, à l’instar des lieux souterrains. C’est pourquoi de nombreuses divinités lunaires sont en même temps chthoniennes et funéraires : Mên, Perséphone et probablement Hermès lui-même. Le voyage dans la lune ou même le séjour immortel dans la lune, après la mort terrestre, sont réservés, selon certaines croyances, à des privilégiés : souverains, héros, initiés, magiciens.

chouette-au-clair-de-lune  

La Lune est un symbole de la connaissance indirecte, discursive, progressive, froide. La lune, astre des nuits, évoque métaphoriquement la beauté, et aussi la lumière dans l’immensité ténébreuse. Mais cette lumière n’étant que le reflet du soleil, la lune est seulement le symbole de la connaissance par reflet, c’est-à-dire de la connaissance théorique, conceptuelle, rationnelle ; ce en quoi on lui rattache le symbolisme de la chouette. C’est aussi pourquoi la lune est yin par rapport au soleil yang : elle est passive, réceptive. Elle l’eau par rapport au feu solaire, le froid par rapport à la chaleur, le nord et l’hiver symboliques opposés au sud et à l’été.   

La Lune et ses symboles astrologiques

La Lune est traditionnellement en affinité avec le signe du Cancer, la Maison IV et l’élément Eau. En effet, le signe du Cancer est chargé d’images féminines et maternelles. Il ouvre à la fois sur l’imagination fécondante, l’intimité, le sommeil. Si le graphisme du signe évoque le « crabe » avec ses pinces, il semble bien plus évident d’y voir un fœtus à l’abri dans son œuf, rêvant en suçant son pouce qu’il ne quittera jamais ce havre de paix.

 Dans « l’Eau et les Rêves », Gaston Bachelard, en quelques lignes montre l’agencement des symboles associés à cet élément : « Quand nous aurons compris que toute combinaison des éléments matériels est, pour l’inconscient, un mariage, nous pourrons rendre compte du caractère presque toujours féminin attribué à l’eau par l’imagination naïve et par conséquent poétique. Nous verrons aussi la profonde maternité des eaux. L’eau gonfle des germes et fait jaillir les sources. L’eau est une matière qu’on voit partout naître et croître. La source est une naissance irrésistible, une naissance continue ».

le-cancer1En astrologie, le signe du Cancer regroupe dans sa symbolique la naissance, la source, la fontaine, le fleuve, là où elle attribuera l’étang, les eaux dormantes, les « eaux de mort » du Scorpion ; et la mer, avec ses violences et sa puissance, son immensité et sa nature illimitée, aux Poissons. Le Cancer, c’est le signe des commencements, celui de « l’ouverture des Portes du Destin ». Au Cancer se situe le Chaos originel, la soupe primordiale, là où tout est encore indifférencié. De ce Chaos naîtront les dieux, les hommes et les civilisations. Par ces Portes s’engouffreront les âmes sous forme d’abeilles qui entreront dans le zodiaque.

La Lune, dont le disque apparent est de la même dimension que celui du Soleil, a en astrologie un rôle particulièrement important. Elle symbolise le principe passif, mais fécond, la nuit, l’humidité, le subconscient, l’imagination, le psychisme, le rêve, la réceptivité, la femme et tout ce qui est instable, transitoire, et influençable, par analogie avec son rôle astronomique de réflecteur de la lumière solaire. La Lune fait le tour du Zodiaque en 28 jours et certains historiens pensent que le Zodiaque lunaire des 28 demeures, peu usité actuellement en astrologie occidentale, est plus ancien que le Zodiaque solaire des 12 signes ; ce qui explique l’importance de la lune dans toutes les religions et les traditions.

eboli-sotto-la-luna

Eboli sotto la Luna – Basilicata – Italia

 Par son cours capricieux, les formes multiples qu’elle revêt, la vie nocturne qui est son royaume, la Lune est avant tout l’antithèse du Soleil. Elle représente donc en nous ce qu’il y a d’inconscient, de changeant, de flou, la vie organique qui continue durant notre sommeil et s’exprime par le rêve. La Lune est le lien invisible existant entre les forces cachées de la nature et l’homme. Médiatrice entre le cosmos et l’humain, son influence quotidienne est plus marquée chez les femmes dont elle régit le cycle et… l’humeur capricieuse. Matrice de la vie, elle exprime des valeurs de fécondité et de gestation. La Lune a donc pour fonction la reproduction.

 Physiquement, elle symbolise les fonctions les plus végétatives de l’organisme : la nutrition, le sommeil. Psychologiquement, les couches profondes du psychisme. C’est un facteur d’intuition, de plasticité, de sympathie. Dans le cours d’une existence individuelle, elle correspond naturellement à la période de la petite enfance ; elle souligne les liens de dépendance à la mère, au passé. Par conséquent, elle donne des indications sur les relations qu’entretient le sujet avec sa mère et ses propres qualités maternelles. Pour des raisons culturelles évidentes, les femmes sont plus concernées que les hommes par les aspects lunaires et leur action sur l’être profond. Dans un thème féminin, on pourra évaluer la façon dont la personne peut ressentir et éprouver sa propre féminité.

picasso-maternite 

Picasso – Maternité

La Lune est un principe d’introversion. Elle représente dans le thème astral la féminité, la sensibilité. Dans un thème masculin, elle représentera plus particulièrement les personnages de la mère et de l’épouse. La Lune symbolise également le foyer, la famille et la vie domestique. Un thème à fortes composantes lunaires donne au natif des instincts chaleureux et le sens de l’accueil.

Après le Soleil, c’est la seconde planète importante dans le thème natal. Sa rapidité de mouvement laisse soupçonner que son influence portera essentiellement sur les événements au jour le jour, le détail, l’anecdote, les sentiments et leurs fluctuations. C’est donc la Lune qui interviendra le plus souvent dans les applications de l’astrologie médicale, horaire ou événementielle.  

La Lune, si elle est bien configurée dans le thème astral, est un facteur de réussite car elle crée un lien avec la foule, le sujet se sentant sur la même longueur d’onde que l’âme du public. Elle peut aussi être un facteur de chance chez les hommes politiques qui savent se rendre populaires sans effort. Le destin peut cependant être fluctuant, mouvant même. Le risque est de ne pas prendre d’initiatives, de compter sur la chance pure, sur les circonstances et de perdre ainsi un temps précieux. Souvent l’être lunaire reste sur un plan de dépendance alors qu’il aurait pu accéder à une réussite plus enviable et plus libre, mais il joue alors son rôle de satellite.

Dans un thème individuel, la Lune nous renseigne sur : 

– la vie intime du sujet, en liaison avec son enfance, sa mère, sa famille, son épanouissement secret ;

– sa part de rêve et d’imagination, aussi bien que de routine et de vie végétative.

– la popularité du sujet et sa vie quotidienne.

Dans le thème d’un homme, la Lune représente son Anima, l’image féminine qu’il porte au plus profond de lui, ses rapports généraux avec l’élément féminin. Dans un thème féminin, elle permet de prévoir comment est vécue la condition féminine de la personne.

La Lune invite au rêve et donc aux voyages. Elle donne des aptitudes pour le commerce qui met en relation direct avec le public : restauration, alimentation, services… comportement chaleureux, sens de l’accueil donnent au Lunaire un goût prononcé pour les professions ayant trait au service social.

La Lune décroissante dans le thème natal affaiblit le tempérament, celui-ci est très généralement rêveur et lymphatique. Ne pas oublier dans le jugement de la position de la Lune, parce que celle-ci est convertible, c’est-à-dire favorable ou difficile selon les aspects ou radiations qu’elle reçoit des autres planètes. Sa conjonction avec une autre planète l’imprègne très fortement.

la-lune-et-les-cheveux  

La Lune sur le plan physiologique

Les valeurs élémentales de la Lune sont le froid et l’humide qui lui donnent un tempérament lymphatique, axé sur la nutrition. La Lune gouverne l’harmonie fonctionnelle, les fonctions naturelles. Elle régit l’estomac et toutes les fonctions d’assimilation et de digestion. Elle indique dans un thème la façon de se nourrir. Elle régit la lymphe, les fluides, le grand sympathique. Dans le thème d’une femme elle est en rapport avec les fonctions de fécondité et de gestation. Elle régit les organes féminins internes et en particulier l’utérus. Elle joue aussi un rôle sur la vue et notamment elle gouverne l’œil gauche.

Elle est le Yin chinois, femelle et humide, par rapport au Yang, sec et mâle, représenté par le Soleil.

Dans les âges de la vie, la Lune correspond naturellement à la période de la petite enfance, elle souligne les liens de dépendance à la mère, à la vie familiale, au passé. Cependant, aux approches de la mort, dans la vieillesse, la Lune recommence à jouer un rôle, c’est la décrépitude… On retombe en enfance.

La Lune sur le plan psychologique

Elle représente la part inconsciente de notre psychisme, la base primitive commune entre l’animal et l’homme, tout ce qui reste infantile au fond de nous. Ses fonctions dominantes sont la mémoire automatique, le passé vivant basé sur les impressions et souvenirs d’enfance. C’est aussi le rêve, l’imagination, les perceptions extra-sensorielles, les prémonitions. Globalement, c’est notre monde intérieur avec ses fantasmes tissant le cocon dans lequel l’éternel enfant se protège des réalités extérieures. La Lune, c’est la partie la plus intime de notre Moi.

spiaggia-marina-di-alberese-maremma-toscana-itali 

Plage sauvage Marina di Alberese – Maremma Toscana – Italie

A l’instar de son influence sur les marées, elle régit de la même façon le monde émotionnel. Elle incarne ce que les psychologues appellent « la  persona », le masque que l’on se crée pour cacher sa sensibilité et faire face au reste du monde considéré comme ennemi. 

La Lune est le symbole de la capacité d’adaptation à la vie quotidienne. Par sa position dans les signes, elle indique nos automatismes fondés sur les habitudes. Elle se rapporte à l’influence de la mère, à l’image-mère, à l’Animus-Anima, aux rapports avec le public, à l’influence des femmes ou de l’épouse. La personne marquée par une dominante lunaire vit au rythme de ses sensations intérieures. Elle est rêveuse, peu active, imaginative, attachée à son enfance, sa famille et ses souvenirs.

Réaction, prédisposition subconsciente, conscience de soi (image de soi), réponses conditionnées. Tendance à rechercher un soutien intérieur, aspiration à la sécurité émotionnelle et domestique. Besoin de tranquillité émotionnelle et d’un sens d’appartenance ; besoin de se sentir en accord avec soi-même : tout cela fait partie du monde lunaire.

La Lune en caractérologie

Deux types s’accordent avec la Lune :

– le premier est nerveux (émotif, non-actif primaire) qui est le lunaire capricieux, un peu bohème, un peu instable, à l’âme vagabonde ;

– le second est de type amorphe (non émotif, non-actif primaire) ; il est plus stable, attaché à ses habitudes, sa routine quotidienne, guidé par ses appétits matériels.

La Lune en psychanalyse

Par rapport à la psychanalyse freudienne, la Lune représente notre CA, notre inconscient personnel, réservoir de forces instinctives, par opposition aux valeurs conscientes et idéales incarnées par le Soleil. C’est le côté infantile de la personnalité, ne songeant qu’à la satisfaction animal de ses appétits. Pour Jung, la Lune symbolise l’Anima, la partie émotive de notre psyché que l’homme refoule généralement. Elle est l’archétype de la femme, surtout vue dans son rôle de mère.

L’influx lunaire apporte une grande réceptivité qui rend le psychisme très malléable, plastique, parfois insaisissable. Le sujet lunaire peut osciller entre un état passif, indécis et même amorphe et, à l’opposé, un comportement qui retransmet la violence d’une autre planète, avec Mars par exemple. La Lune peut donc jouer tantôt comme un simple satellite, tantôt au contraire se manifester par un certain déchaînement instinctif. Elle peut aussi exprimer du narcissisme lorsque la personne reste fixée à l’enfance. 

La Lune et la tradition

L’argent est le métal lunaire par excellence. Ses couleurs sont le blanc-bleuté et le gris perle.

huitre-perliereLes perles appartiennent d’ailleurs au monde de la Lune.

                        chat-au-clair-de-lune1 Le Chat                    le-lapin-symbole-lunaire le lapin                

 Et la grenouille grenouille-arc-en-ciel sont des animaux lunaires, de même que tous les animaux nocturnes.

saule-pleureur-argente1L’arbre lunaire est le saule-pleureur argenté, mais les nénuphars nenuphars1 font également partie du monde lunaire.

laitue1 La laitue est le légume lunaire puisqu’elle fait dormir.

Le pavot est également lunaire,  c’est la fleur du sommeil et du rêve pavot-oriental

fleur-doranger2Quant à l’eau de fleur d’oranger, elle aussi favorise le sommeil si elle est prise le soir en tisane.

masques1

Les masques et les déguisements symbolisent bien le monde lunaire, la lune elle-même se travestissant tout au long de son cycle.

Sur un plan individuel, la Lune représente l’enfance, la sensibilité et sur le plan collectif : le public, la foule.

Elle est aussi en relation avec l’eau, les marées et le cycle menstruel des femmes (28 jours).

Son jour est le lundi. 

tarot-la-lune2A l’époque médiévale, on associait la Lune à la déesse Fortune, celle de la lame de la Roue de Fortune dans le jeu de Tarot. La Lune est le XVIIIe arcane majeur du Tarot, selon certains interprètes, elle exprimerait l’enlisement de l’esprit dans la matière : la neurasthénie, la tristesse, la solitude, les maladies, ou encore le fanatisme, la fausseté, la fausse sécurité, les apparences trompeuses, la fausse route, le vol commis par des proches ou des serviteurs, les promesses sans valeur. On dit aussi qu’elle est le travail, la conquête pénible du vrai, l’instruction par la douleur ou les illusions, les déceptions, les pièges, le chantage et les égarements. Cet arcane complète les significations de l’Amoureux, arcane VI, et comme cette lame correspond en astrologie à la sixième Maison astrologique. Ajoutons que la Lune d’un Tarot français du commencement du XVIIIe siècle éclaire non pas deux chiens aboyant comme dans les jeux courants, mais une vache, une cigogne et une brebis, ce qu’on peut mettre en parallèle avec l’attribution des animaux domestiques à la sixième Maison du thème astral.

la-lune-arcane-xviii-du-tarot-de-marseille

La Lune dans la mythologie

artemis-1001Ce sont deux déesses vierges qui symbolisent la Lune : la Diane latine et l’Artémis grecque, chasseresses dont l’arc est un croissant de lune. Vierges éternelles, farouches et vindicatives, Artémis ou Diane est sœur d’Apollon. Chassant inlassablement à travers les bois et les montagnes, elle représente la dureté et la sauvagerie de la nature. Antithèse d’Aphrodite-Vénus, elle persécute ceux qui s’adonnent aux plaisirs de l’amour. Comme Orion, le chasseur géant fils de Poséidon qui voulut la séduire et fut tué par le scorpion qu’elle lui envoya. Elle est considérée comme la déesse protectrice des petits enfants et des jeunes animaux. Ses flèches ne rataient jamais leur cible et passaient pour donner une mort sans douleur.

selene-et-endymionSéléné était connue chez les Romains sous le nom de Luna. Elle est généralement décrite comme une belle femme au visage pâle ou blanc, vêtue de longues robes fluides blanches ou argentées et portant une lune en croissant retournée sur sa tête. Elle conduit un char argenté à travers le ciel obscur, tiré par des chevaux blancs ou des bœufs blancs, selon la légende. Elle luit d’une douce lumière argentée pendant qu’elle voyage à travers les cieux, renvoyant sa douce lumière sur la terre endormie. Elle donna deux filles à Zeus-Jupiter, Hersé, la rosée, et Pandia. Pan la séduisit en lui offrant une superbe toison blanche. Le plus souvent, on en fait l’amante d’Endymion, alors que d’autre mythe en font son fils, quoi qu’il en soit elle l’endormit à jamais. Quand plus tard on associa Artémis à la Lune, Séléné perdit l’intérêt des mythographes.  

eurynome-et-ophion1Auparavant, il y eût Eurymoné. C’était une déesse lune et déesse de toutes choses qui émergea nue du Chaos, ce qui semble faire d’elle une déesse très ancienne. A elle seule, elle accomplit ce que les dieux mésopotamiens font avec effort et fureur : elle sépara le ciel et la terre et dansa sur les vagues car il lui fallait bien poser les pieds quelque part. Elle prit dans ses mains le vent du Nord, le frotta et fit apparaître Ophion, le grand serpent. Devant lui, elle dansa lascivement lui inspirant un désir fou. Alors il l’enlaça et ainsi Eurynomé fut fécondée. Elle prit alors l’apparence d’une colombe et pondit l’œuf universel. Ophion s’enroula autour de lui sept fois, jusqu’à l’éclosion. De cet œuf, tout ce qui existe surgit : le soleil, la lune, les étoiles, les montagnes, les créatures vivantes, les rivières. Mais Ophion commit une erreur. Il se vante, l’orgueilleux serpent, d’avoir à lui seul créé l’univers. Faute impardonnable aux yeux d’une aussi grande Déesse Mère… Alors elle lui écrasa la tête de son talon, lui brisa les dents et l’exila à tout jamais au tréfonds de la terre. On lui prêta aussi la création des « sept puissances planétaires ». Sans doute faut-il voir dans ces puissances planétaires les sept planètes visibles à l’œil nu, seules connues des Anciens. 

ilithyieUne autre déesse, Ilithyie, « celle qui vient en aide aux femmes en couches », entre tout naturellement dans cette galerie des déesses maternelles. Elle est déesse des naissances, protectrice des sages-femmes, tout comme la déesse égyptienne Taurt, déesse hippopotame, dont la présence est indispensable lors des accouchements. Ilithyie, pour plaire à Héra, jouera un méchant tour à Alcmène, mère d’Héraklès. Pour empêcher une femme de mettre son enfant au monde, il suffit qu’Ilithyie croise ses doigts et serre ses genoux. Héra lui demande de le faire pour rendre l’accouchement impossible et Alcmène souffre de plus en plus. Mais Galanthis qui est auprès de la parturiente, entre dans la pièce où se trouve Ilithyie et annonce qu’Alcmène est délivrée. De saisissement la déesse se lève, dénouant ainsi ses genoux et permet à Héraklès de naître enfin. Galanthis, enchantée d’avoir joué ce tour, rit sous cape mais, pour se venger, Héra la transforme en belette.

Chez les Grecs, un personnage moins ambigu, Hébé, la déesse-enfant, peut aussi dans son aspect juvénile et innocent, faire partie des déesses Cancer. Fille de Zeus et d’Héra, pour fois issue d’un couple légitime, avant que son père n’installe Ganymède dans l’Olympe comme échanson des dieux, Hébé sert le nectar et l’ambroisie.

hebe-par-canova 

Hébé par Canova

Morphée aux ailes de papillon provoque en nous une association immédiate avec le sommeil. Il est le fils de Nyx, la nuit, et d’Hypnos, le Sommeil, offrant aux humains les rêves les plus heureux. Et c’est pourquoi nous sommes toujours enchantés à l’idée de retrouver les bras de Morphée. Dans sa main, la fleur du Cancer, le pavot, qui fournit l’opium et favorise la fuite dans le rêve. Morphée est la divinité des rêves. Il apparaît aux rêveurs sous la forme d’être humains. Son nom est dérivé de « morphè » (forme) et signifie donc « celui qui transforme ».

jeanantoine-houdon-morphee

Morphée par Houdon

Quant à Daphné, c’est une nymphe, fille d’un dieu fleuve Pénée et de Gaïa, la Terre. C’était une vierge chasseresse, comme Artémis. Elle est aussi follement désirée par Apollon. Mais elle le fuit. Comme beaucoup de jeunes filles en pareilles circonstances, elle appelle sa mère, la supplie de la sauver… Peu à peu, elle se transformera, ses cheveux deviennent feuillage, ses pieds, racines et la voilà changée en laurier. Certains disent qu’elle ne voulait pas grandir ni devenir femme. Cette version mérite qu’on s’y arrête car elle correspond à la tentation Cancer d’un retour à l’enfance et à la protection maternelle. 

daphne-et-apollon-john-william-waterhouse

Daphné et Apollon par John William Waterhouse

La Lune sur le plan astronomique

La Lune un satellite de la Terre. Elle en fait le tour en 27 jours, 7 heures et 43 minutes. Son diamètre est de 3 473 km. C’est le plus gros satellite du système solaire. En physique, la Lune est responsable du flux et du reflux des marées.  

Le graphisme de la Lune

la-lune-graphique1

Il est facile à retenir, la Lune est représentée par un croissant à son premier quartier. 

PRINCIPES d’INTERPRETATION DE LA LUNE DANS LE THEME ASTRAL

La position de la Lune par rapport aux signes du zodiaque

Le signe de notre Lune natale nous dit comment nous ressentons et voyons notre mère ; il nous renseigne également sur notre propre attitude de parent, ou de mère, sur la manière dont nous nous occupons d’autrui et dont nous voudrions que l’on s’occupe de nous. Il décrit notre image de l’Anima et du féminin.

Le signe de notre Lune dépeint notre sensibilité et notre émotivité et indique la manière dont nous réagissons instinctivement aux événements et aux situations. A moins qu’elle ne soit trop inhibée par d’autres aspects (ou par un fort conditionnement culturel), nous adoptons spontanément le comportement de ce signe face à la vie.

Par son signe, la Lune décrit une façon d’être qui nous procure confort et sécurité. Elle montre ce que nous faisons lorsque nous avons besoin de nous reposer, de marquer un temps d’arrêt, de trouver un refuge. Elle donne des indications sur notre vie familiale et privée.

lune-gibbeuse-descendante

 La position de la Lune dans les Maisons astrologiques

La Maison qu’habite notre Lune natale montre le domaine de notre vie où nous sommes attentifs et sensibles aux besoins des autres, mais aussi celui où nous nous laissons facilement influencer par autrui, où nous reflétons ou nous imitons les autres et où nous cherchons à fusionner avec notre entourage.

La Maison où est notre Lune indique la sphère de notre vie où nous sommes conditionnés par les habitudes du passé. Elle évoque les expériences que nous avons vécues avec notre mère, ainsi que l’influence qu’exercent sur nous les opinions, les attentes, les valeurs et les critères de notre famille ou de notre culture. C’est là que nous agissons de manière régressive ou puérile en nous cramponnant aux autres.

Nous avons une prédilection pour le domaine de vie associé à cette Maison car nous nous y sentons à l’aise et en sécurité, et nous y éprouvons un sentiment d’appartenance. C’est là que nous nous retirons lorsque nous avons besoin de nous reposer ou de nous réfugier. La Maison habitée par la Lune indique le domaine de notre vie où nous allons vivre des hauts et des bas, divers états d’esprit et autres variations du comportement.

lune-044  

Les aspects que forme la Lune avec les autres planètes du thème

Les aspects de la Lune influent sur l’image de notre Anima et révèlent ce que nous avons rencontré par l’intermédiaire de notre mère, de la personne qui s’est occupée de nous, ou des femmes en général. Est-ce, par exemple, Jupiter ou Saturne que nous avons contacté par leur intermédiaire ? Sommes-nous conscients de notre Anima ou la projetons-nous ?

Les planètes aspectant la Lune décrivent notre conditionnement d’enfance, ainsi que la nature de notre sensibilité, de nos réactions instinctives et de nos rencontres émotionnelles. Sommes-nous ouverts, fermés, sur la défensive, rapides ou lents à réagir ? Les aspects de la Lune influent également sur la manière dont nous prenons soin des autres ou dont nous aimerions que l’on prenne soin de nous.

Les aspects de la Lune nous renseignent sur notre vie familiale et privée.

Les planètes aspectant la Lune peuvent se manifester dans notre constitution physique et dans nos attitudes et mouvements corporels. Pour une femme, elles concernent plus particulièrement la relation qu’elle entretient avec son corps.

les-cornes-de-la-lune  

Bibliographie 

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Editions Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins                                                                             

Dictionnaire de la Mythologie – Michel Grant et John Hazel – Collection Marabout                                                                                                                                                   

Dieux et Héros du Zodiaque – Joëlle de Gravelaine – Editions Robert Laffont                                                                                                                                                         

Photo  « Quartier de Lune dans le ciel d’Arzon – Morbihan » –  http://lesecritsdumacaron.hautetfort.com/

 le-cancer-2  

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’HORLOGE ZODIACALE DE LA CATHEDRALE DE CHARTRES

(2.4 - COLLECTIONS) par sylvietribut le 21-05-2010

65-cadran_chartres         

           Horloge zodiacale – Cathédrale de  Chartres – Orologio zodiacale – Cattedrale di Chartres

 

« Le destin c’est simplement la forme accélérée du temps ». Jean Giraudoux

« Il destino è semplicemente la forma accelerata del tempo ». Jean Giraudoux

vitrail-chartres

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , ,

POUR LE BELIER C’EST PEUT-ETRE SANS TAMBOUR MAIS AVEC TROMPETTE

(12 - ASTROLOGIE ET MUSIQUE) par sylvietribut le 19-04-2010

Les premières trompettes ont été inventées dans l’Antiquité. Elles apparurent en Egypte, il y a plus de trois mille ans. Deux trompettes ont d’ailleurs été retrouvées dans le tombeau de Toutânkhamon. En Grèce, la trompette était appelée salpinx et était considérée comme une discipline olympique. On y trouvait trois épreuves : le son le plus fort, avec le plus de décibels, le son portant de loin et le son le plus aigu. A Rome, on utilisait le cormu ou buccina et le lituus ; les Celtes utilisaient le carnyx.

La trompette, instrument de musique, était utilisée pour régler les principaux moments du jour ou bien annoncer les grands événements historiques et cosmiques : le Jugement dernier, l’assaut, une cérémonie solennelle. Une circumambulation silencieuse alternant avec les sons de trompe fit s’effondrer les murs de Jéricho.

jerichotrompettes543px

Les armées romaines connaissaient et pratiquaient cette alternance terrifiante du silence profond et du concert aigu des trompettes.

Souvent les anges sont représentés sonnant de la trompette. L’Athéna salpinx (joueuse de trompette) d’Argos est évidemment dotée d’une trompette. Cet instrument associe le ciel et la terre dans une célébration commune. Et le début d’une bataille revêt toujours un caractère sacré : d’où l’usage à la fois religieux et militaire de cet instrument métallique.

anges-a-trompettes

Chez les Grecs, la trompette sert à rythmer la marche dans les grandes processions… Elle a un pouvoir d’évocation : à Lerne, dans les fêtes de Dionysos, on pense faire sortir le dieu des marais en soufflant dans des trompettes cachées par les Thyrses ; Plutarque compare ce rite à la fête juive des Tabernacles où l’on place également les trompettes sacrées entre les rameaux.

A Rome aussi la trompette est un instrument essentiel dans les cérémonies religieuses : deux fois par an, on procède à la lustration des trompettes sacrées. Aux sacrifices, aux jeux publics, aux funérailles, ainsi que dans les défilés triomphants, on sonne de la trompette.

cuerno_de_caza_-_trompa_de_caza

La trompette symbolise une conjonction importante d’éléments et d’événements, marquée par une manifestation céleste : air, souffle, son…

Pourquoi apparenter la trompette au Bélier ? Parce que comme lui l’instrument fait du bruit, ne passe pas inaperçu… Comme le sport, que le Bélier affectionne particulièrement, la trompette était une discipline olympique, elle rythmait aussi les marches. Elle appartient aux festivités militaires et a pour fonction d’initier, de commencer un événement, une bataille… Tout comme le Bélier est initiateur d’abord du printemps, mais aussi de toute chose. Par définition, le Bélier commence, initie, ouvre des portes, livre des batailles… Et puis, le matériau de prédilection du Bélier c’est le métal,  qui appartient au monde de Mars, le Maître incontesté du Bélier.

ange-trompette

Bibliographie :

Dictionnaire des symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Editions Robert Laffont/Jupiter. 

trompette

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

INTERPRETER UN THEME … ALBERT CAMUS

(13.02 - Etude de Cas - Avancés) par sylvietribut le 31-03-2010

Albert Camus est né en Algérie, à Mondovi, le 7 novembre 1913, à 2 heures (TU 2 h). Longitude : 7°44’ Est – Latitude : 36°41 Nord. Albert Camus est donc Scorpion Ascendant Vierge.

carte-du-ciel-dalbert-camus

Il a été tout à la fois philosophe, écrivain, romancier, dramaturge, philosophe, journaliste et séducteur. C’était aussi un grand humaniste.

« Il n’est pas de vraie création sans secret » disait-il. Derrière la façade de l’homme public, il y avait un homme simple, pudique, meurtri. En 1959, il reprochait aux critiques littéraires « de trop s’intéresser aux idées et d’avoir négligé la part obscure de son œuvre ». La postérité lui a donné raison. On a surtout retenu de lui son sourire, son talent, son élégante silhouette à la Humphrey Bogart, son succès populaire, son prix Nobel. Sa fierté l’empêchait d’afficher ses blessures intimes, profondes, de pupille de la nation, d’enfant pauvre et d’adolescent tuberculeux.

Son père, Lucien Camus, descend des premiers colons français arrivés dans ce pays du Sud de Bône, au milieu des vignobles. Mais il ne possède rien, et doit travailler la vigne pour nourrir sa femme Catherine et leur fils aîné, également prénommé Lucien. Quelques mois après la naissance d’Albert, le père est enrôlé dans un régiment de zouaves, lancé à la poursuite des Allemands sur le continent. Il meurt dans un hôpital de Bretagne en octobre 1914, des suites d’une blessure à la tête. Sa veuve recevra par la Poste l’éclat d’obus meurtrier, qu’elle conservera dans une boîte à biscuits.

Analphabète, presque muette, Catherine Camus ne peut pas s’en sortir seule. Elle s’installe chez sa mère, avec ses deux enfants, à Alger. La rue de Lyon est une voie populeuse d’un quartier ouvrier, en bordure du secteur arabe. L’appartement n’a pas l’eau courante. Il n’y a pas de four non plus. Il faut porter les plats chez le boulanger pour les faire cuire. Après la guerre, Catherine fait des ménages et rapporte ses maigres émoluments à sa mère qui s’occupe de l’éducation des enfants, le plus souvent à coups de fouet. Vit également avec eux, un oncle, force de la nature mais complètement sourd également et s’exprimant comme un petit enfant. Malgré cela Albert Camus est un enfant heureux.

albert-camus

Plusieurs configurations indiquent qu’il n’a jamais connu son père, mort pour la France en 1914.

Tout d’abord Mercure, Maître de son Ascendant, s’oppose à Saturne. Ce qui évoque une solitude, un manque de référence de sa lignée pour sa propre croissance, une douleur qui persistera.

Saturne est avec le Soleil et la Maison V en rapport avec l’image du père dans un thème.

Dans celui d’Albert Camus, Saturne est Maître de la Maison V en Maison IX, dont le symbole est le lointain, l’étranger, l’au-delà aussi. Le père est quelque part au loin, en France, qui n’est pas pour l’enfant Albert Camus sa terre d’origine.

La Maison IV, Maison familiale et Maison des origines, superpose le signe double du Sagittaire. Jupiter, Maître du signe, occupe cette Maison IV mais dans sa partie Capricorne, s’opposant à Mars, le Maître de la Maison VIII de ce thème qui occupe le Bélier. Mars dont le symbole est la guerre, le feu, la tête…

La mère est représentée par la Lune en Verseau en Maison VI et Quinconce à Neptune : elle était domestique (Lune en Maison VI) et résignée (Lune quinconce Neptune).

Pourtant, c’est cette mère résignée qui saura résister à sa propre mère pour que son fils, Albert, poursuive ses études au lycée comme le suggérait son instituteur. La grand-mère voulait qu’il travaille.

C’est la Lune en Verseau, éprise de savoir, qui ose se libérer et se révolter pour sortir de la tutelle de sa mère et de la condition de servitude de la Maison VI.

La mère d’Albert Camus transparaît aussi à travers Mercure, Maître de la Maison X (Maison de la Mère) en Sagittaire et en Maison III s’opposant à Saturne. Cette opposition suggère sa surdité car Saturne a à voir avec l’ouïe, la surdité est un problème saturnien. Cette même configuration évoque aussi le vocabulaire restreint de cette mère. Mercure symbolise la communication et donc la parole. Noter que Mercure est en domicile en Maison III, ce qui lui a peut-être permis de comprendre l’importance des études pour un enfant, ce qu’elle-même n’avait pas connu puisqu’en même temps Mercure est en exil en Sagittaire, à moins que ce ne soit en rapport avec sa vie en retrait à cause de son propre manque d’instruction mais également sa surdité.

La grand-mère serait Pluton culminant au Milieu du Ciel, ainsi que Mars s’opposant d’ailleurs à Jupiter en Maison IV et Maître de la Maison III.

L’oncle apparaît à travers ce Mars, Maître de la Maison III, Maison de la fratrie (il est le frère de la mère) en Cancer, signe évoquant le stade infantile dans lequel il se complaît.

Pour  analyser l’histoire familiale dans un thème, il convient de regarder la Maison IV, son signe et le Maître de celui-ci en signe, en Maison, en aspect. On regardera également la position du Soleil et de Saturne pour le père, avec également la Maison V comme Maison du Soleil. Pour la mère, on choisira la Lune et parfois Jupiter, en signe, en Maison, en aspect, souvent la Maison X également. Pour les frères et sœurs, on se réfèrera à la Maison III et son Maître en signe, en Maison, en aspect. Les oncles et les tantes sont à repérer avec la Maison VI.  

porte-plume-et-encrier

Un miracle, comme en produit parfois l’école publique républicaine, va changer son destin. Le bon Samaritain porte le nom de Louis Germain. Instituteur à l’ancienne, rescapé des champs de bataille, il prend en affection les orphelins de guerre. Albert en est un et possède une autre qualité : il est le meilleur de la classe en français. Louis Germain va convaincre sa famille de le laisser passer l’examen d’entrée au lycée, pour obtenir une bourse d’études. Quand on lui remettra le prix Nobel de littérature, en 1957, Camus lui dédiera son discours : « Ma première pensée, après ma mère, a été pour vous… ».

Uranus en Verseau et en Maison V au sextil de Mercure représente ce père de substitution qu’est Louis Germain, avec la dimension toute cérébrale et en même temps ce coup de chance que représente cet Uranus en dignité en Verseau. Toutefois, on pourrait également le percevoir aussi dans Saturne, Maître de V, en Gémeaux et en Maison IX, comme le père instruit qui pousse à élargir les horizons (Maison IX) de l’enfant Camus, à travailler son esprit (Saturne en Gémeaux). Saturne est d’ailleurs en IX au trigone de Vénus le premier Maître de IX.

A noter également que ce Saturne, Maître de V en Maison IX au trigone de Vénus en Maison II, pourrait également représenter le prix Nobel de littérature qui fut remis à Camus. Ce prix qu’il ira chercher en Suède et qui lui vaudra une coquette somme d’argent, sens de Vénus et de la Maison II.

A l’automne 1957, on trouve d’ailleurs Pluton à 0° Vierge au sextil de Pluton natal, le Maître de III. Or, Pluton c’est la planète dominante du thème qui promettait l’élévation de sa condition et ce que Pluton promettait à sa naissance se réalise en cette année 1957.

Neptune, Maître de VII en XI au quinconce de cette Maison XI pourrait représenter le jury du Nobel. Neptune céleste en Scorpion est alors trigone à Pluton, tant en état terrestre (sur le thème) qu’en état céleste (en transit).

Uranus est en Lion au sextil de Mercure dont il se sépare. Mercure est le Maître d’Ascendant et du Milieu du Ciel du thème de Camus. C’est la reproduction d’un aspect de sa naissance puisqu’on note sur son thème un Uranus en Verseau et en Maison V au sextil de Mercure. L’aspect est légèrement séparant.

Saturne traverse le Sagittaire et la Maison III, Maison Mercurienne, sans transit particulier. Cependant, par analogie on retrouve son Saturne natal qui se trouvait en Gémeaux, signe de Mercure, et en Maison IX, Maison en analogie avec le Sagittaire.

Jupiter superpose la Balance et l’Ascendant du thème de Camus, en conjonction de sa Vénus et au trigone à la fois de Saturne, Maître de la Maison V et de la Lune, Maître de la Maison XI de son thème. Jupiter transitant l’Ascendant évoque l’honneur que représente l’attribution de ce prix Nobel de littérature.

Ce prix lui rapporte puisque Jupiter transite sa Vénus, gouverneur de la Maison financière de son thème. Ce prix via Jupiter en bon aspect de Saturne va lui permettre de se structurer matériellement, de s’enraciner quelque part, quant au trigone de Jupiter à la Lune natale, Maître de XI, va lui permettre d’acheter une maison.

A noter d’ailleurs les bons rapports entre Uranus, Saturne et Jupiter en bon état céleste.

Enfin, Mars également transite la Balance. On a donc une conjonction céleste Mars/Jupiter en Balance et en Ascendant. Or ces deux astres était en aspect à la naissance puisqu’en opposition. L’opposition à l’expansion de la prime enfance se trouve dépassée avec la conjonction de ces deux planètes.

Malgré la pauvreté de son milieu d’origine, son thème suggère qu’il s’élèverait socialement et côtoierait les grands de ce monde. L’aspect de son thème qui l’évoque est sans doute l’opposition Mars/Jupiter, comme une réaction à sortir de l’austérité. Jupiter en tant que Maître de la Maison IV de son thème, en Capricorne qui évoque l’austérité des origines, fait un carré à Vénus, gouverneur des Maisons II et IX, permet cette élévation matérielle (Maison II) et sociale (Maison IX). L’élan est d’autant important que Mars fait également trigone à son Soleil natal, Maître de la Maison XII (Maison qui limite) du thème, superposant le Scorpion et la Maison II. Se souvenir que le « carré » est comme un obstacle à franchir, une marche à monter, un fossé à sauter… Ce carré pourrait même être considéré comme positif puisque c’est Vénus en domicile dans la Balance l’emporte sur Jupiter en chute en Capricorne et même sur Mars en chute dans le Cancer.

porte-plume-et-encrier1

Au moment de sa mort, il était le plus célèbre écrivain français. Il avait reçu deux ans auparavant le Prix Nobel de Littérature. Mais il était aussi patron de presse depuis qu’il avait fondé un journal, Combat. Il appartenait à la gauche libérale de l’époque. C’était un grand humaniste. Il écrivit également pour le théâtre.

L’écrivain c’est bien sûr sa dominante Mercurienne : Mercure, Maître de son Ascendant Vierge et de son Milieu du Ciel en Gémeaux, en domicile dans la Maison III de son thème, au sextil d’Uranus, le Maître de VI en Verseau et en V qui lui confère un talent d’écriture (Maison III) et un potentiel de création (Uranus en Verseau et en Maison V). De même, Pluton Maître de la Maison III du thème culmine au Milieu du Ciel, en Cancer signe de la Lune symbole même de l’inspiration. Enfin, Saturne Maître de la Maison V (la créativité) superpose le signe des Gémeaux, signe de Mercure, ainsi que la Maison IX, au trigone de Vénus, gouverneur de cette Maison IX.  

l_etranger_albert_camus

Petit rappel : Fait partie de la dominante d’un thème toute planète en aspect avec le Soleil, l’Ascendant, le Maître d’Ascendant, la conjonction étant plus forte que tout. Ensuite, si aucun élément ne répond à ces critères, on valorisera un amas planétaire dans un signe ou dans une Maison.

En ce qui concerne le thème d’Albert Camus, quatre éléments viennent s’additionner pour en faire un Mercurien : Son Ascendant Vierge, Mercure le Maître de cet Ascendant en Maison III (Maison Gémeaux, Maison de Mercure), la Lune en Maison VI (Maison de la Vierge, autre Maison de Mercure) et enfin une planète en Gémeaux, signe de Mercure.

porte-plume-et-encrier2

A ce propos, notez qu’Albert Camus ne se contentait pas d’être journaliste et patron de presse, il avait aussi « le goût du marbre », avec la dimension collective de l’entreprise journalistique. Plus précisément, il éprouvait une dilection particulière pour la partie matérielle de la fabrication du journal. Et en ce temps-là, le cœur battant du bouclage du journal était « au marbre ». Là se mêlaient rédacteur en chef, secrétaires de rédaction et ouvriers du livre. Albert Camus, fils du peuple, se sent bien en la compagnie de cette aristocratie ouvrière que forment les linotypistes et les correcteurs. Il partage avec eux les rituels du casse-croûte et de l’apéro. Il respecte leurs savoir-faire.

On voit se profiler son Ascendant Vierge et l’amour de la Vierge pour les petites gens et son goût pour le travail, le labeur. Il en va de même pour sa Lune en Maison VI, laborieuse, répétitive, avec un sens aigu du service au point que cela devienne comme une servitude.

Quant au journalisme et au patron de presse, c’est toujours sa dominante Mercurienne qui parle, avec Mercure Maître d’Ascendant en Maison III au sextil d’Uranus, Maître de VI en Verseau et en V. Notez que le Verseau est lié au monde des médias. Mais le patron de presse c’est aussi le Milieu du Ciel en Gémeaux, avec Pluton, Maître de la Maison III, qui y culmine et qui évoque celui qui a le pouvoir, qui dirige, qui commande, qui donne l’impulsion.

Ses opinions « gauche libérale » sont exprimées par la Maison IX en Taureau et Vénus, gouverneur de cette Maison en Balance au carré de Neptune, planète qui symbolise la gauche alors que Saturne incarne la droite et tous les conservatismes. Neptune superpose la Maison XI, Maison d’Uranus, qui évoque le côté libéral de cette gauche. L’opposition Mars/Jupiter permet de combattre pour des idées. Le titre de « Combat » de son journal incarne bien cet aspect de son thème.

L’humaniste qu’il était s’incarne également dans ce Mercure, Maître d’Ascendant, en Maison III et en Sagittaire, au sextil d’Uranus. La Lune en Verseau au quinconce de Neptune en Maison XI parle également dans ce sens. Le Verseau, Uranus et la Maison XI sont les symboles de l’humanisme. A noter d’ailleurs qu’il porte également une dominante Uranienne puisque Mercure le Maître de son Ascendant est sextil à Uranus en Verseau, que la Lune est en Verseau et qu’on trouve une planète en Maison XI.

albert_camus_med

Quand on parle de l’écrit, des écrits, que l’on soit écrivain, auteur, journaliste ou même imprimeur ou secrétaire, on regarde dans le thème dans quel signe se trouve la Maison III et son Maître, en signe, en Maison, en aspect. On fait de même avec Mercure, sa position dans le thème en signe, en Maison, en aspect et en même temps on s’intéresse aux Gémeaux et la Maison qui vient superposer ce signe.

La Maison VI est en rapport avec la vie professionnelle, plutôt dans le sens de servitude, avec même une connotation de subalterne ou de métier. On regardera donc la position qu’elle occupe dans le thème, et on fera de même pour le Maître de cette Maison, en signe, en Maison, en aspect. La Maison VI est également en rapport avec la santé qui a bien un caractère de servitude si l’on considère tous les efforts qu’il faut faire pour se garder en forme.

porte-plume-et-encrier3

Il écrivit aussi pour le théâtre. Il eut d’ailleurs une vraie passion pour une grande dame du théâtre, une Espagnole réfugiée en France, Maria Casarès, avec qui il entretiendra une liaison alors qu’il est marié. Elle s’illustrera dans le répertoire camusien jusqu’à la mort de l’auteur.

Le théâtre, c’est le monde de la Balance et de Vénus, en domicile en Balance dans le thème de Camus. C’est son côté dandy aussi. A noter qu’il est également Vénusien, du fait que Vénus se trouve en dignité dans la Balance, mais également parce que cette Vénus natale est planète focale, prise dans ce carré en T entre Mars en Cancer d’un côté et Jupiter en Capricorne de l’autre. A noter qu’une planète focale fait partie de la dominante d’un thème.

Le théâtre est un art scénique en rapport avec le signe du Lion, la Maison V, le Soleil, ainsi que la Balance et Vénus. Et toujours d’explorer Maître de la Maison V, signes, maisons et aspects des différents dépositaires du sujet qu’on cherche à explorer.

la-peste-albert-camus 

Quant à la maîtresse étrangère, elle s’inscrit bien dans le thème. Elle s’inscrit dans la configuration suivante : Vénus, maître de IX, en Balance carré Mars, Maître de III par le Scorpion et de VIII, conjoint à Neptune, Maître de VII.  La Maison III est la Maison de la maîtresse pour un homme et de l’amant pour une femme. Noter que ce Mars, Maître de III s’oppose à Jupiter, maître de IV en IV, évoque l’exilée… comme lui en quelque sorte, bien que les raisons de leurs exils n’aient pas été les mêmes.

Il peut paraître étrange de représenter la maîtresse par la planète Mars. Toutefois, il est intéressant d’entendre ce que raconte Catherine Camus, la fille d’Albert. Alors qu’il prépare activement avec ses amis la sortie du journal Combat, il rencontre Maria Casarès, une actrice de vingt ans, fille d’un ministre espagnol. C’est le début d’une passion dévorante. « Ils se ressemblaient mon père et elle. Ils avaient ce même amour forcené de la vie ». Catherine Camus a rencontré la grande tragédienne après la mort de sa mère.

maria-casares-et-albert-camus

Que ce soit dans le thème d’un homme ou dans celui d’une femme, la Maison que l’on regarde pour la maîtresse ou l’amant, c’est la Maison III, son Maître en signe, en Maison, en aspect. On examinera également la Maison V en signe et les planètes qu’elle abrite, pour comprendre la capacité à aimer et la façon d’aimer, et toujours le Maître de la Maison en signe, en Maison, en aspect. Les aspects de la Lune et de Vénus pour un homme et ceux du Soleil et de Mars pour une femme, pourront également apporter des éléments de réponse. 

porte-plume-et-encrier4

Albert Camus a été marié deux fois, il faut dire qu’il a également le talent d’attirer à lui les jolies femmes. Sa première épouse, Simone Hié, est une fille de médecin. Elle est provocante. Il aime sa liberté, sa fantaisie et ses robes transparentes. Problème, elle est morphinomane. Camus, pour la séduire, lui procure des ampoules de morphine, fournies par un ami pharmacien. Il l’épouse en 1934, au grand dam d’une belle-famille qui ne lui voit pas d’avenir. Le mariage lui apporte une certaine aisance matérielle et la possibilité d’habiter les quartiers chics d’Alger. Mais il réalise vite à quel point la dépendance de Simone devient un obstacle. Et, pour oublier son échec conjugal, il rejoint la troupe théâtrale de Radio Alger. Lors d’un voyage en Europe Central qui pourrait aider son épouse à décrocher, il tombe par hasard sur une lettre et découvre l’amère réalité : elle le trompe avec un médecin d’Alger qui lui fournit sa drogue. Camus demande aussitôt le divorce. Et se lance à corps perdu dans l’écriture, le théâtre… et la politique.

Avant de quitter l’Algérie, Camus a rencontré une jeune et jolie Oranaise, Francine Faure, a qui il a demandé sa main. Il aime quand elle joue Bach au piano. Il l’épouse à Lyon, en décembre 1940. Malgré son attachement à Francine, on ne compte plus ses maîtresses. Toutefois, ils auront ensemble des jumeaux, une fille et un garçon, Catherine et Jean, nés en 1945.

La Maison VII du thème d’Albert Camus superpose le signe double des Poissons. Neptune, Maître du signe et donc de la Maison VII, se trouve en Cancer et en Maison XI, au carré de Vénus. La dualité du signe évoque une double union possible. Le carré de Neptune à Vénus évoque aussi bien la personnalité de la première épouse et son état de dépendance à la morphine, ainsi que la trahison dont Albert Camus a été victime. Cependant, cette configuration est également en rapport avec le propre comportement de l’écrivain, tout à fait infidèle et il n’y eut pas que sa liaison avec Maria Casarès. Notez aussi, sa seconde union qui se place sous l’influence de la Maison IX et de Vénus, elle-même en Balance et donc carré à Neptune. On sait ce qu’il en a été des souffrances de Francine.

La Maison VII est celle des toutes les associations, de tous les contrats, dont le mariage. Ce sera également la Maison des procès et autres divorces. Pour les questions conjugales on analyse le signe où elle se situe, les planètes qu’elle contient et puis toujours le Maître de la Maison en signe, en Maison, en aspects. En cas d’unions multiples, on réservera la Maison VII pour le premier conjoint, la Maison IX pour le second, la XI pour le troisième et ainsi de suite.

Quant aux enfants, ils apparaissent dans le thème d’Albert Camus de la façon suivante : Maison V en Capricorne et Saturne, Maître du signe et de la Maison, superposant le signe double des Gémeaux qui évoque bien les deux enfants et les jumeaux, ceux qu’évoquent aussi bien Castor et Pollux, que les Dioscures, ou Romulus et Remus de la mythologie en totale résonnance avec les Gémeaux. Uranus dans la Maison V suggère la surprise de cette double naissance, son caractère peu banal d’autant qu’il s’agit d’une fille et d’un garçon. D’ailleurs, celui-ci pourrait être le garçon… Uranus et le Verseau évoque le masculin ; la fille serait liée à la Maison VII en Poissons et Neptune en Cancer, deux signes féminins et planète féminine.

Les enfants sont en rapport avec la Maison V, son signe et les planètes qu’elle contient éventuellement, mais aussi son Maître qu’on analyse en signe, en Maison, en aspect. La Maison V parlera davantage du premier enfant, la Maison VII est le second, la Maison IX représente le troisième, la Maison XI le quatrième…

Quoi qu’il en soit, c’est avec elle qu’il vivra et achètera une maison à Lourmarin  dans le Luberon, en 1958, avec ce que le prix Nobel de littérature lui avait offert. C’est une ancienne magnanerie, c’est-à-dire une ferme où on élève des vers à soie. Il y retrouve les lumières de son Algérie natale, avec ses volets verts, sa terrasse arrondie et son cyprès. Rien n’a changé, seul le nom de la Grand Rue de l’Eglise est devenue rue Albert-Camus.

Dans son thème, le chèque suédois est bien représenté. C’est Vénus, Maître de II (les finances) et de IX (l’étranger), en Balance et en Maison II du thème, au trigone de la Lune, symbole de la famille, mais également du patrimoine et du cadre de vie.

Pour évaluer le rapport à l’argent d’une personne, sa façon d’en gagner, de gérer et de dépenser, on analysera la Maison II du thème, sa position en signe, les planètes qu’elle abrite, ainsi que le Maître de cette Maison II en signe, en Maison, en aspects. La Maison VIII est également liée à l’avoir, mais elle représente plutôt « l’argent qui vient des autres », via les dons, les legs, les héritages, les indemnités, les assurances, mais ce peut être aussi les prêts… argent des banques ou autres établissements de crédit.

porte-plume-et-encrier5

Albert Camus avait une santé fragile. A l’âge de 17 ans, alors qu’il vient de passer son baccalauréat avec succès et qu’il s’apprête à intégrer hypokhâgne, un coup du sort va briser son élan. Il se met à cracher du sang. On apprend qu’il a la tuberculose.

Gardien de but du Racing universitaire d’Alger, il doit arrêter le foot, qui restera d’ailleurs une de ses passions. Et ce qui est pire : la carrière d’enseignant à laquelle il aspirait lui est désormais interdite.

Cette fragilité de santé se perçoit très bien dans son thème. Mercure est le Maître de son Ascendant Vierge. L’Ascendant et son Maître sont des éléments à prendre en compte pour juger du physique et du physiologique d’une personne. Le Mercure natal d’Albert Camus est en exil en Sagittaire et surtout s’oppose à Saturne en Gémeaux. Les Gémeaux représentent tout ce qui est double dans le corps humain dans sa partie haute : les bras, les mains bien sûr, mais aussi les poumons. Notez également que la Maison VI du thème se trouve sous les auspices de l’imprévisible Uranus puisqu’en Verseau. Heureusement, Uranus est au sextil de Mercure, comme pour lui permettre de rétablir l’équilibre et s’il ne sera jamais enseignant, lui souffle la voie journalistique avec ce rapport à Mercure. La Lune est présente dans Maison VI au quinconce de Neptune en chute en XI, ce qui vient contrecarrer les projets initiaux. Chiron est également présent dans cette Maison VI, ce qui le prédisposait à se confronter à un problème de santé sortant de l’ordinaire, quoiqu’à l’époque et vu son appartenance sociale n’avait rien d’extraordinaire. Son biographe raconte que ce n’est que lorsqu’il est envoyé chez un de ses oncles qui est boucher, qu’il mange de la viande régulièrement.

C’est avec la Maison VI qu’on évalue la santé d’une personne : le signe qu’elle superpose, les planètes qu’elle contient, mais aussi son Maître, en signe, en Maisons, en aspects. On s’intéressera également à l’Ascendant du thème, son signe, les planètes qu’il abrite et toujours son Maître en signe, en Maison, en aspects. On regardera également la Maison XII, souvent en rapport avec les maladies chroniques et les séjours à l’hôpital, clinique, sanatorium, ou autre maison de repos.

porte-plume-et-encrier6

En ce début d’année 1960, Albert Camus est heureux, entouré de sa famille et de ses amis qu’il a réunis dans sa propriété du Luberon pour les fêtes. Il décide de rentrer en voiture avec les Gallimard. C’est sur une route de l’Yonne qu’Albert Camus sera tué sur le coup. Michel Gallimard, qui conduisait la mythique Facel Vega. Le romancier avait glissé dans un sac le manuscrit du « Premier homme ». C’était le 4 janvier 1960, à 13 h 55, que la Facel Vega vient s’écraser avec une violence inouïe sur un platane, sans doute le plus célèbre de la littérature française. On pense qu’un pneu a pu éclater… C’était Villeblin près de Fontainebleau.

Si l’on monte le thème du moment de l’accident et qu’on le superpose au thème natal, on trouve des coïncidences renversantes.

Tout d’abord, l’Ascendant de l’accident vient superposer le Taureau et la Maison VIII du thème d’Albert Camus dans sa partie Taureau. Cette Maison VIII est la Maison de la mort.

Le Milieu du Ciel de l’accident superpose le Capricorne et la Maison IV du thème d’Albert Camus dans sa partie Capricorne. Cette Maison IV est dite « de la fin des choses ».

lourmarin-tombe-dalbert-camus

Deux configurations sont particulièrement significatives car elles se produisent tant en état céleste, le moment de l’accident, qu’en état terrestre, c’est-à-dire sur le thème même d’Albert Camus : la première semble planter le décor. C’est Pluton du moment de l’accident qui Mercure natal, l’aspect exact. De plus, Mercure du moment entre en Capricorne et s’oppose à Pluton du thème natal, l’aspect est également exact. Or, dans le thème de Camus, Pluton est le Maître de la Maison III, Maison relative aux déplacements. Mercure est donc le Maître symbolique des déplacements par analogie aux Gémeaux et à la Maison III. De plus, Mercure est le Maître de l’Ascendant Vierge d’Albert Camus, sa personne physique est atteinte.

Dans le thème natal d’Albert Camus, Mars occupe le Sagittaire et la Maison III. Par le Scorpion, ce Mars natal est à la fois Maître de III et Maître de VIII, il s’oppose à Jupiter, Maître de IV. Cette configuration natale évoquait à elle seule la mort violente en déplacement. Au moment de l’accident, on trouve Mars et Jupiter conjoint en Sagittaire et en Maison VIII, Jupiter étant le Maître de cette Maison VIII en dignité dans le Sagittaire, c’est-à-dire très fort et contrairement aux idées reçues pas du tout protecteur. Quant à Mars, il appartient à la Maison XII de ce moment de la l’accident. Cette conjonction est toutefois séparante, puisque Mars a dépassé Jupiter de 3°, comme dans le thème natal l’opposition entre Mars et Jupiter était séparante. De plus, Mars est au carré de la Lune en Poissons, en Maison XII et Maître de la Maison III de l’accident.

C. E. O Carter, dans son ouvrage « Interprétation des aspects en astrologie » – La Roue Céleste – Dervy Livres, indique que l’opposition Mars/Jupiter est un aspect fatal pouvant conduire à une véritable catastrophe.

Toujours en rapport le thème natal, la Lune natale se trouvait en Verseau au quinconce de Neptune en Cancer, au moment de l’accident la Lune est en Poissons au trigone de Neptune.

Pourtant, on trouve aussi dans ces transits du jour, Uranus en sextil exact avec Vénus natale, pendant que Vénus en Sagittaire est sextil à Uranus natal. Ces deux transits ont certainement à voir avec le succès qu’Albert Camus connaissait à l’époque. 

porte-plume-et-encrier7

Pour compléter cette petite analyse, il est intéressant de noter que certains éléments du thème d’Albert Camus sont en conjonction d’Etoiles Fixes, ce qui signe souvent un destin d’exception.

Mars, Maître de VIII du thème d’Albert Camus, se situe à 22° Cancer en conjonction de l’étoile Pollux, de la nature de Mars. Cette étoile semble être en rapport avec une mort violente. Mais elle indique aussi une nature subtile, de la bravoure, de l’audace, de l’intégrité, de l’astuce, de l’impulsivité et de la témérité. Or, comme on vient de le voir Mars a joué un rôle primordial le jour de l’accident.

Soleil, Maître de XII du thème d’Albert Camus, se situe à 14° Scorpion en conjonction de l’étoile Kiffa Australis. Cette étoile est de la nature de Mercure/Jupiter et Mars/Jupiter. Elle est aussi bien bénéfique et sa proximité promet fortune, honneurs et responsabilités, mais elle est également difficile car elle évoque une violence.

L’Ascendant du thème d’Albert Camus à 24° Vierge est conjoint à l’étoile Copula de la nature de Vénus. Cette conjonction parle de passions et aussi de cécité… On se souvient comment lors de sa première union Albert Camus n’avait pas été conscient de la personnalité et de la déloyauté de sa femme.

La Part de Fortune du thème d’Albert Camus, à 9° Capricorne, est conjointe à l’étoile Facies, de la nature Soleil/Mars. Cette conjonction parle d’accidents, de mort violente et une nouvelle fois de cécité.

Uranus, Maître de VI en V dans le thème d’Albert Camus, à 3° Verseau est conjoint à l’étoile Oculus, de la nature de Vénus/Saturne. L’influence d’Oculus est considérée comme bénéfique, conférant un esprit fin et pénétrant.

porte-plume-et-encrier8

Pour finir, un coup d’œil sur les degrés symboliques est également intéressant. J’utilise « Les 360 Degrés du Zodiaque Symbolisés par l’Image et par la Cabbale, de Janduz. Si vous possédez cet ouvrage, je vous conseille de vous y reporter, vous y trouverez tout un développement pour chacun des degrés suivants :

Saturne – 16° Gémeaux – Degré de surabondance mentale.

Mercure – 6° Sagittaire – Degré de savoir inutile

Jupiter – 13° Capricorne – Degré d’esprit critique

Uranus – 3° Verseau – Degré d’affliction

Lune – 28° Verseau – Degré de vie facile

Chiron – 10° Poisson – Degré de libre action   

porte-plume-et-encrier9

Différents ouvrages relatent la vie d’Albert Camus :

Le Premier Homme – Autobiographie retrouvée dans l’épave de la Facel Vega – Albert Camus – Editions Gallimard 1994

Le Dictionnaire Albert Camus sous la direction de Jean-Yves Guérin – Editions Robert Laffont/Bouquins

Le Soleil Malgré tout – François-Xavier Gauroy – Timée Editions

CAMUS – Virgil Tanase – Gallimard/Folio Biographies

Albert Camus, Une vie – Olivier Todd – Gallimard/Folio

Albert Camus, Soleil et ombre – Roger Grenier – Folio

Albert Camus, solitaire et solidaire – Catherine Camus – Michel Lafon Editeur 

porte-plume-et-encrier10

Bibliographie

Le Premier Homme – Albert Camus – Editions Gallimard 1994

Tout sur Camus – LIRE Mensuel n° 382 février 2010

Interprétation des aspects en astrologie – C.E.O. Carter – La Roue Céleste – Dervy Livres

Les 360 Degrés du Zodiaque symbolisés par l’image et par la Cabbale – Janduz – Editions Bussière

porte-plume-et-encrier11

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LE MONDE DU BELIER… LE RUBIS

(08 - LES PIERRES ET METAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 28-03-2010

VOUS AVEZ DIT : « RUBIS SUR L’ONGLE » ?

Dans l’Antiquité, le rubis était considéré comme l’emblème du bonheur, mais s’il changeait de couleur, c’était un sinistre présage, cependant il reprenait sa teinte pourprée lorsque le malheur était passé. On disait aussi qu’il bannissait la tristesse et réprimait la luxure, qu’il résistait au venin et prévenait de la peste, tout en détournant les mauvaises pensées.

rubis_gangue-de-marbre-blanc

 

Rubis dans sa gangue de marbre blanc

Pierre de sang, le rubis fut utilisé homéopathiquement pour la préparation de médicaments antihémorragiques. Pour la même raison, la tradition populaire voulait en Russie qu’il soit bon pour le cœur, le cerveau, la mémoire, la vigueur et qu’il clarifie le sang. Il est par extension devenu la pierre des amoureux qui enivre sans contact.

Pourtant, s’il faut en croire le bon évêque Marbode, c’est l’œil unique et rougeoyant que portent au milieu du front dragons et vouivres. On l’appelle alors l’escarboucle. Elle surpasse toutes les pierres les plus ardentes, jette des rayons tels qu’un charbon allumé, dont les ténèbres ne peuvent venir à bout d’éteindre la lumière.

la-vouivre-et-son-rubis-sur-le-front

                                                                                                      La Vouivre et son rubis sur le front

Comme on le voit, le rubis fait bien partie des pierres symboles du Bélier, par sa couleur, pas son effet dynamique et positif sur le moral. Son usage en homéopathie contre les hémorragies quand on sait que, dans le corps humain, le sang est du domaine de Mars et du Bélier.

Mais pourquoi dit-on « Payer rubis sur l’ongle »

En aucun cas il ne s’agit pas de régler une dette au moyen d’une pierre précieuse ou d’un bijou de petite taille pouvant tenir sur un ongle. Il s’agirait plutôt de payer comptant jusqu’au dernier sou. En fait, son origine vient d’une autre expression plus ancienne « faire rubis sur l’ongle » qui signifiait vider son verre jusqu’à ce que la dernière goutte soit si petite qu’elle tienne sur un ongle sans déborder, de manière à y dessiner un joli petit rubis. A noter que le rubis tire son nom de sa couleur, rouge, du latin « rubeus » qui a également donné l’adjectif « rubicond », teint de celui qui fait trop souvent rubis sur l’ongle…

Le latin « ruber » ou « rouge » d’où découle la dénomination « rubis » est relativement récente puisqu’elle date du XIIIe siècle. Depuis toujours le rubis fut tenu en haute estime. Les Indiens le nommaient « Reine des pierres précieuses » ou encore « la première des pierres précieuses » et considéraient qu’il recelait un inextinguible feu interne. Cette référence au feu ardent se retrouve dans tout le Bassin méditerranéen.

francois1er

François 1er qu’on pourrait qualifier de roi rubicond

D’autre part, on raconte également qu’au XVIe siècle, François Ier était marquée d’une légère infirmité peu connue de l’Histoire : il n’avait pas d’ongle au pouce de la main droite. Aussi, quand il recomptait les billets pour régler ses royaux fournisseurs, on avait coutume de dire qu’ils avaient été payés « au rubis sur l’ongle du roy ».

Dans le symbolisme du Rubis

Tout d’abord, le rubis est symbole de victoire, d’amour, de bonheur et de passion. Dans l’Histoire, cette pierre a longtemps été réservée aux hommes de pouvoir : rois, sultans ou autres maharadjahs. Cet insigne royal était souvent porté sur les couronnes ou les heaumes. Il protégeait le chevalier des blessures et le gardait en bonne santé. Et c’est par extension qu’on attribua au rubis le pouvoir de combattre les hémorragies.

Evoquant le sang et le feu, le rubis est naturellement associé au courage. Associé à la passion, il est censé calmer la colère et protéger des séductions. Tous ces symboles évoquent bien le monde de Mars, le monde du Bélier. De ce fait, le rubis est devenu le symbole de la victoire, de la charité et de l’amour. D’ailleurs, dans le folklore français, les noces de rubis correspondent à 35 ans de mariage.

Enfin, dans les temps anciens, le rubis était considéré comme la pierre la plus précieuse de toutes les autres pierres précieuses car il représentait le sang du Christ, notamment dans les sociétés chrétiennes primitives.

 

diademe-avec-rubis

Bibliographie :

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Editions Robert Laffont/Jupiter

Dictionnaire comique – Philibert-Joseph Le Roux – publié en 1718

 trois-rubis

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LA PLACE DE L’ETOILE SERAIT-ELLE LA CARTE DU CIEL DE PARIS ?

(6.2 - Paris Insolite - Paris Mystérieux - Paris Esotérique) par sylvietribut le 24-03-2010

Bien avant d’être débaptisée pour prendre le nom de Charles-de-Gaulle, la place était déjà une étoile.

Cette place coiffe l’ancienne colline du Roule dont l’écrêtement, proposé par Ange Gabriel qui n’était pas celui que vous croyez mais l’inspecteur des Bâtiments du roi, fut commencé, en 1768, par un dénommé Perronet, afin que « le chemin fût d’une égale pente depuis la place devenue Louis XV jusqu’au pont de Neuilly ». Ces travaux de terrassement durèrent jusqu’en 1774 et eurent pour effet d’abaisser de plus de 5 mètres le sommet de la « butte de l’Etoile » ; les terres enlevées servirent à remblayer les Champs-Elysées et à former les pentes de nos rues Balzac et Washington.

paris-place-de-letoile

Cette butte portait déjà depuis 1730 le nom « d’étoile de Chaillot » à cause des quelques allées qui s’y croisaient. Le mur des Fermiers-Généraux la contourna par l’Est, la barrière de l’octroi, située antérieurement dans l’avenue des Champs-Elysées à la hauteur de la rue de Chaillot y fut transférée, avec sa grille, en 1787. Ledoux édifia pour le service de l’octroi, à la hauteur du débouché, sur l’avenue, de nos rues de Presbourg et de Tilsitt, deux lourds monuments ornés chacun de vingt colonnes annelées qui restèrent là jusqu’en 1860, date à laquelle l’octroi fut transféré à la porte de Neuilly (place de Verdun).

Jusqu’en 1854, cinq voies seulement rayonnaient de cette place : deux qui constituaient la route de Paris à Neuilly (nos avenues des Champs-Elysées et de la Grande-Armée), deux autres qui étaient des chemins de ronde extérieurs au mur d’octroi des Fermiers-Généraux (nos avenues Kléber et de Wagram), et enfin, la cinquième, l’avenue de l’Impératrice (avenue Foch) que Hittorf venait de terminer.

letoile-a-paris

C’est Napoléon 1er qui décida l’élévation de l’Arc de Triomphe, monument à la gloire de la Grande Armée et de ses propres campagnes. Cependant, la chute de l’Empire entraîna l’arrêt de la construction dont seules les fondations étaient achevées. Plus tard, Louis-Philippe décida l’achèvement de ce monument dont l’inauguration eut lieu le 29 juillet 1836. Haut de 49,546 mètres et large de 44,820 mètres, l’Arc de Triomphe de l’Etoile est le plus grand monument de ce genre que l’on connaisse.  

Alors qu’il séjournait à Biarritz, Napoléon III décida, le 13 août 1854, l’aménagement de la place de l’Etoile dont la direction fut confiée au Baron Haussmann. En 1857, on ouvrit sept autres voies. Ce furent les avenues de Friedland, de la Reine-Hortense (avenue Hoche), du Roi-Jérôme (avenue de Mac-Mahon), d’Essling (avenue Carnot), d’Eylau (avenue Victor-Hugo), d’Iéna et de Joséphine (avenue Marceau). Douze avenues rayonnèrent dès lors d’une façon rigoureusement géométrique de cette place de 240 mètres de diamètre, convergeant toutes vers l’Arc de Triomphe, monument qui est à l’origine du développement de tout le quartier. Une étroite rue circulaire (nos rues de Presbourg et de Tilsitt) entoura la place.

place_de_l_etoile__paris__france

Entre cette place et cette rue, Hittorf édifia douze hôtels particuliers d’architecture symétrique, aux façades uniformes, qu’il conçut trop basses ; elles n’ont en effet que 16 mètres de haut. « Ils se trouvèrent si mal en harmonie avec les vastes proportions de la place, écrivait Haussmann, que je dus faire planter en avant des massifs d’arbres pour les masquer ». Et il ajoutait : « Je considère cette belle ordonnance, que je suis fier d’avoir su trouver, comme une des œuvres les plus réussies de mon administration ».

Toutefois pour tout astrologue la symbolique de cette place est plus que clair : nous avons douze signes zodiacaux répartis de part et d’autre de la trajectoire solaire matérialisée par l’axe Champs-Elysées/avenue de la Grande-Armée. Cet axe est d’autant plus important qu’il voit, le jour du solstice d’été, le soleil se coucher entre ses piliers. Ensuite, les douze hôtels particuliers ne sont autres que les douze maisons astrologiques, venant superposer les douze signes zodiacaux.

Par ailleurs, on note des pavés de couleurs différentes qui dessinent sur le sol de la place deux étoiles dont les pointes arrivent pour l’une au milieu des avenues et pour l’autre entre les avenues.

Le baron Haussmann était-il lui-même initié à l’astrologie ?

letoile-paris  

Bibliographie 

Lutece à prefent nômee Paris Cité capitalle de France – Connaissance du Vieux Paris – Jacques Hillairet – Editions de Minuit

 

 

 

 

  

 

 

 

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LE CORAIL : ARBRE AQUATIQUE DE L’UNIVERS DES POISSONS

(08 - LES PIERRES ET METAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 18-03-2010

Arbre des eaux, le corail participe au symbolisme de l’arbre, comme axe du monde, et à celui des eaux profondes, origine du monde. Sa couleur rouge l’apparente au sang. Il a des formes tourmentées. Tous ces signes en font un symbole des viscères.

arbre-de-corail1

Il serait né, selon une légende grecque, des gouttes de sang versées par la Méduse, l’une des Gorgones : ce serait la tête de Méduse, tranchée par Persée, qui se serait transformée en corail, tandis que du sang jaillissant naissait Pégase. Le sang de Méduse aurait en fait touché le varech en le pétrifiant et le transformant en corail. Le corail se dit d’ailleurs en grec « Gorgeia », c’est-à-dire Gorgone. Et ceci paraît cohérent selon la dialectique interne des symboles, si l’on se rappelle que la tête de Méduse avait la propriété de pétrifier ceux qui la regardaient.

                                                                                                        les-trois-gorgones Les Trois Gorgones

Le symbolisme du corail tient autant à sa couleur qu’au fait qu’il présente la rare particularité de faire coïncider en sa nature les trois règnes animal, végétal et minéral.

Chez les Anciens, le corail était utilisé comme amulette, pour préserver du mauvais œil. Il était également censé arrêter les hémorragies, comme un coagulant, et écarter la foudre.

Sous le nom de « partaing », dont l’étymologie est obscure, le rouge corail a servi, dans les textes moyen-irlandais, à des comparaisons touchant la beauté féminine, les lèvres principalement. Il ne participe pas, selon toute apparence, en milieu celtique, au symbolisme guerrier de la couleur rouge. Mais les documents archéologiques établissent l’usage du corail dans les décors celtiques au deuxième âge du Fer : casques, boucliers… Puis le corail ayant fait défaut, les Celtes l’ont remplacé par l’émail rouge qu’ils inventèrent.

Très utilisé dans ses formes naturelles par les orfèvres baroques d’Europe centrale, du XVIe au XVIIIe siècle, il donne naissance, associé à des figures de métal précieux, à toutes sortes de monstres et d’êtres mythiques, qui en font une représentation matérielle innée de l’imaginaire et du fantastique… Nous sommes bien dans le monde onirique des Poissons.

Dans le folklore français, les noces de corail symbolisent les 11 ans de mariage.

                                                                                                         persee-de-cellini-loggia-dei-lanzi-florence Le Persée de Cellini – Loggia dei Lanzi – Florence

Cependant, si nous quittons le symbolisme, nous constatons que le corail est en fait un animal, de l’embranchement des Cnidaires, vivant généralement en colonies d’individus, les polypes, construisant tout au long de leur vie un squelette extérieur à partir de minéraux présents dans l’océan. Chez les coraux constructeurs de récifs, l’accumulation de ces squelettes forme un récif corallien. De nombreux coraux vivent en symbiose avec des végétaux unicellulaires : les zooxanthelles dans les mers chaudes ou d’autres espèces de phytoplancton dans les mers froides. En effet, le corail n’est pas une spécificité des mers chaudes.

                                                                                               corail-champignon   Corail-champignon

Les colonies coralliennes semblent être les plus vieux animaux coloniaux vivants du monde. En tant que colonies, leur longévité dépasse de loin celle des tortues vivant plus de 210 ans ou des palourdes quahog qui peuvent vivre plus de 405 ans. Certaines colonies auraient peut-être plusieurs centaines voire plusieurs milliers d’années selon certains experts.

collier-de-corail

Bibliographie :

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

frise 

Partager

 

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DANS LE BESTIAIRE VERSEAU…L’ALOUETTE

(09 - LES ANIMAUX DU ZODIAQUE) par sylvietribut le 12-02-2010

Par sa façon de s’élever très rapidement dans le ciel, ou au contraire de se laisser brusquement tomber, l’alouette peut symboliser l’évolution et l’involution de la Manifestation. Ses passages successifs de la Terre au Ciel et du Ciel à la Terre relient les deux pôles de l’existence : elle est comme une médiatrice.

alouette-en-plein-vol

 

Elle représente ainsi l’union du terrestre et du céleste. Elle vole haut et fait son nid à terre avec des brins d’herbe sèche. Son envol dans la claire lumière du matin évoque l’ardeur d’un élan juvénile, la ferveur, la joie manifeste de la vie. Son chant par opposition à celui du rossignol, est un chant de joie.

Plus haut encore, toujours plus haut,                                                                                                                            De notre terre tu t’élances,                                                                                                                                Comme une vapeur enflammée ;                                                                                                                                Ton aile bat l’abîme bleu,                                                                                                                                          Et tu montes, chantant et montant toujours chantes.                                                                                                                                                                 Shelley, A une Alouette

Dans la lumière du matin, l’alouette, tel un bonheur désincarné prenant son vol, symbolise l’élan de l’homme vers la joie. Pour les théologiens mystiques, le chant de l’alouette signifie la prière claire et joyeuse devant le trône de Dieu.

Dans des pages célèbres, Michelet a fait de l’alouette un symbole moral et politique : « La joie d’un invisible esprit qui voudrait consoler la terre ». Elle est l’image du travailleur, et en particulier du laboureur.

Bachelard observe que l’alouette est une « image littéraire pure », son vol très haut, sa petite taille et sa vitesse l’empêchant d’être vue et de devenir une image picturale. Métaphore pure, l’alouette devient dès lors symbole de « transparence, de dure matière, de cri ». Et le philosophe de citer le poète Adolphe Rossé :

« Et puis, écoutez : ce n’est pas l’alouette qui chante… c’est l’oiseau couleur d’infini » ;

A quoi Bachelard ajoute : « couleur d’ascension… un jet de sublimation… une verticale du chant… une onde de joie. Seule, la partie vibrante du chant… une onde de joie. Seule, la partie vibrante de notre être peut connaître l’alouette ». Au terme de sa subtile analyse, Bachelard fait de « l’alouette pure… le signe d’une sublimation par excellence ».

alouette

Oiseau sacré pour les Gaulois, elle demeure tout au long de l’histoire du folklore et des croyances populaires françaises un oiseau de bon augure, entrant même parfois dans la composition des talismans : « Celui qui porte sur lui les pieds d’une alouette, vrais ou figurés, ne pourra être persécuté ; ce talisman rend victorieux des hommes comme des éléments ». Les légions romaines qui étaient essentiellement composées de Gaulois avaient pour signe distinctif des ailes d’alouettes pour décorer leurs casques. Notre emblème, le coq gaulois, ne fut choisi qu’à la Révolution française.

L’Alouette appartient à la famille des Alaudidae. On en compte 76 espèces. 53.000.000 de ces oiseaux survoleraient la France, entre octobre et décembre, en provenance de Scandinavie et d’Europe Centrale, où elles viennent résider, principalement dans le sud-ouest. Et pourtant, comme le Verseau l’alouette n’est pas grégaire. Elle vit en couples ou en petits groupes familiaux.

Mais savez-vous que l’alouette grisolle, tire-lire, turlute ? Son chant est remarquable de beauté et bien des gens considèrent cet oiseau comme meilleur chanteur que le rossignol. L’alouette chante pendant le jour mais c’est de préférence par nuits claires qu’elle nous fait entendre ses trilles flûtées qui durent au moins une minute, sachant que le mâle peut chanter pendant 30 minutes d’affilé.

helicoptere-lalouette-iiiL’alouette a été associée à bien des industries du monde Verseau, des moyens de communications de tous ordres, puisqu’elle a donné son nom à : une gamme d’hélicoptères construits par Sud-Aviation, un micro-car de l’Estafette Renault, une station de radio régionale de l’Ouest de la France, à des réseaux de satellites de recherche canadiens. L’alouette est aussi un texte-test utilisé par les orthophonistes pour mesurer les capacités de lecture d’un individu.

Enfin, l’Alouette est le nom d’une pièce de théâtre de Jean Anouilh jouée pour la première fois en 1953. Et puis, si vous avez un fablier de La Fontaine, lisez ou relisez à vos enfants la charmante fable d’Esope mise en forme par notre fabuliste national : « L’Alouette et ses petits avec le maître du champ ». 

lalouette-et-ses-petits-fable-de-la-fontaine

Bibliographie :

Dictionnaire des Symboles – Jean Chevalier et Alain Gheerbrant – Robert Laffont/Jupiter – Collection Bouquins

 frise-coquelicots4

Tagged Under : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,